Essai de prospective environnementale. 2040, nord de la France.../À l'ombre des forêts

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le surlendemain, si la météo nous le permet, nous irons avec ta grand-mère nous promener dans les lisières (récemment réouverte au public) de la forêt charbonnière. Nous avons obtenu un droit de visite de 6h dans la réserve profonde (3 h de barque électrique solaire + 3 h de marche, pour partie sur platelage flottant et dans une passerelle aérienne intégrée dans la canopée). La visite se fera pour 15 personnes, sous le contrôle d'un écogarde qui va probablement nous proposer de contribuer à un programme vigie-Nature (détection et contrôle de l'écureuil gris en l’occurrence). Cet écureuil invasif a réussi à franchir le canal seine Nord via un des écoducs, malgré les caméras infrarouge et les pièges à ADN qui lui ont été tendus.. et il commence déjà à écorcer les arbres des lisières de la charbonnière).
Cette visite nous a été offerte en remerciement de deux heures de collecte de graines et propagules pour la banque de graines du CRRG, de la chaine des terrils et de Bailleul et d'une demie journée de préparation de plants pour les pépinières de l'Haendries et pour la pépinière éclatée du conservatoire régional de la flore et de la fonge.


J'adore cette forêt...

Bison photographié en Forêt de Phalempin

Depuis ton départ ce massif a extraordinairement bien évolué, alors que celui de Mormal-Bois l'Evêque tente toujours de renaître de ses cendres et que tous les eucalyptus transgéniques de Clairmarais sont morts.
Ceux qui poussaient dans les creux sont morts à cause du sel, et les autres ont brûlé après le collapsus (le tremblement de terre a emporté la digue de l’étang-réservoir construite par au moyen-âge, puis deux canicules successives, l'écureuil gris et les embruns salés lors des tempêtes ont achevé les arbres survivants).

Au contraire, sans doute grâce à ses castors et à leurs barrages, la forêt charbonnière gérée par le conservatoire des sites et du littoral est toujours verte[1]. On vient l’étudier du monde entier. Tu n'imagines pas comme elle a changé. A chaque tempête, près de 20 % des arbres sont couchés ou abîmés mais beaucoup des saules sélectionnés par ces conditions font comme le roseau (il plie et ne rompt pas). Et le bois tendre des bouleaux et des saules qui ont poussé trop vite (j'ai vu des cernes de croissance qui faisaient la largeur de mon pouce) forme un beau compost bien noir et aéré, qui commence à nourrir de beaux chênes, hêtres et frênes qui dans les creux abrités forment des bosquets très denses. Cette forêt est devenue notre Amazonie franco-belgo-allémanique. Quand la commission paneuropéenne a commencé à y subventionner et parfois imposer des coupes rases, il y a eu des émeutes presque partout et finalement 75 % du massif y sont classés en réserve écologique intégrale, et il est question d’en faire un parc national ou paneuropéen. Cette Amazonie miniature est certes encore bien jeune, mais elle commence à impressionner par ses dimensions : jusqu’à 50 km de large et près de 250 km ininterrompus (si l'on compte le linéaire des corridors boisés ; large de 10 km pour les plus étroits d’entre eux). 80 % de la flore y est autochtone. Elle enjambe maintenant deux sections de l'Escaut depuis qu'on y a construit le plus large de tous les écoducs d'Eurasie (le second au monde après celui qui traverse le canal de panama pour le corridor écologique et climatique panaméricain). C’est notre plus belle contribution au réseau écologique paneurasiatique.

Ne rêvons pas trop quand même. D’abord parce que des clôtures électrifiées coupent le double écoduc de l’Escaut et celui du canal seine-nord en ne laissant passer que les animaux, afin de limiter les flux de réfugiés. Et ensuite parce que sous ce si beau manteau vert, le secteur est encore localement salement pollué. On dépasse encore 14 sur l'échelle bioindicatrice de VanHalluwyn ! autour de Dourges-Auby… Il y a un méga-hotspot de pollution sous les 50 km2 de zone rouge (je ne parle pas de celle de 14-18, mais bien du territoire qui entoure la plate forme Métalleurop-Nord et les nouvelles usines d'Auby qui ont été mal et trop vite reconstruite après les tremblements de terre).

Une plate forme géante de tri-recyclage a été imposée là dans les années 20 ; à Dourges-Courcelles, improvisée dit-on sous la pression de la Mafia des déchets, au début de la reconstruction, après le collapsus, sans aucune précautions. Et je ne te parle pas des redécouvertes de centaines de tonnes munitions chimiques fuyant abondamment dans deux anciens puits rebouchés après la w:Première guerre mondiale. Personne à l’époque n’avait tenu compte du fait que toute cette zone avait été recouverte par le contenu d’une énorme décharge pleine de plomb, non inertée, qui à Auby a été emportée par les inondations lors du tremblement de terre de 2020. Quel paradoxe. C’est notre plus belle forêt, et elle n’existe que parce que le sol y a été si pollué qu’on y a interdit la restauration d’un réseau tram-train et toute forme d’agriculture. Mais il n’était pas assez pollué pour empêcher que la forêt ne recolonise la zone. Avec l’aggravation des phénomènes de bioconcentration dans les périodes qui suivaient les premières canicules, tout espoir me paraissait perdu pour ce secteur, mais le programme "Carlier" de phyto-zooremédiation (une idée du XXème siècle tardivement, mais efficacement mise en œuvre) commence à porter ses fruits. Dans les clairières, les taux de plomb des sols superficiels ont été divisés par deux en 30 ans.. et la nature alcaline des tourbières a permis une relative fixation du plomb et du cadmium. Les castors ont fait le reste en restaurant un réseau de zones humides. Ce qui ne doit pas te laisser croire que tout est gagné... Les réfugiés qui ont tenté un retour à la vie sauvage dans ce secteur n’ont pas tenu longtemps. Et le saturnisme est chronique chez les oiseaux et mammifères de ce secteur.

Malgré mes 99 ans, je n'ai rien perdu de mon enthousiasme comme tu le vois, et j’aime toujours philosopher sur la naturalité et ses processus.. Mais ces dernières années m'ont rendu plus que prudent en matière de bioprospective. ENM et les PNR le seront tout autant, car ils ont eu ces derniers temps, malgré des canicules record, de vraies sueurs froides. Gardes ça pour toi, car l' inter-ministérielle sino-européenne ne souhaite apparemment pas trop communiquer sur la question, n'étant pas fières d'avoir réautorisé, contre l'avis du conseil du consensus scientifique et citoyen, l'usage de farines animales non chauffées dans les élevages bovins, les piscicultures et pour la volaille, tout en fermant les yeux sur les détournements d'usages de ces farine. Des bouchers désœuvrés par le recul d’une clientèle de plus en plus végétarienne ont fabriqué des compléments alimentaires protéinés et enrichis en minéraux pour du gibier d'élevage extensif. Ils ont pour cela utilisé des farines et des déchets d'abattoir. C’était déjà arrivé en Amérique du nord dans les années 1990-2000 (on appelait ça chronic wasting disease je crois), mais voilà encore une leçon qui n’a pas été tirée. Les mauvaises langues disent que des os humains auraient pu y être ajoutés, mais je n'y crois pas trop, puisqu'ils sont habituellement rendus aux familles après méthanocompostage. Ce qui est certain par contre est qu'on a trouvé des minéraux bizarres dans les soupes des cantines des sous-quartiers de fin de vie. Étant donné les dérives mafieuses chroniques du secteur des déchets (partout où il a échappé aux boucles locales), les citoyens n'ont pas trop envie de se mêler de ça. Ca relève du rôle de l'ASIAN-UEE, de l’OMS ou de l’Agence mondiale de l’environnement, mais ils n'arrivent toujours pas à s'entendre sur les limites d'une police environnementale et sanitaire partagée et subsidiaire. Comme il n'y a presque plus de fonctionnaires pour surveiller tout ça, ce n'est peut-être même pas terminé.

