Phonologie de l'italien

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Il existe autant de prononciations de l'italien que de régions : la langue parlée n'est pas la même selon que l'on se trouve en Toscane ou dans le Piémont.

La prononciation présentée ici correspond à la prononciation standard de l'italien (utilisée par les professionnels de la parole) et c'est généralement celle qui est utilisée dans les manuels d'enseignement.

L'alphabet[modifier | modifier le wikicode]

L'alphabet original italien contient 21 lettres : a [a], b [bi], c [t͡ʃi], d [di], e [ɛ], f [ˈɛffe], g [d͡ʒi], h [ˈakka], i [i], l [ˈɛlle], m [ˈɛmme], n [ˈɛnne], o [ɔ], p [pi], q [ku], r [ˈɛrre], s [ˈɛsse], t [ti], u [u], v [vu], z [ˈdzeːta]

Les lettres j ([i ˈluŋgo]), k ([ˈkappa]), w ([ˈdɔppja vu]), x ([]) et y ([i ˈgreko]) ne sont employées que dans les mots d'origine étrangère : juventus, xilofono, etc.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voyelles[modifier | modifier le wikicode]

Il existe sept phonèmes vocaliques pour six voyelles écrites : a /a/, e /e/ ou /ɛ/, i /i/, o /o/ ou /ɔ/, u /u/, y /i/. À noter que le y provient des mots étrangers.

Toutes les voyelles se prononcent en italien. Il n'y a pas de e muet comme en français ou en allemand (« faire », « machen »)

Le a se prononce [a], comme dans le français patte. Dans les régions du nord, on peut entendre [ɑ] comme dans le français pâte.

Le e présente plus de difficultés. En effet, il peut se prononcer [ɛ] comme dans le français fête ou [e] comme dans le français pied.

Il n'existe pas de règle unique pour permettre de connaître la prononciation correcte :

  • sous l'accent, le e peut être ouvert ou fermé.
  • en dehors de l'accent, il se prononce toujours fermé. Ainsi, l'italien università se prononce [universiˈta] alors que le français université se prononce [ynivɛʁsite].
  • s'il est surmonté d'un accent grave, il se prononce ouvert : caffè [kafˈfɛ]
  • s'il est surmonté d'un accent aigu, il se prononce fermé : perché [perˈke]

Le i et le y se prononcent [i], comme en français.

  • s'il n'est pas sous l'accent, il peut se prononcer [j] lorsqu'il précède une autre voyelle : mi chiamo [mi ˈkjamo] ou [i̯] lorsqu'il suit une autre voyelle ormai [orˈmai̯]

Comme le e, le o présente quelques difficultés : il peut se prononcer [ɔ] comme dans le français or ou [o] comme dans le français haricot.

Les quelques règles que l'on peut donner sont sensiblement les mêmes que pour le e :

  • sous l'accent, le o peut être ouvert ou fermé
  • en dehors de l'accent, il se prononce toujours fermé : Ainsi, l'italien torsione se prononce [torˈsjone] alors que le français torsion se prononce [tɔʁsjɔ̃].
  • lorsqu'il est en final (donc surmonté d'un accent grave), il se prononce ouvert : il Pò (fleuve italien) [il ˈpɔ] bien qu'en français on ferme toujours le o en finale : le pot [lə po]

Le u se prononce toujours [u], comme dans le français ou.

Lorsqu'ils précèdent un m ou un n, le a et le o ont une légère tendance à se nasaliser (de manière très faible) mais globalement il n'existe pas de voyelle nasale en italien (contrairement au français qui en utilise quatre : [ɑ̃], [ɛ̃], [ɔ̃], et [œ̃]). Une des difficultés, pour les francophones apprenant l'italien, est de perdre leur tendance à nasaliser les voyelles devant un m ou un n.

Consonnes[modifier | modifier le wikicode]

Si les voyelles sont moins nombreuses (sept en italien contre quatorze en français), il n'en est pas de mêmes dans le cas des consonnes.

Le b se prononce [b] comme en français.
Le c possède plusieurs prononciations :

  • devant a, o et u il se prononce [k], comme dans le français carte
  • devant i et e il se prononce [t͡ʃ], comme dans le français tchèque
  • les suites cia, cio et ciu se prononcent respectivement [t͡ʃa], [t͡ʃo] et [t͡ʃu] ; d'où le célèbre ciao [ˈt͡ʃao]
  • pour marquer le son dur devant un i ou un e on fait suivre le c d'un h : che [ke], chi [ki]

Le d se prononce [d] comme en français
Le f se prononce [f] comme en français
Le g possède plusieurs prononciations dont les règles sont les mêmes que pour le c :

