Covid-19

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image du SARS-CoV-2 virus

L'intelligence est de choisir le satisfaisant, ou le pas trop mauvais, parmi les naturellement possibles (adapté de Gottfried Wilhelm Leibniz et Herbert Alexander Simon)


Ce livre est destiné à recenser les questions scientifiques, et les réponses, importantes pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Nous avons besoin d'un bon savoir, de vérités et de preuves, pour réagir intelligemment et pour se calmer. L'avenir se prépare avec les pensées d'aujourd'hui.

La catastrophe[modifier | modifier le wikicode]

En temps de pandémie, chaque individu peut être la cause de milliers d'infections : il en contamine deux autres, ou davantage, qui à leur tour en contaminent deux fois plus, ou davantage, et ainsi de suite. Le facteur déterminant est le nombre moyen d'individus qu'une personne infectieuse pourra infecter, appelé "Nombre de reproduction de base" ou R0, ou plus simplement taux de transmission.

Les personnes contaminées au SARS-CoV-2 sont très contagieuses avant l'arrivée des premiers symptômes [1]. C'est pourquoi l'isolement des malades n'est pas suffisant pour contenir l'épidémie. La prise de température dans les aéroports n'a pas suffi. Sur le porte-avions Charles de Gaulle, la majorité des marins sont contaminés malgré l'isolement des malades.

Si on ne fait rien, la pandémie est une explosion exponentielle (1,2,4,8,16,32,64,128,256,512,1024...), les hôpitaux sont rapidement surchargés et on n'a même plus les moyens de soigner les malades, ce qui augmente la mortalité (mourir par suffocation parce que les poumons ne fonctionnent plus...). Si l'épidémie explose, de nombreux travailleurs ne pourront plus travailler et on peut craindre le pire : pas de personnel soignant, pas d'électricité, pas d'eau courante, pas d'approvisionnement en nourriture, pas de téléphone, pas de police, pas de ramassage des ordures...

Si cette épidémie explose, jusqu'à 90% de la population pourrait être contaminée, parce que ce virus est tellement contagieux qu'il n'y a pas assez de temps pour que les gens soient immunisés.

Une raison d'espérer est que ce virus tue peu les personnes pas trop âgées et en bonne santé, sauf si elles sont en surpoids[2]. Les personnes les plus vulnérables sont les personnes âgées (plus de 65 ans), celles qui ont des antécédents médicaux (diabète...) et celles qui sont en surpoids.

Les personnes contaminées qui ne sont pas très âgées et qui sont en bonne santé ont le plus souvent (pas toujours[3]) des symptômes de moindre gravité (toux et forte fièvre pendant quelques jours, désorientation, épuisement, perte de l'odorat ou du goût...) ou pas de symptômes du tout.

Les solutions[modifier | modifier le wikicode]

Deux solutions :

  • Reprendre le contrôle de l'épidémie pour la faire régresser à un niveau où elle est gérable. Il semble que le dépistage précoce et le traçage des personnes contaminées permet alors de l'empêcher d'exploser à nouveau. Mais des mesures de précaution sont quand même à recommander.
  • Laisser l'épidémie exploser pour la population pas trop âgée et en bonne santé tout en protégeant les personnes les plus vulnérables (si les personnes vulnérables ne sont pas correctement protégées, ce pourrait être un génocide).

Reprendre le contrôle a un coût économique et social considérable : fermer la plupart des commerces, arrêter beaucoup d'activités, priver la population pauvre de ses moyens de subsistance...

Laisser l'épidémie exploser est une solution très dangereuse. Beaucoup de travailleurs tomberont malades en même temps. Les hôpitaux seront surchargés. On ne sait même pas si ceux qui ont attrapé la maladie seront correctement immunisés pendant longtemps. On ne connaît pas les conséquences à long-terme de la maladie. Le virus pourrait muter et devenir beaucoup plus mortel...

