Discussion:Guide du vélo en ville/Pourquoi faire du vélo en ville ?

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La circulation a vélo dans nos agglomérations a fait apparaître un problème de partage du territoire.

Alors que dans certaines communes, tout se passe pour le mieux, avec une cohabitation vélos, piétons, bus, automobilistes sans aucun problème, ailleurs comme à Toulouse, l'automobiliste a tendance à considérer la chaussée comme sa propriété personnelle. On y découvre donc des couloirs bus et vélos squattés en continu par ceux qui voient en ces aménagements couteux d'excellentes places de parking.

Pour exemple, une pétition qui vient même d'être mise en ligne sur Toulouse et intitulée : "Pour le Respect des cyclistes bus et piétons et la survie de nos enfants de nos proches et de nous mêmes ( http://membres.lycos.fr/report/phpPetitions/index.php?petition=1 )

Face à cette situation inadmissible, dans laquelle les cyclistes se font insulter voire aggresser physiquement lorsqu'ils tentent de faire valoir leurs droits poliement auprès des automobilistes, et alors que les pouvoirs publics affirment que les forces de l'ordre et la signalisation sont là pour faire respecter le code de la route, et que selon eux tout va bien, sur place on constate des forces de l'ordre à l'attitude passive la plupart du temps chacun affirmant que c'est à l'autre de s'occuper du problème.

On continu alors à développer des infrastructures cyclables, parfois dénuées de sens (entrée de piste cyclables entre 2 bites en béton, et face à un réverbère), et on déclare comme but une résorbtion de la discontinuité du réseau, ce qui ne restera qu'une utopie tant que les cyclistes seront contraint de quitter les pistes cyclables trous les 10 mètres pouréviter un mal garé.


Sur la question du code de la route : il me semble qu'il faut distinguer deux niveaux de discussion : faut-il ou non respecter le code de la route actuel et faut-il ou non faire évoluer ce texte pour une meilleur prise en compte de tous les usagers de la route. En ce qui concerne le premier niveau, il me semble que l'esprit de ce manuel, qui est d'accompagner une plus grande responsabilisation de chacun en ce qui concerne sa propre sécurité et celle des autres usagers, interdit de donner une réponse unique. En ce qui concerne le second niveau, la réflexion est très riche dans les associations d'usagers, je vous encourage à y militer ! Pour la pétition de Vélorution évoquée par une précédente version de la page, je n'ai pas trouver de référence exacte, c'est pourquoi j'ai mis de côté cette version. --Fabrice 9 janvier 2008 à 22:35 (CET)