« Précis d'épistémologie/La recherche de la raison » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
(== Savoir ce qu'on cherche avant de l'avoir trouvé == compléments)
 
On sait ce qu'on cherche quand on est capable de détecter si on l'a trouvé. Mais nous n'avons pas par avance des détecteurs de vertu, de raison ou de sagesse. Pour être capable de reconnaître la sagesse, il faut déjà être sage. Comment chercher la sagesse si on ne sait pas la reconnaître ? Même si on tombait dessus par hasard, on ne saurait même pas qu'on l'a rencontrée.
 
Il faut être expert pour reconnaître un savoir d'expert. Un débutant doit devenir expert, et donc acquérir un savoir qu'il n'est pas capable de reconnaître. Comment fait-il ?
 
Un problème est bien défini lorsque l'énoncé du problème suffit pour déterminer complètement l'ensemble de ses solutions. On sait ce qu'on cherche lorsqu'on cherche les solutions d'un problème bien défini pourvu qu'on connaisse son énoncé. La connaissance de l'énoncé du problème suffit pour rendre capable de reconnaître ses solutions.
 
Lorsqu'on cherche les solutions d'un problème qui n'est pas bien défini, on ne sait pas très bien ce qu'on cherche, voire pas du tout. Par exemple, je veux trouver quelque chose d'intéressant, des bons principes, des bons théorèmes ou des bonnes applications. J'ai par avance quelques présupposés sur ce qui est intéressant, sur ce qu'est un bon principe, une bonne théorie ou une bonne application. Mais l'énoncé du problème, ''trouver quelque chose d'intéressant'', même s'il est accompagné de tous mes présupposés, ne suffit pas pour déterminer l'ensemble de ses solutions. Je ne peux pas savoir très bien d'avance ce qu'est une bonne théorie, je dois l'apprendre, je peux changer d'avis en cours de route. Au commencement, je n'ai pas les moyens de détecter toutes les solutions de mon problème, je cherche sans savoir ce que je cherche.
 
 
(...)
 
On peut avancer sans savoir où on va, simplement en allant droit devant soi. On ne sait pas où ce chemin nous mène, on le cherche, sans savoir ce qu'on cherche. On peut donc chercher sans savoir ce qu'on cherche.
On peut être porté et guidé par des idées sans savoir où elles nous mènent.
 
Il faut être expert pour reconnaître un savoir d'expert. Un débutant doit devenir expert, et donc acquérir un savoir qu'il n'est pas capable de reconnaître. Comment fait-il ?
 
Un débutant est capable de résoudre des problèmes de débutant, de reconnaître le savoir et les erreurs d'un débutant. Cela suffit pour démarrer. La capacité à reconnaître le savoir progresse en même temps que l'acquisition du savoir. Cela permet d'apprendre à résoudre des problèmes de plus en plus difficiles. C'est ainsi qu'on devient un expert.
Comment trouver les bons principes ? - On reconnaît les bons principes à leurs fruits. - Comment reconnaît-on les fruits ? - La raison porte des fruits quand elles nous aide à bien penser et à bien vivre. Mais nous n'avons pas par avance les détecteurs du bien penser et du bien vivre. Il faut déjà être sage pour reconnaître les fruits de la raison. Il n'est pas toujours plus facile de reconnaître les fruits que de reconnaître les bons principes. Et les bons principes font eux-mêmes partie des fruits.
 
La raison porte des fruits quand elle nous aide à penser bien, à faire le bien, à vivre bien. Mais on se fait facilement des illusions. On peut très facilement croire qu’on pense ou qu’on agit bien pour de très mauvaises raisons. La raison n’apporte pas toujours des réponses tranchées parce que la différence entre les vrais fruits et les illusions, entre le bon grain et l'ivraie, n’est pas toujours claire et nettement marquée.
 
== Les pierres de touche de la raison ==
4 789

modifications

Menu de navigation