Apprendre la guitare/Approche verticale

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Il n'est pas inutile d'appréhender le travail des gammes en commençant par les travailler sur une seule corde. Tous les doigts de la main gauche peuvent être mis à contribution dans cette forme de jeu nécessairement limitée, mais dont la pratique se révèle à moyen terme (au moins quelques semaines) d'une utilité réelle. Les repères pris sur chaque corde pourront aider à connecter entre elles les grilles locales du jeu en position. Outre le fait qu'elle résout gratuitement le problème des changements de cordes, cette approche présente l'avantage de permettre d'associer visuellement à chaque intervalle sa distance exacte en demi-tons, et de faciliter le travail purement musical de l'oreille destiné à assimiler la sonorité spécifique d'une gamme, la fonction de ses différents degrés et la couleur de chacun de ses modes.

Il est possible avec un entraînement ad-hoc de pousser cette approche jusqu'à visualiser chaque corde comme une simple portion d'une unique ligne continue, sur laquelle s'inscrivent toutes les notes allant du mi grave extrême jusqu'à la note la plus élevée de l'instrument - chaque changement de note étant perçu mentalement comme un déplacement vers les aigus ou vers les graves quel que soit l'emplacement choisi pour cette note, chaque accord étant perçu comme le choix d'un ensemble de notes disposées sur cette ligne :

Guitare tranches associees aux cordes.svg

Si vos connaissances en solfège le permettent, une représentation mentale alternative, mais sur le même principe de continuité, consiste à situer sur une portée (ici, double, et sans la transposition à l'octave usuelle) la position de chaque note jouée, sur le modèle suivant :

Guitare emplacements absolus des notes.svg

Avec ou sans visualisation d'une portée, ce point de vue, à l'opposé du point de vue transversal du jeu en position (voir ci-dessous), nécessite un travail mental intense, étalé sur au moins plusieurs semaines, dont une partie peut se faire éventuellement sans instrument. Il permet en particulier de percevoir les notes d'une grille de position comme étant disposées sur une unique corde virtuelle, en visualisant mentalement les intervalles réels entre chaque couple de notes beaucoup mieux que ne le permet la grille elle-même :

Guitare do majeur position 7 point de vue vertical.svg

Un travail préliminaire peut être le travail sur la seule corde mi grave des différents types de gammes ainsi que de leurs modes, dans toutes les tonalités, sur toute l'entendue du manche. Repérez les positions des différents degrés de la gamme dans chaque mode travaillé, les distances séparant les notes adjacentes, les distances entre les notes formant un intervalle de tierce, de quarte, de quinte, de sixte, de septième, les notes et intervalles composant les accords construits sur les degrés de la gamme (ils peuvent être joués sur une seule corde, en arpèges, éventuellement en tapping).

Notez que chaque mode peut être visualisé comme l'enchaînement de deux tetracordes (suite de 4 notes successives), chacun étant couvert par seulement une ou deux positions de la main gauche. Les modes de la gamme majeure peuvent ainsi être construits à partir des tetracordes majeur (seconde, tierce, quarte) sur les degrés I et V (Do, Sol en Do majeur), mineur (seconde, tierce mineure, quarte) sur les degrés II et VI (Ré, La), lydien (seconde, tierce, quarte augmentée) sur le degré IV (Fa), et enfin, phrygien (fondamentale, seconde mineure, tierce mineure, quarte) sur les degrés III et VII (Sol, Si) :

Guitare tetracordes de la gamme de Do majeur.svg

Les gammes majeure, mineure mélodique et mineure harmonique peuvent d'autre part être visualisées comme l'enchaînement de deux, trois ou quatre groupes de notes de même largeur, dont seules changent les dispositions internes. Chaque gamme peut être vue comme l'enchaînement de deux groupes de notes d'une largeur d'un triton, dont les limites sont les degrés VII et IV - noter, pour la gamme majeure, la symétrie centrale de chaque tranche, et notamment la symétrie autour du ré sur la première tranche. Les gammes mineure harmonique et mineure mélodique peuvent être découpées en trois groupes de largeur deux tons (noter, là encore, la forme symétrique de chaque groupe), dont les limites forment un accord augmenté. La gamme mineure harmonique peut aussi être découpée en quatre groupes de largeur un ton et demi, dont les limites forment un accord diminué :

Guitare decoupages reguliers des gammes.svg