Du bon usage d'un traitement de texte/Annexes/Code de champ EQ

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le champ EQ de Microsoft Office Word permet d'écrire des équations (voir Inclusion d'autres objets). Il est d'un usage peu pratique et limité, et n'est présenté ici qu'à titre d'information. Il peut servir si l'éditeur d'équation n'est pas installé.

Ce champ ne touche pas à la fonte, il ne change que la composition (position du texte par rapport à la page et à la la ligne d'écriture).

Insérer et modifier un champ de code[modifier | modifier le wikicode]

Raccourcis clavier :

  • insérer : CTRL+F9 ;
  • afficher le résultat/modifier le champ : MAJ+F9.

Avec les menus :

  • insérer : menu Insertion | Champ…, puis, dans le menu Catégories, la catégorie Équations et formules, et dans la liste Noms des champs, on sélectionne Eq (Eq) ;
  • modifier : clic droit, et sélectionner Modification du champ… dans le menu contextuel.

Syntaxe générale[modifier | modifier le wikicode]

Les fonctions sont de la forme barre de fraction inversé + code de 1 ou 2 lettres. Le texte sur lequel elles s'appliquent est mis entre parenthèses ; si elles s'appliquent sur plusieurs portions de texte, on sépare ces portions par un point virgule. Par exemple

{ EQ \f(-b+\r(a);4 )}
pour obtenir
avec
  • la fonction \f(…;…) qui permet d'obtenir une fraction, et
  • la fonction \r(…) qui permet d'avoir la racine carrée.

Si une fonction des options, celles-ci sont mise après la fonction et avant les parenthèses, par exemple \x\to(…) (fonction \x, option \to).

Si une option a un paramètre chiffré, on l'accole à l'option, par exemple \a\co3(…) (fonction \a, option \co avec comme paramètre 3).


Caractères spéciaux[modifier | modifier le wikicode]

Les virgule, parenthèse ouvrante et barre de fraction inversée sont des caractères réservés. Pour les afficher, il faut les faire précéder d'une barre de fraction inversée : \,, \(, \\.

On peut insérer les caractères spéciaux de manière classique (menu Insertion | Caractères spéciaux… ou bouton graphique Ω).

On peut aussi créer des caractères par superposition de deux caractères (overstrike), avec le code \o(a,b), par exemple

{ EQ \o(O,/) }
donne approximativement
∅.

Par défauts, les caractères sont alignés par rapport à leur milieu (option correspondante : \ac). On peut aussi les aligner par rapport à la gauche (\al) ou à la droite (\ar), par exemple

{ EQ \o \al(O,/) } .

Quatre opérations[modifier | modifier le wikicode]

Les signes +, - et / s'utilisent normalement. Il n'existe pas de code pour avoir l'obèle ÷, le croix de multiplication × ou le point de multiplication (centré) , mais on peut insérer les caractères spéciaux correspondant dans le champ.

Une fraction se note \f(dividende;diviseur).

Exemple
{ EQ \f(a+b;2) }
donne
.

Opérations classiques[modifier | modifier le wikicode]

Pour élever à une puissance, on utilise \s(…) (supérieur), par exemple

{ EQ x\s(2) }
donne
x2.

Le caractère mis en supérieur est de la même taille. On peut mettre le caractère plus haut en précisant le nombre de points avec l'option \up (2 pt par défaut), par exemple { EQ x\s\up5(2) } pour élever le caractère de 5 points.

On peut aussi utiliser la mise en supérieur (exposant) classique, qui crée un caractère plus petit :

  • combinaison de touches CTRL+MAJ+= ;
  • bouton graphique x2 ;
  • menu Format | Police, option Exposant.

La racine carrée s'obtiennent avec \r(…) (radical). La racine nième s'obtient avec \r(n,x).

Exemple
{ EQ \r(3;a+b) }
donne
.

L'intégrale d'une fonction entre deux bornes a et b s'obtient avec \i(a;b;fonction), et l'option \in modifie la position des limites, par exemple

{ EQ \i \in(0;2π;sin(x)dx)=0 }}
donne
(le symbole π est intégré comme caractère spécial).

On obtient les sommes et produits en ajoutant des options :

  • \i \su(a;b;suite) : somme ∑ ;
  • \i \pr(a;b;suite) : produit ∏ ;
  • \i \fc\A(a;b;suite) remplace le symbole par un A de taille normale (fixed character) ; on peut utiliser n'importe quel symbole ;
  • \i \vc\A(a;b;suite) : idem avec un symbole de taille ajustable (vatiable character).

Pour la notation des suites, on utilise \s \do(…) (down), par exemple

{ EQ x\s\do(2) }
donne
x2.

Le caractère mis en supérieur est de la même taille. On peut mettre le caractère plus bas en précisant le nombre de points typographiques (2 par défaut), par exemple { EQ x\s\do5(2) } pour descendre de 5 points.

On peut aussi utiliser la mise en inférieur (indice) classique, qui donne un caractère plus petit :

  • combinaison de touches CTRL+= ;
  • bouton graphique x2 ;
  • menu Format | Police, option Indice.

Tableaux et matrices[modifier | modifier le wikicode]

Un tableau est contenu dans un code \a() (array). Les éléments sont séparés par un point virgule, le nombre de colonne est précisé par l'option \co. MS Word prend en compte les espaces avant et après le point-virgule.

Exemple
{ EQ \a \co3(a;b;c;1;2;3) }
donne
a b c
1 2 3

On peut modifier le rendu du code par les options

  • \al, \ac, \ar : aligne les lignes respectivement à gauche, au centre et à droite
    par exemple { EQ \a \co3\al(aaa;bbb;ccc;1;2;3) } donne
aaa bbb ccc
1 2 3
  • \vs, \hs suivi d'un nombre accolé : insert respectivement un espace vertical (vertical space) entre les lignes ou horizontal (horizontal space) entre les colonnes, de la valeur en nombre de points.

Pour faire une matrice ou un torseur, on encadre le tableau

  • avec des parenthèse \b \bc(…) ;
  • avec des crochets \b \bc\[ (…) ;
  • avec des accolades \b \bc\{ (…).
Exemple
{ EQ \b \bc(\a(a b;1 2)) }
donne
et
{ EQ \b \bc\[(\a(a b;1 2)) }
donne

Système d'équations[modifier | modifier le wikicode]

Pour faire un système d'équations, on peut associer un tableau à une colonne avec une accolade gauche, par exemple

{ EQ \b \lc\{ (\a(x+y = 5;xy = 2)) }
donne
.

On peut mettre un autre caractère (\(, \[). On peut aussi metre un caractère de taille variable après, avec la commande \rc.

Filets[modifier | modifier le wikicode]

On peut encadrer un caractère par un filet (trait) avec le code \x suivi des options suivantes :

  • \to(…) : au dessus (top), par exemple valeur algébrique ou signe - des indices de Miller ;
  • \bo(…) : en dessous (bottom) ;
  • \le(…) : à gauche (left) ;
  • \ri(…) : à droite (right).
Exemple
{ EQ \x \bo \to \le \ri(abc) }
donne
abc.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • L'aide en ligne de Microsoft Office Word, rubrique « Code de champ : champ EQ (Equation) »
  • (anglais) Field codes: Eq (Equation) field (Applies to: Microsoft Office Word 2003)