Différences entre les versions de « Utilisateur:FrankyLeRoutier/Brouillon »

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
La consommation de cannabis semble être ni suffisante, ni une cause nécessaire pour la psychose. Il pourrait être une cause composant, partie d'une constellation complexe de facteurs conduisant à la psychose, ou il pourrait y avoir une corrélation sans causalité avant tout. Des corrélations similaires peuvent être établis entre l'usage du cannabis et le cancer, par exemple, parce que ceux qui souffrent d'un cancer peuvent être plus susceptibles de consommer du cannabis en raison du soulagement de la douleur qu'elle fournit.
 
Un examen de la preuve par Louise Arsenault, et al en 2004 indique que sur le plan individuel, la consommation de cannabis confère une augmentation de double globale du risque relatif de schizophrénie plus tard. Cette même recherche indique également que «Il y a peu de doute que l'intoxication au cannabis peut entraîner des épisodes psychotiques aigus transitoires chez certaines personnes». L'étude synthétise les résultats de plusieurs études sur un modèle statistique.
 
La recherche sur la base de l'étude sur la santé et le développement Dunedin multidisciplinaire a constaté que ceux qui ont commencé l'utilisation régulière de cannabis à l'adolescence précoce (à partir de 15 ans, médiane de 25 jours par an à 18 ans) et monter aussi un certain profil génétique (en particulier, le Val / Val variante du gène COMT) sont cinq fois plus susceptibles de développer des maladies psychotiques que les personnes avec des génotypes différents, ou ceux qui ne consomment pas du cannabis. L'étude a été noté pour cela avoir contrôlé pourles symptômes préexistant symptômes, mais est ouvert à la critique selon laquelle il ne peut pas contrôlery avoir l'apparition tardive des adolescents de la maladie psychotique sur les adolescents. En outre, l'étude portait sur une population deréduite cohorte, doncet qu'il n'y a aucun moyen de corréler un changement dans le taux d'utilisation des adolescents avec un changement dans le taux d'incidence de schizopheniaschizophrénie dans la population étudiée. Ces points portent atteinte à sa valeur dans la résolution de la corrélation par rapport à la causalité question.
Une étude historique, en 1987, de 50.000 conscrits de l'armée suédoise, a constaté que ceux qui ont admis à 18 ans pour avoir pris à de cannabis, plus de 50 reprises, étaient six fois plus susceptibles de développer dans les 15 schizophrénie années suivantes. En fait, les cas de psychose ont été limitées aux patients nécessitant une hospitalisation. Ces résultats ne sont pas repris dans un autre échantillon de la population sur la base. Comme l'étude n'a pas pour contrôler les symptômes préexistants début de la consommation de cannabis, l'étude ne résout pas la corrélation par rapport à la causalité question, mais a alimenté un grand débat au sein de la communauté scientifique.
 
Une étude de 2005 a révélé que «l'apparition des symptômes schizotypique précède généralement l'apparition de l'usage du cannabis. Les résultats ne soutiennent pas un lien de causalité entre la consommation de cannabis et les traits schizotypique". Il convient de noter qu'un trouble de la personnalité schizotypique est un trouble de la personnalité différente de la schizophrénie, un trouble de l'humeur.
 
La recherche sur la base de l'étude sur la santé et le développement Dunedin multidisciplinaire a constaté que ceux qui ont commencé l'utilisation régulière de cannabis à l'adolescence précoce (à partir de 15 ans, médiane de 25 jours par an à 18 ans) et monter aussi un certain profil génétique (en particulier, le Val / Val variante du gène COMT) sont cinq fois plus susceptibles de développer des maladies psychotiques que les personnes avec des génotypes différents, ou ceux qui ne consomment du cannabis. L'étude a été noté pour cela avoir contrôlé pour préexistant symptômes, mais est ouvert à la critique selon laquelle il ne peut pas contrôler l'apparition tardive des adolescents de la maladie psychotique. En outre, l'étude portait sur une population de cohorte, donc il n'y a aucun moyen de corréler un changement dans le taux d'utilisation des adolescents avec un changement dans le taux d'incidence de schizophenia dans la population étudiée. Ces points portent atteinte à sa valeur dans la résolution de la corrélation par rapport à la causalité question.
 
==Fumeurs==
14

modifications

Menu de navigation