Décroissance

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Consultez également ces pages dans d’autres projets Wikimedia :

Article encyclopédique sur Wikipédia.
Définition sur Wiktionnaire.
Citations sur Wikiquote.

De manière générale la décroissance se définit comme l’état de ce qui décroît: une diminution.

Plus spécifiquement, la décroissance se présente en deux volets :

  1. Comme slogan remettant en cause le consensus pour la croissance (économique entre autre). Il s’agit alors d’un « mot-obus » pour défier, entre autre, l’économisme, c’est à dire la croyance que toute économie doit augmenter la valeur de ses échanges et productions pour éviter la crise ou le désastre. Le but est aujourd’hui de lancer un débat de société.
  2. Comme processus concret en direction d’une société soutenable (juste et écologique…).

C’est ce deuxième volet qui est développé ici.

La décroissance est une démarche individuelle et collective basée sur une réduction :

  • de la consommation directe et indirecte de matières, énergies et espaces (décroissance physique),
  • de la capacité d’acquisition de matières, énergies et espaces (décroissance économique). Il est trop risqué qu’une capacité d’acquisition se transforme en une consommation effective, sous la forme d’un « l’effet rebond ».

Cette décroissance doit être:

  • soutenable (supportable). La croissance dans un monde fini nous amène à une décroissance subie composée de crises, voire d'effondrements. L’idée de la décroissance soutenable est de nous épargner cette décroissance « insoutenable », cette « croissance ratée ».
  • équilibrée (en proportions harmonieuses). Pour éviter les crises et pour que personne ne soit exclu, trois processus doivent se combiner simultanément : réduction de la consommation (du « vouloir d’achat »), réduction de la production et partage (du travail notamment).
  • démocratique (pouvoir à tous les humains). La réorganisation à différents niveaux de la société et le partage requièrent davantage de « démocratie » : plus participative et directe.
  • conviviale (prenant en compte l’intérêt d’autrui autant que le sien), écologique (respect des écosystèmes), sociale (respect entre humains), positive, culturelle (…) La décroissance matérielle (physique) et économique doit laisser la place à de nombreuses autres croissances (qualitatives en grande partie) : des relations désintéressées, du temps pour soi et pour les autres, de l'équité, de la santé, de la chaleur humaine, de la nature, de la sécurité, de l'art, de la perception de ce qui nous environne, de la poésie, de l’empathie et ceci dans une grande variété...
  • équitable (du latin oequitas, égalité). Elle s’applique en premier lieu aux 20% favorisés de ce monde principalement basés dans les pays industrialisés, mais concerne tout le monde lorsqu’il s’agit de « décoloniser l’imaginaire » lié aux modèles consuméristes et productivistes. Il s'agit d'une décroissance différenciée de façon à tendre vers une société plus juste dans les pays industrialisés et mondialement.
  • innovante (introduisant des nouveautés). Il s’agit d’une remise en cause de la situation actuelle (faite notamment d’autoroutes et des centrales nucléaires...), afin de créer un futur basé sur une moindre consommation de ressources, dans lequel l’innovation a intégré la notion de limite, plutôt que de tenter de s’en soustraire. Certaines innovations feront l’objet de débats démocratiques et seront refusées si elles font fi de limites éthiques ou écologiques (OGM, Nucléaire, Nanotechnologies, etc…).
  • diversifiée. Le but de la décroissance est d’atteindre une société soutenable où chaque mode de vie est unique tout en étant potentiellement généralisable et partageable. L’urgence et la gravité des problèmes éco-sociaux impliquent des démarches à portée et échéance diverses. La diversité se comprend aussi en terme de croyance ou non-croyance idéologique ou spirituelle sans qu’aucune ne soit mise en avant.
  • ciblée et globale. Elle n’implique pas une décroissance à tous les niveaux pris séparément: les alternatives agricoles, énergétiques ou de transport soutenables (etc...) doivent croître, mais en créant une réduction plus importante des portions agricoles, énergétiques ou de transport non-soutenables de l’économie.
  • locale. Elle est basée sur des économies de proximité ouvertes mais se mesure à un niveau global. A ce titre une décroissance locale qui entraîne une croissance ailleurs ou dans le futur n’est pas une décroissance.
  • transitoire. Elle doit constituer une étape jusqu’à une société soutenable, juste, durable écologiquement, démocratique, participative, répondant aux besoins humains, localisée, d’une grande diversité culturelle, écologique et ethnique en chaque lieu, globale, ouverte, et dont l’économie est stationnaire. Cette société soutenable constitue une « utopie réalisable sans cesse renouvelée » dont les caractéristiques précises se réajustent au fur et à mesure.

BIBLIOGRAPHIE[modifier | modifier le wikicode]

  • Nicholas Georgescu-Roegen,The Entropy Law and the Economic Process, 1974. (Traduction du chapitre 1 en français dans La décroissance - Entropie - Écologie - Économie, éd. 2006, ch. I, p.63-84. )
  • 1979. Demain la décroissance. Entropie, écologie, économie. Traduction, présentation et annotation Jacques Grinevald et Ivo Rens. Lausanne, Pierre-Marcel Favre, 1979. 21 cm, 157 p. [La décroissance. Entropie, écologie, économie. 2e édition revue et augmentée. Traduit et présenté par Jacques Grinevald et Ivo Rens. Paris, Sang de la Terre, 1995. 21 cm, 220 p. ; 3e édition revue. Paris, Sang de la Terre et Ellébore, 2006. 22,5 cm, 304 p.] texte disponible en ligne