  • devant a, o et u il se prononce [g], comme dans le français gare
  • devant i et e il se prononce [d͡ʒ] comme dans le français Djibouti
  • les suites gia, gio et giu se prononcent respectivement [d͡ʒa], [d͡ʒo] et [d͡ʒu] ; ex : Giorgio [ˈd͡ʒɔrd͡ʒo]
  • pour marquer le son dur devant i et e on fait suivre le g d'un h ; ex : spaghetti [spaˈgetti]

Le h est muet et ne se trouve que dans les mots étrangers et dans la conjugaison du verbe avere
Le l se prononce [l] comme en français
Le m se prononce [m] comme en français. Il ne nasalise jamais la consonne qui le précède Le n se prononce différemment selon la lettre qui le suit :

  • devant b et p il se prononce comme un m (phénomène d'assimilation) ; ex : un bambino [um bamˈbino]
  • devant f et v il se prononce [ɱ], qui se prononce comme un m mais avec les dents supérieures touchant la lèvre inférieure (comme lorsque l'on prononce un f).
  • devant c et g durs, il se prononce vélaire [ŋ], comme dans le -ng de parking.
  • devant c, g et sc doux, il se prononce de manière palatalisé, comme si l'on prononçait [nʲ].
  • enfin, dans toutes les autres situations il se prononce [n].

Bien que cela puisse paraître complexe, il n'en est rien en réalité. Simplement, le point d'articulation du [n] se déplace pour atteindre celui de la consonne qui suite. En n'essayant pas à tout prix de prononcer un [n] mais en se laissant aller, la langue devrait se placer naturellement au point d'articulation de la consonne suivante (assimilation) et la prononciation devrait être correcte.

Le p se prononce [p] comme en français.
Le qu se prononce [kw], comme dans le français aquatique.
Le r se prononce [r] : il est roulé et pas seulement battu et se prononce de manière assez proche du rr espagnol.
Le s peut se prononcer [s] ou [z] selon le contexte :

  • entre deux voyelles il se prononce sonore, sauf dans le cas où le mot est composé et que la distinction préfixe-racine est bien identifiée ; ex. : casa [ˈkaza] mais risolvere (résoudre) [riˈsɔlvere]
  • devant une consonne sonore, il se sonorise ; à noter que, bien que normalement sourd dans cette position, le s devant consonne sonore tend à se sonoriser aussi en français. En italien, la sonorisation est cependant systématique.
  • dans toutes les autres positions, il est normalement sourd

Le t se prononce [t] comme en français
Le v se prononce [v] comme en français
Le z se prononce [t͡s] ou [d͡z] :

  • en position initiale ou entre deux voyelles il a tendance à être prononcé sonore
  • dans les autres positions il est généralement prononcé sourd

Digrammes et trigrammes particuliers :

  • gn se prononce [ɲ], comme le français agneau
  • gli se prononce [ʎi] ou [ʎ] devant une autre voyelle. il faut prononcer [l] en plaquant la langue contre le palais.
  • gu se prononce [gw] ; par imitation du français, les francophones ont tendance à le prononcer [g].
  • sc se prononce [∫] devant i et e ; les suites scia, scio et sciu se prononcent respectivement [∫a], [∫o] et [∫u].

Gémination[modifier | modifier le wikicode]

En italien, contrairement au français, toutes les consonnes peuvent être redoublées : « otto », « raggio », « accedere », etc. De plus, certains mots ont tendance à redoubler la consonne initiale du mot qui les suit : è tardi a ainsi tendance à se prononcer [ˈɛtˈtardi].

Prosodie[modifier | modifier le wikicode]

Il existe deux types d'accents en italien : l'accent lexical et l'accent d'énoncé. Les différences avec la mélodie du français sont nombreuses. Tout d'abord, le français n'a qu'un accent d'énoncé et pas d'accent lexical (par exemple, dans le groupe la maison verte, l'accent est sur verte mais dans la verte maison, l'accent est sur la dernière syllabe de maison) : en français, on n'accentue pas les mots mais des groupes de mots.

La seconde différence est qu'en français l'accent touche toujours la dernière syllabe du groupe alors qu'en italien, l'accent lexical est mobile.

Accent lexical[modifier | modifier le wikicode]

Comme il a été dit précédemment, l'accent lexical est mobile : il peut toucher la dernière syllabe, l'avant-dernière, l'avant-avant-dernière, etc. Il consiste principalement en un allongement de la voyelle et en une augmentation de la force de la voix (on parle alors d'« accent tonique »). Il est beaucoup plus fort que l'accent français et c'est lui qui est responsable de la mélodie si caractéristique de l'italien.

