Essai de prospective environnementale. 2040, nord de la France.../Où l'on découvre l'auteur, Papyboom, en 2040

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Courriel d’un papyboom à sa petite fille, Avril 2040

Bonjour ma chérie.
Je sais que tu es sans nouvelles du monde depuis quelques jours, aussi avons-nous décidé de te dicter un petit mail qui partira dès que notre serveur pourra se reconnecter à l'Alternet car l’internet est encore en rade. Et il est plus surchargé par les restes de blockchains automatisés (et plus vérolé que jamais) ;
Tu sais peut-être que l’OTAN et la commission européenne réquisitionnent quand ils en ont besoin une partie de la bande passante de l’Alternet. Ils semblent y avoir récemment involontairement chargé ou laissé entrer quelques centaines de virions polymétamorphes et des virus de virus. N'ayant plus accès à cette partie du réseau, la communauté linux n'a pas pu y inoculer d'anticorps. Bref, le serveur du quartier a été contaminé et il s'est mis en quarantaine. Et comme depuis le Brexit les faisceaux de câbles optiques n’ont pas été remplacés dans le détroit (personne ne s’accorde sur qui doit payer), plus personnes ne peut vous joindre. Pas de chance quoi..
Heureusement quelques drones aériens et subaquatiques ont pu vous observer et nous renseigner, pour ceux qui ont pu regagner leurs bases.

Nous espérons de tout cœur que tout se passe au mieux sur ton université et que les réparations avancent. Nous avons eu très peur pour vous ; le rectorat vous avait cru perdu corps et bien après la rupture des ancres..J’ai appris par la radio hier qu'il y a de gros dégâts à bord mais peu de pertes humaines. D’après le ministère de la recherche, cette unité pédagogique et de recherche appliquée était pourtant au top en matière de sécurité (garantie insubmersible par le consortium sino-indien qui l'a assemblée… mais je crois qu'on avait dit ça aussi du Titanic).

Pour ton information : pendant que vous dérapiez vers la Baltique et ses w:cyanophycées toxiques, les satellites n’avaient plus aucun récepteurs opérationnels au sol, les stations météo, les stations radar de la PRONU et de l'ESA étaient elles-mêmes hors-service ; brouillée par le cyclone et paraît-il par des envols de poussières de minerais métallique. La tempête avait en effet arraché toutes les toitures et bâches des dépôts du complexe minéraliers anglais.– Et « Jamais deux sans trois » - j’ai appris par Jérôme que le dernier satellite susceptible de surveiller la zone a été percuté par un déchet orbital. Il y a longtemps que je n'avais vu pareille tempête. Jérôme m'a dit qu'à la NASA, plusieurs techniciens ont même cru qu'on assistait à une inversion du champ magnétique terrestre. Il a fallu leur amener une vraie boussole pour les convaincre.

Selon la radio, c'est un pigeon-messager qui a le premier apporté des nouvelles de vos barges. Nous avons pu voir les vidéo 3D au rectorat.. Impressionnant ! J'en avais le mal de mer.

L'ESA craignant un échouage en zone rouge voire en pleine zone morte a ensuite songé à vous évacuer et à déclencher un Orsec-Mar à partir des îles danoises... Mais la météo prévoyait à ce moment la fin de la tempête, et la conjonction des vents et courants devaient vous ramener vers l'Atlantique. Et de toute façon, tous les centres de secours et d’hébergement étaient saturés en réfugiés. On vous envoie donc une hôpital de campagne, un désalinisateur et un remorqueur pour vous repositionner au dessus de Rotterdam. Si tout va bien, vous allez pouvoir sereinement reprendre vos travaux d'études, et vos travaux pratiques de récupération et recyclage. Si tu n’es pas blessée et que tu es en état de travailler, ce que j'espère bien (Je me souviens que tu étais la meilleur aux exercices de sécurité civile).. Envoie-moi quelques hologrammes de vos nouveaux récifs artificiels. Ça m'intéresse bien, de même que des détails sur vos travaux relatifs aux corridors biologiques sous-marins.
Je suis curieux de voir comment vous comptez rendre ça compatible avec les hydroliennes. J’ai vu vos premiers récifs (sur le grand écran de Nausicaà, lors d’une visite organisée la semaine passée par l' Université du temps partagé), mais l’eau était si turbide qu’on y distinguait pas les détails. J'ai cru comprendre que vos nouveaux récifs montaient vers la surface ou s'enfonçaient selon la turbidité de l'eau.. Est-ce vrai ? Comment faites vous ça ? J'attends de tes nouvelles avec impatience.

