« Précis d'épistémologie/L'esprit, comment ça marche ? » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
(La conscience de soi)
L'introspection ne requiert pas d'organe sensoriel parce qu'il n'y a pas de signaux extérieurs à traduire en signaux intérieurs, pas de séparation entre un soi qui perçoit et un soi perçu. Tout se passe à l'intérieur. Toutes les informations sur l'agent, en tant qu'il perçoit, qu'il imagine, qu'il ressent, qu'il décide... sont déjà présentes à l'intérieur de l'agent. Pour développer ses facultés d'introspection il lui suffit d'exploiter ces sources intérieures d'information. Un organe sensoriel d'introspection n'est pas nécessaire parce que les informations recherchées sont déjà présentes à l'intérieur.
 
Le soi est ceci qui perçoit, qui imagine, qui ressent, qui décide... Il n'y a pas de soi en dehors de la perception, de l'imagination, de l'émotion, de la décsiondécision... pas d'administrateur central dans le cerveau, seulement une administration centralisée.
 
Deux perceptions d'un même agent, ce n'est pas pareil que deux perceptions de deux agents différents. Les perceptions, l'imagination, les émotions, les décisions... d'un même agent forment une totalité intégrée parce que l'administration est centralisée, pas parce qu'il y a un administrateur central.
 
Les signaux qui caractérisent les modes de l'imagination révèlent l'activité de l'agent en tant qu'être qui imagine, donc en tant qu'esprit, en tant qu'être conscient. Un contenu représenté est accompagné d'un signal qui caractérise la façon dont il est présent pour la conscience. Ces signaux sont pour la conscience de soi ce que les signaux d'origine sensorielle sont pour la conscience sensorielle. Ils peuvent être détectés par des détecteurs intérieurs qui attribuent des concepts à l'agent lui-même.
 
 
4 783

modifications

Menu de navigation