Les mots qui portent l'accent sur la dernière syllabe sont les suivants :

  • mots se terminant par une voyelle accentuée : città [t͡ʃitˈta], perché [perˈke], cioè [t͡ʃoˈe]. On appelle ces mots des parole tronche
  • mots étrangers se terminant par une syllabe accentuée
  • mots dont la syllabe finale est apocopée : cela signifie que la voyelle finale a « sauté ». Phénomène très fréquent en poésie : ainsi, au dixième vers de la Divine Comédie de Dante, on trouve : Io non so ben ridir com'i'v'entrai au lieu de Io non so bene ridire come io vi entrai.. Dans ce cas, l'accent tombe sur la dernière syllabe de ridir. Les verbes à l'infinitif sont très souvent apocopés ; ex. : dar del voi pour dare del voi (vouvoyer).

Une grande partie du vocabulaire a l'accent sur l'avant-dernière syllabe : « parlare », « amico », etc. Le nombre de mots accentués sur l'avant-dernière est si important qu'un défaut des francophones est (quand ils n'accentuent pas la dernière syllabe) d'accentuer tous les mots italiens sur l'avant-dernière.

De nombreux mots sont aussi accentués sur l'avant-avant-dernière : « stupido! », « prendono », etc. Enfin, des mots peuvent être accentués sur les syllabes précédentes, particulièrement lors de la fusion des pronoms avec le verbe : « Parlamene. », etc.

Mélodie[modifier | modifier le wikicode]

Bien que l'accent lexical soit très fort en italien, on trouve un second accent qui régit la prononciation de la phrase. Cela signifie qu'un groupe syntaxique dans la phrase est généralement plus accentué qu'un autre, généralement pour montrer qu'il est l'objet principal de l'énoncé. De plus, comme en français, la mélodie change selon que la phrase est impérative, déclarative ou interrogative. Seule l'écoute d'italophones permet de s'habituer à la mélodie des phrases italiennes et de la reproduire.

Syllabes[modifier | modifier le wikicode]

Pour finir, un petit mot sur la façon dont s'organisent les syllabes en italien, ce qui peut être utile pour couper les mots en fin de ligne par exemple.

  • comme en français, une consonne simple appartient toujours à la syllabe suivante : a-mi-co, pe-ri-co-lo-so
  • pour les consonnes géminées, on coupe entre les deux consonnes : bel-lo, cit-tà
  • lorsqu'il y a deux consonnes, on coupe généralement entre les deux consonnes : ar-ti-co-lo, for-ma-zio-ne,
  • sauf si cette deuxième consonne est un l ou un r, auquel cas on coupe avant les deux consonnes : a-pren-de-re, di-plo-ma. En fait, quelle que soit la longueur du groupe de consonnes, la suite consonne + r ou l est toujours indivisible : com-pli-ca-re.
  • les groupements avec un s impur sont indivisibles : a-sco-lta-re (le s impur est un s suivi d'une consonne).

Tableau récapitulatif des phonèmes et sons de l'italien standard[modifier | modifier le wikicode]

Les phonèmes vocaliques sont au nombre de sept : /a/, /e/, /ɛ/, /i/, /o/, /ɔ/, /u/ Soit les sons suivants :

voyelles de l'alphabet phonétique international
aperture point d'articulation
antérieur central postérieur
haute (fermée) i u
haute inférieure
moyenne supérieure (mi-fermée) e o
moyenne
moyenne inférieure (mi-ouverte) ɛ ɔ
basse supérieure
basse (ouverte) a
Paires de consonnes : non arrondie (à gauche) ~ arrondie (à droite)
Consonne centrée : résonance labiale non spécifiée

Les phonèmes consonantiques sont les suivants : /b/, /k/, /d/, /f/, /g/, /l/, /m/, /n/, /p/, /r/, /s/, /t/, /v/, /S/, /tʃ/, /dʒ/, /ɲ/, /ʎ/

Soit les sons suivants :

consonnes de l'alphabet phonétique international
mode d'articulation point d'articulation
bi-
labial
labio-
dental
dental alvé-
olaire
post-
alvé-
olaire
alvéolo-
palatal
rétro-
flexe
palatal vélaire uvulaire pharyn-
gal
épi-
glottal
glottal
Flux pulmonaire
occlusive p b t d k - -
affriquée ʦ ʣ ʧ ʤ - -
fricative f v s z ʃ ʒ
spirante j - -
roulée r - - - -
battue - - - -
fricative latérale - - - - - - - - - -
spirante latérale - - - - l ʎ - - - - - -
battue latérale - - - - - - - - - -
occlusive nasale m ɱ n ɲ ŋ - - - - - -
Flux glottal (éjectives et implosives)
occlusive éjective - -
fricative éjective - -
injective - -
Flux vélaire (clic)
clic central - - - - - - - - - -
clic latéral - - - - - - - - - - - - - - -
Articulations multiples
fricative post-alvéolo-vélaire w spirante labio-vélaire fricative labio-vélaire spirante labio-palatale
Case grisée : articulation jugée impossible
Paire de consonnes : consonne sourde (à gauche) ~ consonne voisée (à droite)
Symbole en italique : ligature d'usage courant ne faisant plus partie de l'API