États généraux du multilinguisme dans les outre-mer/Déclaration de Cayenne

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Principes généraux[modifier | modifier le wikicode]

Les langues ne sont pas seulement des instruments de communication, mais sont aussi l’expression de savoirs et de cultures ; elles ne sont pas interchangeables et portent un point de vue sur le monde qui leur est propre.

Toutes les langues sont d’égale dignité et toutes sont en mesure d’exprimer la complexité du monde : il n’existe aucun argument scientifique valide pour hiérarchiser les langues du point de vue de leur valeur intrinsèque.

L’affirmation des particularités linguistiques d’un territoire est un facteur d’attractivité, dès lors qu’elle s’accompagne d’une ouverture aux grands courants de la communication internationale.

Apprendre une langue n’implique aucunement d’en « désapprendre » une autre ; des compétences linguistiques en plusieurs langues peuvent coexister chez un même individu. En apprenant à construire le sens dans une langue première, on peut apprendre à construire le sens dans une langue seconde.

Or, dans les territoires ultramarins, la langue française n’est pas la langue maternelle de la majorité des citoyens, mais le plus souvent une langue acquise dans la vie sociale et par l’école au terme d’un processus d’apprentissage ;

Et les habitants de ces territoires sont appelés, dans la plupart des cas, à construire leur vie professionnelle et à exercer des droits de citoyen en français, langue de la République, langue du lien entre toutes les communautés linguistiques françaises ;

Les compétences linguistiques des locuteurs dans leurs langues premières n’en sont pas moins constitutives de leur identité et, à ce titre, doivent être prises en compte dans tous les secteurs de la vie sociale.

La diversité des langues parlées dans les territoires ultramarins constitue un patrimoine d’une richesse exceptionnelle et une réalité vivante, une cinquantaine de langues étant reconnues comme « langues de France » dans les départements et collectivités d’outre-mer ;

Les langues et les cultures ultramarines sont porteuses de valeurs et de savoirs, et sont en mesure d’apporter des réponses aux questions de la société contemporaine ;

Aussi le patrimoine constitué par les langues de l’outre-mer doit-il être mis en valeur, afin de permettre l’expression des langues autochtones et garantir leur transmission.

L’évolution accélérée des technologies de l’information et de la communication peut être mise à profit pour favoriser l’utilisation, la modernisation, la diffusion et la transmission de ces langues.

Le cadre législatif et réglementaire offre des possibilités qu’il revient non seulement aux administrations de l’État et aux collectivités territoriales, mais aussi aux citoyens eux-mêmes, d’exploiter ;

Ces possibilités concernent l’usage des langues de l’outre-mer dans l’espace public, leur « équipement » et leur enseignement, les pratiques culturelles et leur place dans les médias.

Objectifs poursuivis[modifier | modifier le wikicode]

C’est pourquoi les participants aux États généraux du multilinguisme dans les outre-mer, réunis à Cayenne du 14 au 18 décembre 2011, appellent de leurs vœux la mise en œuvre d’une politique des langues qui permette :

  • D’organiser la coexistence du français et des langues de l’outre-mer sur un même territoire, et de concilier la nécessaire maîtrise du français et la non moins nécessaire prise en compte des langues parlées sur les territoires ;
  • De contribuer ainsi, par des mesures de prévention et de remédiation, directement ou indirectement, à la lutte contre l’illettrisme.

Ils souhaitent l’instauration à cet effet d’un dialogue entre l’État et les collectivités territoriales, selon un principe de responsabilité partagée, visant notamment à mettre en place une offre linguistique, de nature à répondre à l’attente des populations et à valoriser leurs ressources culturelles.

Cayenne, le 16 décembre 2011

Présentation des principales recommandations[modifier | modifier le wikicode]

Plus de deux cents professionnels de la culture, de l’éducation – mais aussi des responsables politiques et d’associations – ont participé au cours de trois journées d’intenses réflexions aux États généraux du multilinguisme dans les outre-mer, en Guyane.

Car dans les outre-mer, se concentre la plupart des langues régionales de France. Et la France a de la chance, car la diversité des langues parlées dans les territoires ultramarins constitue un patrimoine d’une richesse exceptionnelle. D’ailleurs, l’article 75-1 de la constitution de la République dispose que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».

La langue n’est pas seulement un instrument de communication, mais c’est surtout un vecteur essentiel de la culture du locuteur qui le forme et le structure dans un environnement spécifique.

Il est donc important de s’interroger sur la place de ces langues dans les sociétés ultramarines et au-delà dans la société française tout entière.

Longtemps, ces langues ont été considérées comme inférieures au français, la lingua franca, qui avait seule droit de cité, et les autres langues étaient non seulement ignorées mais très souvent déniées.

Les locuteurs en ressentaient un sentiment de honte et d’indignité, et des générations d’Antillo-Guyanais, de Réunionnais, de Kanaks, de Tahitiens, de Wallisiens ont souffert d’une perte d’identité en voulant oublier leur langue pour mieux réussir dans la langue dominante.

Si ces temps sont heureusement révolus et que à contrario, les scientifiques sont unanimes à affirmer que la maîtrise de la langue maternelle et d’une langue seconde a des avantages indubitables dans le processus d’apprentissage, force est de constater que la République n’a pas su faire la place qu’il convient à ces langues de ses confins…

Et pourtant, qui peut douter que la France ait jamais été aussi forte grâce à ses outre-mer ? Elle rayonne sur tous les océans du monde. Et son « soft power » – son influence – est aussi relayée grâce à ces créoles, à ces langues ultramarines qu’elle a occultées jusqu’à nos jours et qui peuvent constituer des relais de son influence dans les Caraïbes, en Amérique du Sud, dans le Pacifique et l’océan Indien.

En ce début d’un siècle nouveau marqué par la multipolarité, il n’est nul besoin pour la France d’éradiquer les langues régionales pour affirmer son unité comme le préconisait jadis l’abbé Grégoire, « l’Ami des Noirs »… L’enjeu est d’établir un rapport dialectique – il faudrait plutôt dire dialogique au sens d’Edgar Morin – entre les langues de l’outre-mer et le français, dont personne ne conteste le rôle de langue nationale.

C’est pourquoi les participants aux États généraux du multilinguisme dans les outre-mer, réunis à Cayenne du 14 au 18 décembre 2011, appellent de leurs voeux la mise en oeuvre d’une politique des langues qui apporte les améliorations déclinées dans le texte de la « Déclaration de Cayenne ». Ce texte est le résultat des travaux conduits en ateliers et des débats avec l’ensemble des participants aux États généraux.

(Lors de la clôture des États généraux, le 16 décembre 2011, la présentation des principales recommandations issues des États généraux a été confiée à M. Robby Judes, conseiller pour les affaires européennes, internationales et institutionnelles au commissariat général de l’Année des outre-mer.)