Différences entre les versions de « Photographie/Les premiers pas/La sensibilité ISO »

Aller à la navigation Aller à la recherche
La plupart des appareils numériques sont capables d'adapter automatiquement la sensibilité du capteur aux conditions ambiantes de lumière et il faut reconnaître que dans la plupart des cas ils s'en tirent assez bien. Des modes tels que « photo de nuit » ou « feux d'artifice » agissent directement sur la sensibilité pour tenter de l'optimiser. Cependant, rien n'indique à un appareil la présence d'un sujet mobile, surtout si celui-ci n'est pas encore arrivé dans le champ de prise de vue, ou la nécessité d'obtenir une image nette de deux objets dont l'un est situé à 1O cm et l'autre à 10 m. Il faut alors que l'opérateur « reprenne la main » et intervienne intelligemment sur le choix d'une sensibilité appropriée.
 
Là encore, on arrive à un problème d''''optimisation''' : il ne faut pas que le gain de netteté obtenu sur un sujet mobile ou sur une scène qui s'étend en profondeur soit détruit par une granulation ou un bruit trop importants. La « gestion du bruit » est prise en charge par le processeur informatique chargé de traiter les images avant leur enregistrement. D'un appareil à l'autre, pour une même sensibilité, les résultats peuvent être très différents selon la qualité du capteur et du traitement.

Menu de navigation