Dans les pays où reprendre le contrôle semble impossible, il vaut mieux ne pas laisser l'épidémie exploser trop vite, pour que les gens ne soient pas tous malades en même temps. Il faut donc quand même recommander des mesures de précaution : lavage des mains, port d'un masque ou d'un foulard...

Comment reprendre le contrôle ?[modifier | modifier le wikicode]

Il faut éviter au maximum toutes les possibilités de transmission, pour faire tomber le taux de reproduction (le nombre de personnes contaminées par une personne déjà contaminée) en dessous de 1, afin de faire régresser l'épidémie. Avec un taux de transmission de 1/2, une personne contaminée contamine une autre personne une fois sur deux en moyenne. L'épidémie s'éteint par décroissance exponentielle : 1, 1/2, 1/4, 1/8, 1/16...

Tant que l'épidémie n'a pas été maîtrisée (seulement quelques nouveaux cas par jour) il faut la faire régresser rapidement, avec des consignes de sécurité qui font tomber le taux de transmission très en dessous de 1. Quand elle est maîtrisée, on peut assouplir les consignes de sécurité, pourvu que le taux de transmission ne dépasse pas 1, sinon l'épidémie explosera à nouveau.

Voici quelques moyens de ralentir la transmission du virus:

  • Se laver les mains souvent et soigneusement [4], surtout quand on sort de chez soi (pour protéger les autres) et quand on rentre (pour protéger son intérieur). Objection : est-ce que cela nous protège vraiment contre le virus ? Réponse : ce n'est pas une protection suffisante. Mais c'est un conseil sensé, raisonnable, parce que les mains sales sont en général des transmetteurs de virus, ou d'autres agents pathogènes.
  • Se retenir de tousser et d'éternuer, ou éternuer dans son coude si on ne peut pas se retenir, sauf quand on est chez soi ou très loin des autres dans un espace ouvert. Les gouttelettes éjectées quand on tousse ou quand on éternue sont les principaux vecteurs de transmission du virus.
  • Porter un masque ou foulard dans tous les lieux où on risque de contaminer les autres. Même ceux qui n'ont pas de symptômes peuvent être très contagieux [5]. Un masque fabriqué avec des serviettes en papier [6] est à recommander, parce que ses pores sont plus petites que celles d'un tissu.
  • Ne pas se toucher les yeux, le nez et la bouche [7], sauf après s'être bien lavé les mains.
  • Ne pas se parler de près [8] et porter un masque ou un foulard quand on parle, sauf si on vit dans la même maison ou appartement. Si on partage le même logement il semble très difficile d'empêcher la transmission du virus.
  • Protéger les travailleurs avec des vitres en plexiglas, autant qu'il est possible.
  • Éviter de sortir de chez soi, autant qu'on peut, sauf si on reste éloigné des autres (2 mètres si possible, 1 mètre minimum).
  • Porter des lunettes ou un masque de ski.
  • Interdiction de parler dans les escaliers ou les ascenseurs, pour ne pas contaminer tout l'immeuble.

Comment protéger les autres ? Quand on sort de chez soi, il faut se laver les mains très soigneusement, porter un masque ou un foulard, se retenir de tousser et maintenir ses distances (2 mètres si possible, 1 mètre minimum).

Comment se protéger soi-même ?