Comme vous serez sans doute sans connexion durant encore quelques jours et que tu auras un peu de temps libre pour me lire, j'ai décidé de te raconter ce qui ce passe ici. Écrire et garder des traces me permet de compenser mes trous de mémoire. Tu trouveras donc ci-dessous les dernières nouvelles de la famille et du quartier, transcrites par le dictaphone de mon micro-MP4, s'il veut bien fonctionner (Nous ne sommes pas à Paris. Nos recycleries commencent à avoir du mal à trouver ou fabriquer des pièces de rechange pour ces modèles des années 2020). Si le réseau ne redécolle pas, je t'enverrai ça sur une puce d’ici quelques jours par un drone postal de l'Alternet. Nos coulonneux ne disposent hélas pas d'un réseau pigeons qui puissent voler jusqu'à toi.

Je n’aurai pas le temps de relire.. il restera peut-être quelques fautes d’orthographe ou de grammaire, je te prie de les excuser. Il n'y a pas de correcteur ni d'analyseur syntaxique sur ce vieux modèle..

Je joindrai au message quelques photos que tu recevras quand le réseau voudra bien fonctionner, car le quartier, et la macrorégion ont encore des problèmes chroniques d'internet. Plus ennuyeux, l’Alternet qui nous avait jusqu'ici gratuitement servi de réseau de secours se porte à peine mieux ; une saleté de virus systémique est en train de bouffer le système. On l’a identifié : c’est un virus nosocomial afghan qui a été génétiquement modifié et hybridé à un virus de virus (Matemute). L’hybride mute aléatoirement et crée des failles dans le système. Il perturbe les horloges des serveurs après s’être initialement propagé par les routeurs. Il semble être maintenant devenu « antibiorésistant ». Les informaticiens du réseau Likoto (Lille-Courtrai-Tournai) craignent qu’après avoir provoqué l’embolie du réseau de serveur, il y génère des sarcomes virtuels. Si c’est le cas, ils vont devoir amputer une partie du système. Ton oncle Thibaud dit depuis 10 ans qu’à force de coller des patch sur des patch, ça ne pouvait qu'arriver. Ça fait des années que les linuxiens disent qu'il fallait revoir tout le système et créer un vrai réseau neuronal sécurité à chaque arborescence de serveur. Ce qui est curieux est que ce Matemute se soit si facilement adapté à l’ALTERNET, pack linux y compris. J’y pressent une malveillance ; je viens de lire que 5 à 20 % (selon les pays) des modifications wiki sont des actes malveillants.. C’est comme ca depuis les années 2005, mais on sent que ce ne sont plus des amusements de potaches.. Avec la privatisation de l’ALTERNET et du WIKINET imposée par l’AGCS II, les problèmes chroniques de bio-infoterrorisme de l’internet et de piratage informatique se déportent maintenant sur l’ALTERNET. Certains voudraient pour cette raison fermer l'Alternet aux pays ré-émergents... Je ne pense pas que ce soit une solution. Il faut au contraire les aider à accéder à notre niveau de vie et restaurer leurs écosystèmes (et nos programmes 10% nord-sud n’y suffiront pas).. Ce sera difficile tant qu’on n’avancera pas sur les négociations sur le désarmement nucléaire et bactériologique.

Bref.. je crains que nous soyons en quarantaine informatique pour quelques temps, peut-être même pour plusieurs semaines ou mois. Ça ne m’est pas totalement désagréable, car avec l'âge je me suis détaché de bien des choses matérielles… mais si j’aime toujours autant bricoler au potager avec les amis, je m'ennuie un peu quand je ne suis pas connecté avec le monde lointain.. Avec les progrès stupéfiants des logiciels de traduction immédiate, le tourisme virtuel m’est devenu un grand plaisir, presque une drogue. J’y consacre le peu d'économies qu'il me reste. J'ai besoin de plus de stimulations intellectuelles et j’ai besoin de parler avec des jeunes. En ce moment, je visite l’Inde du nord et je vois que beaucoup de jeunes indiens aiment partager leur culture avec nous ; c'était pareil pour l'Indonésie que j'ai un peu visité le mois dernier. Ils sont en train d’inventer un nouveau genre musical qui me plait beaucoup. Je donne quelques conseils à un petit groupe.. mais je n’ai droit qu’à 20 min de connexion par semaine (quand l’internet ou l’alternet veulent bien fonctionner)..

Tu nous manque aussi. Depuis ton départ, il n'y en a presque plus d’enfants dans le quartier.

Sur ce.. il se fait tard. A demain ma grande.