Procédés de traduction de l'anglais en français

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

La traduction de l'anglais au français est un exercice universitaire avec ses règles et ses procédés propres. Cet exercice s'appelle traditionnellement « version anglaise »[1]. Les premiers auteurs à avoir essayé de mettre de l'ordre dans les méthodes de traduction de l'anglais au français sont J.-P. Vinay et J. Darbelnet, avec leur Stylistique comparée du français et de l'anglais (Paris, Didier, 1958)[2].

Les principaux procédés de traduction[modifier | modifier le wikitexte]

Les procédés techniques auxquels se ramène la démarche du traducteur ont été définis et classés par J.-P. Vinay et J. Darbelnet. Ils sont au nombre de sept : l'emprunt, le calque, la traduction littérale, la transposition, la modulation, l'équivalence et l'adaptation.

Emprunt lexical[modifier | modifier le wikitexte]

L'emprunt lexical consiste à utiliser en français le terme anglais[3]:

  • boy-friend au lieu de « petit ami », « amoureux » (le nom)
  • layout au lieu de « maquette », « premier squelette » (d'un film d'animation)
  • punching-ball au lieu de « ballon de frappe » (au propre), « tête de turc » (au figuré)
  • la City, au lieu de « la Cité » (de Londres)
  • le British Museum, au lieu de « Musée britannique »
  • le Golden Gate Bridge, au lieu de « Pont de la porte d'or »

Pour certains auteurs, toutefois, l'emprunt n'est que rarement un procédé de traduction à proprement parler car il se trouve généralement intégré au lexique[4].

Calque[modifier | modifier le wikitexte]

Le calque est l'emprunt d'un syntagme étranger avec traduction littérale de ses éléments [5]:

  • week-end traduit par « fin de semaine »,
  • skyscraper traduit par « gratte-ciel »,
  • honeymoon traduit par « lune de miel ».

Comme l'emprunt, et pour les mêmes raisons, le calque n'est pas considéré par certains auteurs comme un véritable procédé de traduction[6].

Traduction littérale[modifier | modifier le wikitexte]

La traduction littérale désigne une traduction mot-à-mot aboutissant à un texte à la fois correct et idiomatique [7]:

  • What time is it? ⇒ « Quelle heure est-il ? »
  • Facts are stubborn ⇒ « Les faits sont têtus »

Elle n'est acceptable que si la langue cible garde la même syntaxe, le même sens et le même style que la langue source :

  • He had always dreamed of going to Ireland ⇒ « Il avait toujours rêvé d'aller en Irlande »

Transposition[modifier | modifier le wikitexte]

Cas général[modifier | modifier le wikitexte]

La transposition consiste à changer la catégorie grammaticale d'un mot ou d'un groupe de mots sans changer le sens du message[8].

  • Verbe ⇒ substantif
    • what economists do ⇒ « la conduite des économistes »
  • Substantif ⇒ verbe
    • the assumption is that ⇒ « on suppose que »
  • Verbe ⇒ préposition
    • the British Premier thinks that ⇒ « selon le Premier ministre britannique »
  • Participe passé ⇒ substantif
    • improved tax collection ⇒ « l' amélioration du recouvrement de l'impôt »
  • Adjectif ⇒ substantif
    • the speculative property boom ⇒ « la flambée de spéculation immobilière »
  • Adjectif ⇒ adverbe
    • have generated sufficient interest ⇒ « ont suscité suffisamment d'intérêt »
  • Préposition ⇒ participe passé
    • patients over the age of 40 ⇒ les malades ayant dépassé l'âge de 40 ans
  • Verbe ⇒ expression adverbiale
    • he strode into the house ⇒ « il entra à grands pas dans la maison »
  • Adverbe ⇒ verbe
    • He nearly got arrested ⇒ « il faillit se faire arrêter »
  • Préposition ⇒ relative
    • the people around him ⇒ « les gens qui l'entourent »

Cas particulier : le chassé-croisé[modifier | modifier le wikitexte]

Le chassé-croisé est une double transposition mettant en jeu à la fois un changement de catégorie grammaticale et une permutation syntaxique des éléments formant sens.

Dans l'expression du mouvement ou de l'évolution :

  • he groped his way across the room : « il traversa la pièce à tâtons » (verbe anglais groped ⇒ nom français « tâtons », préposition anglaise across ⇒ verbe français « traversa »)
  • his mother nursed him back to health : « par ses soins, sa mère lui fit recouvrer la santé » (verbe anglais nursed ⇒ complément de moyen français « par ses soins », locution prépositive back to ⇒ groupe verbal « fit recouvrer »)

Avec un verbe à postposition (ou phrasal verb en anglais) :

  • to hit back ⇒ « rendre les coups » (to hit ⇒ les coups, back ⇒ rendre)
  • they chopped the tree down ⇒ « ils abattirent l'arbre à coups de hache » (chopped ⇒ « à coups de hache », down ⇒ « abattirent »)

