Utilisateur:Mcarras2

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dieter Kiessling[modifier | modifier le wikicode]

BIOGRAPHIE[modifier | modifier le wikicode]


Il est né en 1957 au sein d’une famille de Münster-Allemagne. Depuis toujours il a une attraction vers l’Art, c’est pour ça que depuis 1978 jusqu’à 1986 Il fera ses études dans la Kunstakademie à Münster (Académie d’art). Pendant les dernières quinze années Il a travaillé surtout dans les questions et les rapports de la création et le playback des images à travers la technique média à savoir : la télévision, la vidéo camera, le projecteur…

La trajectoire artistique de D. Kiessling fait partie de la création du vidéo dans le cadre des années soixante-dix et se développe surtout à partir de 1990.Son travail est toujours à cote d’un labour éducatif dans l’université au même temps que son nom appareil dans plusieurs exposées d’art.

En 1986 son projet était récompensé dans la „Videonale“ international, une compétition d'art vidéo à Bonn. En 1990 Il gageait le prix « Caspar-von-zumbuck » pour la promotion de la culture de l’Union Fédérale de l’Industrie Allemagne et aussi Il est donné la bourse « Karl Schimmt ruttluf » en arts plastiques. En 1991, le parrainage au Nord de Westfalia. En 1992 il aura lieu le parrainage de son premier prix de vidéo Allemand. En 1993 Il est concédé une bourse pour travailler à la restauration d’art à Bonn. En 1997 Il commence son labour éducatif dans une école supérieure d’art à Bremen. Depuis 1997 jusqu’à 2003 Il était professeur d’art médiatique dans une école de l'État pour l’association Karlsruhe. Depuis 2004 jusqu’à 2005 Il était professeur de photographie artistique dans l’Université de Duisburg-Esden. Et depuis 2005 jusqu'à aujourd'hui Il était professeur de Nouveaux Médias dans l’Académie d’arts graphiques « Jchaunes Gutenberg » liée à l’Université de Mainz.


L'IMPORTANCE D'UNE TECHNIQUE NUMÉRIQUE POUR DÉCRIRE LA RÉALITÉ[modifier | modifier le wikicode]


Le processus de sculpter a un important lieu dans le rapport des matériaux et la recherche des qualités des objets. Dans le « Schleuderstern » de Kiessling, une des fonctions de la double relation de concepts vient de cette voie à travers laquelle il essaye d’exprimer tant l’immatérialité du matériel transparent comme les qualités matérielles d’un canal immatériel. Le point culminant est la nature de la relation entre ce qui est vraiment réel et ce qui est numérique.

Plusieurs formes de ce qu’on appelle Philosophie «  Constructiviste » contemporaine, oublie dans leurs modèles théoriques tout ce que concerne au terme réel et néanmoins, ils utilisent l’adjective réel pour décrire des vidéos numériques. Dans ces modèles, on regarde une forte passion pour la réalité. L’irréversible intervention de Kiessling dans le rapport des matériaux fait remarquable cette idée de la réalité absorbée par le monde virtuel.

L’opposition conceptuelle entre l’optique et la perception tactile est déterminée dû à la nature simultanée. On crée une diapositive au-delà d’aucun processus iconoclaste de la création artistique. La notion de « Structuralisme en altérant des états basiques à travers un rapport des matériaux » (Dierk Stemmler) se sens dans les films de Kiessling, dans ses vidéos, dans ses travaux avec les ordinateurs, performances et sculptures. Dans sons „Schleuderstern“, l’artiste fait rétrécir le contraste évident entre la fonctionnalité et l’esthétique. Une camera Soni Trinition Tv donne une existence nette en lui-même, un produit crée par les mas-médias qui deviens un article original.

L’objet virtuel devient un singe qui casse son idée d’objet. Ainsi, il fait une distinction entre le signifiant le sens.

Si on regarde d’une manière « superficiel », le « Schleuderstern » de Kiessling tourne principe de son installation de vidéo « Pfandsiegel » (1988) qui montre une télévision qui expose une pancarte où le matériel réel, toujours sur la surface, pénètre dedans le médium.

Kiessling révèle la sensualité des objets et en plus il continue à attirer l’attention à travers un concept de l’art fondée sur la technique. Dans la même manière que la plupart de ces circuits fermés, Kiessling fait dans le « Schleuderstern » l’union entre la technique de l’input et l’output et l’art en refusant à faire une distinction entre la réalité et ce qui est virtuel.


