Mémoire/Cerveau

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

On peut se demander où est stockée notre mémoire dans notre corps. La réponse, vous la connaissez sûrement : c'est notre système nerveux central qui se charge de la mémoire.

Système nerveux central & périphérique du corps humain.

Les différentes mémoires sensorielles sont gérées en partie par le cerveau et en partie par les différents organes des sens. Par exemple, le fond de la rétine est partiellement impliqué dans la mémoire sensorielle visuelle via le phénomène de persistance rétinienne. De même, le nerf auditif et les cellules du fond de l'oreille seraient impliquées dans la mémoire sensorielle auditive.

Les mémoires à court et à long terme sont totalement gérées dans notre cerveau, centre stratégique de la mémoire.

Pour comprendre le fonctionnement de la mémoire, nous donnerons souvent des explications basées sur le fonctionnement du cerveau. Aussi, nous commençons ce tutoriel par un petit descriptif du cerveau et dire quelles sont les zones du cerveau qui sont utilisées pour la mémorisation.

On peut considérer que le cerveau d'un humain est composé de quatre grandes structures, elles-mêmes divisibles en aires cérébrales.

On trouve ainsi :

  • le tronc cérébral
  • le cervelet
  • le système limbique
  • le cortex

Anatomie grossière du cerveau

Tronc cérébral[modifier | modifier le wikicode]

Le tronc cérébral est directement relié à la moelle épinière. Il contient des aires cérébrales chargées de gérer plusieurs comportements de base tels que :

  • le cycle veille-sommeil ;
  • le vomissement ;
  • la respiration ;
  • les battements cardiaques ;
  • la sensation de la douleur ;
  • la localisation des sons ;
  • et bien d'autre choses.

Mais le tronc cérébral n'est presque pas impliqué dans la mémorisation.

Cervelet[modifier | modifier le wikicode]

Le cervelet est une sorte de petit sous-cerveau placé à l'arrière du crane, d'où le nom "cervelet" qui veut dire « petit cerveau.»

Cerebellum.gif

Celui-ci est impliqué dans diverses fonctions. Il est notamment chargé de gérer la coordination des mouvements ainsi que de la motricité fine. Sans lui, les mouvements seraient grossiers, peu précis et beaucoup plus lents.

Il n'est donc pas étonnant que celui-ci soit aussi impliqué dans l'apprentissage moteur : c'est le siège de la mémoire procédurale, celle des automatismes moteurs. Il est aussi impliqué dans certains apprentissages, comme le fameux conditionnement de Pavlov que nous verrons dans quelques chapitres.

Il aurait d'autres fonctions et interagirait avec d'autres zones du cerveau chargées de la régulation émotionnelle et des comportements intellectuels.

Celui-ci est composé d'un ensemble de poches, dans lesquelles des couches de neurones sont repliées sur elles-mêmes.

Gray704.png

A lui seul, il contient autant de cellules que tout le cerveau réuni tout en occupant seulement 10 % de la taille du cerveau.

Système limbique[modifier | modifier le wikicode]

Le système limbique est un ensemble de zones cérébrales enfouies profondément au centre du cerveau.

Ces zones cérébrales sont impliquées dans les comportements émotionnels tels que la sensation de peur, le plaisir, etc. Une partie de ces zones servent aussi dans la mémorisation et certaines formes de mémoire sont stockées dans quelques aires du système limbique : c'est le cas de la mémoire topographique (les lieux).

Il est lui-même divisé en plusieurs sous-zones et est composé d'un grand nombre de sous-structures, mais seulement une petite partie d'entre elles nous intéresse ici.

Hippocampe[modifier | modifier le wikicode]

Pour commencer, voyons l'hippocampe dont la structure est située ici :

Hippocampus.gif

Celui-ci est composé de plusieurs couches de neurones.

Hippocampus (brain).jpg

Cette structure est l'endroit dans lequel siège la mémoire topographique.

De plus, c'est l'hippocampe qui sert à faire passer l'information des mémoires à court terme vers la mémoire à long terme explicite. Cela est attesté par des expériences d'imagerie cérébrale ainsi que l'étude de patients dont l'hippocampe est atteint : ces patients peuvent perdre toute possibilité de former des souvenirs ou d’apprendre des faits nouveaux. Le cas le plus connu est celui de H.M., un patient dont l'observation a révolutionné les neurosciences et les conceptions sur le fonctionnement de la mémoire. Après une opération risquée qui consistait à lui retirer une partie importante de son hippocampe afin de le soulager de ses graves crises d'épilepsies, ce patient perdit toute possibilité de former de nouveaux souvenirs ou d'apprendre de nouveaux faits : il oubliait tout après quelques secondes. Sa mémoire était pourtant intacte : il se souvenait de tout ce qui se passait avant son opération. Il était aussi capable d'apprentissages moteurs, d'apprendre à faire des mouvements ou des automatismes bien déterminés, mais pas plus.

Amygdale[modifier | modifier le wikicode]

Ensuite, on trouve l'amygdale, impliquée dans la réponse émotionnelle.

Amygdala.gif

Cette amygdale a une influence sur la mémorisation dans les apprentissages de Pavlov.

Striatum[modifier | modifier le wikicode]

Et enfin, on trouve le striatum, siège de la mémoire procédurale avec le cervelet.

Striatum.gif

Cortex[modifier | modifier le wikicode]

Le cortex est la zone la plus extérieure du cerveau et forme une sorte de couche qui surplombe toutes les autres structures.

Le cortex est découpé en deux hémisphères séparés par une "fissure", un sillon.

Hemispheres.png

Ces deux hémisphères ne sont toutefois pas isolés et peuvent communiquer entre eux par l'intermédiaire d'un ensemble de synapses et de neurones réunis dans une structure que l'on appelle le corps calleux. Ce corps calleux est posé au dessus du système limbique.

Corpus callosum.gif

Lobes[modifier | modifier le wikicode]

Chaque hémisphère est lui-même divisé en plusieurs zones séparés par des sillons et nommées lobes. Ces derniers sont au nombre de quatre par hémisphère.

On trouve ainsi :

  • le lobe pariétal ;
  • le lobe frontal ;
  • le lobe temporal ;
  • et le lobe occipital.

Brainlobes.svg

Pour retenir la position des différents lobes, vous pouvez utiliser les moyens mnémotechniques suivants :

  • temporal : sous la tempe ;
  • frontal : sous le front ;
  • occipital : sous l'occiput, à savoir l'arrière de la tête.

Ces quatre lobes jouent un rôle dans la mémoire. Par exemple, le lobe temporal est fortement impliqué dans la mémoire sémantique. De même, le lobe frontal est le lieu où se situe les différentes mémoires à court terme. Quand au lobe occipital, il est impliqué dans la mémoire perceptive visuelle et dans la mémoire sensorielle visuelle.

Résumé[modifier | modifier le wikicode]

Chacune de ces structures cérébrales est impliquée dans une forme de mémoire bien précise.

MEMOIRE LTM.jpg