Avec une structure de type résultatif :

  • to work oneself to death ⇒ « se tuer à la tâche » (to work oneself ⇒ « à la tâche », to death ⇒ « se tuer »)
  • he kicked the door shut ⇒ « il ferma la porte d'un coup de pied » (kicked ⇒ « d'un coup de pied », le participe passé adjectivé shut ⇒ « ferma »)

Cas particulier : l'étoffement[modifier | modifier le wikitexte]

L'étoffement (ou amplification) est un type de transposition consistant à ajouter un syntagme nominal ou verbal pour traduire une préposition, un pronom ou un adverbe interrogatif [9]. Ainsi, les prépositions françaises ont besoin d'être étoffées par l'adjonction d'un participe passé ou par un nom, alors que les propositions anglaises se suffisent à elles-mêmes :

  • according to a report in European Policy Analyst ⇒ « selon un rapport publié dans le European Policy Analyst »
  • To Exits (sur un panneau) ⇒ « Accès aux sorties »
  • a campaign by Redmond, Washington-based Microsoft ⇒ « une campagne orchestrée par Microsoft, société ayant son siège social à Redmond, dans l'État de Washington »
  • the charge against him ⇒ « l'accusation portée contre lui »
  • You can reach his room through the study ⇒ « On peut atteindre sa chambre en passant par le bureau »
  • Trips from Dover ⇒ « Excursions au départ de Douvres »

Le procédé inverse a pour nom dépouillement : il se rencontre surtout en allant du français à l'anglais.

Modulation[modifier | modifier le wikitexte]

La modulation consiste à changer le point de vue, l'éclairage, soit pour contourner une difficulté de traduction, soit pour faire apparaître une façon de voir les choses, propre aux locuteurs de la langue d'arrivée[10]:

  • war's wrenching effects on ordinary lives ⇒ « les effets dévastateurs de la guerre sur le commun des mortels »
  • John Major has promised there will be no hiding place from the challenge of competition ⇒ « John Major a assuré que « le défi de la concurrence frappera partout »
  • trade buyers have been as rare as hen's teeth ⇒ « la clientèle des marchands s'est faite aussi rare que le merle blanc »
  • Who knows? You may be right ⇒ « Qui sait? Tu n'as peut-être pas tort »

La modulation de syntaxe consiste à changer l'ordre des mots pour rendre la phrase plus fluide :

  • By 2003, according to the latest EITO report, 17% of all sales will be transacted over the Internet. ⇒ « Selon le dernier rapport en date de l'EITO, l'Internet verra passer 17% des ventes mondiales d'ici 2003. »
  • Midland is likely to oppose the bid ⇒ « il est probable que Midland s'opposera à l'OPA »

Équivalence[modifier | modifier le wikitexte]

L'équivalence est un procédé par lequel on rend compte de la même situation que dans l'original, en ayant recours à une rédaction entièrement différente[11]:

Une interjection anglaise est rendue par l'interjection française équivalente :

  • Ouch! ⇒ « Aïe ! » (ou encore « Ouille ! »)

Un proverbe anglais est rendu par le proverbe correspondant en français :

  • Birds of a feather flock together ⇒ « Qui se ressemble s'assemble »
  • Too many cooks spoil the broth ⇒ « Deux patrons font chavirer la barque »

Une expression toute faite (ou idiotisme) en anglais est rendue par l'expression toute faite équivalente en français :

  • to court disaster (litt. « courtiser la catastrophe ») ⇒ « jouer avec le feu »
  • like a bull in a china shop (litt. « comme un taureau dans un magasin de porcelaines ») ⇒ « comme un chien dans un jeu de quilles »

Idem pour une institution :

  • Hannah goes to grammar school now ⇒ « Hanna va au lycée maintenant »
  • the Blue Berets ⇒ « les Casques bleus »

La plupart des équivalences sont en fait figées, appartenant à un répertoire phraséologique d'idiotismes, de clichés, de proverbes, de locutions substantivales ou adjectivales[12].

Adaptation[modifier | modifier le wikitexte]

L'adaptation tient compte de la différence entre les réalités culturelles de chaque société pour exprimer le même effet :

  • Blend 1 tsp (teaspoon ou teaspoonful) white truffle paste and 15 cc (cubic centimeters) of brandy ⇒ « mélanger une cuillerée à café de beurre blanc aux truffes et 15 millilitres d'eau de vie »

L'adaptation porte ici sur teaspoon(ful), qui devient « cuillerée à café », et cubic centimeters, qui devient « millilitres ».

Autre exemple :

  • « bread and butter pudding » ⇒ gâteau de riz au caramel

J.-P. Vinay et J. Darbelnet qualifient ce procédé de « limite extrême de la traduction »[13]. Pour Hélène Chuquet et Michel Paillard, l'adaptation paraît difficile à isoler en tant que procédé de traduction car faisant entrer en jeu des facteurs socio-culturels et subjectifs autant que linguistiques[14].

