Sécurité des systèmes informatiques/Sécurité informatique/Observation, surveillance, supervision

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sécurité des systèmes informatiques
Ce modèle

Les systèmes de surveillance dédiés à la sécurité, comme les IDS notamment, partagent avec certaines solutions d'administration réseau un certain nombre de caractéristiques techniques. Notamment, les solutions dédiées à l'observation du réseau (pour le dépannage en particulier), la surveillance de l'exploitation, et la supervision des systèmes partagent avec les systèmes de sécurité des sources d'information et des modalités de mise en place communes. De notre point de vue, ces différentes désignations concernent en général des solutions différentes (quoique assez proches) que nous définissons dans ce texte de la manière suivante :

  • observation (réseau) : les moyens logiciels et matériels dédiées à l'observation réseau permettent de prélever et reconstituer un flux réseau à des fins d'analyse. On trouve dans cette catégorie des équipements matériels permettant d'intercepter le flux réseau notamment dans les réseaux full duplex commutés, et beaucoup de logiciels dont les capacités vont de la capture pure et simple de paquets IP à la possibilité de reconstituer les différents flux de transmission au niveau de nombreuses applications réseau.
  • surveillance : les moyens de surveillance sont habituellement orientés vers la surveillance régulière du bon fonctionnement des applications importantes et des services essentiels au bon fonctionnement du système informatique (DNS par exemple) et l'émission d'alertes en cas de dysfonctionnements. Ces systèmes peuvent également être destinataires des alertes générées par les équipements eux-mêmes quand ils en sont capables (par exemple via l'utilisation de traps SNMP pour les équipements supportant ce type de protocole de gestion). Ces outils visent à améliorer le fonctionnement du système, en détectant rapidement des défaillances pour y pallier efficacement.
  • supervision : enfin, les moyens de supervision, qui peuvent également contacter régulièrement un certain nombre d'autres équipements pour obtenir des statistiques d'utilisation (et parfois partager certaines informations avec les outils de surveillance précédents) sont plus orientés vers la collecte régulière de mesures de fonctionnement et la constitution de données consolidées (par exemple pour les latences réseaux, le débit réseau, le temps de réaction d'une application, l'occupation disque, etc.). Ces outils sont particulièrement utiles pour évaluer le dimensionnement des plate-formes matérielles en fonction de l'historique de l'utilisation ou pour identifier des sources de dégradation des performances.

Quoique ces solutions ne soient pas directement liées à la sécurité des systèmes informatiques, au sens de la protection contre les malveillances, leur utilisation participe d'une bonne maîtrise du système dans son ensemble et, parmi les outils utilisables, certains font partie de la boite à outils de l'administrateur sécurité. Une bonne appréciation du fonctionnement du système informatique fournit des pistes pour appréhender le système dans son ensemble : les flux réseaux principaux, les services clefs, le détail des transmissions d'une application par exemple. À certains moments, ces informations complètent celles fournies par les outils dédiés à la sécurité. Par ailleurs, les outils concernés peuvent également fournir des informations concernant la sécurité directement, à condition parfois de s'intéresser à des paramètres habituellement peu observés (comme les taux d'erreurs par exemple).

Afin d'illustrer ces liens, nous nous appuyons dans cette section sur certaines des solutions open-source disponibles pour aborder les problématiques d'observation réseau, de surveillance des systèmes ou de supervision. L'ouverture et la disponibilité de ces logiciels permet de bien comprendre le mode de fonctionnement de ces différents outils et les paramètres auxquels ils donnent accès. En ce qui concerne l'observation réseau, nous considérerons Ethereal, un outil de capture et d'analyse des flux réseau particulièrement efficace et de plus en plus répandu, en ce qui concerne la surveillance, nous parlerons de Nagios, outil de vérification du fonctionnement des services et d'alerte, enfin, en ce qui concerne la supervision, nous parlerons de Cacti et de rrdtool, outils permettant de collecter et de consolider des données issues des capteurs et des compteurs mis à dispositions par les systèmes informatiques (et si possible de ntop, un outil de suivi général du réseau).

Les outils de supervision et de surveillance ont besoin d'un moyen le plus général possible pour accéder aux informations internes des différents systèmes informatiques qu'ils observent, si possible de manière indépendante des constructeurs ou des systèmes d'exploitation. Souvent, le support limité du constructeur en terme de pilotes ou de logiciels implique d'utiliser des solutions propriétaires. Toutefois, le protocole SNMP (Simple Network Management Protocol) défini dans le standard IETF STD 62 (ou les RFC 3411-3418) est un standard suffisamment répandu et suffisamment puissant pour permettre de couvrir une large gamme de systèmes et de données. Ce n'est malheureusement pas une solution à tous les problèmes, mais dans les exemples que nous prendrons, SNMP sera souvent la technologie la plus simple utilisée de manière sous-jacente pour collecter des données de supervision ou de surveillance.