  • Quand on sort de chez soi, on met un masque fait avec deux ou trois serviettes en papier (une serviette en papier protège mieux qu'un tissu, parce que ses pores sont plus petites, deux ou trois est mieux qu'une), une agrafeuse et des élastiques. Voici comment procéder : Fabriquer un masque de protection par le Pr Garin
  • On l'ajuste soigneusement sur le visage avec un ruban élastique entre le cou et le crâne et un masque de ski (rappelez-vous qu'un masque à gaz protège seulement s'il est très bien posé. S'il est mal posé on meurt en se croyant protégé). Voici le résultat (ce masque de ski ne laisse pas voir le regard. C'est une grave erreur parce que je ressemble à un soldat de l'Apocalypse. On se parle par le regard : politesse, respect, confiance ...) :
    Comment se protéger soi-même avec des serviettes en papier, un masque de ski et un ruban élastique
  • On reste à distance des autres (2 mètres si possible, 1 mètre minimum)
  • Quand on revient chez soi on se lave les mains très soigneusement, on jette le masque de papier dans la poubelle sans toucher sa partie centrale, on retire le masque de ski sans toucher sa surface, on le nettoie ou on le désinfecte, on change de vêtements et on les lave ou on ne les touche pas pendant plusieurs jours, on retire ses chaussures sans toucher les semelles et on se lave à nouveau les mains, on ne touche pas aux produits qu'on vient d'acheter pendant plusieurs jours, on les laisse dans un coin, on fait attention à ne pas se toucher le visage sauf si on est sûr qu'on a les mains très propres, on désinfecte les surfaces (poignées de porte, interrupteurs électriques ...) si on craint d'y avoir déposé le virus, si on touche le sol on se lave immédiatement les mains. Il faut faire attention à ne pas laisser rentrer le virus chez soi, pour y être tranquille.

N'oubliez pas que dans de nombreux pays le virus est presque partout.

Quelle distance d'interaction faut-il recommander ? 1 mètre ? 2 mètres ? Davantage ?

Jusqu'à quelle distance le virus peut-il se propager quand on parle ? [9]

Comment faire un masque avec une feuille en plastique
Comment faire un masque avec un T-shirt

Faute de masques, un simple foulard est-il une protection à recommander ? Oui, parce qu'il empêche la propagation des postillons. Les masques artisanaux (et même les masques chirurgicaux) ne protègent pas parfaitement. Il y a toujours un risque de transmission. Mais il faut faire baisser le taux de transmission en dessous de 1, pour éteindre l'épidémie. Même une protection imparfaite peut donc être très efficace.

Comment faire ses propres masques? [10]

Comment faut-il laver un masque en tissu ? À 60°C avec de la lessive ordinaire.

Le diamètre du virus est de 1/10000 mm environ. Pour se protéger, faut-il raisonner sur cette longueur très petite ou sur le diamètre des gouttelettes de salive ou de mucus que nous expirons ? Vraisemblablement, les gouttelettes sont les plus dangereux vecteurs de transmission. Donc, un simple foulard est une protection efficace.

Quelles sont les gouttelettes les plus dangereuses ? Celles qu'on se transmet en face à face, celles qui restent longtemps dans l'air ou celles qui se déposent sur les surfaces ?

Les gouttelettes peuvent contaminer les yeux. Faut-il porter des lunettes ? Des masques de ski ? Une feuille de plastique transparent devant le visage ? Le port de lunettes peut ajouter une surface de protection [11].

Combien de temps le virus est-il dangereux sur des surfaces inertes ? Faut-il désinfecter ? Le virus peut rester sur des surfaces inertes jusqu'à 9 jours [12].

Combien de temps le virus est-il dangereux dans l'air stagnant ? Faut-il se méfier des atmosphères confinées ? Faut-il aérer ? Il y a une possibilité de transmission dans un environnement fermé pour une exposition de longue durée à de fortes concentrations d'aérosol [13].

Le virus peut-il être transmis par les aliments et les boissons ? Vraisemblablement oui, dès que les aliments sont contaminés par des gouttelettes.

Combien de temps les malades restent-ils contagieux après avoir été guéris ?

Un protocole pour rouvrir les magasins et les lieux confinés (à discuter): se laver systématiquement les mains à l'entrée et à la sortie avec du gel hydroalcoolique, interdiction de tousser, porter un masque en papier ou un foulard sur le nez et la bouche et un masque de ski sur les yeux, respecter une distance de deux mètres entre clients, protéger les travailleurs avec une vitre en plexiglas, payer avec une carte sans contact ou un smartphone ...