Toujours est-il - pour revenir à nos moutons - que depuis le début des années 30, entre Paris, Bonn et Bruxelles, presque tous les cerfs et une bonne partie des chevreuils sont morts (ou ont été euthanasiés et méthanisés et compostés pour ceux qui étaient transportables). Une nouvelle épidémie de CWD (Chronic wasting desease) en est la cause; et peut-être à cause du même prion que celui qui a touché l'Amérique du Nord y a quelques décennies (C'est ce que pense un copain qui travaille sur cette question à l'institut Pasteur, bénévolement en échange de soins gratuits). Cette tremblante a aussi touché une partie du cheptel de VNF sur deux de leurs 40 terrains de dépôts. Et j'ai appris il y a peu que quelques dizaines d'élans sont morts après avoir présenté les mêmes symptômes. Selon les réseaux SAGIR et Santé-Environnement, quelques uns d'entre eux ont du goûter aux compléments alimentaires et ils se sont ensuite probablement infecté en se battant, ce qu'ils font plus souvent quand ils sont victimes de saturnisme, ce qui est fréquent dans cette zone où il n'y a pas eu de zoophytoremédiation à cause de l'eau qui remonte de partout. Je suspecte aussi les piqures de tiques. Je donne régulièrement un coup de main aux écogardes pour le monitoring de l'écoduc de Phalempin. On y piège quelques dizaines d'animaux chaque mois pour leur faire un bilan de santé et pour vérifier qu'il n'y a pas trop de bêtes contaminées qui remontent du bassin minier vers le nord. La plupart des grands mammifères herbivores (hormis les bisons, pour des raisons encore mal comprises) ont des grappes de tiques autour des oreilles et de la queue. En 6 mois les puces que nous fournit aimablement l'institut Pasteur ont détecté deux cas de maladies inconnue, 6 émergentes récentes et plus de 3000 cas de zoonoses vectorielles, plus ou moins transmissibles à l'Homme, dont 6 formes de borrélioses (dont 4 Maladies de Lyme, tous les quatre devenus endémiques dans le bassin minier et assez résistant aux antibiotiques, même à la doxycycline qui était notre dernière arme. On a aussi détecté des rickettsiose (Ehrlichiose monocytique humaine et sa variante animale, l'Ehrlichiose monocytique animale) et plusieurs variantes de tularémie, mais la rage et l'échinococcose semblent stabilisées depuis que le commerce des chiens et chats de compagnie est à nouveau surveillé.

On accuse volontiers la révolution industrielle et la mondialisation anarchique et folle du XXème siècle d'être responsables de la crise écoépidémiologiques que nous vivons. Elle le sont sans aucun doute en partie, mais je pense qu'il y a aussi des explications plus récentes. Pour en avoir le cœur net, et me sentir utile, je me suis inscrit dans les volontaires en appui aux écogardes, dans la section "Eco-épidémiologie". Après deux semaines de formation, nous avons fait plus de 20 000 analyses de terrain, pour 18 métaux lourds (les plus problématiques), avec des analyseurs X-Ray fluorescence que nous a prêté l'ISA (impossible d'en louer dans les partageries, ils ont tous été vandalisés par les écoloclastes dans les années 30, tout comme les compteurs Geiger). Je t'assure que nos analyses montrent clairement que presque tous les animaux que nous avons échantillonnés étaient bourrées de métaux et d'autres contaminants qui ne doivent pas améliorer leur immunité. Idem pour leurs excréments et leurs urines.

