Les Pôles d'éco-citoyenneté dans le Nord-Pas-de-Calais/Des pôles d'éco-citoyennetés remarquables en-dehors du Nord-Pas-de-Calais

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Terre Vivante[modifier | modifier le wikicode]

I Généralités

Terre Vivante est une société française focalisée sur le domaine de l'écologie, prônant le fait que les divers problèmes environnementaux dépendent certes des décisions politiques ou encore des innovations technologiques, mais surtout des habitudes quotidiennes. Après s'être longtemps centré sur la publication de livres et de magazines informatifs sur l'environnement, Terre Vivante a également ouvert son propre parc écologique.

Ce dernier se situe en région Rhône Alpe, à 60 kilomètres au Sud de Grenoble, prés du massif du Vercors (le parc est à 725 mètres d'altitude). Le petit village accueillant le parc s'appelle Mens, une commune de 1500 habitants environ. D'un point de vue historique, Terre Vivante était au départ une association qui voit le jour en 1979. Elle a été créée par un petit groupe de 7 personnes très sensibilisées par le contexte de l'époque où les problèmes écologiques commencent à émerger. Ces derniers souhaitent qu'un grand nombre de personnes s'investissent au quotidien à la problématique environnementale. La première action consiste à sortir un magazine (« les 4 saisons ») destinée principalement aux jardiniers amateurs de l'époque (estimés à 14 millions, ce sont les premiers clients de l'association). La première édition, sortie en 1980, évoque immédiatement les premiers objectifs de Terre Vivante par le biais notamment de l'édito :

« C'est une revue faite par des passionnés du jardinage qui savent comment s'y prendre pour faire pousser sans engrais chimiques des plantes vigoureuses et resplendissantes de santé, pour se débarrasser des parasites en douceur. »

Deux ans plus tard, un premier livre sur le thème de l'environnement est sorti. Chaque année 15 à 20 livres sortent, tandis que les populations commenceront à connaître le nom de Terre Vivante en France. Un changement radical a finalement lieu en 1994 : Terre Vivante décide de quitter Paris ou l'association était installée depuis sa création, pour créer au pied du Vercors, à Mens, son parc écologique (qui devient également son siège). La visite de ce parc est destinée à l'ensemble des particuliers, associations, regroupements divers, ainsi qu'a toutes les populations. Pour prendre encore de l'ampleur, Terre Vivante quitte en 2005 le statut d'association pour devenir une véritable entreprise coopérative indépendante. L'objectif est également de montrer que l'activité économique et entrepreneuriale peut s'inscrire dans une démarche responsable, et dépend avant tout du rôle des hommes, salariés, entrepreneurs...etc.

Le site comprend une équipe particulièrement engagée et multifonctionnelle: jardiniers, gestionnaires, techniciens, accompagnateurs écologie et développement durable...etc. Nous pouvons également ajouter de façon indirecte les journalistes,les professionnels qui ont également travaillé pour Terre Vivante. D'un point de vue technique, il y a ainsi trois buts : La publication de livres pratiques adaptés pour les différentes populations. La sortie régulière de la revue « les 4 saisons ». Faire vivre le parc, accueillir les clients et de les informer.

Le dernier élément important a été la mise en place du portail internet en 2008, véritable source d'informations et d'explications pour les internautes.

II Activités

L'objectif de l'organisation est de proposer des solutions pour préserver l'environnement au quotidien, dans différents domaines (exemple du jardinage). L'autre objectif, très lié au premier, consiste à informer les différentes populations. Cette information concernera les moyens de préserver notre planète. Elle doit se faire de manière ludique et agréable, mais doit également prendre en compte les professionnels comme les amateurs.

II.1 Activités au parc

Le parc écologique Terre Vivante situé à Mens s'étend sur 50 hectares. Il est bien entendu géré par l'entreprise coopérative Terre Vivante. Tout d'abord, il est important de parler des clients. Ils sont entre 20 et 25 000 par an à venir visiter le parc. Certaines maisons de l'environnement ont pour principaux clients les enfants, puisqu'éduquer dés le plus jeune âge au développement durable est une priorité de nos jours. A Mens, ce n'est pas le cas. Les enfants sont présents mais on trouve également beaucoup d'experts en matière d'environnement, quelques retraités venant profiter du calme et de la verdure, mais aussi et surtout des particuliers qui veulent s'informer.

Pour un tarif de 7 à 9 euros, les visiteurs peuvent profiter d'une promenade très informative, mais également ludique. Les 35 salariés travaillant au parc ont pour but de montrer comment, de façon simple et efficace, réduire l'impact sur l'environnement des activités quotidiennes. Pour cela, trois itinéraires sont proposés aux clients, le premier étant considéré comme long, le deuxième comme intermédiaire et le dernier comme court. Le chemin le plus long abordera l'ensemble des thèmes présents au parc écologique (sans doute de façon un peu plus brève). Les autres se centreront uniquement sur certains sujets : en effet les itinéraires comptent plusieurs points d'arrêt où l'information sera fournie aux visiteurs. 