Pour des raisons psychologiques évidentes, il faut autoriser les sorties en famille (ou en couple, ou solitaires), pourvu que les familles restent éloignées les unes des autres.

Pour des raisons économiques évidentes, il faut autoriser la réouverture de tous les commerces, pourvu que les consignes de sécurité (lavage des mains, distance de sécurité, port d'un masque ou foulard ...) soient respectées.

Comment interpréter les nombres officiels ?[modifier | modifier le wikicode]

Les nombres officiels, dont l'université Johns Hopkins [14] fait la synthèse, représentent-ils la réalité ? Comment les interpréter ? Comment sont comptés les cas confirmés ? Combien de tests sont-ils effectués chaque jour ? Qui sont les personnes testées ? Comment sont comptés les morts ? Que faut-il penser des aberrations statistiques ?

On a besoin d'informations précises sur les méthodes de comptage pour raisonner correctement sur ces nombres. En l'absence d'informations précises, ces nombres ressemblent plus à de l'antiscience qu'à de la science, parce qu'ils ne nous donnent pas les moyens de raisonner correctement et qu'ils peuvent nous induire en erreur.

Pourquoi ce virus est-il plus contagieux que les autres ?[modifier | modifier le wikicode]

À cause des porteurs asymptomatiques ? De la durée d'incubation ? Du temps de persistance sur les surfaces inertes ? Du temps de persistance dans l'air ?

Une hypothèse : les personnes contaminées sont très contagieuses avant l'arrivée des premiers symptômes [15]. Si cette hypothèse est avérée, recommander à la population de ne pas porter de masque ou de foulard lorsqu'ils ne sont pas malades est une grave erreur. Cela explique aussi pourquoi la prise de température dans les aéroports a été une mesure parfaitement inefficace.

Quels sont les endroits les plus dangereux ?[modifier | modifier le wikicode]

Les hôpitaux, où ils accueillent les malades, font le maximum pour nous protéger du virus : équipements de protection, isolement des malades, désinfection ...

Il semble que les personnes les plus contagieuses ne sont même pas malades [16]. Dans les supermarchés et les transports en commun, les mesures de protection sont très faibles. En France, la plupart des clients et des employés ne portent même pas de masque. Cela pourrait faire des supermarchés et des transports en commun les endroits les plus dangereux du monde, dans tous les pays où l'épidémie s'est largement répandue.

Faire diminuer le taux de mortalité[modifier | modifier le wikicode]

Quels sont les facteurs qui font varier la mortalité du virus ? [17]

Avec quel taux de mortalité faut-il compter ? 1/1000 ? 1/100 ? 1/5 ?

Y a-t-il un traitement efficace à recommander dès l'apparition des premiers symptômes ?

N'est-ce pas une erreur de commencer un traitement seulement quand les symptômes sont sévères et que le virus a déjà envahi tout le corps ?

Faut-il protéger contre le virus ou contre l'hyperréactivité immunitaire? [18]

Est-ce que l'exposition répétée et prolongée au virus augmente la mortalité ? Comme pour tout autre poison, les virus sont généralement plus mortels en plus grandes quantités[19].

Quand on est malade et isolé, est-il utile d'adopter des règles d'hygiène beaucoup plus strictes ?

Y a-t-il des habitudes alimentaires à recommander ? Une alimentation équilibrée riche en vitamine C ?

Faut-il recommander le tabac ? [20] Est-ce le goudron dans les poumons ou la nicotine qui protège les fumeurs ? (Rappel : à long-terme, le tabac tue plus que ce virus)

Pourquoi ce virus épargne-t-il les enfants ? Est-ce parce qu'ils sont davantage vaccinés ? [21]

Confinement ou immunité de groupe ?[modifier | modifier le wikicode]

Le confinement a des conséquences psychologiques et économiques dramatiques. Est-ce un remède pire que le mal ?

