« Grec ancien/Numération » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
Ce système existe encore aujourd'hui en Grèce, à la manière des chiffres romains dans les pays de langues romanes. Elle utilise, outre les lettres courantes de l'alphabet grec, trois lettres archaïques, ''digamma'' (tracé le plus souvent comme un ''stigma''), ''koppa'' (distinct du ''koppa'' littéral ancien) et ''sampi'' (évolution d'une lettre plus ancienne). Purement additive, cette numération ne nécessite pas l'utilisation du zéro. Cependant, le calcul basé sur ces écritures est impossible : les anciens Grecs utilisaient des jetons placés sur des abaques, de bois ou de marbre, partagés en colonnes.
 
 
== Numération «scientifique» ==
Outre la [[w:myriade|myriade]] (M') représentant dix mille (<math>10^4</math>), on connait aussi des exemples de myriade de myriades (MM') pour représenter cent millions (<math>10^8</math>). Dans l'Arénaire, Archimède proposa des méthodes plus élaborées (proches de notre moderne notation scientifique pour nommer de très grands nombres comme celui des grains de sable sur une plage, ou celui des grains de sable nécessaires pour remplir tout l'univers qu'il connaissait, et permettant en fait d'atteindre des nombres aussi élevés que <math>10^{8\times 10^{16}}</math>.
 
== Histoire ==

Menu de navigation