« L'agence spatiale européenne et l'indépendance de l'Europe/Ariane 5, l'accès européen à l'espace » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
[[Fichier:Symphonie Musee du Bourget P1020403.JPG|thumb|Maquette du satellite Symphonie.]]
[[Fichier:ColumbiaEdit.jpg|thumb|Lancement de STS-1, la toute première mission d'une navette spatiale.]]
 
 
[[Fichier:Atlas V on the pad.jpg|thumb|Une fusée Atlas V sur son pas de tir.]]
 
Ariane 5 est actuellement capable de lancer deux satellites, un de 3 tonnes, l'autre de 6 tonnes. Pour agrandir son offre, le lanceur russe Soyouz sera tiré en 2010 depuis la Guyane française. Pour la première fois, ce mythique lanceur sortira de la Russie ! « ''Il s'agit là d'une collaboration stratégique, technique et économique qui doit, avec un lanceur de taille moyenne, assurer à l'Europe une offre complète en matière d'accès à l'espace'' » assurent le CNES et l'ESA<ref>Selon http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/4108-soyouz-en-guyane.php</ref>.
 
Pourquoi vouloir à tout prix lancer Soyouz depuis la Guyane ? La raison est simple. Plus la base de lancement est proche de l'équateur, plus le lanceur peut profiter de la rotation terrestre, plus il peut aller vite, et plus la charge qu'il peut placer en orbite est grande. Or, le centre spatial Guyanaisguyanais est situé à 2° de latitude nord, contre 45,6° nord pour le cosmodrome de Baïkonour d'où sont habituellement lancés les Soyouz. Un gain de puissance important va donc être possible.
 
Enfin, pour couvrir le marché des petits satellites d'une à deux tonnes, l'agence spatiale italienne a développé avec l'ESA le petit lanceur VEGA d'une trentaine de mètres. Ces petits satellites sont principalement des satellites scientifiques, qui ont des missions et surtout des orbites bien précises, sur lesquelles Ariane 5 ou Soyouz ne sont pas adaptées : des orbites héliosynchrones (qui tournent en même temps que le soleil) par exemple, pour pouvoir prendre en photo la Terre avec la même lumière.
 
Début 2011, Arianespace pourra répondre à toutes les demandes. Un satellite de trois tonnes pourra être lancé soit par Soyouz soit par Ariane 5 (en lancement double), un petit satellite par VEGA, un « gros » satellite par Ariane 5. Seule Arianespace sera en mesure de le faire<sup>[Passage à actualiser]</sup>.
 
{{Média externe | image1 =[https://www.esa.int/var/esa/storage/images/esa_multimedia/images/2021/01/esa_budget_by_domain_2021/22416041-2-eng-GB/ESA_budget_by_domain_2021_article.jpg Répartition du budget 2021 de l'ESA]}}
 
[[Fichier:budgetBudget ESA 2010.png|class=transparent|center]]
 
Le diagramme circulaire ci-contre représente la répartition du budget 2010 de l'ESA. Le développement des lanceurs récupère 15,1 % du budget total, soit 566,6 millions d'euros.

Menu de navigation