Photographie/Thèmes/Les feux d'artifice

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 28/06/2017, le Wikilivre de photographie comporte 6 272 articles
plan du chapitre en cours

Thèmes photographiques


Niveau

A - débutant
B - lecteur averti
C - compléments

Avancement

Ébauche Projet
En cours Ébauche

des articles

Fait à environ 50 % En cours
En cours de finition Avancé
Une version complète existe Terminé


Crystal Clear action find.png
Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Frédéric Boissonnas (10 février)
  2. Ariel Varges (8 février)
  3. Andreas Gursky (9 janvier)
  4. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  5. Cosina CS-3 (7 janvier)
  6. Cosina CS-2 (7 janvier)
  7. Cosina CS-1 (7 janvier)
  8. Cosina CT-1 (7 janvier)
  9. Vivitar XV-3 (7 janvier)
  10. Vivitar XV-2 (7 janvier)
navigation rapide


FabricantsPersonnalitésThèmes

Éditeurs de cartes postalesFormulaires

BibliographieGlossaireModèles pour le livre



Généralités[modifier | modifier le wikicode]

Les feux d'artifice associent la beauté et le spectaculaire aux commémorations de dates ou d'événements importants. Ils constituent un sujet photographique de choix offrant de nombreuses surprises, agréables ou non, et beaucoup de photographes amateurs s'y sont essayé avec plus ou moins de succès.

Quelques conseils ne sont donc pas superflus, d'autant que sur ce thème les fausses évidences sont nombreuses.

Veillez à la stabilité de votre appareil[modifier | modifier le wikicode]

En plus de l'appareil lui-même, quelques accessoires sont absolument indispensables :

Lorsque l'on photographie les feux d'artifice on utilise toujours des temps de pose longs afin d'enregistrer sur la pellicule ou le capteur non pas les positions à un instant donné des objets lumineux, mais les traces que ceux-ci laissent pendant leur mouvement. La photographie va en quelque sorte « additionner » les impressions lumineuses pour donner des images que l'œil est incapable de voir. Pour cette raison il faut que l'appareil reste parfaitement immobile pendant la prise de vue ; un trépied, ou tout autre support stable plus ou moins improvisé s'impose.

Le système variera quelque peu selon le modèle d'appareil que vous emploierez mais avec toujours le même but : éviter tout contact direct de la main avec l'appareil, de façon à éviter les mouvements intempestifs. Le premier risque de bougé tient à l'appui sur le déclencheur, d'où l'intérêt de pouvoir commander l'appareil à distance.

  • Sans déclencheur souple ni télécommande :

En l'absence de ces équipements, vous pourrez utiliser le mode retardateur de votre appareil réglé au minimum, 2 secondes généralement, la gestion du timing sera plus corsée mais vous éviterez le flou de bougé.

2006 Fireworks 3.JPG
Flou de bougé

Outre d'autres défauts que nous analyserons plus loin, cette photo témoigne des mouvements involontaires de l'opérateur tenant son appareil à la main. L'effet d'éclatement s'en trouve fortement altéré.
Fireworks 1.JPG
Flou de bougé

Le flou de bougé perturbe quelque peu les trajectoires des gerbes de feu, ce ne serait pas grave en soi, mais il donne aussi un aspect cotonneux et difficilement acceptable au décor.
Firework sweden3.jpg
Flou de bougé

Outre la présence d'un nuage de fumée envahissant, le tremblement du photographe pendant la pose nuit passablement à l'ambiance
200508 Firework of Lake of Annecy festival (444).jpg
Flou de bougé

Là, le bougé est massif ; ce n'était probablement pas le but recherché mais ... on peut tout de même trouver un certain charme à cette image !

Choisir son emplacement[modifier | modifier le wikicode]

Il faut souvent s'y prendre suffisamment tôt pour trouver le bon point de vue. Il faut d'abord que l'endroit soit dégagé et qu'il le reste pendant le spectacle, rien n'est plus désagréable en effet que de retrouver la silhouette d'un spectateur masquant l'explosion de la plus belle fusée. Naturellement, il faut aussi respecter le travail des autres photographes et ne pas interférer avec leur champ de vision. Un autre point trop souvent négligé : les feux d'artifice sont par définition tirés dans le noir, mais les fusées éclairent suffisamment le décor pour que celui-ci soit visible. Autant que possible, il faudra donc choisir son emplacement pour bénéficier du meilleur arrière-plan possible, ce qui n'est pas toujours facile. La présence d'eau, à la surface de laquelle les motifs lumineux se reflètent, est évidemment un facteur favorable à l'obtention de belles images.

