Différences entre les versions de « Livre de cuisine/Boissons/Thé chinois »

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé de modification
m (m)
 
'''Mode d'emploi'''
*# mettre quelques feuilles dans le récipient ;
*# verser un peu d'eau froide (1/4 du total) pour réhydrater les feuilles doucement et éviter qu'elles ne soient brûlées par la chaleur ;
*# compléter avec de l'eau chaude ;
*# vider immédiatement en gardant les feuilles grâce au couvercle : le thé est rincé, ;
*# en profiter pour ouvrir et sentir l'arôme des feuilles ;
*# reremplirre-remplir de la même façon (eau froide puis chaude) ;
*# laisser infuser, éventuellement en remuant avec le couvercle, ;
*# boire à petites gorgées en retenant les feuilles avec le couvercle, ou bien verser dans des tasses.
 
L'on sent et l'infusion et le couvercle, sur lequel les parfums du thé se sont déposés et concentrés tandis que la vapeur condensée est retombée dans la tasse. Selon le thé, les feuilles peuvent encore être infusées deux à trois fois, en jouant sur le temps d'infusion, qui est généralement plus court. La tasse se doit d'être blanche, de sorte que l'on puisse admirer la teinte de l'infusion. Il serait hors de question d'infuser dans une théière un thé fragile, qui cuirait ; le thé vert ainsi cuit possède une amertume, un goût d'herbe désagréables et son âcreté, lorsqu'il est mal préparé, est aux antipodes des saveurs qu'il recèle.
 
''' Mode d'emploi'''
*# mettre quelques feuilles dans le récipient ;
*# verser un peu d'eau froide (1/4 du total) pour réhydrater les feuilles doucement et éviter qu'elles ne soient brûlées par la chaleur ;
*# compléter avec de l'eau chaude ;
*# vider immédiatement en gardant les feuilles grâce au couvercle : le thé est rincé, ;
*# en profiter pour ouvrir et sentir l'arôme des feuilles ;
*# reremplirre-remplir de la même façon (eau froide puis chaude) ;
*# laisser infuser, éventuellement en remuant avec le couvercle, ;
*# boire à petites gorgées en retenant les feuilles avec le couvercle, ou bien verser dans des tasses.
 
L'on sent et l'infusion et le couvercle, sur lequel les parfums du thé se sont déposés et concentrés tandis que la vapeur condensée est retombée dans la tasse. Selon le thé, les feuilles peuvent encore être infusées deux à trois fois, en jouant sur le temps d'infusion, qui est généralement plus court. La tasse se doit d'être blanche, de sorte que l'on puisse admirer la teinte de l'infusion. Il serait hors de question d'infuser dans une théière un thé fragile, qui cuirait, le thé vert ainsi cuit possède une amertume, un goût d'herbe désagréables et son âcreté, lorsqu'il est mal préparé, est aux antipodes des saveurs qu'il recèle.

Menu de navigation