Construire sa maison/Le terrassement

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

<< L'étude architecturale | Sommaire général | La maçonnerie >>


Les travaux de terrassements sont extrêmement variables d’un chantier à l’autre, selon la configuration du terrain, le volume enterré de la construction, la nature du terrain (roche, sables...). Un sol compact limite l’effondrement des parois qui se produira immanquablement dans un terrain formé d’alluvions. Les plus grandes difficultés surgissent quand on rencontre un sol non homogène, formé d’un banc de roche adjacent à un terrain plus meuble. L’assise de la construction nécessite des fondations renforcées.

Organisation du chantier[modifier | modifier le wikicode]

La terre végétale est précieuse, elle doit être décapée et mise soigneusement de côté. On l’utilisera pour le regarnissage, en fin de chantier, elle sera stockée à part, en un tas ne gênant pas la circulation. Le volume des terres stériles à évacuer est la différence entre le volume enterré du bâtiment et le volume du remblais nécessaire pour la mise en forme définitive du terrain. Si la quantité de terre à évacuer dépasse quelques dizaines de mètres-cube, le coût d’évacuation peut-être élevé et il faudra rechercher un lieu de dépôt. Le coût du transport peut être supporté par celui qui recevra les remblais dans la mesure où ce dernier est demandeur.

La meilleure date pour effectuer les travaux de terrassement est la saison froide quand le sol est gelé (pour les régions du nord), ailleurs il vaut choisir la période la plus sèche et éviter de travailler sur un terrain détrempé. Réserver longtemps à l’avance la capacité du terrassier et discuter avec lui de l’organisation du chantier, en allant directement sur le terrain.

La voie d’accès au chantier devra être aménagée dès le début des travaux. Prévoir les zones de circulation et de stockage des matériaux, la zone de manœuvre des camions... Tenir compte des futures tranchées à creuser pour l’eau, l’électricité...

Piquetage[modifier | modifier le wikicode]

Commencer par repérer avec certitude les bornes et limites de terrain. Pour cela on aura grand intérêt à consulter les propriétaires voisins, à mesurer au décamètre toutes les dimensions pour vérifier la conformité du plan de bornage à la réalité. En cas de litige le recours à un géomètre est quasi indispensable. Inutile de commencer les travaux avant que tout doute ait disparu. Le piquetage doit être effectué en accord avec le terrassier qui donnera les consignes et la méthode à laquelle il est habitué et fournira éventuellement le matériel. Un point de référence pour le nivellement sera choisi en tenant compte du niveau naturel du sol, des écoulements, de la visibilité par rapport au chantier... Cette référence sera située en un endroit non concerné par les travaux et pouvant être retrouvé rapidement avec certitude (le marquer sur le plan). Profiter de la présence du terrassier (ou du géomètre) avec sa lunette de nivellement pour relever les niveaux de plusieurs points régulièrement répartis (bornes...)

Pour mieux se rendre compte de l’effet final lié à l’implantation, on peut tracer au sol le pourtour et la disposition des principales ouvertures en utilisant du plâtre en poudre ou en tendant des ficelles entre des piquets plantés dans les angles de référence. L'impression de surface est mal rendue dans un espace ouvert, une pièce de cinquante mètres-carrés paraîtra toute petite lorsque son tracé est effectué en plein air alors qu'elle paraîtra immense juste avant de la meubler.

Le terrassier[modifier | modifier le wikicode]

Cet artisan interviendra à plusieurs moments de la construction :

  • Fouilles principales, nivellement, réalisation du chemin d’accès...
  • Rigoles de fondations
  • Tranchées pour les raccordements, évacuations...
  • Assainissement, pose de la fosse toutes eaux, filtre...
  • Drainage, remblaiement (mouvements de terre), regarnissage en terre végétale

Le terrassier est un sculpteur de terrain. De la qualité de ses premières interventions dépendront les conditions de travail de l’autoconstructeur pendant des mois lors de la réalisation de la maçonnerie, charpente... Le modelé du terrain, l’harmonie des volumes remblayés seront directement liés à ses qualités artistiques. Lorsque le terrassier a fini son travail, la future pelouse doit ressembler à un jardin, pas à un champ labouré. Autre détail : dans le cas d’un sous-sol, les tolérances sur la planéité et l’horizontalité du sol devront être inférieures à 10 cm.