Autres procédés[modifier | modifier le wikitexte]

Divers auteurs (Michel Ballard, Hélène Chuquet et Michel Paillard), font état d'autres procédés que ceux recensés et définis par Vinay et Darbelnet. Il s'agit principalement de l'explicitation, la collocation et la compensation.

Explicitation[modifier | modifier le wikitexte]

L'explicitation consiste à introduire dans la langue d'arrivée des précisions qui restent implicites dans la langue de départ, mais qui se dégagent du contexte ou de la situation[15]:

  • workers stay in jobs they hate for fear that a preexisting medical condition will make them ineligible for coverage elsewhere ⇒ « les employés gardent un emploi qu'ils détestent de peur que leur passé médical ne les empêche d'être couverts dans une autre entreprise »

Le procédé inverse est l' allègement, qui consiste à retirer un ou plusieurs termes inutiles :

  • whatever he does next, Neil Kinnock will do it in the best interest of his people ⇒ « quoi qu'il fasse, Neil Kinnock le fera dans l'intérêt supérieur de ses concitoyens » (Le futur simple suffit à « traduire » next : ensuite.)

Collocation[modifier | modifier le wikitexte]

La collocation consiste à utiliser une suite de termes souvent employés ensemble en français pour traduire une expression similaire en anglais[16]:

  • I should have married you all the same if I had known that you would win only reputation (G. Gissing) ⇒ « je t'aurais épousé malgré tout si j'avais su que tu réussirais seulement à te faire un nom »

La coloration, sous-catégorie de la collocation, consiste à traduire un terme anglais qui paraîtrait trop simple en français par un terme plus habituel ou précis :

  • The director said ⇒ « Le directeur déclara »

Compensation[modifier | modifier le wikitexte]

La compensation consiste à abandonner une connotation, une allusion, un niveau de langue ou un trait d'humour dans une partie du texte pour le reporter dans une autre, afin de conserver la tonalité globale d'origine.

Exemple[17]:

  • "They don't want me in any capacity. Army, Navy, Air Force, Foreign Office, one and all say the same thing - I'm too old. I may be required later." (Agatha Christie, N or M?, 1941, Fontane books, 1962, pp. 5-6) ⇒ - Ils ne veulent de moi nulle part. L'armée de terre, l'air, la marine, les Affaires étrangères, partout c'est la même réponse : j'ai dépassé la limite d'âge : on fera – peut-être ? – appel à moi plus tard ...

Deux compensations s'opèrent d'un point à l'autre du texte. On a des expressions de niveau de langue plus soutenu car plus techniques tantôt en anglais, tantôt en français : in any capacity (plus soutenu) ⇒ nulle part (moins soutenu) — I'm too old (moins soutenu) ⇒ j'ai dépassé la limite d'âge (plus soutenu).

Notes et références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. L'exercice en sens inverse a pour nom « thème ».
  2. Cf. Michel Ballard, La traduction de l'anglais au français, Nathan, 1987, p. 11 (Traduction et enseignement).
  3. J.-P. Vinay et J. Darbelnet (Stylistique comparée du français et de l'anglais, Paris, Didier, 1958) définissent l'emprunt comme « mot qu'une langue emprunte à une autre sans le traduire ».
  4. Hélène Chuquet, Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction anglais <-> français, Ophrys,1989, p. 10.
  5. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., p. 6.
  6. Hélène Chuquet et Michel Paillard, op. cit., p. 10.
  7. J.-P. Vinay e J. Darbelnet, op. cit., pp. 48-50.
  8. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., p. 50.
  9. Hélène Chuquet et Michel Paillard, op. cit., pp. 14-17. Vinay et Darbelnet n'isolent pas l'étoffement comme sous-type de la transposition.
  10. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., p. 51.
  11. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., pp. 8-9 et p. 52.
  12. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., p. 52.
  13. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., pp. 52-54.
  14. Hélène Chuquet et Michel Paillard, op. cit., p. 10.
  15. J.-P. Vinay et J. Darbelnet, op. cit., p. 9.
  16. Michel Ballard, dans La traduction de l'anglais au français, Nathan, 1987, pp. 58-59, en donne la définition suivante : « On appelle collocations les relations privilégiées d'ordre sémantique que des mots appartenant à des catégories grammaticales différentes entretiennent entre eux ».
  17. Tiré de Hélène Chuquet, Michel Paillard, op. cit., pp. 217 et 286-287.


Bibliographie[modifier | modifier le wikitexte]

  • J.-P. Vinay et J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l'anglais, Didier, Paris, 1967.
  • Michel Ballard, La traduction de l'anglais au français, Nathan, 1988.
  • Hélène Chuquet, Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction anglais <-> français, édition révisée, Ophrys, 1989.
  • Jean-Max Thomson, From & Into English. An introduction to translating from & into English, Dunod, 1993.