Je me souviens qu'au collège, en sixième, tu avais toi-même analysé le platine chez le lapin et les micro-mammifères, et qu'il ne dépassait jamais le seuil d'alerte de l'OMSAH (Organisation mondiale de la santé animale et humaine) . Mais je t'assure que depuis 10 ans, outre du plomb et du cadmium, les lapins, sangliers, chevreuils et même les écureuils bioaccumulent aussi aujourd'hui des quantités parfois surprenantes des 3 métaux du groupe du platine. Dans ton dernier mail, tu disais refuser d'y croire.. J'ai montré ce mail à un de mes collègues bénévole du ministère. A sa demande nous avons fait revérifier nos analyses par le wikilabo du BRGM et l'AFSSA (tu peux y lire leur protocole, et rétrocontrôler leur résultats avec un logiciel de d'écodiagnostic différentiel). Pour ma part je n'ai trouvé ni biais méthodologique, ni défaut de représentativité statistique). A quelques microgrammes près les contrôles faits sur des échantillons congelés ou déshydratés que nous avions placé à Lille dans la banque de données du muséum ont confirmé nos mesures. Tous les résultats sont en ligne, avec le commentaire de 3 experts indépendants assermentés. Sur cette base, l'AFSSA s'est finalement autosaisie de la question, et son conseil scientifique a proposé l'explication suivante, acceptée par le ministère de l'écologie. Cette explication me semble pertinente. Si tu y vois un défaut, merci de l'expliquer sur la page de discussion de l'étude, sur le site de l'AFSSA ou du Wikilabo : L'AFFSSA, a entamé son enquête par une recherche heuristique dans les archives du Net, en ne ciblant que les études scientifiquement validées au niveau 3. Dans l'arbre heuristique produit par le logiciel, émergaeint plusieurs études portant non pas sur le platine, mais sur les séquelles différées et collatérales de la catastrophe de Tchernobyl. En particulier un groupe d'étude des années 1990-2000 avait montré que , des sangliers radioactifs avaient été signalés dans la plupart des zones touchées par le nuage, en tous cas là où on avait cherché à les détecter. Une étude française, officielle signalait aussi qu'en montagne, 16 ans après le passage du nuage radioactif en France (Est du Pays, Corse, Pyrénées), la radioactivité moyenne due au Césium 137 de Tchernobyl était encore deux fois plus élevée (20 000 Bq/m2) en forêt que sur les prairies (10 000 Bq/m2), et vingt fois plus élevée (1000 Bq/m2 en moyenne) que sur les éboulis des mêmes zones. Et alors qu'ailleurs, elle régressait dans les champs, elle tendait encore à augmenter dans les dépressions des forêts ou au mieux à y rester stable sur les pentes. Dans ces zones sous les pentes, des taux moyens de 500 000 Bq/m2 étaient alors mesurés sous les arbres et à leur périphérie. Cette même étude et un rapport de l'IRSN, notaient qu'en 1986, en France, la radioactivité des champignons (met particulièrement recherché par les sangliers) était 5 à 10 fois plus élevée que celle du lait ou des céréales (273 à 1165 Bq/kg pour les champignons analysés dans le Parc National du Mercantour). Les experts auraient alors du être alerté (certains l'ont été, mais ces premiers lanceurs d'alerte n'ont pas été écouté) par le fait qu'elle avait diminué bien plus lentement chez les champignons, alors même que la radioactivité du gibier de 1986 à 2003 dépassait parfois la limite de commercialisation et que ), ce qui aurait du faire suspecter une bioconcentration et contamination persistante de la chaine alimentaire. L'IRSN avait à l'époque reconnu qu'un sanglier consommant les champignons sur une tache de contamination du Mercantour était exposé à une « dose efficace » très élevée (de 10 à 100 µSv). Or en Belarus, mais aussi ailleurs en Europe, de nombreuses zones radioactives persistaient (sans même parler des 300 décharges de stériles faiblement radioactives éparpillées en France, ou des laboratoires et stockage souterrains qui n'ont pas résistés aux tremblements de terre du collapsus). Le problème est que le seul spécialiste de cette question (un universitaire) est parti à la retraite ou est mort à cette époque sans être remplacé et que les champignons à fructification souterraine n'avaient alors pas été pris en compte par cette étude (on était alors en pleine débâcle de la recherche universitaire environnementale, et la recherche collaborative citoyenne n'était qu'embryonnaire, voire interdite par l’état (en épidémiologie et en génie génétique par exemple). On savait pourtant très bien à cette époque que la fonge souterraine concentrait probablement encore très bien la radioactivité. D'autres chercheurs savaient que le césium ne percolait que lentement dans le sol (1cm par an en moyenne, c'est à dire qu'il fallait donc en moyenne 20 ans pour que le césium atteigne la zone principale de prospection des mycéliums de ces champignons). Sur la base de ces informations disponibles, n'importe qui aurait donc dès 1986 pu prédire que ce serait vers 2006 que ces champignons devraient commencer à devenir très radioactifs, ainsi donc que les sangliers, écureuils, certains micromammifères et les animaux qui les mangent ou que les animaux mangeant leurs cadavres, ou ceux qui consommeront des nécrophages ayant mangé ces cadavres.[1]. Il a fallu attendre les années 2000, pour qu'une étude [2] démontre clairement que le phénomène s'aggravait déjà pour le sanglier. Cette étude avait porté sur la contamination du de sangliers sauvages allemands par le radiocésium de Tchernobyl (dans le Land de Rhénanie-Palatinat), par analyses d’échantillons de 2.433 sangliers tirés dans une zone de 45.400 ha de forêts dans l’ouest de cette région, de janvier 2001 à février 2003. J'ai relu cette étude en quelque sorte prémonitoire.. Elle était passée inaperçue à l'époque, comme celles qui portaient sur les séquelles des deux premières guerres mondiales. Mais comme dit le proverbe : il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut voir. Les faits étaient pourtant clairement établis : Les deux dernières années de l’étude (mai 2002 à Février 2003), les chercheurs avaient aussi étudié le contenu et la radioactivité des restes trouvés dans les estomacs de 689 des sangliers tués à la chasse (à cette époque on endormait pas les animaux avec des appâts sélectifs ou des fléchettes, mais on les tuait au fusil, et à la grenaille ou aux balle de plomb en plus ! comme à la guerre d'ailleurs). Les résultats des analyses montraient que la teneur en radionucléides de la viande de sanglier suivait une courbe saisonnière de contamination en dépassant les taux admissibles pour l'époque en été pour 21 à 26% des sangliers, avec une forte réduction en hiver (1-9.3%), ce qui indiquait manifestement une consommation plus élevée de nourriture contaminée durant la période de végétation. L'étude ne dit pas si les sangliers radioactifs ont été consommés ou non, mais préccise que le déclin de la contamination observé en automne semblait lié à une grande consommation de glands et faînes de hêtres pas ou peu contaminés et montrait que les sangliers disposaient de capacité de détoxication, en partie liée aux chélateurs présents dans leur nourriture. Restait à préciser le mécanisme de contamination des sangliers. L’été 2002, une analyse précise du contenu en nourriture des 18 estomacs les plus radioactifs (345 à 1.749 Bq/kg de matière fraîche) avait été faite, ainsi que pour les 18 estomac présentant les plus bas taux de césium radioactif (moins de 20 à 199 Bq/kg). Des restes de truffes du cerf (Granulatus Elaphomyces) avaient été trouvé dans des proportions beaucoup plus élevées dans les estomacs très contaminés que dans des estomacs faiblement contaminés. Ce champignon semblait donc la principale cause de contamination des sangliers. Il avait été aussi été détecté dans les forêts du Palatinat, par un chien truffier à une densité moyenne d'une truffe par 20 mètres carrés, principalement dans les zones de résineux, et avec une teneur moyenne en césium 137 de 6.030 Bq/kg (fm). L'information a curieusement peu circulé, peut être en raison du lobby truffier, discret mais à cette époque encore très influent (il a plu au moment du passage du Nuage de Tchernobyl sur plusieurs des principales zones de production, et peut-être a t on voulu cacher au public que ces truffes pouvaient être contaminées. Tu noteras que c'était aussi le moment où l'INRA s'est impliqué pour implanter des cultures myccoryzées de truffes européennes en nouvelle Zélande, avec un certain succès).

Je sais que tu as du mal à me croire, mais en tant que grand-père, je te suggère d'analyser tes éventuels préjugés sociopsycho(patho ?)logiques (d’origine personnelle ou collective) qui pourraient t'empêcher d'analyser d’appréhender de manière neutre ce problème. Ne m'as tu pas dit il y a quelques mois que tes taux sanguins et capillaires de métaux lourds étaient en augmentation régulière depuis 10 ans ? et ceci, malgré le soin qui caractérise le choix des tes aliments et malgré l'alimentation riche en chélateurs naturels que t'a conseillé ton diététicien. Il me semble aussi que tu mange justement plus de champignons de culture pour compenser un éventuel déficit en protéines suite à ton régime végétalien. Non ?