Les qualités d’un bon terrassier qui intéressent l’autoconstructeur sont :

  • respect des engagements (dates, prix, contenu de la prestation...)
  • connaissance du sous-sol et habitude de ce genre de travaux
  • souci du travail propre et bien fait
  • disponibilité et souplesse pour de petites interventions épisodiques
  • bon rapport qualité-prix

Le terrassier le moins cher ne sera peut-être pas le plus méticuleux. Avant d’en choisir un, il est indispensable de voir par soi-même sa façon de travailler. Ce métier étant sensible au temps, il est en partie saisonnier. On aura intérêt à convenir au plus tôt de la période de réalisation des fouilles. Selon le type de terrassement, les engins utilisés pourront être différents : si un tractopelle est indispensable pour creuser des rigoles ou tranchées, un bull sera sans doute plus rentable si le volume du trou dépasse une centaine de mètres-cube. Si une partie des terres doit être évacuée, ou si du remblai doit être rapporté par la suite, il sera plus efficace que le terrassier possède lui-même un camion. Les périodes les plus adaptées au travail de terrassement sont les moments où le sol est sec ou gelé.

Décapage et fouilles[modifier | modifier le wikicode]

Traçage des rigoles après décapage

Le piquetage étant effectué, le terrassier procède au décapage de la terre végétale qui sera précieusement conservée pour le regarnissage futur après remblaiement. On n'a jamais trop de terre végétale mais si celle d'origine est pauvre et ne se prête guère à l'usage que l'on projette (pelouse, massifs, plantation, jardin...) il ne faudra pas hésiter à l'amender ou à la remplacer en partie ou en totalité.

Les rigoles de fondation seront tracées avec soin au plâtre ou à la peinture (voir photo ci-contre). Vérifier toutes les cotes et en particulier les diagonales. Prévoir un écoulement des eaux qui pourraient s'accumuler dans les rigoles de fondation en creusant dès le début la tranchée d'évacuation des eaux de draînage et des eaux pluviales. Si ce n'est pas possible on envisagera l'utilisation d'une pompe pour vider les rigoles avant coulage.

Assainissement[modifier | modifier le wikicode]

Législation[modifier | modifier le wikicode]

L'application des nouvelles normes a modifié profondément les règles à appliquer. Il importe de se renseigner auprès des services compétents de la commune, de la communauté de communes ou de la SPANC

Évacuation des eaux[modifier | modifier le wikicode]

Dés le début des travaux il est nécessaire d’évacuer toutes les eaux (sources mises au jour, ruissellement de la pluie...). Il peut être judicieux de réaliser sans attendre le raccordement à l’égout, au fossé ou du moins à un point plus bas du terrain. Les propriétaires des terrains voisins situés en contrebas ne peuvent s’opposer à l’évacuation des eaux de pluie et de drainages, par contre ils peuvent réclamer une participation aux frais engendrés par des travaux d’évacuation.

Le choix de la canalisation principale d’évacuation doit être fait en tenant compte :

  • de la pente (au moins 2%)
  • du débit maximum d’eau à évacuer (au présent et dans le futur) avec un coefficient de sécurité confortable. Un diamètre de 160 mm est un ordre de grandeur pour une maison (pluie, drainage...)
  • des déformations possibles du terrain qui pourraient provoquer la formation de points bas

Deux types de matériaux sont concurrents : le béton et le PVC. Par rapport au premier, le PVC est plus léger, en grandes longueurs, plus cher, plus facile à mettre en œuvre, moins résistant à l’écrasement. En cas d’utilisation de tubes en béton, il faut bien cimenter les raccords pour éviter les intrusions de racines des arbres proches. La pose d’une canalisation n’est pas problématique mais doit être réalisée avec soin et un minimum de règles.

Des regards seront placés de façon à permettre la visite et le nettoyage ; leur diamètre est fonction de leur profondeur. Les sorties doivent être grillagées pour interdire l’introduction d’objet (ballons d’enfants...) ou d’animaux (rats...). La profondeur de la canalisation est importante : trop faible il y a risque de gel et d’écrasement par les véhicules.

Avant remblais, relevez soigneusement la position et la profondeur des canalisations par rapport à des repères permanents (angle de mur, bornes...). Conservez en lieu sûr le document.

Tout-à-l’égout[modifier | modifier le wikicode]

Pour ce point il est nécessaire de se renseigner auprès des services compétents de la commune, de la communauté de communes ou de la DDAS.

Système de traitement individuel[modifier | modifier le wikicode]

Beaucoup d’habitations isolées, mais aussi parfois situées dans des villages non équipés d’assainissement collectif, sont équipées d’un système d’assainissement individuel. Dans ce cas, l’investissement est généralement plus élevé qu’un simple raccordement au tout-à-l’égout mais l’exploitation est moins coûteuse et se limite à la vidange de la fosse toutes-eaux et au remplacement régulier du sable du filtre.

