Les principes de l'animation traditionnelle (dessin animé)/Toute l'action d'un coup: Partie par partie

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce principe est particulièrement technique.

Rappelons que nous parlons ici d'animation, c'est à dire la création de l'illusion de mouvement par la succession d'images fixes.

Il existe deux approches différentes pour la création de cette série d'images fixes.

Straight ahead : toute l'action d'un coup[modifier | modifier le wikicode]

"Straight ahead" en anglais, signifie aller tout droit. La création des images se fait dans l'ordre dans lesquelles elles seront projetées. C'est la technique utilisée en stop-motion, par défaut.

  • L'avantage de cette technique : son naturel. Ce qui confère au résultat plus de souplesse, de fluidité, et parfois de réalisme.
  • L'inconvénient réside dans la difficulté d'anticiper la quantité d'images nécessaires à une action, ou de finir le mouvement dans la position désirée. Cette technique se rapproche de l'improvisation.

Pose to pose : partie par partie[modifier | modifier le wikicode]

"Pose to pose" en anglais, signifie de pose à pose. Dans le cas de l'animation d'un personnage, notamment en animation traditionnelle, il est très utile de dessiner les "poses clefs" du mouvement, c'est à dire ses positions principales. Puis, de compléter par des position intermédiaires définissant les arcs de l'action. Et enfin de dessiner la totalité des intervalles (inbetweens). Ce qui revient à décomposer le mouvement en différentes parties.

  • L'avantage de cette façon de faire c'est que l'on sait où l'on va. Il est plus aisé de maîtriser le timing/spacing, le respect du modèle, le staging, les arcs et la plupart des principes d'animation.
  • L'inconvénient de cette maîtrise c'est que la préparation peut nuire à la spontanéité du dessin et de l'animation.

Finalement[modifier | modifier le wikicode]

L'idéal étant de faire un savant mélange des deux...

Notons que depuis l'informatisation de la production d'images animée, les mouvements intervalles (entre les poses clefs) sont de plus en plus "interpolés" automatiquement. Autrement dit, le soin de créer ces images est laissé à l'ordinateur. Cette automatisation est un gain de temps, mais plus les mouvements sont gérés par l'ordinateur plus ils paraissent robotiques, ce qui peut nuire à la crédibilité de l'animation des êtres vivants.