Attention aussi à la présence d'éléments indésirables en avant-plan, comme des branchages, des poteaux, etc., qui peuvent nuire à la composition des photos.

Preparing Firework.jpg
Préparation d'un feu d'artifice

Il est évident que le spectacle n'est pas improvisé quelques minutes avant le moment du tir, mais au contraire soigneusement préparé assez longtemps à l'avance pour éviter toute surprise. Une reconnaissance des lieux dans l'après-midi qui précède permet souvent de se faire une idée de l'endroit où exploseront les fusées et des meilleurs points de vue possibles.
Golowan Festival Penzance June 2005 Fireworks.jpg
Golowan Festival (Penzance, Cornouaille, Grande-Bretagne)

Même s'il ne s'agissait probablement pas là de la photo du siècle, il n'est pas certain que le photographe ait apprécié la présence du personnage qui masque en partie le spectacle.
Fireworks.jpg
Turin 2006

Lors d'un feu d'artifice on se place parfois où l'on peut... Ce fut probablement le cas ici, le photographe a trouvé un point élevé permettant de voir les fusées tirées depuis un stade. Le décor fourni par les immeubles était tout sauf idéal et de plus la vue est en partie masquée par la fumée.

Bien orienter l'appareil et préparer son cadrage[modifier | modifier le wikicode]

C'est l'une des principales difficultés avec les feux d'artifice, comme du reste avec les éclairs qui rendent les orages si spectaculaires. On ne sait jamais quelle sera la prochaine fusée, à quelle hauteur elle montera, si elle sera accompagnée ou non de plusieurs autres, etc. Il faut donc cadrer au jugé et tâcher d'anticiper la suite du spectacle. Avec un peu d'habitude, chacun peut améliorer sa façon de faire. L'appareil doit être dirigé vers la partie du ciel où l'éclatement des fusées sera le plus probable.

Quelle focale ?[modifier | modifier le wikicode]

Naturellement le choix de la distance focale sera déterminant. Si elle est trop courte, les gerbes de feu paraîtront souvent ridiculement petites dans un cadre noir bien trop grand pour elles. Au contraire, si elle est trop longue, tout deviendra aléatoire : beaucoup de gerbes lumineuses seront coupées ou même carrément hors du champ mais on aura peut-être la chance d'obtenir une superbe explosion « plein cadre » ...

Qui a dit que la touche « effacement » était la plus importante sur les appareils numériques ? Des considérations financières conduiront évidemment à élargir quelque peu les cadrages avec les appareils argentiques. Avec un appareil numérique possédant une définition suffisante il est également conseillé de cadrer plutôt un peu trop large qu'un peu trop serré, puisque la photographie peut toujours être recoupée par la suite tout en restant d'une qualité acceptable.

Attention à la ligne d'horizon ![modifier | modifier le wikicode]

Il faut toujours veiller à ne pas pencher l'appareil : si l'horizon est visible et enregistré en même temps que le feu d'artifice (lac, paysage urbain, etc.), l'effet d'une inclinaison du cadrage risque d'être très désagréable. Un petit niveau à bulle glissé dans la griffe du flash, s'il en existe une, peut grandement faciliter ce réglage. Une lampe de poche ou une lampe frontale pourront alors faire partie des accessoires utiles

Vertical ou horizontal ?[modifier | modifier le wikicode]

Il est difficile de choisir entre le cadrage vertical et le cadrage horizontal car les deux peuvent donner de bons résultats. Le premier est souvent préférable pour enregistrer le mouvement ascendant des fusées mais le second est préférable si le paysage doit être enregistré en même temps que le spectacle, ou encore si l'on veut superposer sur une même image des explosions successives. Tout dépend évidemment beaucoup de l'endroit où l'on se trouve placé. Gardez toujours votre cadrage en mémoire, vous assistez à un spectacle et il serait dommage de le contempler seulement à travers un viseur ou pire sur l'écran LCD de l'appareil. La longueur de la trace lumineuse d'une fusée montant vers le ciel vous dira, en fonction de votre choix, si vous devez déclencher ou non.

Fireworks 5051.jpg
Légèrement trop bas !

C'est presque bon mais un poil coupé quand même, dommage !
Fireworks 5041.jpg
Légèrement trop haut !

