« Précis d'épistémologie/La recherche de la raison » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
== Savoir ce qu'on cherche avant de l'avoir trouvé == compléments
Aucun résumé des modifications
(== Savoir ce qu'on cherche avant de l'avoir trouvé == compléments)
 
L'argument de Ménon confond la connaissance d'un problème avec la connaissance de sa solution. On peut connaître une fin, donc on sait ce qu'on cherche, avant de l'avoir atteinte, donc on n'a pas encore trouvé.
 
On développe son intelligence en développant sa capacité à résoudre des problèmes. On découvre cette capacité par l'expérience. Si on ne se pose pas de problèmes, on n'essaie pas de les résoudre, et on ne peut pas apprendre si on est capable ou non de trouver des solutions.
 
N'importe quelle activité orientée vers un but est une résolution de problème (ou un essai de résolution). Le problème est d'atteindre le but. Mais on peut aussi trouver des solutions sans rien faire, simplement en se servant de son imagination. Quand on doit imaginer ce qu'on va faire avant d'agir, on remplace un problème par un autre : imaginer l'action ou le programme d'actions qui résout le problème initial. On peut alors explorer par l'imagination l'espace des possibilités de solution. On peut ainsi résoudre de nombreux problèmes sans quitter son fauteuil. Bien sûr, on a besoin de savoir anticiper afin de déterminer par l'imagination si une séquence d'actions est faisable et si elle permet d'atteindre le but. Lorsque le savoir acquis au préalable est suffisant, l'imagination seule, sans l'action, permet de trouver des solutions. Grâce à l'imagination le savoir déjà acquis est un tremplin pour acquérir davantage de savoir.
Quand on connaît les principes d'une théorie, on est capable de reconnaître les preuves qui reposent sur ces principes. On a ainsi un système de détection des preuves et des théorèmes. On peut ainsi savoir ce qu'on cherche, une preuve d'un théorème, avant de l'avoir trouvée.
 
L'acquisition du savoir par la résolution de problèmes théoriques exige un savoir préalable, déjà acquis, à partir duquel nous raisonnons. Le savoir théorique déjà acquis est un tremplin pour acquérir davantage de savoir, parce que nous pouvons apprendre en raisonnant tout ce que les bons principes enseignent.
 
Quand on résout un problème par l'imagination ou le raisonnement, on trouve en soi-même des solutions qu'on ne connaissait pas déjà. Comment est-ce possible ? Comment puis-je trouver en moi-même un savoir que je n'ai pas déjà ?
 
Quand on connaît des principes ou des lois, on connaît du même coup tous les êtres auxquels ils peuvent être appliqués. Mais ce savoir reste implicite. On connaît explicitement l'énoncé du principe ou de la loi, mais pas son application à tous les cas particuliers.
 
Quand on connaît des principes, on connaît implicitement leurs conséquences logiques, parce qu'elles sont déterminées par les principes, mais on ne les connaît pas explicitement tant qu'on n'a pas raisonné. On doit raisonner pour apprendre ce que les principes déterminent implicitement.
 
Tout ce que j'apprends par l'imagination et le raisonnement, je le trouve en moi-même parce que je connais déjà des inférences, des principes et des lois, mais je ne le sais pas déjà, parce que je n'ai pas pris conscience de toutes leurs conséquences logiques. Je peux trouver en moi-même un savoir que je n'ai pas déjà parce que je peux apprendre par le raisonnement ce que les bons principes enseignent.
(...)
 
== Chercher sans savoir ce qu'on cherche ==
4 789

modifications

Menu de navigation