Saches aussi que le ministère de la restauration écologique, avec l'aide d'étudiants du Master VI d'écologie rétrospective de l'université européenne de Bruxelles a validé l'analyse collaborative faite de ces documents, dont la conclusion est qu'un phénomène de ce type pourrait s'est produit en France concernant les métaux du goupe du platine selon le scénario suivant :

Ici, plusieurs étudiants (dont le doyen de l'Université du temps libre qui a 109 ans et qui n'est pas le moins actif) planchent collaborativement sur le sujet (voir le chapitre « écotoxicologie » du wikibook francophone consacré au platine ou voir les liens de la page de discussion de Wikipédia, au mot clé Pot catalytique si tu veux en savoir plus ou si tu veux les aider). Pour ce qu'ils m'ont rapporté, ce platine a comme origine la plus probable les microparticules de catalyseurs perdues par les pots catalytiques de voitures quand elles circulaient encore par millions sur les deux autoroutes Paris-Lille. Sa composition isotopique et sa répartition dans les différents compartiments de l'environnement signe en tous cas bien une origine anthropique et en effectivement "routière". La chambre agroindustrielle avait émis l'hypothèse de remontées minières de platine dans les eaux d'exhaure légèrement acidifiées, mais ceci n'explique finalement que quelques pourcents des taux effectivement mesurés.. L'Académie de médecine a identifiée pour sa part le platine perdu dans l'Environnement via les urines des millions de personnes traitées par chimiothérapies dans les années 200-2015), mais ca n'explique que 10 % au plus de la contamination environnementale. La recrudescence de l'activité volcanique n'explique même pas 1 % du phénomène. Il y a donc autre chose… La seule explication qui a résisté à l'analyse multicritère est l'origine routière, car :

  • Les isotopes observés correspondent bien, de même que les métaux associés au platine utilisé dans les pots catalytiques.
  • ces taux sont toujours les plus élevés près des anciennes routes, en aval de leurs zones de lessivage, dans les creux en particulier.
  • Hormis sur quelques friches industrielles, ce sont sur les digues littorales françaises qu'ont été enregistrées les teneurs les plus élevées au monde en métaux du groupe du platine. Ces métaux n'ont pas été déposés là par les embruns pollués, car on n'en trouve pas plus dans les zones exposées aux embruns, que dans la seconde ligne de digue à l'intérieur des terres, au contraire. De plus on ne trouve presque pas de platine dans ou sur les digues littorales des autres pays, et heureusement, car ce platine combiné au mercure et à l'arsenic relâché par les stocks de munitions immergées, affecterait les fonctions écologiques des digues et épis d'Europe du nord en inhibant une partie de leur activité décarbonisante. Les digues-rempart qui sont aussi des puits de carbone, telles que celles que tu peux observer à l'est de l'ancienne Rotterdam jouent - côté terre - un modeste mais intéressant rôle de puits de carbone grâce aux expérimentations de solutions du type"néo-Rechar" ou "Terra-pretta", et elles ont entièrement été faites avec des matériaux locaux ou prélevés en mer.

Le premier dirigeable solaire autonome a été à dédié à leur entretien. Il y pulvérisait jour et nuit, quand la météo le permettait, les nutriments nécessaires à l'entretien d'un épais tapis de lichens et nostocs. Il y a ensuite déposé du BRF stabilisé par des algues filamenteuses et du charbon de bois, avant que ne se forme le sol épais et bien noir que tu connais aujourd'hui, entretenu par les moutons. Ces moutons qui là bas ne présentent pas de tumeurs (grâce au charbon de bois ?), contrairement aux nôtres. Ce platine est donc bien l'une des séquelles de la pollution automobile. C'était un des contaminants des broyats provenant de l'ancien réseau de routes et d'autoroutes, par ailleurs très mal inertés.

Ces routes avaient été rendues totalement inutiles par l'interdiction européenne de l'automobile juste après le collapsus. Les rubans de macadam ont été découpées ou concassées et ont servi à construire tout le réseau de digues de l'ouest de la France. Quand ces digues ont été élargies et rehaussées 10 ans après pour faire face aux intrusions marines des tempêtes d'équinoxe, elles ont aussi été, et contre l'avis de la commission Ospar, consolidées avec des déchets du BTP ("Bâtiment et travaux publics " disait-on disait à l'époque). Il s'agissait cette fois débris des zones urbaines détruites lors du premier tremblement de terre, et des débris de toutes les anciennes zones imperméabilisées (Même en regardant les images d'archive, tu n'imagine pas combien - avant la généralisation du HQE et des méthodes Adopta – les villes étaient imperméabilisées . Au moins 70 % de nos villes étaient totalement étanches à l'eau. Et tout ce béton et ce macadam ont durant 40 ans lentement, mais sûrement accumulé du platine perdu par les pots d'échappement, avec d'ailleurs d'autres métaux aussi peu sympathiques. . Pour ton information, il est aujourdh'ui interdit pour cet usage, mais le cysplatine était à cette époque largement utilisé comme anticancéreux. Il l'est à faible dose, mais c'est aussi un cancérigène à dose plus élevée.. Et saches qu'on a aussi incidemment confirmé que ce platine rendait l'organisme des mammifères plus perméable à d'autres toxiques, affaiblissant leur système immunitaire. Et il semble qu'en tant que catalyseur ce platine renforce la toxicité des résidus de pesticides encore abondamment trouvés aux abords des corridors français. Les plus rémanents de ces pesticides sont aussi sans cesse rapportés sur les digues par les embruns portés par le vent d'ouest.

Curieusement quand on a commencé à parler de l'écotoxicité du platine, les ressources minières en était presque épuisées, et les entreprises minières qui l'exploitaient se sont mises en faillite. Toujours est-il qu'il pourrait bien expliquer l'anormale pauvreté écologique et les graves anomalies de fitness biologique enregistrées sur des lisières des premiers corridor Paris-Lille et Lille. C'est simplement qu'ils ont été disposés sur les zones les plus polluées du pays

Les français, comme les anglais, les espagnols et les italiens dont les territoires abritaient alors encore l'essentiel de la biodiversité européenne ont commis une erreur de stratégie environnementale : Au lieu de s'inspirer des cartes d'écopotentialités (dont la première était disponible pour le nord de la France dès 2007), c'est à dire au lieu de faire passer les corridors biologique là où ils auraient du l'être pour des raisons écologiques, ils ont réalisé une trame physique, plutôt mieux interconnecté que celle des autres pays, défragmentant physiquement les paysages, en ayant la bonne idée de conserver les ponts et les tunnels (sécurisés après le premier tremblement de terre) pour les pistes cyclables, mais sans prendre en compte les besoins écologiques actuels et futurs des espèces.

A titre d'exemple, quand les élus ont décidé en urgence, sous la pression des manifestations et devant les premiers effets du "Perfect STORM de renforcer Natura 2000 par un vrai réseau fonctionnel de corridors biologiques, les chambres consulaires, certains syndicats et l'association nationale des propriétaires fonciers ont mis leur véto à la restauration d'une trame verte sur les zones agricoles ou de production sylvicoles (99,9 % des forêts régionales) et industrielles, pour ne pas gêner la relance des marchés et de l'Économie et en prétendant que ces zones seraient les futurs puits de carbone. Les propriétaires fonciers, appuyés par le lobby des banques avaient posé de telles exigences en terme de compensation financière qu'on ne voyait que faire. Et verdir les zones urbaines, comme cela avait été fait jusqu'alors, ou tenter de développe quelques archipels supplémentaires de micro-réserves naturelles, n'avait pas de sens ni ne répondait aux enjeux, en particulier d'instauration rapide de corridors climatiques tels que ceux qui avaient déjà fait leurs preuves en Australie.