En l'absence de confinement on laisse la pandémie exploser. Les conséquences semblent effroyables. Combien de gens vont mourir ? Le taux de mortalité est inconnu. Si les gens ne peuvent plus être soignés, faut-il compter sur un taux de mortalité de de 1/1000 ou de 1/5 ? Et les survivants ? Ne souffriront-ils pas de séquelles irréparables ?

Dans les pays pauvres, l'immunité de groupe semble être le seul espoir. Un vaccin arrivera beaucoup trop tard. Les moyens hospitaliers sont trop réduits pour aider la population. Le confinement est un remède pire que le mal, parce qu'il peut faire mourir les gens de faim.

Est-ce que d'avoir attrapé une fois la maladie et de survivre nous protège définitivement contre elle ? On ne sait pas[22] [23].

Pour les survivants, y a-t-il des séquelles irréparables ?[24] Il semble que oui, au moins dans les cas les plus graves[25].

L'anosmie (la perte de l'odorat) est-elle définitive ? Non. La moitié des survivants se remettent de l'anosmie après deux semaines [26].

Que faut-il faire dans les pays pauvres ?[modifier | modifier le wikicode]

Le principal intérêt des mesures de confinement est de ne pas surcharger les hôpitaux, pour que les malades puissent être correctement aidés.

Dans les pays pauvres, il n'y a pas assez d'hôpitaux, même en l'absence de pandémie. Il semble donc que le confinement ne sert à rien, sauf à faire mourir les gens de faim.

Protégez les personnes âgées et les malades. Ne les approchez-pas, sauf si vous portez un masque ou un foulard. Ne leur prenez pas la main, sauf si vous avez les mains très propres.

Faîtes de votre mieux pour vous nourrir correctement, parce que la malnutrition vous rendra plus faibles face au virus.

Où est le bon chemin ?[modifier | modifier le wikicode]

Si on sous-estime la gravité de la maladie (ce n'est qu'une petite grippe), on prend le risque de causer des millions de morts et d'handicapés. Si on la surestime, on prend le risque de proposer des solutions qui sont pire que le mal. Où est le bon chemin ?

Comme cette maladie est nouvelle, les réponses scientifiques sont peu nombreuses. Il y a beaucoup plus de questions que de réponses fiables. Les scientifiques ont besoin de temps pour travailler et avoir du recul.

Le confinement est-il la cause de la catastrophe économique ?[modifier | modifier le wikicode]

Faut-il choisir entre le confinement, qui met les gens aux chômage et accule les entreprises à la faillite, ou le déconfinement, qui fait exploser l'épidémie et peut provoquer un génocide des gens les plus vulnérables ?

Si le confinement condamne les plus pauvres à la famine, il est évidemment un remède pire que le mal.

Mais croire que le confinement est la cause de la catastrophe économique est une grave erreur. L'alternative entre le confinement qui détruit les emplois et le déconfinement qui permettrait la reprise est une fausse alternative.

Même sans confinement, la crise économique est gravissime.

Plusieurs exemples :

  • Même si l'aviation de tourisme est autorisée, qui aujourd'hui souhaite se retrouver dans un avion bondé pour bénéficier d'une ou deux semaines de vacances à l'étranger ? Si les avions ne sont pas bondés, les compagnies aériennes ne sont pas rentables.
  • Même si l'ouverture des restaurants est autorisée, qui aujourd'hui souhaite attraper le virus pour profiter d'un bon repas ?
  • Les salles de spectacles et de concert, les discothèques, les stades de football... peuvent-ils encore attirer du public alors que tout le monde a peur du virus ?
  • Si les TGV sont bondés ils propagent le virus. S'ils ne sont pas bondés, ils ne sont pas rentables.
  • Aller faire ses achats est devenu très anxiogène. Même si on autorise la réouverture de tous les commerces, qui trouvera du plaisir à faire du shopping ?
  • Qui aujourd'hui accepterait de se retrouver dans un métro bondé pour aller au travail ?

