Choisir une huile d'olive

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
d'olive en bidon métallique.

Les catégories d'huiles (vierge, vierge extra) ne peuvent pas beaucoup aider le consommateur, car on ne trouve quasiment que de l'huile d'olive vierge extra dans le commerce. Comme pour le vin, seule une connaissance minimale des grands traits de qualité et des typicités pourra appuyer le choix du consommateur. La confiance dans l'étiquetage peut être engagée dans les mentions de provenance claires et explicites, car ces mentions sont contrôlables et contrôlées; mais ni un point de vente ni une adresse dans une région de grande notoriété oléicole ne prouvent une provenance. Les véritables fraudes sont très rares (autre chose que de l'huile d'olive vierge dans la bouteille) car facilement détectables et sévèrement punies. Par contre, les « arnaques » sont fréquentes, toutes basées sur la méconnaissance de l'étiquetage par le public. Elles consistent tout simplement à présenter des huiles d'olives vierges quelconques dans des emballages valorisants, faisant éventuellement allusion à une région particulière à grande notoriété, ou bien dans un environnement chargé d'authenticité (marché, foire régionale, stand de bord de route en région, etc), et l'imagination du client fait le reste. Dans ces cas, les bouteilles ne comportent aucune mention de provenance, et il n'est donc pas facile de réprimer ces actes. Pour se prémunir, le client doit simplement chercher la mention du pays d'origine (« Produit d'Italie », « Huile d'olive de France »), éventuellement une dénomination d'origine (AOC, AOP, DOP, IGP) afin de vérifier sa croyance). Le consommateur doit partir du principe que l'absence de mention 'prouve' qu'il s'agit d'un assemblage sans provenance définie.

  • Dans les grands magasins non spécialisés (type supermarché), on pourra s'orienter comme suit :
    • du prix le plus bas (environ 4,5 €) à environ 9-10 € le litre, on a des assemblages sans provenance définie, souvent constitués d'huiles espagnoles et italiennes en proportions variables, et la qualité est, approximativement, proportionnelle au prix. La confiance peut être engagée dans la marque du fabriquant ou du distributeur qui met sa notoriété en jeu. Les grands noms constituent donc une garantie. Il est possible cependant de trouver des huiles excellentes et moins chères parmi les marques marginales.
    • au-delà de 10 €, on trouve des huiles avec une origine garantie par une dénomination de provenance, pays ou région. Chaque aire géographique donne une huile particulière et chacun doit trouver l'huile qui lui convient. Il faut donc obligatoirement goûter, car on a la même diversité que par exemple pour les vins, pour lesquels on ne peut pas dire qu'une appellation est meilleure qu'une autre. En GMS, les prix les plus élevés sont d'environ 7,5 € les 25 cl, et le rapport qualité/prix peut être très bon.
    • on se méfiera des rayons « produits régionaux », qui ne fournissent aucune garantie de provenance.
  • Dans les épiceries fines, traiteurs, cavistes : les huiles n'affichant pas de provenance par une mention claire et précise sont à éviter, même si le vendeur soutient qu'il s'agit bien d'un produit typique de telle ou telle région, s'étant fait abuser lui-même par son fournisseur ayant une adresse dans une région de grande notoriété. Il s'agit généralement d'huiles identiques aux premiers prix des grandes surfaces, mais dotés d'un emballage valorisant ou de mentions attractives mais non contrôlables (sélection, garantie, grande qualité, etc). Par contre il est possible de trouver des huiles de producteurs n'ayant pas les volumes nécessaires pour fournir les grands magasins, la preuve d'authenticité devant toutefois être apportée par une mention précise de provenance (pays, aire d'appellation) sur l'étiquette principale.
  • Dans les magasins spécialisés en huiles diverses ou huiles d'olives : il n'y a généralement dans ce type de magasin que des huiles de provenance authentifiée par un étiquetage approprié. On peut généralement y trouver un grand choix d'huiles de toutes provenances, et les vendeurs connaissent bien les produits et peuvent faire déguster le client afin de connaître ses préférences.
  • Sur les marchés de provence et magasins régionaux des régions touristiques, de nombreux commerçants utilisent le cadre local et la crédulité des clients pour vendre des produits sans provenance définie, au prix de 4 ou 5 fois leur valeur. Il n'y a pas de provenance indiquée sur l'étiquette, et par conséquent aucun moyen de lutte possible contre cette escroquerie. Elle ne peut être réduite que par une meilleure connaissance du produit par les clients. Les huiles de provenance précisée sur l'étiquette sont de plus en plus présentes, mais toutefois toujours moins fréquemment que les précédentes. Bien évidemment, il est très risqué d'acheter une huile sans étiquette.
  • Dans les moulins à huile des zones de production et auprès des producteurs: les escroqueries y sont rares. L'acheteurs doit rester vigilant sur la présence de la mention précisant le pays ou l'appellation d'origine, les tromperies étant réalisées avec des huiles étrangères. L'huile française la plus chère est produite par un oléiculteur de la région de Grasse, qui la vend au prix de 70 € le litre.