« L'agence spatiale européenne et l'indépendance de l'Europe/Les vols habités » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
typo
m (Formatage, ajout de div style="text-align: center;")
m (typo)
Entre 2010 et 2014, quatre lancements d'ATV sont planifiés ; si comme tout le porte à croire, l'ISS est maintenue jusqu'en 2020, des vols supplémentaires sont possibles. L'ATV pourra être amélioré : en lui ajoutant un système de retour dans l'atmosphère et en le qualifiant pour le vol habité, il pourrait être utilisé comme vaisseau spatial. Une autre application déviée serait de l'utiliser couplé à un atterrisseur comme ravitailleur pour d'éventuelles missions lunaires.
 
Mi-février 2010 ont étésété installés à bord de l'ISS le Nœud 3 et le module ''Cupola'', construits par l'ESA. Le nœud 3, baptisé ''Tranquility'', contiendra le système de support de vie le plus avancé qui ait jamais volé dans l'espace, en plus d'un compartiment-toilettes. Ce système recyclera les eaux usées et générera de l'oxygène pour l'équipage.
 
''Cupola'' est un module d'observation qui sera utilisé pour les opérations effectuées avec le bras robotique et pour les opérations d'arrimage des vaisseaux spatiaux. En outre, il offrira un point d'observation de la Terre sans égal.
 
En échange de ces modules, les Russes et les Américains mettent à disposition leurs moyens d'accès à l'ISS pour quelques astronautes européens. En novembre 2009, c'est ainsi le Belge Frank de Winne qui a assuré pendant deux mois le commandement du complexe orbital.
La contribution européenne à la construction de l'ISS est de 8,3% : les européens ont donc droit à 8,3 % du « temps astronaute » (c'est à dire 8,3 % du temps de travail des astronautes), 8,3 % de la puissance électrique disponible, etc...
 
Soyouz sera lancé depuis la Guyane vers 2010-2011. « ''Si l'origine du lanceur Soyouz permet légitimement d'envisager des vols habités depuis le CSG, cette éventualité reste aujourd'hui encore très incertaine'' », affirme le CNES, tout en précisant que « ''la possibilité d'assurer depuis la Guyane des lancements de spationautes européens vers l'ISS serait techniquement assez rapidement réalisable'' »<ref>Selon http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/4110-soyouz-arrive-en-guyane.php</ref>. Tout est une question de budget et de volonté politique !
269

modifications

Menu de navigation