...

Le problème n'est pas le confinement, le problème est le virus, qui nous oblige à modifier radicalement nos façons de vivre, de travailler et de penser.

Tant qu'on ne s'adapte pas à cette nouvelle réalité, en rêvant à un retour rapide à la vie d'avant, en prenant ses désirs pour la réalité, on s'interdit de trouver des solutions intelligentes à cette catastrophe.

Que faut-il faire à long-terme ?[modifier | modifier le wikicode]

Quand pouvons-nous espérer avoir un vaccin ? 1 an ? 3 ans? 10 ans ? Davantage ?[27]

Comment organiser le travail et nos autres activités si cette pandémie dure plusieurs années (ou plusieurs décennies) ?

Comment faire repartir l'économie sans faire repartir l'épidémie ? L'Australie, la Chine, la Corée du Sud, la Suisse et l'Autriche semblent être des exemples qui méritent réflexion.

Qu'est-ce qui va faire le plus de morts ? Le virus ou le combat contre le virus ?

La crise économique pourrait être plus dévastatrice que le virus lui-même.

Les plus pauvres peuvent mourir de faim. Y a-t-il une autre solution que la distribution de nourriture gratuite?

L'activité économique dépend des anticipations à long-terme (c'est le B-A BA de la science de la finance). On a besoin d'une vision à long-terme pour organiser la reprise économique.

Un scénario optimiste :
On trouve dans les mois qui viennent un traitement efficace, qui peut être produit en masse, et qui est suffisamment peu dangereux pour pouvoir être pris sans aller à l'hôpital. Dans ce cas on peut laisser repartir l'économie sans restrictions, dans peut-être six mois.

Un scénario pessimiste :
On ne trouve ni traitement ni vaccin efficaces dans les années (ou les décennies) qui viennent (on n'a pas trouvé de vaccin efficace contre le VIH malgré plus de 35 ans de recherches). Même ceux qui ont déjà attrapé le virus ne sont pas correctement immunisés. Dans ce cas, on ne retrouvera jamais la vie d'avant et il faudra respecter des consignes de sécurité qui nous obligent à modifier radicalement nos façons de vivre et de travailler.

Dans les mois qui viennent, la crise économique sera la plus grave des temps modernes : la plupart des avions sont cloués au sol ou ne sont pas rentables. De même pour les trains. La saison estivale ne pourra pas être rentable pour la plupart des professionnels du tourisme. Les cafés, les restaurants, les salles de spectacles (concert, cinéma, théâtre), les grands événements sportifs, ne pourront pas rouvrir ou seront rarement rentables. Les ventes de voitures sont réduites au minimum. Toutes les entreprises qui travaillent en amont sont affectées et risquent la faillite. On peut craindre un taux de chômage supérieur à 50%. La comparaison avec la crise des années 30 n'est pas pertinente parce que les causes sont très différentes.

Faut-il interdire tous les rassemblements pendant des années (ou des décennies) dès qu'ils sont trop nombreux ?

Même si on porte tous un masque, les espaces où les gens sont serrés les uns contre les autres sont très dangereux.

Les transports en commun sont des lieux très dangereux lorsqu'ils sont bondés.

Que deviendront les salles de concert ou de spectacle, les discothèques, les cafés et les restaurants, les avions et les trains, le tourisme, dans les années (ou les décennies) qui viennent ?

Quelques suggestions pour que les cafés et les restaurants puissent rouvrir leur salles : espacer les tables, commander en ligne pour un horaire fixé, les clients doivent garder leur masque au moment où ils sont servis, limiter la clientèle (personnes seules, couples, familles ...). La vente à emporter est à recommander.

Il serait horriblement injuste que les entrepreneurs individuels qui se sont endettés pour développer une activité désormais impossible croulent sous les dettes. Par souci de justice, il faut annuler leurs dettes.

