« La politique monétaire/Le modèle CC/LM » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
Cette équation est une version modifiée de la courbe IS vue il y a quelques chapitres. Elle nous dit que le PIB est une fonction non seulement des taux, mais aussi de la quantité de réserves. Toute modification de la base monétaire, des réserves, influence la courbe IS. Ce qui change la donne comparé au modèle IS-LM, où la politique monétaire ne déplace pas la courbe IS, chose que seule la politique fiscale pouvait faire.
 
==L'équilibre entre les deux courbesCC-LM==
 
Pour clore le modèle, il nous faut ajouter une courbe LM, identique à celle du modèle IS-LM. Les taux d'intérêt pertinents pour cette courbe sont supposés être ceux des obligations et non le taux des crédits. Le tout est résumé par l'équation suivante :
: <math>M = f(i_b, Y)</math>
 
On peut tracer les deux équations, celle qui donne la masse monétaire et celle qui donne le PIB, sur un graphique i-Y. On a alors deux courbes : une courbe LM croissante, et la courbe IS améliorée. On peut alors étudier ce qui se passe quand la politique monétaire change. Une politique monétaire expansionniste augmente la quantité de réserves, ce qui déplace la courbe LM et la courbe IS vers la droite. Pour la courbe IS, le mécanisme est le suivant : l'augmentation de la quantité de réserves signifie une augmentation de la quantité de dépôts. Les banques ont alors plus d'argent à préter et le volume de crédits augmente en même temps que le volume des obligations. Cela stimule l'investissement, bien plus qu'avec la courbe IS du modèle IS-LM. Une politique restrictive a l'effet inverse.
 
: <math>\uparrow R ~ \rightarrow ~ \uparrow D ~ \rightarrow ~ \uparrow C ~ \rightarrow ~ \uparrow I ~ \rightarrow ~ \uparrow Y</math>
 
==Résumé==
 
Si on résume le modèle, voici comment les diverses variables sont influencées entre elles :
40 954

modifications

Menu de navigation