Un système d’assainissement individuel se compose d’une fosse toutes-eaux dans laquelle se déversent à la fois les eaux vannes (toilettes) et les eaux usées (salle de bain, cuisine...). Elle sert d’immense bac à décantation (plusieurs mètres-cube) et doit être vidangée régulièrement. L’activité microbienne qui était propre à la fosse septique est ici contrariée par la présence des produits chimiques déversés sans discernement dans la fosse toutes eaux.

La position de la fosse devra être déterminée par l’accès du camion de vidange. La mise en place de la fosse sera faite avec l’aide du terrassier (qui peut être le fournisseur du matériel). Les regards de visite et de raccordements (entrée et sortie de fosse) seront repérés avec précision, comme pour les canalisations d’eau pluviale. On essayera de prévoir un éventuel raccordement au tout-à-l'égout si un tel réseau était installé dans le futur.

La ventilation de la fosse pourra passer par l’intérieur de la maison, mais déboucher directement sur le toit, à bonne distance des zingueries, fenêtres et balcons. On ne doit pas la raccorder sur le système de VMC, surtout si ce dernier ne fonctionne pas en permanence. En plus de l’évacuation des gaz dus à la fermentation, la ventilation de la fosse évite la surpression créée par l’action de la chasse d’eau.

La sortie de la fosse est raccordée à un regard qui permet d’observer la nature de l’eau en sortie et de vérifier ainsi que la fosse n’est pas pleine de matières décantées. Si c’était le cas, le moment de la vidange serait venu. L’eau en sortie de fosse n’est pas limpide, loin s’en faut, et elle devra être épurée dans un filtre à sable de plusieurs mètres cubes. L’eau sale arrive par le haut du filtre et l’eau épurée s’écoule en partie basse. Un regard en sortie permet d’effectuer des prélèvements pour analyse éventuelle.

Il existe également des microstations de traitement des eaux vannes et des eaux usées qui rejettent une eau épurée et produit du compost parfaitement utilisable pour le jardinage et l'agriculture. Ces équipements, assez onéreux, remplaceront vraisemblablement dans l'avenir les installations décrites plus haut (fosses, filtres...).

Raccordements[modifier | modifier le wikicode]

Contrairement aux maisons autonomes, chaque pavillon doit être relié aux réseaux publics comme par exemple :

  • internet
  • distribution d’eau
  • réseau électrique
  • téléphone
  • gaz
  • égouts
  • câble TV

En général la responsabilité du distributeur (syndicat des eaux, EDF...) s’arrête en limite de propriété. Le compteur électrique est placé en limite, dans un coffret fourni et installé par le client mais il arrive que le compteur électrique soit installé chez le client et qu'un dispositif de relevé à distance soit installé en bordure de propriété.

Le problème est différent pour le réseau d’eau potable : le compteur d’eau (fourni par le distributeur) est placé sous la responsabilité du client. Le compteur d’eau, sensible au gel sera de préférence abrité dans la construction. Cette précaution permettra aussi de détecter instantanément une fuite située après le compteur et par conséquent de limiter le coût de l’eau perdue qui serait facturée immanquablement au client (parfois des milliers de mètres-cube !)

Le raccordement aux réseaux téléphonique et électrique peut s’effectuer par un câble aérien (solution la moins chère et la moins esthétique) ou par un câble souterrain plus discret et moins gênant. Les câbles enterrés sont passés dans des gaines spéciales très résistantes. Leur diamètre intérieur est largement surdimensionné. Un tire-fil est passé dans la gaine au moment de sa fabrication.

La profondeur d’enfouissement des canalisations est réglementée et dépend de la nature du fluide transporté et de l’endroit. Pour mieux repérer une canalisation lors des fouilles futures, un filet avertisseur en matière plastique de couleur particulière au type de canalisation est déroulé au-dessus de cette dernière (Norme : NF T 54-080). Même si les branchements ne sont pas effectués tout de suite, les gaines seront enfouies au plus tôt. Des branchements provisoires d’électricité et d’eau dits « de chantier » peuvent être demandés. Un abonnement électrique de chantier est assez onéreux et comme la consommation est très faible pendant la réalisation du gros-œuvre, l’électricité pourra être produite au début par un petit groupe électrogène ou fournie par un voisin complaisant.

Remblaiement[modifier | modifier le wikicode]

Un mètre-cube de terre remuée occupe plus de volume que la terre tassée (phénomène de foisonnement), ce qui implique de majorer l’épaisseur de remblai pour tenir compte du tassement qui peut s’effectuer durant de nombreuses années.