On prend ici bien en compte le fait que les clients ne cherchent pas tous la même chose : certains aspirent à être informés de façon générale tandis que d'autres préfèrent prendre le temps, apprécier les différentes zones et profiter également du calme et de la tranquillité, mais tout en s'informant.

Les explications sont variées : certains déchets sont dangereux et d'autres recyclables, on montre ainsi l'intérêt du tri. L'eau est une ressource de plus en plus rare, 1 milliards de personne n'y ont pas accès : on explique ainsi les techniques pour récupérer l'eau de pluie, par exemple la mise en place d'une cuve de récupération pouvant entrainer à la fois une économie pour le client, mais également un allègement de son impact sur la planète. Les autres exemples (énergie, compost...) sont nombreux. Plus qu'une journée d'information, c'est réellement une journée d'expérience écologique.

Pour les enfants, l'information est donnée sous formes de petits jeux : tunnel végétal distrayant, cabanes en osier... A chaque animal a été associé un nom (exemple de Mili l'abeille) ce qui leur explique également le rôle de chacun d'entre eux. D'un point de vue théorique, les enfants apprennent de nos jours de plus en plus les façons de respecter l'environnement en classe. Le parc leur permet d'observer les actions en grandeur nature. Néanmoins, les enfants ne constituent qu'une partie des individus venant visiter le parc, cela diffère de nombreuses maisons de l'environnement où leurs visites (colonie de vacances) sont privilégiées. Pourtant, des demi-journées pour les enfants sont tout de même parfois organisées (récemment, « la grande fête des petits écolos »).

En plus de ces actions, le parc veut montrer l'exemple :

« Ne pas apprendre a quelqu'un quelque chose qu'on ne fait pas soit même »

Cette phrase résume bien l'état d'esprit de Terre Vivante qui aspire à se montrer responsable. On peut observer cette idée d'abord avec l'habitat du parc : Les bâtiments ont été conçus avec des matériaux écologiques et selon des techniques différentes alliant les ossatures en bois, des murs en paille, des briques terres crues. Par exemple la construction d'un bâtiment en bois est plus économe en énergie, et permet par la suite de stocker le carbone. Les solvants, enduits, peintures ne sont que très peu utilisés. Ce ne sont que des exemples puisque les techniques écologiques sont nombreuses. Par le biais d'une exposition, d'affiches, etc. , on montre aux clients les bases de l'éco-construction (en évoquant par exemple le fait que la terre cuite est écologique car fabriquée à partir d'argile et de sable, éléments naturels présents en abondance dans la nature.). On explique également que le niveau de confort ne souffre pas de ce type de procédé. Indirectement, Terre Vivante aspire à ce que ce type d'habitat soit source d'inspiration pour les visiteurs. C'est globalement la même idée pour l'eau : Les eaux usées sont traitées par des filtres plantés de roseaux, un système naturel qui ne consomme aucune quantité d'énergie et qui s'intègre au paysage naturel.

A côté des habitats, l'environnement des parcours est marqué par la présence de 1500 m² de jardins thématiques, montrant différentes formes de biodiversité et de culture. La préservation est clairement mise en valeur tout au long du chemin, on explique en effet que le sentier nature est en fait une ancienne friche agricole réhabilitée, tandis que des marres, haies, prairies mettent en valeur le paysage. La faune est, bien entendu, très présente. On explique également aux visiteurs l'intérêt de ces éléments naturels (par exemple, une haie est très précieuse pour la protection des eaux).

II.2 Activités spécifiques

Terre Vivante se différencie des autres lieux de sensibilisation et d'information à l'environnement grâce à des activités spécifiques qui en ont fait sa renommée. La gestion du parc écologique n'a, en effet, pas été la première activité de l'organisation. La vente de livres et de magazines n'a cessé d'augmenter depuis la création de l'association (devenue entreprise coopérative) en 1979. Quelques chiffres permettent de montrer que l'entreprise, et plus particulièrement ici la rédaction, a pris une autre envergure :

-30 000 abonnés au magazine « les 4 Saisons du jardin bio ».

-15 à 20 livres sont sortis chaque année

-Plus de 200 000 livres vendus en 2009

La revue « les 4 saisons » est sortie, comme nous l'avons vu, pour la première fois en 1980, une expérience de 30 ans qui a été récompensée en 2007 lorsque le magazine est passé en kiosque, et peut ainsi être trouvé facilement par les clients cherchant à trouver des nouvelles méthodes de jardinages. Il a par ailleurs été renommé « les 4 saisons du jardin bio ».