Ceux qui ont perdu leur travail et qui n'ont pas d'espoir de le retrouver, parce que leur activité est désormais impossible, doivent être aidés et songer à se reconvertir.

Quand c'est possible, toutes les activités en ligne doivent être recommandées : télétravail, école en ligne, spectacles et divertissements en ligne, commerce en ligne, politique en ligne, vote en ligne, médecine en ligne...

Théologie[modifier | modifier le wikicode]

Ni Dieu ni le Christ ni Mohammed ni le Bouddha n'arrêtent les balles, les mains des tortionnaires et les virus.

Les virus tuent également les bons et les méchants. Donc un virus n'est pas un châtiment divin.

Une mutation pourrait-elle aggraver la dangerosité du virus ?[modifier | modifier le wikicode]

En général, les mutations rendent les virus moins mortels. On l'explique par la sélection naturelle. Un virus très mortel se répand moins facilement qu'un virus peu mortel, parce qu'une fois que les personnes contaminées sont mortes, elles ne peuvent transmettre le virus. Mais il semble que SARS-CoV-2 est très contagieux avant l'apparition des premiers symptômes, donc bien avant de tuer. Une mutation que le rend plus mortel ne l'empêcherait donc pas de se répandre.

Combien de morts de la Covid-19 ne sont pas comptés comme tels ?[modifier | modifier le wikicode]

Un exemple : au Brésil, le nombre de morts officiellement liés à la Covid-19 est relativement faible. Bien plus plus faible que le nombre de morts dans des circonstances ordinaires. Pourtant les entreprises de pompes funèbres sont débordées[28]. Ne faut-il pas en conclure que la plupart des morts de la Covid-19 ne sont pas comptés comme tels ? [29]

Autorité ou liberté ?[modifier | modifier le wikicode]

En Chine continentale, un régime autoritaire qui interdit les médias libres et emprisonne les protestataires, ils ont ont remporté un succès remarquable : être les premiers à faire régresser une épidémie dont au départ ils ne savaient rien. Ils ont réussi grâce à leur intelligence et leur dévouement à l'intérêt général[30]. Aux États-Unis, qui ont pour principe fondamental de respecter les libertés individuelles, c'est un désordre indescriptible. Faut-il en conclure que l'autoritarisme a gagné contre la liberté ?

Quelques pays (Australie, Autriche, Corée du Sud, Islande, Norvège, Nouvelle-Zélande, Suisse, Taïwan...) ont réussi à faire régresser l'épidémie avec des mesures qui respectent davantage la liberté. Il semble donc qu'on peut chercher un juste milieu.

Comment vivre bien ?[modifier | modifier le wikicode]

Tous les rassemblements doivent être évités, autant que possible, sauf si une distance de sécurité (2 mètres si possible, 1 mètre minimum) est respectée.

On peut autoriser les balades dans la nature ou les jardins publics (mais pas les espaces de jeux pour les enfants), pourvu qu'on puisse garder ses distances (pas de transports en commun, de trottoirs ou de plages bondés).

Pour maintenir les contacts sociaux, le téléphone et internet sont les meilleures solutions.

Le sexe est vital pour la plupart des gens. C'est une question de santé mentale. Les rencontres de couples doivent être autorisées. Les rapports sexuels peuvent transmettre le virus (principalement par la salive, même si on ne s'embrasse pas). Les amants doivent savoir qu'ils peuvent se contaminer. Mais c'est un mode de transmission qui ne fait pas exploser l'épidémie, parce que le taux de transmission ne dépasse pas 1.

Comment rouvrir les écoles ?[modifier | modifier le wikicode]

Que tous les écoliers portent un masque et une visière. Il y a une raison sanitaire, parce que le virus peut se propager par les yeux. Mais il y a surtout une raison psychologique : les écoliers apprendront spontanément à respecter les consignes de sécurité : touche pas à ma visière ! Cela ne va pas les traumatiser, parce qu'avec une visière on ressemble à un cosmonaute. Ils inventeront de nouveaux jeux, comme s'ils étaient des cosmonautes, en respectant spontanément les règles de sécurité.

