« Photographie/Surfaces sensibles/Papiers noir et blanc » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
 
=== Les émulsions ===
 
Beaucoup de produits sensibles ont été utilisés au fil des temps et même si certains photographes remettent à l'honneur des [[procédés anciens]], pratiquement tous les papiers photographiques actuellement disponibles utilisent des émulsions à base de gélatine et de bromure ou de chlorobromure d'argent.
 
[[File:Pochette de papier photographique Leonar Leigrano (années 1960).jpg|thumb|150px|pochette de papier photographique Leonar Leigrano (années 1960)]]
 
Beaucoup de produits sensibles ont été utilisés au fil des temps et même si certains photographes remettent à l'honneur des [[procédés anciens]], pratiquement tous les papiers photographiques actuellement disponibles utilisent des émulsions à base de gélatine et de bromure ou de chlorobromure d'argent.
 
Selon leur composition chimique, les émulsions actuelles présentent des tonalités plus ou moins bleutées (tons « froids ») ou brunâtres (tons « chauds »). Ces tonalités dépendent aussi dans une large mesure des produits utilisés pour le traitement.
 
D'autres colorations sont possibles, mais tombées en désuétude. En Allemagne, par exemple, on a longtemps aimé des papiers dotés d'une tonalité verte. La firme [[Leonar]] offrait encore, au cours des années 1960, un riche nuancier dans lequel on pouvait trouver de telles émulsions, très appréciées en Allemagne.
 
Les émulsions sont généralement recouvertes d'une couche protectrice de gélatine vierge. En effet, les grains de bromure d'argent peuvent être rendus développables non seulement par l'action de la lumière, mais aussi par de nombreuses autres actions physico-chimiques, à commencer par le frottement. Il suffit de plier une feuille de papier photographique, puis de la développer, pour constater le noircissement qui se produit à la pliure.
 
{{clr}}
 
=== L'aspect des surfaces ===
 
== Bibliographie ==

Menu de navigation