Toute construction postérieure au remblaiement devra reposer sur le sol ferme, ce qui implique parfois de creuser profondément pour établir une semelle de fondation, même pour une construction « légère » comme une véranda... L’aménagement d’une terrasse sur un remblai quelque peu épais devra être considéré comme provisoire (dalles ou pavés sur sable ou sur gravier et non pas dalle bétonnée monobloc). L’utilisation d’un engin à chenilles est préférable pour faciliter la stabilisation. Selon la nature et l’épaisseur du remblai la stabilisation peut prendre de un à dix ans.

Le remblaiement commence par le décapage de la terre végétale, si ce n’est déjà fait, suivi de la réalisation des tranchées et la pose des regards, fosses... La terre stérile est ensuite répartie suivant la forme à donner au terrain. Si le terrain est humide, le moment est venu de poser les drains puis la bonne terre est étalée sur une couche d’au moins 15 à 20 cm pour le gazon (mais jusqu’à 80 cm pour un arbre). La pente à donner doit être suffisante pour faciliter le ruissellement de l’eau de pluie mais ne pas dépasser 50 % si un engazonnement est prévu.

Drainage[modifier | modifier le wikicode]

Le but du drainage est de protéger la partie basse de la construction (fondations, sous-sol, bas des murs extérieurs des infiltrations d’eau (sources, ruissellement...) en construisant une canalisation poreuse ceinturant au plus près le bâtiment, en-dessous de son point le plus bas. Le drainage est une opération importante qu’il convient de réaliser soigneusement, même dans le cas d’un vide sanitaire.

Réalisation :

  • dégager sur au moins soixante centimètres de large le pourtour du bâtiment jusqu’au niveau du point le plus bas (par ex. : plancher du sous-sol)
  • niveler le fond de fouille avec une pente minimum de 1 cm par mètre.
  • enduire les murs d’une peinture étanche spéciale fondations sur au moins un demi-mètre de haut
  • recouvrir les murs enterrés d’un film spécial (feuille de plastique semi-rigide muni de bossages)
  • poser le drain bien à plat en le calant avec du gravier 5/15
  • mettre en place les regards ou coudes de raccordement à chaque changement de direction
  • installer le regard collecteur au point d’évacuation qui est aussi le point le plus bas
  • recouvrir le drain avec environ 50 cm de gravier ou de galets
  • couvrir le lit de gravier avec un géotextile pour éviter la pollution du drainage avec les terres de remblaiement
  • remblayer avec au minimum vingt centimètres de terre.

Si une source est mise à jour lors des fouilles, il est nécessaire de la capter et de l’évacuer comme on le fait avec les eaux de pluie.

Les drains en barres rigides de PVC avec une rigole en partie inférieure doivent être préférés au drain agricole trop souple et plus fragile. Si nécessaire on peut installer un deuxième drain au dessus du premier dans les endroits particulièrement exposés (murs ouest, par exemple)

Voies et chemins[modifier | modifier le wikicode]

Une construction isolée au milieu d’un terrain peut comporter :

  • un chemin d’accès au garage ou à la place de stationnement
  • une allée piétonne pour se rendre à la porte d’entrée
  • des allées permettant de se rendre en divers endroits du terrain (jardin, abri, piscine...) ou faisant le tour de la maison

Au début de la construction, et tant que le remblaiement n’a pas été effectué, on se contentera de faire réaliser un chemin d’accès résistant au passage des véhicules les plus lourds.

La réalisation de ce chemin consiste en :

  • décaissement (enlèvement de la terre végétale) sur une profondeur allant en général de 20 à 30 cm
  • mise en place d’un géotextile pour éviter le mélange de la terre et de la première couche de concassé
  • épandage d’une couche de roche concassée (tout-venant 0-50) sur une épaisseur de 20 cm environ. Cette première couche constituera l’ébauche du chemin définitif. Elle sera damée par le passage des véhicules et sera stabilisée lorsque la maison sera terminée, prête à recevoir le revêtement final (pavés, macadam...). La pente du chemin ne devrait pas excéder 10%. Si le chemin est long, une place de retournement doit être aménagée à proximité de la sortie du garage.

Les murs de soutènements seront si possible réalisés en même temps que les murs du sous-sol. Ils devront être surdimensionnés et drainés pour résister à la pression de la terre, en particulier par temps de gel. Si la hauteur dépasse 1,5 m, on pourra leur donner une inclinaison de 5 à 10% qui limitera l’impression de muraille. Intermédiaire entre le mur de soutènement et le simple talus, il existe la possibilité de maintenir les terres à l’aide de blocs comportant des alvéoles destinées à recevoir des plantes.

On trouve des pavés ajourés (en béton, en plastique) qui permettent de réaliser des places de parking stables et verdoyantes. C’est une bonne solution pour conserver la surface de terrain absorbante pour la pluie.


<< L'étude architecturale | Sommaire général | La maçonnerie >>