Dictionnaire de philosophie/Individu

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Individu
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Cet article présente une analyse de la notion d'individu. On ne prétend cependant pas en donner des développements extrêmement fouillés, mais une matière suffisante pour comprendre les différents problèmes que soulève cette notion. L'article porte sur les deux points suivants : le mode d'être d'un individu et l'individu biologique.

Remarque : Le lecteur doit se défaire de l'habitude de considérer le mot individu comme un mot désignant un être humain particulier. L'usage philosophique ne correspond pas à cette habitude du sens commun.

Propriétés[modifier | modifier le wikicode]

Quelles sont les propriétés d’un être qui permettent de dire qu’il s’agit d’un individu ? Cette question est un problème d’ontologie, c’est-à-dire qu’elle porte sur le problème de savoir ce qui est : on se demande ici ce qui est un individu.[1]

En posant cette question, on ne demande pas ce qu’est la nature de l’individu. Une telle question concerne des concepts comme homme dont il faut définir l’essence. Or, l’essence est générale, alors que pour la notion d’individu on est amené à chercher ce qui distingue deux particuliers qui ont l’essence en commun : Platon et Socrate sont des hommes. Qu’est-ce qui fait qu’en tant que particuliers instanciant la même essence, ils ne sont pas le même homme ? La problématique se ramène à expliquer par quoi deux particuliers sont individués, autrement dit, quel est le mode d’être qui fait qu’ils sont distincts.

Indépendance[modifier | modifier le wikicode]

Un individu n'est pas une partie d'un autre être. Par exemple, un bras n'est pas considéré comme un individu, parce qu'il n'existe pas sans le corps dont il est le bras. Il n'est pas non plus possible de l'identifier indépendamment de l'individu auquel il appartient.

Unité[modifier | modifier le wikicode]

Un individu possède une certaine unité caractérisée par :

  1. le fait qu’il peut être compté. Ce critère est insuffisant, car l’unité dépend de la réalité à laquelle on applique le nombre un : une chaussure et une paire de chaussures ne possèdent pas la même unité.
  2. le fait qu’il ne peut être coupé sans perdre son identité (terme technique : anoméoméricité) : un chien coupé en deux ne donne pas deux chiens, et deux chiens collés ensemble n’en font pas un ; en revanche, une goutte d’eau donne deux gouttes d’eau, et deux gouttes d’eau en donnent une. La goutte d’eau a donc moins d’individualité que le chien. Ce critère s’applique particulièrement aux êtres organisés. Il est toutefois insuffisant.
  3. il possède des frontières propres. Les frontières d’un État sont instituées et peuvent être modifiées ; de plus, une seule frontière peut séparer deux pays. Les frontières d’un corps (la peau) lui sont en revanche naturelles et internes, et il n’y a pas une frontière pour deux corps.
  4. le fait qu’il a une identité trans-temporelle. Un individu a une durée dans le temps, durée qui ne détruit pas son identité. Cette permanence suggère une unité individuelle non-accidentelle et organisatrice.

Unicité[modifier | modifier le wikicode]

L'unité n'est cependant pas suffisante, car des objets peuvent être produits à l'identique, correspondre aux critères de l'unité, mais ne pas posséder de véritable individualité.

  1. Un individu se distingue d'un autre par des différences accidentelles qu'il acquiert au cours de son existence. Ces différences sont externes, comme la position dans le temps et l'espace, ou l'usure.
  2. Un individu se distingue d'un autre par des différences constitutives. Chaque individu biologique est ainsi différencié de tout autre par une identité génétique unique.
  3. Certains individus possèdent en outre la propriété de créer leur propre différenciation. Ce sont les personnes, c'est-à-dire des individus doués d'une conscience de leur individualité et susceptibles de la développer par eux-mêmes. On parle alors d'individualisation plutôt que d'individuation.

Degrés d'individuation[modifier | modifier le wikicode]

Ces critères ne permettent pas seulement de déterminer ce qui est un individu, ils montrent aussi qu’il y a une échelle de l’individuation. S. Chauvier estime que l’individualisation en est le plus haut degré et que cette place explique l’usage du mot individu comme synonyme d’être humain, puisque cette faculté d’individualisation est attribuée à la personne.

L'individu biologique[modifier | modifier le wikicode]

L'organisme comme paradigme de l'individu[modifier | modifier le wikicode]

Depuis Aristote,[2] l’organisme est utilisé comme exemple paradigmatique de l’individu biologique. Lorsqu’il prend des exemples de substance, désignant un être particulier et séparé (« ce qui à la fois ne se dit pas d’un certain sujet et n’est pas dans un sujet »), Aristote dit en effet : « ce cheval », « cet homme ». Ces exemples correspondent à l’intuition commune, qui dépend très largement de notre point de vue perceptif, et ils ont été jusqu'au XXeme siècle des exemples types pour les philosophes.