Les fusées sont probablement montées moins haut que prévu et toute la partie supérieure de l'image est noire. L'effet n'est pas très agréable car on ressent une impression d'écrasement et le découpage pour obtenir un panoramique est loin d'être génial. Il faut se rappeler que lorsque l'on encadre une image, mieux vaut la mettre vers le haut du rectangle que vers le bas, et qu'une photo d'arbre sans tronc n'est jamais très intéressante.
Fireworks1.jpg
Mal orienté !

Cette fois, un cadrage vertical aurait été préférable, avec l'appareil visant un peu plus bas. Mais évidemment, d'après la loi de Murphy mieux connue sous le nom de « loi de l'emm... maximum », si l'on avait agi ainsi, la fusée suivante aurait été tirée à droite ou à gauche et beaucoup plus haut.
Pepsi-400-2005-Fireworks.jpg
Daytona Beach, ça penche et c'est coupé !

Les fontaines de feu sont bien là mais les trois fusées du haut sont malheureusement coupées. Le plus gros défaut de cette photo reste son inclinaison, il fallait impérativement cadrer de façon parfaitement horizontale pour que la mer ne donne pas l'impression de se vider à droite.
White bright fireworks.jpg
Seaport Village 2002

Difficile de dire si cette photo a été recadrée ou non, mais force est de constater que pratiquement rien ne manque. En revanche la fumée émise par les fusées précédentes est fort gênante.
World Showcase Lagoon during IllumiNations.jpg
Epcot

Le cadrage est très serré et le feu d'artifice pas très riche en couleurs mais l'ambiance est intéressante et comme d'habitude, les reflets sont les bienvenus.
IMG.svg
Kiev, Ukraine

Ici le cadrage vertical s'imposait pour montrer l'explosion des fusées et l'ambiance festive du lieu.

Quelle sensibilité adopter ?[modifier | modifier le wikicode]

La plupart des photographes amateurs s'imaginent qu'une sensibilité très élevée est nécessaire pour photographier les feux d'artifice mais, comme dans le cas de la photo de nuit, c'est en fait une idée totalement fausse. Seule une basse sensibilité peut produire des images suffisamment propres, sans grain argentique ou sans bruit numérique. Quel que soit le procédé, il est donc préférable de choisir une sensibilité voisine de 100 ISO qui correspond aux films lumière du jour les plus courants et aussi à la sensibilité de base des capteurs numériques (les hautes sensibilités, rappelons-le, sont obtenues non par une modification des caractèristiques physiques des capteurs, mais par des artifices logiciels).

Naturellement, si on laisse l'appareil décider seul de la sensibilité à adopter, il se règlera automatiquement sur la plus haute valeur possible puisque la mesure de base sera réalisée sur le ciel noir et le résultat sera catastrophique.

Fireworks 5049.jpg
Blue Ash Community Fireworks Show, 4 juillet 2005

S'il faut en croire les données EXIF, cette photo a été faite avec une sensibilité de 100 ISO, ce qui donne à la fois une finesse certaine à l'image des traînées lumineuses et des noirs purs pour le fond sur lequel celles-ci se détachent.
Fireworks.JPG
Saint-Quay Portrieux, France

Bien que les données EXIF ne soient pas disponibles pour cette photo, on peut penser qu'elle a été elle aussi réalisée à faible sensibilité. En fait un des risques importants dans ce genre de photo n'est pas tant la sous-esposition que la sur-exposition, très visible ici pour la fusée blanche.
Paris-fireworks-14-july-2005.jpg
Paris, 14 juillet 2005

Les données EXIF ne sont pas disponibles mais le niveau de bruit important et la faible qualité des noirs font penser à l'utilisation d'une sensibilité trop élevée.
Firework sweden1.jpg
Festival de Malmö, Suède, Juillet 2006

La sensibilité était réglée ici sur 200 ISO, cette valeur est trop élevée et l'image est affectée d'un bruit numérique énorme.
Moscow, Day of the Town 2006, Fireworks over the Great Stone Bridge.jpg
Moscou, 2006

L'utilisation d'une sensibilité de 500 ISO s'accompagne là aussi de l'apparition d'un bruit numérique inacceptable. Cette photographie comporte bien d'autres défauts par ailleurs, elle est très floue et surexposée et on peut parier sans gros risque que son auteur a dû être passablement déçu par le résultat de sa prise de vue.
Fireworks over La Paz.jpg
La Paz, Bolivie

L'EXIF indique une sensibilité de 50 ISO, ce qui semble curieux compte tenu du bruit qui affecte massivement cette photo. L'appareil utilisé étant a priori d'une qualité convenable, il est probable que ce bruit aux allures de trame grossière a d'autres causes, reste qu'il affecte considérablement la qualité de cette photo.

