« Livre de cuisine/Fugu » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
catégorisation
m (ébauche)
m (catégorisation)
 
== Cuisine ==
Au Japon, seuls les cuisiniers disposant d'une licence accordée par l'État sont autorisés à préparer ce plat considéré comme très raffiné. Pour en retirer la toxine, il leur faut enlever notamment la peau, le foie, les intestins et les gonades. Néanmoins en 2011, {{nombre|17|personnes}} ont été empoisonnées par le {{i|fugu}} au Japon, et l'une d'entre elles en est morte. En décembre 2011, les autorités ont ainsi retiré sa licence à un restaurant qui avait servi un foie de fugu à la demande du client. À partir d'octobre 2012, tous les restaurants japonnais pourront proposer du fugu, à condition qu'il ait été préparé et nettoyé par un chef agréé.
 
Un occidental pourra le trouver un peu fade, mais la texture particulière, la rareté du mets et le folklore lié à sa préparation font de sa dégustation un événement singulier. Il se sert en sashimi (coupé en tranches fines, on peut voir la vaisselle à travers le poisson) et en nabe. En 2012, un plat de fugu coûtait de {{nombre|5000|yens}} (environ cinquante euros) auprès de la chaîne Torafugu-tei, jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de yens dans de grands restaurants. Les Polynésiens préparent le fugu, dans l'archipel des Tuamotu, c'est une tradition qui se transmet de génération en génération.
2 623

modifications

Menu de navigation