La finance s'étant alors complètement effondrée dans ces trois pays, le pays ne voyait pas comment payer le renforcement de sa trame verte de toute évidence plus que chétive. Les épidémies rendaient une grande partie de la population indisponible pour les travaux d'intérêt général.

Il n'y avait en France plus de carburants fossiles ni nucléaire disponibles. Ce pays, trop confiant dans son nucléaire, n'avait qu'insuffisamment développé son réseau d'énergies renouvelables. En outre, à cause de ses activités touristiques, portuaires et aéroportuaires, la France, avec la Belgique et le Royaume uni ont subi de plein fouet les premières grandes épidémies, y compris de zoonoses induites par la mondialisation anarchique des transports, immédiatement suivies des tremblements de terre, Ces réactions sismiques eustatiques étaient attendues par les spécialises (Dès les années 2010, le BRGM avait alerté les autorités nucléaires et la sécurité civile), mais personne ne s'était attendu à des mouvements tectoniques aussi subits ni aussi violents, surtout sur des zones antérieurement non suspectées de risque sismique comme par exemple les zones industrielles et portuaires du nord-ouest de l'UE. La chine du sud-ouest s'était finalement mieux préparée. C'est donc la Fance qui a été la plus perturbée par les quarantaines imposées par l'OMS contre la propagation des épidémies et pour la maîtrise des pandémies. Heureusement des pôles locaux autororganisés se sont rapidement construits

Ceci explique pourquoi il a paru logique aux autorités françaises de prioriser la restauration d'une grande trame verte nationale à construire en lieu et place de l'ancien réseau routier et sur les berges des canaux, en profitant des travaux pour enterrer les lignes électriques et les réseaux de méthanisation. perturbaient fortement le transport nationale et international C'est donc en lieu et place des routes qu'ont été construits le premier grand squelette du réseau écologique paneuropéen


L'expertise collaborative, sur la base notamment des analyses isotopiques a conclu que que ces polluants qu'on trouve dispersés ont tous une même source : les pots catalytiques des derniers véhicules utilisant des carburants fossiles. Le pic de pollution trouvé dans les poissons et mammifères marins dans les années 30 proviendrait du platine massivement accumulé dans les glaces polaires (taux multiplisés par 100 en 10 ans dans les années 2000) Quel paradoxe !

Ca ne doit pas aider leur système immunitaire.. Ils ne vivent pas bien vieux.; Mais ils semblent moins touchés que nous par la délétion de la spermatogenèse et continuent à étonamment bien se reproduire. Nous nous sommes amusés à soumettre nos propres cheveux et des échantillons d'urine à l'analyseur.. Je suis aussi platiné, juste en dessous de la dose audelà de la quelle le risque de cancer est plus qu'avéré.. Ca pourrait expliquer mes deux premiers cancers.

Ho.. "batterie faible " m'indique mon MP4. J'espère qu'il a bien enregistré mes dernières minutes de conversation. Je dois avoir un problème de connection avec le chargeur solaire de mon pagne.Le coating photovoltaïque que j'ai fait poser sur ce pagne ne vaut pas ce qu'il m'a coûté. Je vais me brancher sur le vélo et sa cape anti-UV et éviter d'emprunter les tunnels. J'en profiterai pour aller chercher quelques bouquins chez Marie.. Je me remets à lire. J'ai un peu de mal à cause des borrélies qui me brouillent la vue (je prends un petit traitement antibio quand ca ne va vraiment pas, mais impossible de les éradiquer dans l'œil ou les synovies). Le reste du temps avec une bonne loupe je m'en sors. C'est bien agréable de pouvoir lire quand le Net est en panne. Même les jeunes s'y remettent.

Où en étais-je ? Alzheimer me guette.. Ah oui…J'en étais aux zoonoses du moment… Comme la plupart des vétérinaires ont été réquisitionnés pour remplacer les médecins qui sont dans les hospices, sont morts durant le collapsus, ou ont fui la région juste après la première vague d'épidémies. Nous payons le manque d'anticipation des autorités qui n'ont pas autorisés les Facs de médecine à former assez de médecin, gérontologues, épidémologistes et cancérologues notamment étaient insuffisant, et les médecins victimes , Faute donc de vétérinaires, disais-je, il n'y a plus personne à part des ONG de bénévoles et quelques écogardes pour s'occuper des animaux sauvages. Mais ce n'est plus de notre âge, d'autant que la recrudescence des cas d'ehrlichiose, d'encéphalites et de maladies de lyme ne nous incitent plus à nous enfoncer dans les profondeurs de la Charbonnière (les répusifs ne suffisent plus à éloigner les tiques).

Nous avons eu tant de mal à réintroduire les élans : il a fallu plus de 20 ans d'expérimentations, trois élevages conservatoires expérimentaux, des tests en semi liberté, des années d'études d'impact… Ni l'Agence mondiale de la biodiversité, ni le grenelle européen ne jugeaient ces expériences prioritaires, et elles les conditionnaient au retour du loup (là, on aurait peut-être du les écouter, parce que les pays qui ont accepté le retour des grands prédateurs n'ont pratiquement plus de problèmes de zoonoses et leus forêts se portent bien mieux maintenant qu les herbivores sont contrôlés par eux. Mais chez nous, les réfugiés n'ayant pas le droit au vote à cette époque, ni le loup, ni le lynx n'ont été acceptés par les comités de gouvernance.. Une vieille rancœur de chaperon rouge encore bien tenace.. qui nous a de plus privé du bénéfice des écotaxe du programme Life-Biodiv. J'enrage : Je suis entièrement d'accord avec l'argumentaire développé devant le préfet lors du forum Biodiversité, avec l'OBIOHN (Observatoire régional de la biodiverisité et des habitats naturels) et la fondation "Maurice l'aulnaie" : c'est une double catastrophe de voir disparaître à la fois les cervidés et les élans ; - Premièrement ; parce que les cervidés entretenaient gratuitement un important réseau de clairières dans la charbonnière. Ces vastes clairières sont vitales pour le retour d'une biodiversité suffisante pour que cette forêt devienne suffisemment résiliente pour s'auto-entretenir. Ils entretiennent gratuitement un réseau de corridors intraforestiers dont le anglais ont largement montré la nécessité. Ces clairières sont aussi nécessaire à la survie des néotourbières et de certaines îles flottantes qui sont, et de loin, nos meilleurs puits de carbone (c'est grâce à eux que la région récolte assez d'Euros pour subvenir aux besoins vitaux de près de la moitié de la population ; Même les danois qui touchent pourtant un bon paquet de crédits-carbone grâce aux fermes éoliennes offshore de la Baltique et de l'Atlantique nous versent une rente pour ces puits de carbone. Ces puits sont d'après le GIEC et l'université du littoral les plus productifs au monde. Rends toi compte : jusqu'à plus de 3 m d'épaisseur de tourbière alcaline bien dense en seulement 20 ans autour de Douai. Et ces tourbières contribuent à remarquablement dépolluer les eaux superficielles, même si - j'en conviens - les organismes méthanotrophes y manquent un peu. C'est une question que nous devons travailler pour équilibrer le bilan carbone de court terme.. Pour le long terme nous sommes en train de faire du charbon pour le futur.. sachant qu'à ce rythme là, nous avons calculé qu'il nous faudra au mieux 20 millions d'années pour rembourser la dette en carbone de la région. J'aurais aimé que nos ancêtres fassent ce calcul dès la révolution industrielle. - Cette zones est labellisée site-Atelier du GIS-Bidoviversité et de l'association des ingénieurs écologues qui tous deux insistent aussi sur le le fait qu'on a pas trouvé mieux que les élans pour faucarder les bordures eutrophes d'étangs.. Ils jouent sous l'eau, un peu le rôle des castors sur les berges.. Ils éclaircissent et enrichissent l'écotone. De plus nous utilisons les zones buissonnantes basses entretenus par ces animaux sont très pratiques pour la production de BRF printanier, facile à exporter par voie d'eau et indispensable pour les restaurations de sols. Ce BRF a donné des résultats spectaculaires.. On nous en commande de toute la France. Le meilleur est le broyat de branchettes et feuilles de saule-peuplier-bouleau produit à partir des souches sélectionnées par rétrocroisement dans les pépinières du conservatoire génétique éclaté de Haendries et du CRRG, maintenant sous la responsabilité du Conservatoire botanique national de Bailleul. Les arbres issus de rétrocroisement absorbent moins les métaux lourds, et très peu dans leurs extrêmités et rameaux qui sont gorgés d'hormones de croissance. J'ai l'impression d'ailleurs qu'y ajouter un peu de troène fait perdurer plus longtemps leur efficacité.
Si tu en utilise sur ton bateau, penses à les ensemencer en spores de champignons après les avoir humidifié et en fin de soirée.. Et surtout protège les d'un excès d'UV par une résille solaire capteuse de rosée. J'ai récolté des potirons et courgettes en pleine canicule, sans autre arrosage que le goutte à goutte de nos eaux grises.

