Plantes messicoles de l'Avesnois/Atlas des plantes messicoles/Présentation des espèces/Anagallis arvensis L. subsp. arvensis

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aide à la lecture d'une taxobox Mouron rouge
Anagallis arvensis Photo : Jean-Jacques MILAN
Anagallis arvensis
Photo : Jean-Jacques MILAN
Classification de Cronquist
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Sous-division Spermatophytina
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Dilleniidae
Ordre Primulales
Famille Primulaceae
Genre Anagallis
Nom binominal
Anagallis arvensis
L., 1753
Classification APG III
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Astéridées
Ordre Ericales
Famille Primulaceae
Genre Anagallis

Mouron rouge - Mouron des champs
(Scarlet pimpernel, red pimpernel, red chickweed, poorman's barometer, poor man's weather-glass, shepherd's weather glass, shepherd's clock pour les anglophones et Rood guichelheil pour les néerlandophones).
D'après le Bulletins de la Société royale de botanique de Belgique, Volume 3 Les Flamands l'appellent Guichelheyl, Vogelkruid ou Roode Muer et les Wallons moron.


Description[modifier | modifier le wikicode]

  • Tiges rampantes.
  • Feuilles opposées, sessiles et ovales (ou lancéolées).
  • 5 pétales rouge vermillon avec le centre pourpre ou bleu, se chevauchant.
  • fruit = pyxide.

Écologie[modifier | modifier le wikicode]

Aspects historiques[modifier | modifier le wikicode]

(à compléter)

Etymologie[modifier | modifier le wikicode]

Anagallis vient du grec anagelaô, « je ris », en raison de son utilisation ancienne dans le traitement de l'hypochondrie (source : w:Anagallis arvensis).
Arvensis signifie « des champs labourés ».
Fuchs, cité dans le Volume 3 du Bulletin de la Société royale de botanique de Belgique, pense que l'étymologie de guichelheyl s'explique par le fait que cette plante suspendue au seuil d'une demeure en écarte les maléfices, les enchantements guichelary. Mouron viendrait du flamand muer.
L'expression « se faire du mouron » signifie « se faire du souci ». En argot, le mouron désignait les cheveux, d'où l'expression « ne plus avoir de mouron sur la cage » pour désigner la calvitie.

Génétique[modifier | modifier le wikicode]

(à compléter)

Statuts et conservation[modifier | modifier le wikicode]

(à compléter)

Propriétés et usages[modifier | modifier le wikicode]

Au Maghreb, cette plante passe pour faire tomber les sangsues de la gorge[1].

Espèces proches, confusions possibles[modifier | modifier le wikicode]

(à compléter)

Synonymie :[modifier | modifier le wikicode]

(à compléter)

Photos & illustrations[modifier | modifier le wikicode]

(à compléter)

Pour en savoir plus[modifier | modifier le wikicode]

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.
Inventaire de l’espèce sur Wikispecies.
Définition sur Wiktionnaire.


Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • (anglais) Ballard LAT, Grant Lipp AE.1964. Juvenile photoperiodic sensitivity in Anagallis arvensis L. subsp. feomina (Mill.) Schinz and Thell. Australian Journal of Biological Sciencess 17, 323–337
  • (anglais) BallardLAT, Grant Lipp AE.1964. Juvenile photoperiodic sensitivity in Anagallis arvensis L. subsp. feomina (Mill.) Schinz and Thell. Australian Journal of Biological Sciencess 17, 323–337Dorota Kwiatkowska et Jacques Dumais (2003), Growth and morphogenesis at the vegetative shoot apex of Anagallis arvensis L. ; Journal of Experimental Botany, 2003 - Soc Experiment Biol (résumé oxfordjournals.org)
  • (anglais) BrulfertJ, Fontaine D, Imhoff C.1985. Anagallis arvensis. In: Halevy AH, ed. CRC handbook of flowering. Boca Raton: CRC Press, 334–349.
  • (français) FontaineD.1972. Diagnostic morphologique du stade de développement, au cours du plastochrone, du point végétatif de l’Anagallis arvensis L. plante à feuilles opposées et décussées. Comptes Rendus hebdomadaires des Séances de l’Académie des Sciences, Paris 274 Série D, 58–61.
  • (anglais) GreenPB, Havelange A, Bernier G.1991. Floral morphogenesis in Anagallis: Scanning‐electron‐micrograph sequences from individual growing meristems before, during, and after the transition to flowering. Planta185,502–512.
  • (anglais) KwiatkowskaD.1997. Intraspecific variation of phyllotactic stability in Anagallis arvensis. Acta Societatis Botanicorum Poloniae 66,259–271.
  • (anglais) M Amoros, B Fauconnier et R.L Girre (1987), In vitro antiviral activity of a saponin from< i> Anagallis arvensis, Primulaceae, against herpes simplex virus and poliovirus ; Antiviral research, Volume 8, Issue 1, aout 1987, Pages 13–25 ; Ed:Elsevier (Résumé)

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Trabut, 1931. Répertoire des Noms indigènes des plantes spontanées, cultivées et utilisées dans le Nord de l'Afrique.