« États généraux du multilinguisme dans les outre-mer/Thématiques/Le rôle des langues dans la construction d'une identité commune » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
'''Les constats'''
 
Cet atelier s’inscrit dans la suite de l’enquête « Pratiques linguistiques et de traduction dans les institutions patrimoniales d’outre-mer », menée dans le double cadre du groupement d'intérêt scientifique "Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles" et des Etatsétats généraux du multilinguisme, dont les résultats seront formalisés courant janvier 2012.
 
L’atelier a essentiellement porté sur les pratiques linguistiques dans les institutions patrimoniales, notamment aux stades de la collecte et de la constitution des fonds et collections, de la présentation de l’offre au public, de la prise en compte des acteurs locaux. D’autres volets de l’enquête conduite au cours de l'année 2011 n’ont pu être abordés, faute de temps.
 
L’atelier a souligné l’urgence de sauvegarder les langues et plus largement les patrimoines des outre-mer, sans insister sur ce point déjà traité dans les EGMétats généraux du multilinguisme dans les outre-OMmer.
 
Il a également rappelé la nécessité d’envisager le patrimoine dans sa diversité comme une question du présent, et de ne pas le dissocier des enjeux de création artistique.
 
'''Les limites'''
 
Les dimensions linguistiques et de traduction sont insuffisamment prises en compte dans les musées, centres d’archive et bibliothèques – pour ne pas dire tout à fait marginalisées. Elles ne sont pas nécessairement ignorées par les professionnels eux-mêmes, qui déclarent parfois leur impuissance à développer une approche cohérente en la matière (faute de moyens et de compétences), mais elles le sont en général par les tutelles.
560

modifications

Menu de navigation