Les lois de l'optique en Ampoule

Ampoule, crée en 1994 montre les lois de l'optique à travers la création d'une image qui semble avoir été crée comme par enchantement. Le titre originel c'est Glühbirne et l'œuvre s'agit d'une projection sur un mur à partir une camera qui n'utilise pas des diapositives.


OUVRES PRINCIPAUX[modifier | modifier le wikicode]


Vidéo Installations

  • Les yeux 2005
  • La fille 2002

Une vidéo camera projette des images sur une mur. Les images des filles d'une école de 1904 sont projetées au ralenti. Le chose qui est très intéressante est que leurs visages ont l'air d'être sérieux. Le vidéo dure 6:30 minutes et il est transmit sans cesse.

  • Télévision dans Télévision 1993
  • Train 1992

La télévision montre trois points brillants en formant un triangle. Ils ne changent jamais mais on écoute le sons d'un train.

  • Être 1991

Une projection en arrière du caméscope à travers le viseur sur une mur.

  • Vidéo Walkman 1991

L'écran du vidéo walkman montre l'image d'une cassette allumée de dimensions normales qui joue de la musique de Johannes Brahms.

  • Vitre cassé 1986

Une télévision est placé de manière horizontale. Des vitres cassés d'une plaque en plastic sont sur l'écran. Le vidéo montre une plaque en plastic qui tombe et se casse en plusieurs morceaux. Chaque d' eux finalement se trouve exactement à l'arrière des morceaux réels qui étaient d'abord sur l'écran. Le vidéo est projeté chaque 30 secondes


Installations de circuits fermés

  • LA Vis 2002
  • L'œil 2001
  • La poussière 2000

Cette exposé a lieu dans une chambre noirci. Le vidéo camera enregistre les images des morceaux de poussière dans le rayon de la camera. La camera transmit et renverse l’image de la poussière sur le projecteur qui se trouve sur le mur. Les morceaux de la poussière apparient comme des grains noirs sur un fond de lumière.

  • Deux cameras 1998
  • L’objectif 2000
  • 3-4 cameras 1997

Les cameras s’enregistrent entre elles. On mélange les images numériquement et elles sont transmises sur le comput.

  • 2cameras-2images

Deux vidéo cameras sont en face un comput. Elles enregistrent l’espace où se trouve le comput avec deux perspectives légèrement différentes. Ces images sont mélangées et après transmises sur l’écran d’une télévision. Les cameras apparient en un sens sur l’écran. L’une des images dans le comput est au dessus de l’autre. Lorsque le public s’approche vers le depuis où les cameras sont placées, on trouve que les deux images enregistrées avec deux perspectives différent sont réunies au moment où la personne se trouve à côté du comput.

  • Ventilateur 1994

La camera enregistre un ventilateur allumé et puis transmet l’image sur l’écran d’une télévision. Comme la vitesse du ventilateur et celle du mécanisme de la camera sont égales, l’image du ventilateur sur l’écran semble être statique.

  • Ampoule 1994
  • Projection d’un scanner
  • 2cameras-2 télévisions 1990
  • 2télévisions 1988
  • Picture tube 1989
  • La bougie du comput 1988

La projection a lieu dans l’obscurité totale. L’image d’une bougie qui est enregistrée par le camera, éclaire la bougie réel en permettant qu’elle soit enregistrée.

  • Le pendule TV 1983

Une télévision accroche d’une manière telle qu’elle peut bouger à gauche et à droite. Un bouton noir est sur la surface de l’écran. Pendant la télévision bouge ce bouton est retransmis sur l’écran à travers un dessus de la camera, donc elle maintint une position déterminé dans l’espace.

  • Raster 1982-1986

Sculptures

  • Tirage de pierre 1983
  • Les horloges 1992

Il s’agit de deux horloges de 41 cm de diamètre

  • Lampe de poche 1989

Une lampe de poche et une perche en aluminium de 115cm de longueur.

  • Le couteau 1988
  • Cigarettes-cartons 1989
  • Télescope 1992
  • Le petit placard 1992
  • Deux lampes 1999

Projections

  • La main d’un enfant 2002
  • Sûr l’ongle 1994
  • La lumière de l’ampoule 1994

Un projecteur de diapositives projette sur un mur la propre image de la lampe de la machine sans aucune intervention entre l'objectif et la lampe. La silhouette de la petite ampoule qui semble être crée par elle-même c'est comme une émanation éthérée.

