« Fonctionnement d'un ordinateur/Les architectures tolérantes aux pannes » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
que j'aie / qu'il/elle/on ait
(que j'aie / qu'il/elle/on ait)
[[File:Distribfaultredudance.PNG|droite|Illustration de la redondance matérielle. On voit sur ce schéma que le processeur, la mémoire et les contrôleurs d’entrée-sortie sont dupliqués.]]
 
Dans des milieux comme l'aéronautique, les satellites, ou dans tout système dit critique, on ne peut pas se permettre que de telles pannes aient des conséquences : des vies peuvent être en jeu. Dans une telle situation, on doit limiter l'impact des pannes. Pour cela, il existe des systèmes tolérants aux pannes, qui peuvent continuer de fonctionner, même en ayant un ou plusieurs composants en panne. Cette tolérance aux pannes se base sur la redondance : on duplique du matériel, des données, ou des logiciels en plusieurs exemplaires. Ainsi, si un exemplaire tombe en panne, les autres pourront prendre la relève. Ces solutions matérielles pour tolérer les pannes sont relativement couteuses, dupliquer du matériel n'étant pas sans cout. Aussi, les méthodes vues dans ce cours ne s'utilisent que pour des cas bien précis, où le besoin de fiabilité est fort, typiquement dans les grosses industries (aéronautique, spatiale, ferroviaire, automobile et autres). Il est peu probable qu'un développeur lambda aieait affaire à ce genre d'architecture, alors que la redondance de données peut très bien faire partie de son quotidien. Dans nos ordinateurs, cette redondance peut prendre plusieurs formes :
 
* une redondance des données, qui est à la base des codes correcteurs d'erreur et des systèmes RAID ;

Menu de navigation