Ne pas oublier la mise au point[modifier | modifier le wikicode]

La plupart des photographies de feux d'artifice sont floues, lorsqu'elles sont prises par des amateurs non avertis. La raison est simple, lorsque la mise au point est confiée à l'appareil, celui-ci tente vainement de se régler sur le ciel noir et même lorsque le déclenchement a lieu au moment où une fusée explose, l'autofocus n'a pas le temps de réagir. On aura donc tout avantage à débrayer la mise au point automatique et à fixer manuellement la distance sur l'infini ou éventuellement sur la distance hyperfocale si celle-ci est connue. Rappelons que si la mise au point est réalisée sur l'hyperfocale H, la netteté s'étend de H/2 à l'infini.

Lorsque l'on utilise le mode « feux d'artifice » présent sur beaucoup d'appareils numériques, l'appareil se bloque automatiquement sur l'infini et ce n'est évidemment pas par hasard.

2006 Fireworks 2.JPG
Flou n° 1

Flou de mise au point, assorti d'un léger flou de bougé.
Fireworks 2.JPG
Flou n° 2

Cette fois c'est surtout le flou du décor qui se révèle être le plus gênant.
Fireworks 3.JPG
Flou n° 3

Cette fois tout est flou ... Il aurait de plus été judicieux de couper les deux taches brillantes près du bord gauche : sachant que le regard se dirige immédiatement vers les parties les plus claires d'une image, on peut logiquement en déduire que celles-ci devraient être également les plus intéressantes.
London Eye fireworks 2005.jpg
London Eye 2005

Là encore le flou est très préjudiciable. Dommage, il y avait de quoi obtenir bien mieux.

Quel temps de pose ?[modifier | modifier le wikicode]

Le choix d'un bon temps de pose est sans doute encore plus important que celui d'une bonne ouverture. Il faut bien comprendre que les feux d'artifice sont essentiellement des sujets en mouvement et qu'une pose trop courte ne permettra de saisir qu'une partie de l'explosion d'une fusée. Par ailleurs, la durée du mouvement est imprévisible et si le temps de pose a été déterminé à l'avance, il risque fort de ne pas être convenable. C'est pourquoi le seul mode convenable est la pose B.

Lorsqu'une fusée est tirée, la mise à feu produit un bruit sourd qui peut donner l'éveil si l'on ne se trouve pas trop loin des installations. Ensuite, la fusée monte dans le ciel en laissant apercevoir une faible traînée lumineuse. Comme tout objet lancé en l'air, elle monte très vite au début, puis de moins en moins vite, et bien sûr, si elle n'explosait pas en cours de route, elle ne tarderait pas à retomber. Afin d'optimiser le spectacle, on fait en sorte que l'explosion ait lieu lorsque la fusée est au voisinage du point le plus haut de sa trajectoire. C'est donc un peu avant l'apogée qu'il faut ouvrir l'obturateur, qui ne sera relâché qu'une fois l'explosion terminée. Avec certaines fusées, cette explosion se produit en plusieurs phases et un relâchement prématuré n'enregistrera qu'une partie de la scène. Attention, avec les appareils numériques, au délai parfois très important qui sépare l'appui sur le déclencheur et la prise de vue elle-même !

Si l'appareil ne permet pas d'obtenir la pose B, on s'efforcera de régler le temps de pose sur une valeur assez élevée, par exemple 4 ou 5 s. Un déclencheur souple ou une télécommande peut améliorer le confort de la prise de vue et surtout éviter les vibrations de l'appareil.

Il est tentant, surtout avec un appareil argentique, de superposer sur un même cliché plusieurs explosions décalées dans le temps. Dans ce cas, il faut masquer l'objectif entre les tirs, ce qui peut se faire à l'aide du bouchon d'objectif, d'une boîte opaque, d'un bout de carton ou de tissu noir ou tout simplement, si l'on n'a rien d'autre à sa disposition, avec sa main.

Ne pas perdre de vue que la réussite d'une photographie de feu d'artifice est pour beaucoup une affaire de chance. L'image d'une belle explosion peut être gâchée par celle de la fusée suivante et les possesseurs d'appareils numériques gagneront sans doute à opérer des superpositions par des voies informatiques plutôt qu'à la prise de vue.