Inadéquation de l'organisme comme paradigme[modifier | modifier le wikicode]

Bien que ces exemples remplissent les critères exposés dans la section précédente, ils sont pourtant inadéquats. La diversité biologique y est en effet ignorée : le cheval appartient au taxon des mammifères qui appartient au sous-embranchement des vertébrés. Or les vertébrés ne forment qu’une petite partie du règne animal et ne peuvent donc prétendre aussi facilement au statut d’exemple type.

Chacun de ces peupliers apparaît comme un individu. En réalité, ils ne forment tous qu'un seul organisme.

Le règne animal, considéré dans son ensemble, ne remplit pas les critères de l’individuation de manière aussi claire que peut le faire un organisme vertébré :

  1. la symbiose est une association très fréquente entre organismes d’espèces différentes. Cette association existe aussi chez l’homme. Les critères de l’indépendance et des frontières entre organismes sont dans ces cas peu pertinents.
  2. certains êtres vivants, considérés par le sens commun comme des individus, sont en réalité constitués d’organismes qui ont leur propre cycle de vie, ou bien des êtres vivants distingués comme autant d’individus forment en réalité un seul organisme.
  3. les gènes, les cellules, les espèces, les écosystèmes peuvent être tenus pour des individus au même titre que les organismes.

Ni l’analyse de la notion d’individu, ni l’intuition du sens commun ne nous permettent de déterminer dans tous les cas ce qui est un individu biologique.

Qu’est ce que l’individu biologique ?[modifier | modifier le wikicode]

Ces exemples intuitifs ne tiennent pas non plus compte des théories scientifiques actuelles qui proposent une ontologie reposant sur d’autres principes que le sens commun, ontologie qui est, contrairement à ce dernier, théoriquement justifiée :

  1. théorie de l’évolution : dans le cadre de cette théorie, l’individu est l’être vivant sur lequel s’exerce la sélection. Or, dans certains cas, la sélection peut s’exercer, non sur un organisme, mais sur un ensemble d’êtres vivants génétiquement identiques qui ne sont pas en compétition entre eux.
  2. immunologie : le système immunitaire distingue les organismes tolérés par un organisme de ceux qui doivent être rejetés. Or, cette distinction entre un soi et un non-soi ne définit pas nécessairement les mêmes frontières que pour le sens commun. D’autre part, selon la thèse soutenue par Th. Pradeu, puisque le système immunitaire tolère des entités étrangères, un organisme est toujours hétérogène, c’est-à-dire constitué d’entités d’origines différentes.
  3. toujours en immunologie, le système immunitaire prévient les compétitions aux différents niveaux inférieurs dans l’organisme. Cette fonction et la précédente permettent de justifier la thèse selon laquelle l’organisme est l’individu biologique le mieux individué.

Ce que nous montre cet article, c’est qu’il y a plusieurs niveaux d’individuation biologique et que ces niveaux s’intègrent les uns dans les autres (gènes, cellules, organismes, etc.). L’organisme n’est donc que l’un des individus biologiques, même s’il est le plus individué, et c’est un individu qui se construit en interaction avec son environnement, en considérant le système immunitaire comme l’unité de cette interaction, unité soumise au processus de la sélection naturelle. Cette conception moderne, qui suggère chez les êtres vivants une plus ou moins grande individuation, a été développée par plusieurs philosophes contemporains,[3].

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Nous suivons S. Chauvier, « Particuliers, individus et individuation », in L’Individu. Perspectives contemporaines.
  2. Nous suivons Th. Pradeu, « Qu’est-ce qu’un individu biologique ? », in L’Individu. Perspectives contemporaines.
  3. Gilbert Simondon, L'individu et sa genèse physico-biologique, Jérôme Millon, 1995 ; Georges Chapouthier, L'homme, ce singe en mosaïque, Odile Jacob, 2001

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Aristote, Catégories
  • Aristote, Métaphysique, Z
  • Duns Scot, Le principe d’individuation
  • Leibniz, Monadologie
  • Tocqueville, De la démocratie en Amérique, II, II, § 2, 4 et 8
  • Benjamin Constant, Principes de politique, § 18
  • Stirner, L'Unique et sa propriété
  • Bergson, Les Deux Sources de la morale et de la religion
  • Bergson, L'Évolution créatrice, § 1
  • Mac Pherson, La Théorie politique de l'individualisme possessif
  • Simondon, Gilbert, L’Individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Paris, Million, 2005
  • Strawson, G., Les Individus, Paris, Le Seuil, 1973
  • Ricœur Paul, Soi-même comme un autre
  • L. Dumont, Essais sur l'individualisme, Une perspective anthropologique sur l'individu moderne
  • G. Chapouthier, L'homme, ce singe en mosaïque, Odile Jacob, 2001
  • L'Individu. Perspectives contemporaines, Thomas Pradeu et Pascal Ludwig (sous la direction de), Vrin, 2008

Ressources[modifier | modifier le wikicode]