  • Warsteiner 1987 à Münster
  • Pellicule projetée 1982
  • Performance Mur-film 1982

Travaux photographiques

  • Miroir-photo 2008
  • Le dos 2007
  • Portrait 2007
  • Le bras 2007
  • Apôtre 2003
  • Millimètre carré 2004
  • Millimètre papier 2004
  • Ligne 2002
  • Embarcadère 2002
  • Cube 2000
  • Feu de signalisation 2000
  • Évolution 1997
  • Travaux 1997
  • Arbre 1994
  • Le coin 1994
  • Cd room 1997


EXPOSITIONS[modifier | modifier le wikicode]


De groupe

  • 1986

Internationale Videonale, à Bonn *

Elektronische Künste, Wissenschaftszentrum, à Bonn *

  • 1987

Infermental 6, Edition à Vancouver

Ars Electronica, Linz, à Österreich

Arbeit und Rhythmus, Kunsthalle, Recklinghausen *

Junge Plastik ohne Heimweh, Hamelhalle, à Münster *

Neues Video aus der BRD, Museum für Gegenwartskunst,à Basel *

  • 1988

Internationale Videonale, Bonn *

Skulpturenmuseum Glaskasten, Marl *

IX Videoart Festival, Locarno, Schweiz Deutsche Videokunst 1986 bis 1988, Skulpturenmuseum Glaskasten, Marl *

2nd Fukui International Video Biennale, Fukui, Japan *

  • 1989

Video-Skulptur retrospektiv und aktuell 1963 - 1989 Kölnischer Kunstverein;

Kongresshalle, Berlin

Kunsthaus, Zürich *

Wortlaut, Galerie Schüppenhauer, Köln, Kunstmuseum, Bochum *

Metissage et Croisement, Fonds Regional d'Art Contemporain, Marseille

  • 1990

Videokunst der 80-er Jahre in der BRD, Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum *

Internationale Videonale, Bonn *

ARS VIVA 90/91 Heidelberger Kunstverein Hochschule für Grafik und Buchkunst, Leipzig

Nassauischer Kunstverein, Wiesbaden *

  • 1991

Videoformes, Festival de la Creation Video, Clermont-Ferrand *

Multimediale 2, Zentrum für Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe *

Wortlaut, Galerie Vaclava Spaly, Prag *

  • 1992

Tiefgang, Schlossbunker, Mannheim *

Fluxus-Virus, Köln,

Aktionsforum Praterinsel, München *

Deutscher Videokunstpreis Südwestfunk Baden-Baden / Zentrum für

Kunst und - Medientechnologie, Karlsruhe *

Avantgarde Reflex Ost-West, Altes Rathaus, Potsdam *

  • 1993

Javascript:insertTags Gegenbilder, Ausstellung in Münsteraner Kirchen *

Multimediale 3, Zentrum für Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe *

Ausstellung der Karl Schmidt-Rottluff Stipendiaten, Kunsthalle, Düsseldorf *

  • 1994

Medienbiennale, Leipzig *

Videoskulptur in Deutschland seit 1963, Kunsthalle, Rostock; Centrum

Beeldende Kunst, Groningen

World Wide Video Centre, Den Haag

Museum van Hedendaagse Kunst, Gent

Circulo de Bellas Artes, Madrid;

Galeria Zacheta, Warschau *

Videobrasil, Sesc Pompeji, Sao Paulo *

  • 1995

Art & Electronics, Pao Gallerys, Hong Kong Arts Centre *

Multimediale 4, Zentrum für Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe *

Video-Forum der Art 26'95, Basel

European Media Art Festival, Osnabrück *

95 Kwangju Biennale, Kwangju, Korea *

Paradoxien, Galerie der Stadt Schwaz, Österreich

  • 1996

Begegnungen, Kunsthalle Barmen, Wuppertal *

Unterwegs, Kunsthalle, Recklinghausen *

Electronic Undercurrents, Statens Museum for Kunst, Kopenhagen *

Objekt Video, Oberösterreichische Landesgalerie, Linz *

  • 1997

Video-Forum der Art 28'97, Basel

Der Traum vom Sehen, Gasometer Oberhausen Video Positive Escaping Gravity, Cornerhouse, Manchester * Galerie Gaby Kraushaar, Düsseldorf