Mais je digresse à nouveau.. Je reviens à mon élan affectueux pour les eaux d'affaissement du bassin minier : Nous avons ici des problèmes proches de ceux que vous connaissez à Rotterdam et dans les "dead zones" de l'estuaire de l'Escaut : nos bulleurs, éoliens ou solaires et leurs surpresseurs peuvent facilement réoxygéner les fonds des lacs d'ennoiement, mais nous ne bénéficions pas des courants marins et estuariens qui chez vous dispersent les zones anoxiques.. Et surtout nous devons constamment nous battre contre plusieurs invasives. La première est la moule zébrée qui sous l'eau qui filtre utilement les bactéries, mais qui qui se ferment quand son seuil de tolérance et dépassé ou quand le taux d'oxygène chute un peu trop. La plupart des invertébrés meurent alors, au profit des cyanophycées, qui empoisonnent les moules ou le reste de la faune.et il faut des mois pour redémarrer un nouveau cycle de cicatrisation..


En surface, ce sont la jussie, les azollas et les lentilles d'eau, ainsi que localement des élodées invasives qui colonisent à une vitesse incroyable la surface des lacs et des étangs. Elles les recouvrent dès février d'un beau tapis vert, fleuri de jaune, mais en empêchant le soleil de pénétrer et de désinfecter les couches inférieures. Après une conférence citoyenne de consensus, autoorganisée, nous avons finalement voté la quasi-unanimité l'interdiction des pesticides (qui faisaient pire que mieux, puisqu'ils tuaient les plantes qui allaient pourrir au fond.. c'est comme ça que le cycle de dystrophisation a commencé). Il nous faut donc les retirer à la main. Les daphnies que nous réintroduisons en permanence à partir d'élevage originellement conçus pour nous fournir une source de protéines propres contribuent au micromélange des couches et évitent la stratification thermique. Mais leur survie à moyen terme est encore très aléatoire. Les faucardages manuels sont permanents (c'est l'essentiel des TIG des habitants de la nouvelle-Lens et de Douai II qui ont même du travailler de nuit l'été dernier) . Ils permettent d'arracher et méthaniser puis composter les algues filamenteuses. Une partie des algues filamenteuse sont lavées et utilisée pour la fabrication ou l'entretien des murs et des biovélos ou des tissus cicatriciels anti-érosion (mélangés avec du BRF dans ce cas). Pendant ce temps, les unités dérivantes de filtration conçues dans les années 20 continuent à filtrer les cyanophycées (de manière relativement sélective), nous devons les nettoyer de plus en plus souvent, sinon elles coulent sous le poids des moules zébrées qui y poussent, et qui bouchent leurs crépines. L'eau est beaucoup moins turbide et la surface moins colonisée par les filasses bactériennes (Sphaerotilus natans en général) ou la Jussie des marais laisse enfin passer la lumière vers les fonds. Si tu en étais d'accord, tu pourrais nous proposer un module récifal adapté aux eaux douces. Ceci nous permet de peu à peu restaurer une flore subaquatique presque normal là où il n'y a pas de poches de méthane ni d'émission d'hydrogène sulfuré toxique, mais cette flore pousse bien trop vite et elle meurt encore trop facilement les nuits chaudes.

Nos élans, grands nettoyeurs-faucardeurs des zones-humides

Sans les élans qui broutaient l'excédent de plantes là où il faut et quand il faut, on peut craindre le retour de zones mortes ou de dystrophisations de surface, comme dans les années 2020.. Et ce n'est vraiment pas une chose que j'ai envie de revivre : Outre quelques dangereuses explosions de poches de méthane, l'odeur pestilentielle des zones mortes empoisonnait l'air jusqu'à Lille,-Roubaix-Tournai. Et chaque épisode était suivi d'une série d'épidémies, de botulisme notamment.

Je reste fasciné par la capacité des sphaignes à conserver leur eau en pleine canicule. Tu reconnaitra sur la photo un Drosera rotundifolia, plante dite carnivore (insectivore) qui réapparaissent depuis quelques années

Heureusement les castors ne semblent pas avoir goûté aux farines animales. Ils ont dans ce secteur reconstitué des populations abondantes (plusieurs centaines de familles des plages de Saint Omer aux forêts et tourbières du [[w:Parc de la Deûle|Parc de la Deûle) qu'ils ont sauvé de l'assèchement.
En vérité, ils nous ont même sauvé deux fois :

