Apprendre la guitare/Jeu en position

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

Appelons grille globale d'une tonalité toutes les positions de ses notes sur l'ensemble du manche. Une approche classique pour l'assimilation d'une telle grille consiste à scinder son apprentissage en celui de chacune des grilles locales couvrant, sur 4 ou 5 frettes, la portion de cette grille accessible sans changer de position, c'est-à-dire sans changer de hauteur de main gauche. Cette approche demande initialement peu d'efforts de mémoire : chaque grille locale peut être notée et travaillée individuellement. Le principe de ce travail est donc : dans un premier temps, de réduire la mobilité de la main gauche afin se familiariser avec toutes les positions ; dans un second temps, d'accroître progressivement cette mobilité en passant d'une grille locale à l'autre ; dans un troisième temps, de connecter progressivement ces grilles entre elles jusqu'à une visualisation complète de la grille globale. Les pages suivantes donnent le détail des grilles de positions des gammes majeure, mineure mélodique et mineure harmonique :

Ce chapitre présente les conventions utilisées pour le déchiffrage de ces grilles, ainsi que quelques conseils pour leur étude.

Numérotation des positions[modifier | modifier le wikicode]

En assimilant le sillet à une frette, on numérote toutes les frettes à partir de 0 pour le sillet, 1 pour la frette suivante, etc. A chaque numéro de frette N est associé une hauteur du pouce de la main gauche, ainsi qu'un doigté pour chacune des notes des 6 cordes comprise entre les frettes N - 1 et N + 4 incluses. La hauteur de main gauche et les doigtés de notes associés à une position sont implicites. Le pouce se place derrière le manche, à peu près au niveau de la frette N + 1. Le majeur joue toutes les notes de frette N + 1, l'annulaire toutes les notes de frette N + 2. L'index joue les notes de frette N, et en extension - c'est-à-dire en l'éloignant du majeur, sans changer le placement du pouce - les notes de frette N - 1. L'auriculaire joue les notes de frette N + 3, et, en extension - en l'éloignant de l'annulaire, sans changer le placement du pouce - les notes de frette N + 4. En numérotant index, majeur, annulaire et auriculaire par 1, 2, 3, et 4, voici par exemple le doigté des notes de chaque corde à la position 5. La partie supérieure du diagramme indique les numéros de frettes, le chiffre dans chaque cercle est un numéro de doigt.

Doigtés à la 5ème position
4 5 6 7 8 9
Guitar string dot 1 top plain.svg Guitar string dot 1 top plain.svg Guitar string dot 2 top plain.svg Guitar string dot 3 top plain.svg Guitar string dot 4 top plain.svg Guitar string dot 4 top plain.svg
Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 2 mid plain.svg Guitar string dot 3 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg
Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 2 mid plain.svg Guitar string dot 3 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg
Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 2 mid plain.svg Guitar string dot 3 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg
Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 1 mid plain.svg Guitar string dot 2 mid plain.svg Guitar string dot 3 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg Guitar string dot 4 mid plain.svg
Guitar string dot 1 bot plain.svg Guitar string dot 1 bot plain.svg Guitar string dot 2 bot plain.svg Guitar string dot 3 bot plain.svg Guitar string dot 4 bot plain.svg Guitar string dot 4 bot plain.svg

Le numéro d'une position est donc le numéro de la frette sur lequel se place l'index lorsqu'il n'est pas en extension, ou encore, celui de la frette qui précède celle sur laquelle se place le majeur. Noter que l'on ne peut changer la hauteur du majeur ou de l'annulaire sans changer de position. On évite d'autre part toute extension entre le majeur et l'annulaire : la morphologie de la main rend de toute manière cette extension difficile, et il vaut mieux l'éviter pour ne pas risquer de sérieux problèmes musculaires.

Choix d'une tonalité de référence[modifier | modifier le wikicode]

Toutes les tonalités ne se visualisent avec la même facilité sur le manche, mais, au moins dans un premier temps, il est possible et même souhaitable de se limiter au travail d'une seule tonalité de référence, Cette tonalité peut être par exemple l'une des trois tonalités majeures faisant intervenir les 6 cordes à vide : Do majeur (Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si), Sol majeur (Sol, La, Si, Do, Ré, Mi, Fa#) ou encore Ré majeur (Ré, Mi, Fa#, Sol, La, Si, Do#). La fondamentale choisie dans ce wikilivre est Do pour la gamme majeure, La pour les gammes mineures - un choix tout aussi valide serait de conserver Do comme fondamentale pour tous les types de gamme.

Le travail des grilles locales[modifier | modifier le wikicode]

Chaque grille locale d'une tonalité donnée peut être travaillée à sa position, ou en bas du manche, ou encore, à sa position, mais en plaçant un capodastre sur sa frette la plus basse. Elle peut être travaillée de manière linéaire, mais aussi non linéaire : en montant ou descendant à partir de n'importe quelle note, en arpèges, en intervalles larges, en motifs, en improvisation pure, etc. Un travail tout aussi utile consiste à travailler de manière indépendante, pour lui-même, chacun des modes de la gamme s'inscrivant dans une grille. Un complément utile à l'apprentissage d'une grille est l'apprentissage de toutes les formes d'accords à trois notes (fondamentale, tierce ; quinte) s'inscrivant dans cette grille.

Vers une vision globale du manche[modifier | modifier le wikicode]

Une fois les grilles locales d'un type de gamme assimilées, une autre étape sera de parvenir à connecter ces grilles entre elles, de passer d'une position à l'autre et d'une grille à l'autre, de visualiser progressivement les notes de la tonalité travaillée sur des portions du manche de plus en plus larges, de visualiser simultanément deux, trois grilles, etc. On peut considérer qu'une tonalité est réellement acquise lorsque l'on atteint le point où il est possible de visualiser de manière globale, sur l'ensemble du manche, l'emplacement de chacune des notes de ses notes, c'est-à-dire visualiser de manière globale la grille complète de cette tonalité, indépendamment de la ou les grilles de positions dans lesquelles s'inscrit chaque note. L'un des moyens de parvenir à cette vision globale est la visualisation de formes d'accords élémentaires sur l'ensemble du manche, par exemple, dans le cas de la tonalité de Do majeur, la visualisation des formes de l'accord de Do majeur jouables aux positions 0 (forme Do), 3 (forme La), 5 (forme Sol), 8 (forme Mi), 10 (forme Ré) - ce système, parfois appelé système CAGED (C, A, G, E, D, soit Do, La, Sol, Mi, Ré) est détaillé dans le chapitre sur les grilles de fonction de la gamme majeure.