Ethereal/Wireshark[modifier | modifier le wikicode]

Ethereal (trés récemment renommé Wireshark) est un outil d'analyse réseau qui permet à la fois de réaliser une capture du trafic visible depuis une interface réseau de la machine sur laquelle il s'exécute, et de visualiser plus précisément le contenu des paquets capturés en fonction du protocole réseau auquel ils correspondent. Ethereal est désormais capable d'analyser la plupart des protocoles réseaux existants. Il est de ce fait devenu un outil incontournable dans la boite à outil de l'administrateur sécurité, notamment parce qu'il permet d'étudier en détail le contenu d'une capture réseau (obtenue éventuellement par des moyens différents) et parce qu'il permet d'identifier précisément les flux réseaux associés à une application (en observant le trafic réseau associé à son exécution) et donc de mieux comprendre son fonctionnement. Ce dernier point peut être particulièrement utile pour mettre en place un filtrage réseau pour l'application concernée au niveau d'un firewall. L'outil est disponible pour plusieurs version d'Unix, mais également pour MS/Windows.

Les figures suivantes présentent un exemple de capture de trafic réalisée avec Ethereal et le détail des options de capture disponibles.

L'outil d'observation réseau Ethereal/Wireshark
Options de capture d'Ethereal/Wireshark

La figure suivante montre une analyse plus détaillée d'une connexion TCP capturée dans le flux général. S'agissant d'une session Telnet, on y voit d'ailleurs au passage un exemple concret de la grande vulnérabilité de ce protocole et de son mode d'authentification en cas de capture réseau.

Reconstruction d'une session Telnet avec Ethereal/Wireshark

Ethereal est un outil appuyé sur une interface graphique, mais on dispose aussi d'une version fonctionnant purement dans un terminal texte : tethereal. Cette version permet aussi de réaliser des captures réseau directes en ligne de commande et peut se substituer avec bénéfice à l'outil classiquement utilisé sous Unix pour ce type d'opération : tcpdump.

Nagios[modifier | modifier le wikicode]

Nagios est un outil offrant la possibilité d'exécuter de manière périodique des scripts ou des programmes de vérification du bon fonctionnement d'un service (généralement exécuté sur une machine distante). Nagios surveille par ce moyen l'état du service considéré, qui peut être classé parmi les catégories OK, WARNING, CRITICAL ou UNKNOWN. Nagios met à jour périodiquement l'état des services qu'il doit surveiller, en prenant en compte les problèmes survenant seulement de manière transitoire, les problèmes liés à la plate-forme, au réseau, et en enregistrant les périodes d'inactivité d'un service (notamment pour réaliser des rapports sur sa disponibilité).

Services surveillés par Nagios

La configuration de Nagios s'effectue par l'intermédiaire de fichiers texte, mais le langage de configuration permet la définition de modèles (pour réutiliser des définitions) et l'outil est également doublé d'une interface via un serveur HTTP et plusieurs programmes « cgi ». Cette interface permet de visualiser l'état des différents services et des différentes machines surveillées et de lancer certaines opérations : lancement ou arrêt de la surveillance (par service), activation ou désactivation de l'émission d'alertes en cas de changement d'état, inscription de périodes de maintenance pour une machine, acquittement d'une alerte (pour un problème en cours de traitement), etc. La figure 52 présente un exemple de cette interface de visualisation. L'intérêt de Nagios dans une configuration particulière dépend bien évidemment de la disponibilité ou non de scripts de surveillance adaptés. Nagios est accompagné d'un certain nombre de plugins pour les actions de surveillance courantes (notamment pour des systèmes Unix). Mais ceux-ci sont parfois insuffisants, notamment dans le cas des systèmes MS/Windows. Dans ce cas, il est toutefois possible de les compléter par des scripts assez simples, à condition de pouvoir s'appuyer sur des requêtes SNMP pour obtenir les informations nécessaires de la machine MS/Windows (état des disques, des périphériques, etc.).

Cacti[modifier | modifier le wikicode]

Cacti est une application Web écrite en PHP et appuyée sur une base de données (généralement MySQL). Ce logiciel permet de collecter des données (et notamment des données disponibles via SNMP), de les stocker dans une base de données gérées par l'outil RRDTool (voir ci-après) et de piloter les fonctions de création de graphiques disponibles via RRDTool pour afficher sur un navigateur Web une présentation graphique de la consolidation des données collectées.

Cet outil, dont un exemple de résultat est présenté dans la figure suivante, est de la famille des outils de supervision réseau lancée par le très populaire MRTG. L'auteur de MRTG n'est autre que l'auteur de RRDTool vis à vis duquel Cacti se comporte en fait comme une sorte d'interface homme-machine. L'intérêt de Cacti est de rendre beaucoup plus conviviale et parfois extrêmement facile d'utilisation un outil en ligne de commande qui, bien que très puissant, peut parfois être difficile à gérer manuellement quand on gère un nombre important de sources de données et quand on souhaite travailler facilement sur plusieurs présentations.