  • une première fois dans les années 2010 en faisant remonter les nappes dans les forêts où on les a réintroduits ou là où ils avaient pu revenir tout seuls de l’Aine ou de la Belgique. Leurs barrages successifs, constamment entretenus le long des petits cours d’eau ont permis de conserver de l’eau dès le haut des bassins versants. Et cette eau a été salutaire lors des canicules, d’abord pour la flore qui semble dans ces zones avoir été dopée et miraculeusement enrichie ou restaurée, et aussi contre les incendies qui ont épargné les zones à castor, alors qu’ils ont ravagé la plupart des autres forêts de la région (Desvres il y a 5 ans, et Mormal l'an dernier après qu’une double épidémie de tuberculose et d’Hanta-virus y ait décimé les castors).
    Inversement, dans la charbonnière, hormis sur les sommets de terrils, les milieux sont toujours humides et même presque frais en pleine canicule. Il est question de s'inspirer des néo-tourbières à sphaignes qui y ont été testées par les ingénieurs écologues néerlandais pour améliorer les caractéristiques thermo-hygrométrique des écoducs qu'il faut encore construire autour du canal Seine-Nord… si l'Otan veut bien qu’on les y construise (car certains militaires veulent que cet axe stratégique reste ouvert et dégagé, pour ne pas faciliter les afflux de réfugiés sans-papier) .
  • Les castors nous ont sauvé une seconde fois quand après le grand tremblement de terre la plupart des digues et barrages de la région ont cédé.. Les leurs ont été réparés par leurs soins en quelques semaines alors qu’ils nous a fallu un programme prioritaire d’urgence nationale et trois ans de travaux pour restaurer, aux normes antisismiques cette fois les barrages artificiels, et en sacrifiant les quelques polders qui avaient jusque là pu être maintenus.

Dans la région des grands Lacs (Lens, Douai…) les campings et gîtes de groupes sont réservés trois ans à l’avance, (aux risques et périls des touristes en cas de dégazage brutal de CO2, le dispositif de séquestration du carbone ayant été mis à mal par les tremblements de terre) . Ces gîtes sont construits sur des pontons qui se déplacent au cours de la journée pour être toujours à l’ombre, et plusieurs barges épuratrices ont été recyclées en piscine par les écobricoleurs de la recyclerie de la nouvelle Lens flottante: La température moyenne réelle au sol a été dans ce secteur en aout dernier de 11 °C inférieure à celle du Cambraisis. Mais la température subjective y est encore plus agréable, car il y a souvent une légère brise entretenue par la différence d’albédo entre les plans d’eau et la forêt périphérique. De plus, comme la rosée est souvent encore abondante le matin, son évaporation rafraîchit encore l’air dans la matinée. Et l’air y est le plus pur de toute la région. On y roule maintenant sans masque, mais les pistes cyclables n’y existent qu’en périphérie (dans la zone tampon accessible au public). Il reste le problème des tiques. Leurs populations ont légèrement régressé, mais presque tous les animaux en sont infestés, oiseaux compris. J’ai vu des grappes de tiques sur les pattes de certains hérons garde-bœuf.. Ils contribuent néanmoins à épouiller les bisons..

Le conseil scientifique et citoyen de l’OBIOHN, au sein de l’Agence eurorégionale de la biodiversité a validé la conclusion du Muséum. Ces conclusions sont étayées tant par la biostatistique, que par les modèles ÉCO-NUMS, que par les expérimentations faites dans les années 2020 dans de vastes zones clôturées d’Alsace, et surtout par les expériences nord-américaines faites peu avant vers 2015 à grande échelle dans le Nord-Est des USA puis au Canada. Cette conclusion est que le seul moyen de restaurer un équilibre écologique défavorable aux tiques et aux pathogènes qu’elles véhiculent serait de réintroduire un nombre suffisant de grands prédateurs carnivores dans les forêts du nord ouest de l’Europe. Défragmenter ces forêts diminue le nombre de tiques, mais ne suffit pas à le limiter à une densité normale.. A ce jour, l’idée de réintroduire des grands prédateurs a beaucoup progressé : un sondage récent de l'IFEN a montré que les comités de quartier souhaitent presque tous revoir ces prédateurs dans la région, mais les actions concrètes sont encore bloquées sur le terrain. Les comités éthiques des unités suburbaines et rurales reconnaissent unanimement l’importance écoépidémiologique de ces animaux (enfin presqu'unanimement, car il y a encore des grincement de dents dans les comités ruraux, des bergers chargés d’entretenir les bords de cours d’eau en général.. On peu les comprendre), mais le sondage montre aussi que ces même comités n’en veulent plutôt pas près de chez eux. Or ce type de réintroduction requiert 85 % de « pour », avec un vote élargi aux régions périphériques. Certains habitants ont (anonymement) promis d’empoisonner ces animaux si on les introduisait, même avec des micropuces qui forceraient ces loups, lynx ou ours à rester dans les forêts ou dans certains secteurs de la trame verte). Quand je pense qu’en Amérique du nord ils en sont à étendre les expérimentation de retour du lion (en remplacement du lion des caverne qui a disparu, mais dont les fonctions écosystémiques semblent manquer) et de l’éléphant (pour les mêmes raisons).
L’autre solution étudiée depuis 10 ans est d’utiliser des guêpes qui parasitent ces tiques . Elles sont très efficace en laboratoire, mais après quelques années, sur le terrain, elles se montrent sur le terrain très vulnérable aux effets combinés des métaux lourds et des résidus de pesticides, ce qui explique probablement l’échec des coûteuses réintroductions massives tentées depuis 10 ans. Ces guêpes sont par ailleurs devenues très rares en Europe du Nord-ouest, et le manque de diversité génétique des souches introduites est une cause supplémentaire d’échec. On a testé des nématodes et des champignons parasites, mais avec des succès très éphémères. Par contre la démoustication par réintroduction d’insectivores, là où elle est pratiquée se montre très efficace. J’ai dormi plusieurs fois dans les hamacs d’ENM/BM sur les berges du 11-19 sans être importuné par aucun moustique, bercé par le bruit des grillons et des cigales. Je m’y suis émerveillé du ballet des lucioles qui ont réapparu depuis la suppression de se régalent des escargots très abondants, comme tu l’imagines dans cette zone. On y revoie même des escargots de Bourgogne que les écogardes surveillent avec attention. Cette zone étant totalement inondée en hiver, elle est relativement dépourvue de tiques.

Seul avantage des tiques, il fallait leur en trouver un : elles limitent fortement la pénétration humaine dans le bois : le pillage du bois mort et le bûcheronnage illégal ont fortement diminué sur ce secteur.

Mais je te parlais des castors je crois.. Là où ils n’ont pas pu s’installer suite aux incendies de ripisylves l’année où les cours d’eau étaient presque tous à sec (dans le Cambrésis notamment), l'agriculture est devenue quasi-impossible (hormis sur la frange de la forêt inondée de Proville et le long des nouvelles ripisylves de l’Escaut-amont, qui ont aussi bénéficié de l’immense réserve d'eau accumulée en amont d’une bonne cinquantaine de barrages de castors. Dans ces zones une agriculture maraichère bio se développe, avec notamment des cultures d’igname qui compensent en partie le manque de céréales. La préfecture y a interdit le maïs, même transgénique, définitivement trop consommateur d’eau. Sur les plateaux le manque d’eau est chronique en été, alors que les coulées de boues emportent tout en hiver. Dans certaines vallées le castor pourrait remonter et y restaurer des oasis humides, mais les communautés rurales ont fait le choix de planter des arbres (pour bénéficier de financements puits-carbone), afin de limiter l’érosion et restaurer des sols. Or ces arbres ne poussent qu’au bord des anciens cours d’eau et très péniblement. Ils sont attaqués par des pucerons, dont les sécrétions sucrées permettent à la poussière de se coller sur leurs feuilles, ce qui provoque le développement de champignons qui asphyxient les feuilles. Et les propriétaires ne supportent pas que les castors coupent leurs arbres pour se nourrir de leurs écorces. Quand ce sont des essences locales, ces arbres recèpent pourtant facilement et ils pompent finalement moins d’eau grâce aux castors qui limitent leurs croissance au bord de l’eau, tout en conservant l’eau d’hiver dans leurs barrages.. Des échanges de castors de font de région à région pour entretenir une diversité génétique.

