Manuel de psychopathologie et psychothérapie intégrative/ Dictionnaire des outils et concepts en psychothérapie intégrative

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Un dictionnaire présente un aspect quelque peu rébarbatif pour décrire un domaine, échappant à une approche constructiviste ou narrative qui permet d'approcher et d'élaborer progressivement une connaissance intégrée d'un domaine pratique ou théorique. Son avantage est qu'il permet d'optimiser l'une des ressources les plus précieuses en cette vie : le produit temps*concentration. Il est ainsi possible de consulter cette section comme un lexique et d'accéder immédiatement à un concept décrit de manière concise. Nous pensons que la cohérence d'ensemble provient de la motivation à explorer les autres champs et aux renvois conceptuels et bibliographiques inclus dans chaque article.

Chaque entrée est susceptible de produire un "effet papillon", un "effet kaizen", invitant à approfondir l'exploration du document.


Analyse transactionnelle[modifier | modifier le wikicode]

Apprentissage social[modifier | modifier le wikicode]

Attachement[modifier | modifier le wikicode]

Attention[modifier | modifier le wikicode]

Auto-efficacité (sentiment d')[modifier | modifier le wikicode]

Big Five (modèle du)[modifier | modifier le wikicode]

Cohérence cardiaque[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie

  1. Charly Cungi, Claude Deglon, Cohérence cardiaque : nouvelles techniques pour faire face au stress, Retz, 2009

Estime de soi[modifier | modifier le wikicode]

D'après Josiane de Saint-Paul (1), Carl Rogers aurait dit "Si je devais chercher le coeur même de la difficulté chez les gens tels que j'ai appris à les connaître, c'est que, dans la grande majorité des cas, ils se méprisent et se considèrent comme sans valeur et indignes d'être aimés."

Bibliographie

  1. Josiane de Saint-Paul, Estime de soi, confiance en soi, InterEditions, 2004

Communication non-violente[modifier | modifier le wikicode]

Créer par Marshall Rosenberg. Voici 4 clés pour bien communiquer avec son entourage :

  • O comme Observation : observez et constatez, mais ne faites pas systématiquement de jugement de valeur sur les comportements d’un proche.
  • S comme Sentiment : exprimez ce que vous ressentez et partagez vos émotions à la première personne, sans en attribuer systématiquement la faute à votre proche : dites « JE ressens... » plutôt que « TU m’énerves, tu me fais de la peine... ».
  • B comme Besoin : identifiez quels sont vos besoins et quels sont les besoins de votre interlocuteur, une émotion négative correspondant le plus souvent à un besoin non satisfait.
  • D comme Demande : n’attendons pas que les autres devinent nos besoins, exprimons-les de manière à clarifier les enjeux de la communication.


Compétence[modifier | modifier le wikicode]

L'idéal est que nous puissions tenir compte des contraintes de la configuration de nos corps sans même y penser. Comme l'hypertendu ne réfléchit plus pour goûter son plat avant de le saler.

Empathie[modifier | modifier le wikicode]

Posée comme un des fondements de la thérapie par Carl Rogers, l'un des chef de file de l'approche humaniste, elle consiste à "ressentir l'univers particulier du client comme si c'était le sien propre, mais sans jamais oublier la restriction qu'implique le "comme si"."

Existentielle (thérapie)[modifier | modifier le wikicode]

Flexibilité cognitive[modifier | modifier le wikicode]

Heuristique de jugement[modifier | modifier le wikicode]

Hypnose[modifier | modifier le wikicode]

Insight[modifier | modifier le wikicode]

Modélisation[modifier | modifier le wikicode]

Concept notamment issu de la PNL. Lorsque l'on cherche à résoudre un problème, il est utile de modéliser le fonctionnement du sujet : quelles gratifications recherche-t-il dans son existence et par quels moyens (stratégies) s'y prend-il ? Comment répond-il aux contraintes de l'existence ?

La modélisation peut également consister à appliquer le même procédé d'étude de la manière dont réussissent les personnes qui partagent les mêmes valeurs que le sujet, ou encore à modéliser le fonctionnement du sujet lors d'une période de sa vie qu'il jugeait satisfaisante (ce que l'on nomme en PNL un état de ressource).

Bibliographie

  1. René de Lassus, La communication efficace par la PNL: La programmation Neuro-Linguistique et ses techniques d'influence, Marabout, 2013

Modèle transthéorique de changement de Prochaska et DiClemente[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie

  1. Modèle transthéorique de changement (article Wikipédia)

Narrative (approche)[modifier | modifier le wikicode]

Principe dialogique[modifier | modifier le wikicode]

Pygmalion (Effet)[modifier | modifier le wikicode]

Pyramide de Maslow[modifier | modifier le wikicode]

Résolution de problèmes[modifier | modifier le wikicode]

Restructuration cognitive[modifier | modifier le wikicode]

La restructuration cognitive est un concept issu des thérapies cognitivo-comportementales. Celles-ci s'intéressent à la chaîne situation-pensée-émotion-comportement, là où émotions et comportements sont ressentis comme sources de souffrance par le sujet. Si, lorsque je croise un collègue (situation), celui-ci répond à peine à mes salutations, je puis :

  1. penser qu'il a quelque chose à me reprocher (pensée), ce qui peut-être source d'anxiété, de colère de ma part (émotion);
  2. penser qu'il s'est disputé la veille avec son meilleur ami (pensée), ce qui peut être source d'empathie, de bienveillance de ma part (émotion).

Ainsi lorsqu'un certain type de pensées stéréotypées amène à vivre des émotions douloureuses, rechercher des hypothèses alternatives à l'interprétation que l'on fait d'une situation peut permettre de modifier l'émotion induite.

Rituel[modifier | modifier le wikicode]

Séparation[modifier | modifier le wikicode]

L'une des angoisses fondamentales. Erich Fromm y voit l'une des causes de la destructivité, de "la passion de détruire tout, gens et choses (1)".


Bibliographie

  1. Erich Fromm, Daisetz T. Suzuki, Bouddhisme zen et psychanalyse, PUF, 1981

Sérendipité[modifier | modifier le wikicode]

Soi observateur[modifier | modifier le wikicode]

Stress[modifier | modifier le wikicode]

Le stress est la réponse de l'organisme à un facteur perturbateur appelé stresseur et qui nécessite une adaptation de cet organisme. On peut considérer qu'un certain niveau de stress active les ressources physiologiques et psychiques de l'individu : énergie, concentration, vigilance. Au-delà d'un certain niveau de stress toutefois, les capacités d'adaptation sont dépassées et la performance d'adaptation décroît, suivant une courbe en U inversé.

L'adaptation au stress

Ce modèle peut s'appliquer à la psychologie du travail, en mettant en rapport d'une part les exigences d'une tâche ou d'une fonction et d'autre part les ressources dont dispose le sujet pour la mener à bien :

  • Si ses ressources sont adaptées aux exigences de sa tâche, le sujet vit une expérience optimale ;
  • Si la tâche est trop "facile", répétitive, peu sollicitante en regard des ressources mobilisables par le sujet, celui-ci risque l'ennui, la démotivation, la perte de sens : c'est le bore-out ;
  • Si au contraire la tâche est trop exigeante en regard des ressources mobilisables par le sujet après un temps d'adaptation donné, le sujet s'expose au risque de burn-out.
Rapport exigences/ressources

Thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT)[modifier | modifier le wikicode]

Zone de confort[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie

Article Wikipédia : Zone de confort