Contrairement aux magazines, les livres traitent d'une multitude de sujets et cela selon les besoins de chacun (alimentation écologique, société tout sur la planète, maison écologique...), on cherche ainsi à adapter les écritures. Cependant, les sujets ont toujours un rapport avec le quotidien, rappelons en effet que ce quotidien est un terme présent dans les objectifs prioritaires du parc. C'est ainsi qu'un des livres explique par exemple uniquement la mise en place, le fonctionnement et les avantages d'un chauffage en bois. L'aspect ludique est également recherchée : tous les ouvrages sont illustrés de dessins techniques et photos afin de les rendre accessibles et pédagogiques. Il semble bel et bien ici que le public recherché concerne plutôt les populations amateurs, qui cherchent à se renseigner sur les manières de respecter l'environnement. Pour les professionnels du sujet, ces ouvrages ne sont en fait qu'un rappel.

« Cuisiniers, jardiniers, bricoleurs, consommateurs, autoconstructeurs mais aussi paysagistes ou architectes pourront trouver des réponses dans nos ouvrages »

Terre Vivante compte ainsi une quarantaine d'auteurs en plus des 35 salariés. Ils vivent un peu partout en France et ne sont, bien entendu, pas présents au parc tout au long de l'année (bien que leurs ouvrages sont en vente à Mens). Ce sont la plupart du temps des spécialistes du développement durable, principalement des journalistes ou surtout des scientifiques qui sont rassemblés par l'envie de faire avancer l'écologie, ou en tout cas sa médiatisation. Ils travaillent parfois même en collaboration avec les lecteurs du magazine ou les visiteurs du parc si ces derniers souhaitent apporter, ou commenter des informations. Cela permet aux auteurs de comprendre les manquements en terme d'informations des lecteurs et de répondre à leurs interrogations.

Les éditeurs également veulent montrer l'exemple, l'ensemble des magazines et des livres sont écrits sur du papier recyclé, ou au moins certifié PEFC (label pour la gestion forestière durable). Les imprimeurs sont proches géographiquement, cela permet à la fois le choix d'une impression écologique directe, mais également indirecte puisqu'on aura pas (ou peu) de pollution engendrée par un déplacement. L'aspect économique est placé en second plan.

Enfin, en 2008, l'entreprise s'est doté d'un portail internet très complet résumant l'ensemble des données : présentation du parc et des activités internes, vente du magazine et des livres que l'organisation a sortis, informations diverses, etc. On y trouve également des articles concernant les sujets liés à l'environnement (toujours au quotidien, cela peut être des actions éco-citoyennes). Il y a aussi des présentations de sites ou villages favorables au développement durable (voir par ailleurs). Si l'on fait un mini bilan des activités de Terre Vivante, nous pouvons dire que l'entreprise est globalement très bien organisé et semble en avance sur les autres organisations, grâce à une expérience de 30 ans et à des activités variées. Néanmoins, si l'aspect d'aides aux populations dans tous les domaines de leur quotidien est bien présente, il semble que la priorité, ou en tout cas les sujets les plus évoqués, sont l'habitat écologique et le jardinage-bio.

III Lieux en lien avec Terre vivante

Dans le cadre de la protection de l'environnement, des études ont montré que l'aspect coopératif est un élément primordial et Terre Vivante l'a bien compris. Nous pouvons observer cette idée surtout par le biais du site internet qui renvoie à de nombreuses autres zones.

La partie « nos voisins, nos amis » présente des établissements, totalement indépendants de Terre Vivante, qui ont mis en place une certaine responsabilité. On y trouve donc l'adresse et les numéros de téléphone de trois restaurants, de nombreux campings, hôtels, chambres d'hôtes ou encore de commerces. On est totalement ici dans une démarche volontariste puisque même les contacts permettant de se promener à cheval ou à vélo sont donnés. Par contre, aucun lien sur d'éventuelles locations de voitures...

Une page du site internet influence également les visiteurs à aller visiter un endroit en particulier : Le Trièves est une zone située au sud du département de l'Isère, proche du parc Terre Vivante. Cet endroit bénéficie d'un cadre de vie paisible, notamment grâce à une diversité naturelle intéressante. Les habitants sont sensibles à la problématique environnementale : parmi les agriculteurs (l'agriculture est le secteur d'activité le plus important dans cette zone), 20 % d'entre eux cultivent en bio, c'est un chiffre nettement supérieur à la moyenne nationale, tandis que les constructions sont souvent en bois voire en paille. Nous pouvons clairement dire aujourd'hui que les communes du Trièves sont pionnières en matière de développement durable. Par ailleurs, ces communes, en contrepartie, proposent dans les collectivités des visites au parc Terre Vivante.

Cela a de nombreux avantages : la protection de l'environnement à une échelle un peu plus grande, ainsi que des avantages économiques (la collaboration entre le Trièves et le parc Terre Vivante en est la parfaite illustration ici).

Retour à la page d'accueil