Réseaux TCP/IP/Les routeurs CISCO

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher
Les réseaux TCP/IP
schéma de réseau
Sommaire
  1. L'adressage IP version 4
  2. L'adressage IP version 6
  3. Les serveurs DNS
  4. Le routage IP statique
  5. Translation d'adresses NAT/PAT
  6. Les VPN
  7. La pile TCP/IP
  8. DHCP
  9. Le routage dynamique
  10. Les routeurs CISCO
  11. Administration sous Windows
  12. Administration sous Linux
  13. Analyse des messages
Bibliographie
Autres livres

Les routeurs CISCO

Un routeur est un ordinateur spécial et est doté de mêmes composants de base d’un ordinateur. À savoir :

  • UC (processeur) ;
  • Mémoires ;
  • Système de bus ;
  • Interfaces d’entrée / sortie.

Les routeurs ont deux fonctions principales :

  • Sélectionner le meilleur chemin pour les paquets ;
  • Commuter ces paquets vers les interfaces appropriées.

Le rôle principal d’un routeur dans un WAN n’est pas le routage, mais la compatibilité des connexions vers et entre les diverses normes physiques et de liaison de données d’un réseau WAN.

Notions de hardware pour un routeur

Les composants d'un routeur sont :

  • l'unité centrale (UC) : L’unité centrale, ou le microprocesseur, est responsable de l’exécution du système d’exploitation (chez Cisco, c’est IOS) du routeur. La puissance du microprocesseur est directement liée à la puissance de traitement du routeur ;
  • la mémoire Flash : La flash représente une sorte de ROM effaçable et programmable. Sur beaucoup de routeurs, la flash est utilisée pour maintenir une image IOS. La mémoire flash est pratique car elle permet une mise à jour de la mémoire sans changer des « chips ». Elle peut stocker plusieurs versions de la plate forme logicielle IOS. Elle conserve son contenu à la mise hors tension ou au redémarrage du routeur ;
  • la ROM : La ROM contient le code pour réaliser les diagnostics de démarrage (POST : Power On Self Test). Elle stocke le programme d’amorçage (bootstrap) et le logiciel de système d’exploitation de base. On change rarement la ROM. Si on la change, on doit souvent enlever des « chips » et les remplacer ;
  • la RAM : La RAM est utilisé par le système d’exploitation pour maintenir les informations durant le fonctionnement. Elle peut contenir les tampons (buffers), les tables de routage, la table ARP, la configuration mémoire et un nombre important d’autres choses. Et comme c’est de la RAM, lors de la coupure de l’alimentation, elle est effacée ;
  • la NVRAM (RAM non volatile) : Le problème de la RAM est la non-conservation des données après la coupure de l’alimentation. La NVRAM résout le problème, puisque les données sont conservées même après la coupure de l’alimentation. L’utilisation de la NVRAM permet de ne pas avoir de mémoire de masse (disques durs, floppy, etc). Cela évite donc les pannes dues à une partie mécanique. La configuration est maintenue dans la NVRAM ;
  • des portes I/O : La structure même d’un routeur est l’ouverture, donc l’interfaçage vers le monde extérieur est important. Il existe un nombre impressionnant d’interfaces possibles pour un routeur (liaison série asynchrone, synchrone, Ethernet, tokenring, ATM, sonet, FO, etc). La vitesse du bus qui interconnecte les I/O avec les différents composants du routeur marque aussi la puissance de traitement du routeur ;
  • une alimentation : L’alimentation fournit l’énergie nécessaire au fonctionnement des composants internes. Les grands routeurs peuvent être dotés d’alimentations multiples ou modulaires. Certains des petits routeurs sont dotés d’une alimentation externe ;

Configurer un routeur

Un routeur peut être configuré de différente manières :

  • un logiciel spécialisé permet de configurer le routeur. Le logiciel peut notamment avoir une interface Web ;
  • on ouvre une connexion en mode texte avec le routeur et grâce à un langage de commande, on configure le routeur. C'est cette solution que nous retiendrons ici.

Hyperterminal

Notre routeur comporte un port nommé console qui est une interface série et qui permet d'envoyer des commandes en mode texte vers le routeur. Pour ouvrir une telle connexion, il suffit de mettre un câble série entre le port série de notre PC et le port console de notre routeur CISCO. Il faut ensuite utiliser un logiciel permettant de communiquer en mode texte via le port série du PC. On peut utiliser par exemple le logiciel Windows standard nommé Hyperterminal.

Le langage de commande CISCO

Nous allons étudier quelques notions de base sur le langage de commandes.

  • Initialement, après avoir booté, le routeur est dans le mode normal. Il peut essentiellement tester la configuration du routeur ou visualiser celle-ci. Il ne peut pas la modifier.
  • Pour passer dans le mode superviseur il faut taper la commande enable. Le routeur demandera un mot de passe permettant d'identifier la personne. Pour revenir au mode normal, il faut utiliser la commande disable.
  • À partir du mode superviseur, il faut utiliser la commande configure terminal pour passer dans le mode config. Ce mode permet de modifier la table de routage et la configuration des interfaces du routeur. La commande exit permettra de passer du mode config au mode superviseur. À partir du mode config, il faut utiliser la commande interface pour passer dans le mode config-if permettant de configurer une interface. La commande interface prend un paramètre : le nom de l'interface considérée. Les cartes Ethernet de notre routeur seront appelées respectivement fastethernet 0/0 et fastethernet 0/1. On écrira donc interface fastethernet 0/0 pour pouvoir configurer l'interface fastethernet 0/0 .
  • Si vous oubliez le nom d'une commande le « ? » liste les commandes possibles dans le mode où vous vous trouvez. Plus encore, vous pouvez taper le début d'une commande puis « ? », vous aurez alors toutes les possibilités de cette commande (exemple : interface ?).

Le mode normal

  • la commande enable : Permet de passer en mode privilégié
  • la commande ping : Permet de pinguer une autre interface
  • la commande show ip interface : Permet de connaitre l'adresse IP d'une interface
  • la commande show ip interface brief : l'état d'une interface série liés au protocole RS232-C
  • la commande show ip route : Permet de visualiser la table de routage
  • la commande show interface status : Permet de voir l'état des ports du CISCO

Le mode Privilégié

  • la commande configure terminal : Permet de passer en mode configuration (config)
  • la commande disable

Le mode config

  • la commande ip routing
  • la commande no ip routing
  • la commande ip route
  • la commande exit : Permet de revenir au mode précédent (soit le mode privilégié)
  • la commande no ip route
  • la commande interface : Permet de sélectionner une interface et passer en mode config-if sur celle ci (exemple : interface fastethernet 0/0 ou int f 0/0 pour aller en config-if sur le port fastethernet 0/0)

Le mode config-if

  • la commande ip address : Permet de mettre une adresse IP sur le port sélectionné
  • la commande no shutdown : Permet d'activer le port sélectionné
  • la commande shutdown : Permet de désactiver le port sélectionné
  • la commande exit : Retour au mode config

Un premier exemple