Poésie réunionnaise/Éva èk Arsin

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éva èk Arsin / Héva et Anchaing[modifier | modifier le wikicode]

Extrait adapté des Légendes Créoles de Daniel Honoré, Ed. Udir, 2002.

Quatrième pensée. Coralie rêve alors des grandes plantations, les champs à perte de vue. Les mots endémiques poussent et fleurissent par touffes, ils piquent avec leurs sons : sabouk, fouèt. Les paragraphes semblent se pencher sous le poids des z, é, k dans ces mots.

Kèkpar si la kot ès la Rénion, navé in kolon té i apèl Alègsi. Sa lété propriétèr in térin tèlman gran ke té i som zisk a la montane. Touzis si lo boug té i koné zisk ou son térin té i sava. Tanka zèsklav, lo kantité, li té i souvyin pli non pli.

Quelque part sur la côté Est de la Réunion, habitait un colon qui s'appelait Alexis. Il était propriétaire d'un terrain si grand que celui-ci courrait jusqu'à la montagne. Lui-même ne savait plus jusqu'où allait ses terres. Il n'aurait pas non plus su donner le nombre d'esclaves qu'il possédait tellement qu'il en avait.

Kom si la plipar propriété koma, zèsklav té i travay dir & té i manz tré pe. San konté ke le kolon té i loup zamé in lokazion fé sabouk azot. Zom kom fanm, té i amar sa domi tou ni, dann milié la kour, épi té i fé rint sa ansanm in fouèt ke té rézèrvé èspré pou pinision. Lo kolon té i kont lo kou, a domi alonzé dan son fotèy kréol, sou la varang, avalan ti gorzé par ti gorzé son vèr lo ronm aranzé. A té! Sa té in bon moman d’la zourné! Foutor va!

Comme sur la plupart des propriétés, les esclaves travaillaient beaucoup et mangeaient peu. Ils recevaient souvent le fouet. Hommes et femmes, dos au vent au milieu de la cours, sans espoir de s'enfuir, recevaient le fouet en guise de punition. Alègsi commandait, allongé sous la varangue dans son fauteuil créole, sirotant un verre de rhum. C'était à cette époque un moment malheureusement apprécié !

Lèr k’Alègsi lété pa tro fatigé, li té i fé pa de, pou tyinbo sabouk li-mèm. Lété kom ki diré, in pé léspor pou li, in pé légzèrsis pou fé transpir in ti gine kom son doktèr lavé di ali fé na d’kou.

Quand Alègsi n'était pas trop fatigué, il tenait lui-même le fouet. C'était comme un sport, un exercice pour transpirer que préconisait son médecin selon les croyances de l'époque.

Initil di azot ke toulmoun lavé la pét dovan Alègsi. Kan son raz té i mont-la, on diré ke mèm lo pié d’mang la kour té i gingn la tranblad. Son madam, a s’moman-la, té i kour dovan in zimaz Bondié.

Inutile de vous dire que tous le craignaient. Lorsque la colère le prenait, il semblait même que les manguiers de la cour tremblaient de frayeur. A ce moment-là, sa femme se précipitait devant une image pieuse.

Par l’fèt, lavé ryin k’inn lavé pa pèr kolon-la : s’été son fiy. Alé pa kroir ke manmzèl-la té pli solid ke nimport ki ! Alé pa kroir ke li navé tèlman kouraz ke li té i oz rézinb ansanm son papa ! Non té ! Mé li té i pran tout par la dousèr. Épi i fo dir ke manmzèl-la té tèlman zoli ! Zanz, lèr ki agard ali, i devé èt zalou oté ! Tout son figir lété fé pou apéz siklone, té fé pou kal la lav volkan kan sa té i pét oté, té fé osi pou inbib do lo linondasion kan katastrof té i vyin rod a nou.

À vrai dire, il n'y avait qu'une seule personne qui n'avait pas peur de lui : sa propre fille. N'allez pas croire qu'elle était plus forte qu'un autre, ni plus courageuse pour résister ainsi à son père. Non, mais elle avait l'art de tout traiter avec douceur. Et puis, elle était si belle. Les anges n'étaient-ils pas jaloux en la regardant ? Son visage apaisait les cyclones, arrêtait les laves du volcan, tarissait les eaux des inondations lorsque les catastrophes nous guettaient.

Créole vers Français. La légende des esclaves Héva et Anchaing écrite par Daniel Honoré a été ré-orthographiée afin d'avoir une écriture homogène tout au long de ce livre (référence aux mots du Dictionnaire Kréol rénioné/Français d'Alain Armand et à son précis grammatical). Ce texte et le poème "Pov ti gine" présentent plus de mots propres de l'idiolecte réunionnais par rapport aux deux autres textes. Les mots propres décrivent le local, l'histoire, sa dureté, l'héritage et les paroles de tous les jours.