« Photographie/Surfaces sensibles/Papiers noir et blanc » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
(Page créée avec « {{Ph s Surfaces sensibles}} == Généralités == Les papiers photographiques destinés à l'agrandissement en noir et blanc sont constitués fondamentalement d'un support ... »)
 
 
Les « papiers » photographiques ne sont en fait pas tous des papiers, puisque le support de la future image peut être aussi bien une feuille de matière plastique, une toile, une tôle d'aluminium, etc.
 
==== Les papiers « barytés » ====
 
Les papiers dits '''barytés''' sont constitués d'un support classique à base de fibres de cellulose, qui peut exister en différentes épaisseurs. Les plus minces ont la « force » d'un papier ordinaire, ils permettent d'obtenir des photocopies ou des tirages qui peuvent être insérés dans des études, des mémoires ou des thèses avec la même rigidité que les pages « normales ». Les supports plus courants sont de type mince pour les tirages de petit format, épais pour des agrandissements de plus grand format, et l'on a beaucoup utilisé les supports de type cartoline à l'époque où les [[cartes postales]] en noir et blanc étaient constituées de véritables photographies.
 
Avant l'étendage de l'émulsion sensible, les supports fibreux sont généralement recouverts d'un enduit qui les rendra plus lisses et qui donnera plus d'éclat aux blancs des images. Cet enduit est constitué le plus souvent d'un composé chimique extrêmement peu soluble dans l'eau, le sulfate de baryum ; ce produit se présente sous une forme très divisée, avec des grains dont les dimensions sont inférieures au micromètre, on l'introduit dans un liant à base de gélatine ou parfois de caséine, voire de latex. La couche barytée a aussi pour fonction d'isoler la future image d'argent du papier proprement dit, qui peut contenir des impuretés potentiellement nuisibles à la bonne conservation des images.
 
Après étendage de la couche barytée, les papiers sont brossés ou calandrés de façon à présenter une surface aussi lisse que possible. Toutefois, on a fabriqué des papiers photographiques en cherchant à conserver la texture des fibres, ce qui nécessitait une couche barytée aussi mince que possible.
 
==== Les papiers plastifiés ====
 
Ils sont généralement désignés par la référence '''RC''', pour ''resin coated''.
 
À la différence des papiers barytés classiques, l'émulsion est ici étendue sur une pellicule de matière plastique. Ces papiers ont pour avantage de permettre un traitement très rapide, dans la mesure où seule l'émulsion est imprégnée par les produits chimiques. Le lavage et le séchage deviennent extrêmement rapides ; une fois sèches, les épreuves restent parfaitement planes, ce qui évite une des difficultés qui rebutent souvent les amateurs qui se lancent dans les travaux de laboratoire.
 
Les papiers RC ont failli faire disparaître tous les autres dans les années 1970, malgré des inconvénients notoires : gamme de gris restreinte par rapport aux papiers classiques, aspect souvent désagréable de toile cirée, conservation plus ou moins aléatoire, etc. Beaucoup de photographes de renom, dont [[Jean Dieuzaide]], ont dénoncé l'acharnement de l'industrie photographique à promouvoir ces papiers qui, certes, lui procuraient plus de profits, mais au détriment de la qualité.
 
== Bibliographie ==

Menu de navigation