Sais-tu que Beuvry signifiait Castor, et La Beuvrière « la castorière » ? Il a fallu plus de 4 ou siècles pour que ces petits ingénieurs puissent venir à nouveau secourir les forêts. Les bois et marais y ont été reconstitués sur la base d'un programme qui date de la fin du XXème siècle.

La dynamique de la végétation est telle que les mouflons et les bisons chargés d’entretenir le réseau clairières ont bien du mal à contenir l'enforestement, même sur les terrils. ENM a importé de Bélarus quelques dizaines de chevaux de Prjéwalski qui sont pour le moment en quarantaine sur les flancs du terril du 11-19. Ils présentent quelques anomalies génétiques, mais on essayera par rétrocroisement de restaurer une population viable. Contrairement à leur zone d'origine, leur nouvel habitat a fait l'objet d'une décontamination, au moins superficielle par mycoremédiation. Par ailleurs, les saules et les bouleaux poussent à une vitesse incroyable. Une proportion croissante d'entre eux conservent des feuilles tout l'hiver, rapidement remplacées au printemps. Ils profitent des nitrates qu'i n'en finissent pas d'être remontés par les nappes. Ils sont régulièrement analysés par les écogardes. Dès qu'ils sont trop riches en métaux ou trop radioactifs pour ceux qui poussent dans les creux, on les envoie dans une des décharges-Puit de carbone. Une partie sont tués pour restaurer une source de bois mort. On commence à voir revenir des insectes xylophages, probablement via les corridors boisés venant de Pologne et passant par les Ardennes belges, mais aussi grâce aux programmes de réintroduction et échanges de bois mort.

Une quasi-jungle, impénétrable autour des lacs colonise les bords des grands lacs miniers. Comme l'eau continue à monter de nombreux arbres meurent noyés près des berges. Ca donne de curieux paysages très appréciés des touristes locaux ou virtuels.

Les taux de nitrates diminuent lentement grâce aux arbres que surveillent plusieurs milliers de personnes payées pour les protéger des pilleurs de bois. Il y a même un nouveau projet de parc national sur le secteur.


Pendant que nous parlons scientifique.. Tu m’as dit dans ton dernier post que tu as pu travailler sur l’échantillon de Bactéries chlororésistantes prélevées dans l’Aa en 1987, en aval d’un groupe d’usine qui utilisaient de grandes quantités de chlore pour désinfecter leurs installations, et en amont de la centrale de Gravelines qui utilisait aussi du chlore comme biocide pour ses conduites d’eau. Ces bactéries se sont reproduites uniquement dans leur flacon durant plus de 40 ans. Tu m’as dit que vous n’aviez pas retrouvé de traces de résistance génétique au chlore dans la descendance de ces bactéries orangées, mais qu’elle semblaient bien être à l’origine des nombreuses souches de bactéries chlororésistantes qu’on a trouvé dans la nature dans les années 20 et 30, dont certaines posent encore des problèmes nosocomiaux (dont les fameux vibrions de choléra de Gravelines). Selon toi, ceci signifie que cette partie du génome n’était pas stable et a finalement disparu. Attention, 1) ton échantillon est il statistiquement représentatif des milliards de bactéries qui ont été conservées dans le flacon ? 2) J’ai vu sur la photo qu’il y avait aussi dans le flacon des micro nodules d’algues vertes. Les avez-vous aussi étudié. Les gènes de résistance ne seraient ils pas réintégrés dans ces algues.. (sinon comment auraient elles fait pour résister au chlore au début de la désinfection). Avez-vous cherché et trouvé des archéobactéries ? et si oui les avez-vous toutes testées en situation d’exposition au chlore.. J’ai lu votre protocole d’étude sur l’Alternet. As tu bien vérifié par une check-list que le protocole est respecté (avez-vous utilisé du chlore gazeux ou de l’eau de javel comme celle qu’on utilisait au XXème siècle ) Il faut aussi que tu vérifie qu’une combinaison de gènes ne s’active pas dans une eau plus froide, ou lorsqu’exposée aux UV ou en cas de stress extrême..

Je suis tombé par hasard sur un petit essai (datant de 2012) sur la théorie des catastrophes, il y a un chapitre sur les différence entre catastrophisme, catastrophisme éclairé et information sur les catastrophes, je te le recommande, et suis à ta disposition pour en discuter dans nos futures conversation.

Tu vas encore me dire que ce mail est un peu long, et que je gaspille de la bande passante, mais je sais que tu aimes lire ton vieux « Papyboom », autant qu’il aime te lire.. Et comme notre connexion internet est toujours coupée, j'y ajouterai encore quelques réflexions, ou des nouvelles du quartier, dans les jours qui viennent.. Sur ce je vais me coucher.

PS : Quand tu seras à nouveau connecté;. Envoie moi aussi quelques photos de toi (En zone III, tu as droit à 1 photo haute def ou 10 photos compressées, pour ne pas surcharger la bande passante.. J'aime savoir ce que tu deviens) ;

A bientôt donc, et bonjour à ton Jules..
Et prend bien soin de ta santé. Évites les UV entre 10 et 16 h et si tu persiste à te baigner sans combinaison ni biofilm protecteur, attention aux méduses, n’avale pas d’eau et n’oublie pas ton testo-color pour mesurer la qualité bactérienne de l'eau.

Bon.. Je te laisse.
Le soleil est encore assez haut pour que nous puissions sortir un des cuiseurs solaire et manger un repas chaud au jardin.. Le cuiseur collectif c'est bien, mais un peu d'intimité nous fait également du bien. D'autant qu'il était moins performant (Trois des réflecteurs ont été volés.. Les makers[2] de l'atelier pédagogique du Mutualab[3] nous ont gentiment bricolé des miroirs de secours, mais moins efficaces). Au menu ; j’amène le dessert : salade de fruits : fraises des bois accompagnées de pommes et poires séchées réhydratées dans un jus de pommes du jardin conservatoire du CRRG. Avec des biscuits de noisette et noix. mmmh!

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. On voit ici que les deux conservatoires ont fusionné pour mutusaliser leurs moyens et compétences
  2. Présentation des Makers de Lille (archives Internet, début 21ème siècle)
  3. Présentation de l'ancêtre du mutualab (archive internet, début 21ème siècle) )