Introduire la biodiversité dans la construction et l'urbanisme/Bonnes pratiques de gestion, fonctionnement, entretien /Quelle temporalité et quel rythme pou les actions de gestion de la biodiversité, avec ou sans biocides, pesticides ? etc.)

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Prévoir la gestion dès la conception des espaces :[modifier | modifier le wikicode]

Dans de nombreux sites publics existants, les espaces verts sont gérés intensivement pour maintenir une apparence propre et structurée, ce qui limite la variété des espèces de plantes présentes. De plus, la majorité des espèces plantées sont exotiques et d’usage réduit pour la biodiversité locale. [1] Pour favoriser la biodiversité, des méthodes pour protéger et maintenir des espaces verts doivent être attentivement développées dès la conception, mises en œuvre puis suivies [2]. Par exemple, les types de prairies implantées doivent tenir compte des propriétés du sol. Les prairies existantes doivent être maintenues, car elles possèdent déjà leurs dynamiques écologiques et sont adaptées au sol sur lequel elles se trouvent. Choisir des espèces et souches régionales adaptées aux conditions des sols permettra de limiter les éventuelles actions de traitements ou de fertilisation. Ou encore, il faut assurer une largeur suffisante des layons en milieux boisés ou autour des haies pour permettre les opérations d’entretien [3]. Une démarche « Plan de gestion différenciée », établies sur plusieurs années, permet ensuite d’organiser une gestion différenciée des espaces en fonction de leurs caractéristiques et des objectifs visés, et de suivre et réajuster au besoin les actions menées. De nombreux guides existent pour aider à mettre en œuvre une gestion différenciée au sein des collectivités. Pour les sites publics, les techniques sont les mêmes, et seront adaptées au site par le gestionnaire. En effet, l’entretien des espaces verts peut être effectué par les services de la ville dans laquelle elle se situe, par un intervenant extérieur, ou être à la charge des entreprises implantées. L’implication des employés/habitants est également possible. Pour assurer une bonne gestion, il convient de définir ces points tôt dans la conception.

La gestion dans les sites publics déjà existants[modifier | modifier le wikicode]

Faire des gazons et des prairies un habitat[modifier | modifier le wikicode]

Les gazons et les prairies surtout peuvent accueillir une biodiversité riche, à condition de lui laisser le temps de s’implanter et de ne pas la faire disparaître en entretenant l’espace vert.

Fauche tardive[modifier | modifier le wikicode]

La fauche tardive, qui consiste à laisser la végétation monter jusqu’à une hauteur conséquente avant de la couper, permet de laisser la végétation s’épanouir, ce qui favorise la floraison de certaines espèces, et permet de conserver plus longtemps un habitat pour la faune (invertébrés, insectes, micromammifères…). Sur une prairie, la fauche tardive peut être étendue à son ensemble. Sur un gazon, elle peut être réservée à une partie de la pelouse si l’on souhaite conserver une part de pelouse classique. Pour une prairie, il est peut-être préférable pour la faune de faucher en partant du centre vers la périphérie, ce qui lui laisserait la possibilité de fuir. Pour un gazon, supprimer deux tontes printanières favorise la floraison de certaines espèces. [3]

Fleurissement[modifier | modifier le wikicode]

Une gestion douce avec des fauches espacées des gazons et des prairies peut permettre le retour de plantes sauvages à la floraison intéressante. Mais il est également possible de semer des espèces en mélange. Leur floraison embellira les lieux et permettra d’accueillir la faune appréciant les fleurs mellifères ou nectarifères.

Végétaliser les massifs[modifier | modifier le wikicode]

Si des massifs d’arbustes sont présents, leur végétalisation permet de diversifier les strates végétales, apporte de la diversité floristique par les vivaces et couvres-sols, et augmente l’habitat pour certaines espèces.

Entretenir les haies sans en détruire la vie[modifier | modifier le wikicode]

Pour laisser au maximum un habitat pour la faune, et permettre à la végétation de s’épanouir, une rotation spatiale et temporelle est préférable dans l’entretien des haies : fauche des ourlets (partie basse herbacée des haies) et taille de la strate arbustive. La taille doit maintenir une largeur minimum de haie et n’être effectuée que latéralement, sans endommager la structure de la haie, pour ne pas causer des blessures aux buissons, ni dégrader l’habitat d’intérieur où une certaine faune s’abrite et/ou se nourrit (insectes, petits oiseaux…) [3]

Développer la vie dans les milieux boisés[modifier | modifier le wikicode]

La biodiversité et l’activité biologique dans les milieux boisés peuvent être renforcées. Par exemple, maintenir la végétation des sous-bois offre un habitat supplémentaire pour la faune. Cette action peut passer par des actions pour supprimer ou réguler des plantes « envahissantes » telle que la clématite. Si le paillage est adopté, il faut privilégier un paillage biodégradable. Celui-ci favorisera l’activité biologique des espèces saprophytes et détritivores, à la base d’une possible chaîne alimentaire.

Gérer les milieux humides[modifier | modifier le wikicode]

Les milieux humides sont sensibles et demandent une certaine attention. Un entretien particulier est nécessaire pour assurer le développement de leurs espèces caractéristiques. Il faut maintenir des niveaux d’eaux suffisants, éventuellement variables. Les espèces invasives comme la Renouée du Japon (Reynoutria japonica) ou les Jussies (Ludwigia sp.) doivent être supprimées. L’extension des espèces à forte dynamique tels les massettes et roseaux, etc. doit être limitée. La sédimentation doit être suivie. Enfin, les produits phytosanitaires y sont à proscrire.

  1. Snep and al. (2008). Enhancing biodiversity at business sites : What are the options and which of thse do stakeholdres prefer ? Landscape and Urban Planning 91, 26-35.
  2. Chandler. (2011). Integrating and Applyong Conservation Development Principles to Commercial Sites : A Business Park in Bristol, TN. Bristol.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Syndival. (2006). Fiches méthodologiques de la démarche environnementale sur le parc paysager d'activités de Landacres. NPDC, France.