Questions diverses[modifier | modifier le wikicode]

Quelles règles faut-il changer pour s'adapter à cette situation d'urgence ?[31]

Quelle est la proportion de personnes asymptomatiques parmi les personnes contaminées ? 5% ? 20% ? 50% ? 90% ?

Comment expliquer les succès de l'Australie, l'Autriche, la Chine continentale, la Corée du Sud, l'Islande, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, Taïwan... ?

Les personnes asymptomatiques sont-elles contagieuses ?

Le port du masque est-il une mesure suffisante pour faire régresser l'épidémie ?

L'Afrique est-elle vraiment un continent relativement épargné ?

Faut-il recommander l'eau de vie à plus de 70° pour désinfecter les aliments ?

Ressources utiles[modifier | modifier le wikicode]

Johns Hopkins University

INED

Our World in Data

Health System Response Monitor

China's Fight Against COVID-19

Conseil scientifique COVID-19

Comment aider les élèves à réussir

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Virological assessment of hospitalized patients with COVID-2019, Nature
  2. Obesity Linked to Severe Coronavirus Disease, Especially for Younger Patients, NYT
  3. Those We’ve Lost. Hailey Herrera, 25, Dies; Therapy Student Focused on Families, NYT
  4. Coronavirus disease (COVID-19) advice for the public, Organisation Mondiale de la santé (OMS)
  5. Virological assessment of hospitalized patients with COVID-2019, Nature
  6. Fabriquer un masque de protection par le Pr Garin
  7. Coronavirus disease (COVID-19) advice for the public, OMS
  8. Surfaces? Sneezes? Sex? How the Coronavirus Can and Cannot Spread, New York Times (NYT)
  9. Stay 6 Feet Apart, We’re Told. But How Far Can Air Carry Coronavirus?, NYT
  10. Fabriquer un masque de protection par le Pr Garin
  11. Coronavirus Eye Safety, American Academy of Ophtalmology
  12. Persistence of coronaviruses on inanimate surfaces and their inactivation with biocidal agents, Journal of Hospital Infection
  13. Diagnosis and Treatment Protocol for COVID-19: Etiological & Epidemiological Characteristics, Chinadaily
  14. Johns Hopkins University
  15. Virological assessment of hospitalized patients with COVID-2019, Nature
  16. Virological assessment of hospitalized patients with COVID-2019, Nature
  17. A German Exception? Why the Country’s Coronavirus Death Rate Is Low, NYT
  18. Coronavirus : « Gardons-nous de tomber dans une réactivité maladive, viro-induite, sociale et politique », Le Monde (LM)
  19. These Coronavirus Exposures Might Be the Most Dangerous, NYT
  20. Coronavirus : la proportion de fumeurs parmi les personnes atteintes du Covid-19 est faible (LM)
  21. Can an Old Vaccine Stop the New Coronavirus?, NYT
  22. Please, Don’t Intentionally Infect Yourself. Signed, an Epidemiologist., NYT
  23. Who Is Immune to the Coronavirus?, NYT
  24. We Need to Talk About What Coronavirus Recoveries Look Like, NYT
  25. Please, Don’t Intentionally Infect Yourself. Signed, an Epidemiologist., NYT
  26. Coronavirus : l’altération de l’odorat et du goût est un marqueur important du Covid-19, selon une étude, LM
  27. How Long Will a Vaccine Really Take?, NYT)
  28. Coronavirus : au Brésil, « nous sommes à la limite de la barbarie », LM
  29. Tracking the True Toll of the Coronavirus Outbreak, NYT
  30. China's Fight Against COVID-19
  31. An Outdated Law in Florida Is Preventing Me From Saving Lives, NYT