2006 Fireworks 4.JPG
Origine inconnue

Le temps de pose était ici beaucoup trop court, 1/8 s selon les données Exif, et l'appareil était manifestement tenu à la main. L'obturateur a été ouvert bien trop tard, alors que la fusée avait déjà explosé, et s'est refermé trop tôt, de sorte que les traînées de feu sont réduites à petits traits dont le tracé en « S » inversé, dû au bougé, ne permet pas de percevoir la direction.
2006 Fireworks 1.JPG
Origine inconnue

Même temps de pose, même défaut d'enregistrement des trajectoires, avec en outre un flou assez désagréable dû à une mauvaise mise au point.
2006 Fireworks 5.JPG
Origine inconnue

Le temps de pose est toujours trop court mais heureusement les boules de feu éjectées dans toutes les directions étaient assez lumineuses pour que les traits de fumée puissent suggérer le mouvement. La mauvaise mise au point et le bougé se font un peu moins sentir.
2006 Fireworks 10.JPG
Origine inconnue

Mêmes défauts, accentués.
2006 Fireworks 11.JPG
Origine inconnue

Cette fois, l'image est à la limite de la lisibilité.
Skyshow Adelaide 2006.JPG
Adelaïde, 2006

Avec un temps de pose de 3 s, l'effet est bien sûr très différent. L'appareil enregistre sur la surface sensible des phénomènes lumineux décalés dans le temps et fait, sur ce pla, mieux que l'œil qui ne perçoit ces traînées lumineuses que grâce à la persistance rétinienne et surtout, à l'interprétation des mouvements par le cerveau. La présence d'un décor, même à l'état de silhouette, donne une certaine échelle et un certain relief à la photographie.

Et quelle ouverture ?[modifier | modifier le wikicode]

La plupart des amateurs imaginent que puisque le spectacle se passe de nuit, il faut nécessairement un objectif lumineux et une grande ouverture de diaphragme. Ils oublient qu'au contraire la lumière émise par les feux d'artifice est très intense et c'est pourquoi le diaphragme doit être assez fermé pour limiter l'importance des zones qui seront presque inévitablement surexposées, surtout avec les fusées blanches. Lorsque la sensibilité est réglée sur 50 à 100 ISO, les meilleures ouvertures vont en fait de f/8 à f/16.

Le bouquet final comporte souvent un grand nombre de bombes au magnésium très brillantes et il vaut alors mieux fermer davantage (f/11 ou f/16) que pour le reste du spectacle.

Le flash[modifier | modifier le wikicode]

On l'éteint ! D'une part il est bien incapable d'éclairer le ciel, d'autre part et surtout sa présence fera dans presque tous les cas basculer le temps de pose vers des valeurs très courtes et bien insuffisantes.

Autres petits trucs utiles[modifier | modifier le wikicode]

  • Attention à la direction du vent : s'il rabat vers vous les fumées, celles-ci deviendront très lumineuses lors des explosions et détruiront l'ambiance de vos photos. S'il n'y a pas du tout de vent, la fumée restera sur place et seules les premiers tirs permettront d'obtenir de bons résultats, ne traînez pas pour déclencher.
  • avec un appareil numérique, la suppression des coûts de traitement des images et le caractère aléatoire des résultats invite à multiplier les prises de vue et à procéder ensuite à une sélection sans pitié pour éliminer toutes les images médiocres.
  • se munir d'un carton noir : on s'en sert pour masquer provisoirement l'objectif pendant une pose longue. Si par exemple on travaille en surimpression, une seconde fusée plus brillante que la première détruira l'harmonie de l'image, le carton permet, avec un peu d'habitude, de doser les effets.
  • Penser au décor : souvent le spectacle est tiré dans un lieu plus ou moins grandiose comportant des monuments éclairés, qui sont éteints au moment du spectacle proprement dit. Penser à les photographier avant le feu d'artifice, quand il n'y a pas encore de fumée, de façon à pouvoir réaliser par la suite des surimpressions.

Galerie d'images[modifier | modifier le wikicode]

New year in Oslo 2005 1.JPG
Nouvel an à Oslo, 2005

Un exemple classique et parlant de photo en grande partie gâchée par la fumée.
Nit de L'Albà Elche.jpg
Nuit de l'Albà Elche (Espagne, province d'Alicante)

[[|240px|center]] '

[[|240px|center]] '

[[|240px|center]] '

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • LOAËC, Ronan .- Deux passions convergentes : la photo et les feux d'artifice [photos de Christophe Blanc]. In : Photofan, n° 2, juin-juillet-août 2004, pp. 100-107.

Photos en réserve[modifier | modifier le wikicode]

N'hésitez pas à placer les photos ci-dessous dans le tableau et à les commenter.

Thèmes photographiques

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]