Ethologie précisions

Un livre de Wikilivres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page est une feuille volantelink={{{link}}}

Il faudrait la ranger dans un wikilivre où elle aurait sa place.

ETHOLOGIE (Précisions)

L'être humain a le devoir de comprendre le comportement des espèces animales. Cette connaissance est essentielle pour éviter que les animaux qu'il prend pour compagnons (ou dont il se nourrit) ne souffrent inutilement, que ce soit pour une satisfaction affective, esthètique, intellectuelle ou bien à des fins simplement récréatives ou alimentaires.

L'éthologie, ou biologie du comportement, est la discipline scientifique de l'étude du comportement des espèces animales (et de l'être humain) dans leur milieu significatif. Elle est une des principales bases d'étude de l'activité de comportementaliste. L'éthologie est une science de l'observation, de l'étude du comportement dans toutes ses manifestations et à tous les niveaux, de la cellule à l'organisme entier et aux sociétés animales, des causes qui le déterminent de ses fonctions (Campan et Scapini).

Le statut d'éthologiste requiert une formation et des connaissances spécifiques sur le comportement animal. La Société Française pour l'étude du Comportement Animal (SFECA), souhaite que les termes d'éthologie et d'éthologiste soient réservés à la discipline scientifique et aux personnes qui auront reçu un enseignement dispensé par un encadrement scientifique. Une authentique formation à l'éthologie représente une aide précieuse pour aborder le travail avec l'animal.

En revanche , le rôle du comportementaliste est d'apporter son aide à des propriétaire de chien dérouté par un comportement d'apparence inexplicable de l'animal. Cette aide ne peut être apportée que parce que le comportementaliste possède des connaissances suffisantes en éthologie, concernant l'éthogramme du chien, et plus singulièrement du chien familier (voir Ethologie du chien famillier), jointes à son expérience d'une approche systémique, le tout lui permettant d'identifier les dysfonctionnements dans cette relation interspécifique et de proposer les changements relationnels souhaitables.

Le dressage, indispensable pour contrôler efficacement un animal, et tout propriétaire de chien qui y est obligé, n'a nul besoin d'être appelé «éducation», terme qui signifie «transmettre des connaissances», ce qui est impossible avec un animal. Il semble que ces contorsions sémantiques aient pour but de suggérer l'idée que le dressage est violent alors que l'éducation ne le serait pas ! Il devient donc évident que conditionner un animal (dresser en allemand) et en prétendant ne pas «dresser» mais «éduquer» équivaut à tromper, d'autant que ces terminologie douteuses sont généralement employées dans un but commercial.

En effet beaucoup parmi ceux qui traitent des trouble du comportement animal, par exemple, se décernent le titre d'éthologue sans avoir jamais ouvert un livre d'éthologie. D'autres disciplines comme la psychologie sont confrontées depuis longtemps à des problèmes du même ordre. On voit aussi apparaître des «éducateurs-comportementalistes» alors qu'il ne peuvent justifier d'aucune formation de comportementaliste. C'est un abus et une tromperie qui s'aggravent, lorsque ce terme et utiliser pour apporter une apparence de caution scientifique à des activités comme le dressage. Elle n'a jamais été une technique d'intervention sur le sujet, ce qui d'ailleurs ruinerait toute tentative d'observation.

Ces pratiques malhonnêtes nuisent autant aux dresseurs consciencieux, qu'aux comportementralistes qui se gardent bien d'intervenir sur le chien de leur consultant, car ce n'est pas leur rôle. Elles donnent une image brumeuse des secteurs d'activité des dresseurs comme de celui des comportementalistes, elle suscitent un scepticisme et une méfiance chez les propriétaires de chien demandeurs d'aide.

Ce qui est en jeu est la reconnaissance même du titre d'éthologiste. Il serait malheureux que l'éthologie ne soit mentionnée que pour servir de causion scientifique a des discours qui ne reposent sur aucune connaissance éthologique. La SFECA, souhaite mettre fin à la désinformation qui règne autour de l'usage abusif du terme «éthologie». Définir et faire accepter un certificat d'aptitude à la profession d'éthologiste devrait constituer une tâche prioritaire de la SFECA pour les prochaine années.