Supervision réseau avec Cacti et SNMP

La figure précédente est un exemple de graphique sophistiqué que l'on peut construire assez facilement dans Cacti depuis la définition des sources de données, jusqu'aux détails de la présentation de la courbe. Il s'agit ici, sur une journée, de données disponibles via SNMP et concernant justement le nombre et le type des requêtes SNMP traitées par un équipement mettent en œuvre ce protocole. L'exemple choisi ne montre aucune activité anormale et seulement la récupération régulière des information de supervision elles-mêmes. Mais si un scan SNMP était effectué sur la machine concernée sans précaution, celui-ci apparaîtrait de manière évidente sur la courbe d'historique.

RRDTool[modifier | modifier le wikicode]

RRDTool est l'outil sous-jacent à Cacti pour le stockage et l'affichage graphique des données numériques collectées. La spécificité de RRDTool est de stocker les données qui lui sont fournies non pas sous forme linéaire exhaustive, mais sous une forme immédiatement consolidée. Ainsi, si on enregistre par exemple toutes les 5 minutes les compteurs concernant le nombre de paquets IP émis et reçus par une interface réseau dans une base de données RRDTool, l'outil conservera les données de manière exhaustive sur une journée seulement, et maintiendra en parallèle un certain nombre de données déjà agrégées (par des fonctions de consolidation comme la moyenne, ou le maximum) avec une résolution adaptée à la visualisation souhaitée (en général, pour une semaine avec des valeurs consolidées sur 30 minutes, pour un mois avec des valeurs consolidées sur 2 heures, et pour un an avec des valeurs consolidées sur toute une journée). En effet, il est inutile de conserver la résolution maximale (5 minutes) pour visualiser les données concernant une année sur un graphique qui ne pourrait pas afficher l'ensemble des points de manière lisible. De plus, la consolidation permet de garantir la taille occupée par le fichier contenant les données dès sa création, ce qui évite de remplir progressivement tout l'espace de stockage et de voir exploser le temps de traitement avec une approche naïve consistant à conserver toutes les mesures effectuées. La figure suivante montre un exemple des données des compteurs d'une interface réseau consolidée sur une semaine. C'est un exemple caractéristique de graphe de suivi du trafic réseau avec ce type d'application.

Evolution du trafic réseau

Les données consolidées dans un outil comme RRDTool à des fins de présentation graphique et de supervision, sont parfois révélatrices d'anomalies qui peuvent facilement être rapprochées d'évènements de sécurité. Par exemple, la figure suivante montre le suivi de l'activité ICMP entrante d'une machine ayant effectué un scan de ports vers d'autres machines du réseau. On y voit une augmentation forte du nombre de paquets ICMP destination unreachable et errors entre 10h et 17h : ceux-ci correspondent aux messages d'erreurs envoyés par les machines subissant le scan quand on a tenté de les contacter sur des ports réseau fermés. La figure d'aprés, qui montre l'évolution des statistiques relatives au protocole UDP sur la même période révèle également de légères traces du scan au travers des réponses UDP no ports.

Suivi de l'activité SNMP

Il faut aussi noter qu'un scan délibérément lent pour échapper à une détection pourrait malgré tout être visible sur ce type de courbe (notamment dans les historiques plus longs couvrant une semaine ou un mois). Cette trace d'une activité anormale est généralement assez difficile à obtenir de manière aussi synthétique avec des outils orientés sécurité.

Suivi de l'activité UDP

Toutefois, un fichier RRDTool, par conception, ne contient pas toutes les données nécessaires à une analyse. Ce type d'alerte est donc limité : l'anomalie détectable doit être suffisamment importante par rapport à la fenêtre d'analyse que l'on considère (on doit donc avoir une activité anormale pendant plusieurs minutes pour l'historique sur une journée, mais pendant plusieurs heures pour l'historique sur une semaine par exemple). Enfin, il faut noter que la détection automatique des anomalies semble possible. Une fonction nouvelle de RRDTool qui est intégrée dans la version en développement de l'outil est entièrement dédiée à la détection de ces anomalies de comportement. Cette nouvelle fonction (nommée aberrant behaviour detection) s'appuie sur le calcul de nouveaux ensembles de données correspondant à une modélisation statistique des valeurs attendues pour les données observées (en fonction de l'historique précédent) et l'identification d'une alerte en cas d'écart avec ce modèle. A notre sens, il devrait être très intéressant d'étudier la pertinence de cet indicateur de détection d'anomalies pour des systèmes informatiques soumis à des attaques.