Zones of Disturbences, steirischer Herbst, Graz *

  • 1998

Minimal / Maximal, Neues Museum Weserburg, Bremen *

Blickwechsel, Museum für Neue Kunst, ZKM, Karlsruhe 11th Biennale of Sydney *

  • 1999

Ausstellung zum Kunstpreis der Böttcherstrasse à Bremen, Kunsthalle Bremen *

Contact Zones: The Art of CD-ROM, Centro de la Imagen, Mexiko City *

Minimal / Maximal, Centro Galego de Arte Contemporanea,

Santiago de Compostela, Spanien *

Rewind to the Future, Bonner Kunstverein, Bonn,

Neuer Berliner Kunstverein, Berlin *

  • 2000

Orbis Terrarum, Plantin-Moretus Museum, Antwerpen, *

One of those Days, Mannheimer Kunstverein *

Die Künstlerstiftung, 25 Jahre Karl Schmidt-Rottluff Stipendium,Kunsthalle Düsseldorf *

  • 2001

Big Nothing, Staatliche Kunsthalle Baden-Baden *

Vor-Sicht Rück-Sicht,Triennale Kleinplastik, Fellbach *

Minimal / Maximal, Chiba City Museum of Art, Chiba, The National Museum of Art, Kyoto,

Fukuoka Art Museum, Fukuoka, Japan *

L’effet Larsen, Centrum für Gegenwartskunst Oberösterreich *

  • 2002

Minimal / Maxima, National Museum of Contemporary Art, Korea *

L’effet Larsen, Casino Luxembourg, Luxembourg (Kat)

  • 2003

Temporal Values - von Minimal zu Video, Städtische Galerie, Karlsruhe

  • 2004

Observatory, Palais im großen Garten, Dresden *

Incidents, de Singel, Internationaal Kunstcentrum, Antwerpen

Schöner Wohnen, BEPART, Platform voor actuele Kunst, Waregem, Belgien *

  • 2005

Video/Text, Zentrum für Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe Park, Zucht und Wildwuchs in der Kunst, StaatlicheKunsthalle Baden-Baden *

Videogracy, Bienal de Video Santiago de Chile 2005 *

Bilanz in zwei Akten, Kunstverein Hannover *

  • 2006

40jahrevideokunst de Die 80ger Jahre, K21 Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf *

Small Voice Sounds Big, Total Museum of Contemporary Art, Seoul, Korea *

Traurig sicher, im Training, Grazer Kunstverein, Österreich *

Crossing Screens, imai - inter media art institute, NRW-Forum, Düsseldorf

  • 2007

Ablesen, Galerie Müller-Roth, Stuttgart

Freedom of Expression, Espaco Cultural Oi Futuro, Rio de Janeiro

  • 2008

Out of Time, Neues Museum Weserburg, Bremen

Zerbrechliche Schönheit, Museum Kunstpalast Düsseldorf *

Blickmaschinen oder wie Bilder entstehen, Museum für Gegenwartskunst Siegen *

  • 2009

Videonale 12, Kunstmuseum Bonn *


En solitaire

  • 1987

Galerie Hake, Münster

  • 1988

Galerie Hake, Wiesbaden

  • 1989

Städt Museum Abteiberg, Mönchengladbach *

  • 1991

Thomas Backhauss Galerie, Düsseldorf

  • 1994

Räume für neue Kunst / Rolf Hengesbach, Wuppertal

  • 1995

Gesellschaft für Aktuelle Kunst, Bremen *

  • 1996

Räume für neue Kunst / Rolf Hengesbach, WuppertalKunstraum, Wuppertal

  • 1997

Saint-Gervais Geneve, Genf

  • 2001

Räume für neue Kunst / Rolf Hengesbach, Wuppertal

  • 2002

Galerie Michael Zink, München

  • 2003

Kunstverein Bochum

  • 2004

Galerie Rolf Hengesbach, Köln

Galerie Zink und Gegner, München

  • 2007

Westfälischer Kunstverein, Münster


SITES ET LIENS UTILES[modifier | modifier le wikicode]


1. http://www.die/ter-kiessling.de

2. http://www.uni-mainz.de/FB/Kunst/klasse-kiessling/

3. http://www.maquinasdemirar.es/art_kie.htm

4. http://contactzones.cit.cornell.edu/artists/kiessling.html