Fonctionnement d'un ordinateur/Contrôleur mémoire interne

Un livre de Wikilivres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

La gestion de l'adressage et de la communication avec le bus sont assurées par un circuit spécialisé : le contrôleur mémoire. Une mémoire adressable est ainsi composée :

  • d'un plan mémoire ;
  • du contrôleur mémoire, composé d'un décodeur et de circuits de contrôle ;
  • et des connexions avec le bus.
Organisation interne d'une mémoire adressable.

Nous avons vu le fonctionnement du plan mémoire dans les chapitres précédents. Les circuits qui font l'interface entre le bus et la mémoire ne sont pas différents des circuits qui relient n'importe quel composant électronique à un bus, aussi ceux-ci seront vus dans le chapitre sur les bus. Bref, il est maintenant temps de voir comment fonctionne un contrôleur mémoire. Je parlerai du fonctionnement des mémoires multiports dans le chapitre suivant.

Les mémoires à adressage linéaire[modifier | modifier le wikicode]

Pour commencer, nous allons voir les mémoires à adressage linéaire. Sur ces mémoires, le plan mémoire est un tableau rectangulaire de cellules mémoires, et toutes les cellules mémoires d'une ligne appartiennent à une même case mémoire. Les cellules mémoire d'une même colonne sont connectées à la même bitline. Avec cette organisation, la cellule mémoire stockant le énième bit du contenu d'une case mémoire (le bit de poids i) est reliée au énième fil du bus. Rappelons que chaque ligne est reliée à un signal de sélection de ligne Row Line, qui permet de connecter les cellules mémoires du byte adressé à la bitline.

Principe d'un plan mémoire linéaire.

Le rôle du contrôleur mémoire est de déduire quelle entrée Row Line mettre à un à partir de l'adresse envoyée sur le bus d'adresse. Pour cela, le contrôleur mémoire doit répondre à plusieurs contraintes :

  • il reçoit des adresses codées sur n bits : ce contrôleur a donc n entrées ;
  • l'adresse de n bits peut adresser 2n bytes : notre contrôleur mémoire doit donc posséder 2^n sorties ;
  • la sortie numéro N est reliée au N-iéme signal Row Line (et donc à la N-iéme case mémoire) ;
  • on ne doit sélectionner qu'une seule case mémoire à la fois : une seule sortie devra être placée à 1 ;
  • et enfin, deux adresses différentes devront sélectionner des cases mémoires différentes : la sortie de notre contrôleur qui sera mise à 1 sera différente pour deux adresses différentes placées sur son entrée.

Le seul composant électronique qui répond à ce cahier des charges est le décodeur, ce qui fait que le contrôleur mémoire se résume à un simple décodeur, avec quelques circuits pour gérer le sens de transfert (lecture ou écriture), et la détection/correction d'erreur. Ce genre d'organisation s'appelle l'adressage linéaire.

Décodeur et plan mémoire d'une mémoire à accès aléatoire.

Les mémoires à adressage ligne-colonne[modifier | modifier le wikicode]

Sur des mémoires ayant une grande capacité, l'adressage linéaire n'est plus vraiment pratique. Si le nombre de sorties est trop grand, utiliser un seul décodeur utilise trop de portes logiques et a un temps de propagation au fraises, ce qui le rend impraticable. Pour éviter cela, certaines mémoires organisent leur plan mémoire autrement, sous la forme d'un tableau découpé en lignes et en colonnes, avec une case mémoire à l'intersection entre une colonne et une ligne. Ce type de mémoire s'appelle des mémoires à adressage ligne-colonne, ou encore des mémoires à adressage bidimensionnel.

Adressage par coïncidence stricte.

Adresser la mémoire demande de sélectionner la ligne voulue, et de sélectionner la colonne à l'intérieur de la ligne. Pour cela, chaque ligne a un numéro, une adresse de ligne, et il en est de même pour les colonnes qui sont adressées par un numéro de colonne, une adresse de colonne. L'adresse mémoire complète n'est autre que la concaténation de l'adresse de ligne avec l'adresse de colonne. L'avantage est que l'adresse mémoire peut être envoyée en deux fois à la mémoire : on envoie d'abord la ligne, puis la colonne. Ce n'est cependant pas systématique, et on peut parfaitement envoyer adresse de ligne et de colonne en même temps, en une seule adresse. Envoyer l'adresse en deux fois permet d'économiser des fils sur le bus d'adresse, mais nécessite de mémoriser l'adresse de ligne dans un registre. Lorsque l'on envoie l'adresse de la colonne sur le bus d'adresse, la mémoire doit avoir mémorisé l'adresse de ligne envoyée au cycle précédent. Pour cela, la mémoire incorpore deux registres pour mémoriser la ligne et la colonne. Il faut aussi ajouter de quoi aiguiller le contenu du bus d'adresse vers le bon registre, en utilisant un démultiplexeur.

Mémoire avec double envoi.

Du point de vue du contrôleur mémoire, sélectionner une ligne est facile : on utilise un décodeur. Mais la méthode utilisée pour sélectionner la colonne dépend de la mémoire utilisée. On peut utiliser un multiplexeur ou un décodeur, suivant l'organisation interne de la mémoire. L'avantage est qu'utiliser deux décodeurs assez petits prend moins de circuits qu'un seul gros décodeur. Idem pour l'usage d'un décodeur assez petit avec un multiplexeur lui-même petit, comparé à un seul gros décodeur.

Les avantages de cette organisation sont nombreux : possibilité de décoder une ligne en même temps qu'une colonne, possibilité d'envoyer l'adresse en deux fois, consommation moindre de portes logiques, etc.

Les mémoires à tampon de ligne[modifier | modifier le wikicode]

Les mémoires à ligne-colonne les plus simples à comprendre sont les mémoires à tampon de ligne, aussi appelées mémoires à Row Buffer. Sur celles-ci, l'accès à une ligne copie celle-ci dans un registre interne, appelé le tampon de ligne (en anglais, Row Buffer). Puis, un circuit, généralement un multiplexeur, sélectionne la colonne adéquate dans ce tampon de ligne.

Mémoire à tampon de ligne

Une telle mémoire est composée d'un multiplexeur couplé à une mémoire qui mémorise les lignes. Avant le tampon de ligne, se trouve une mémoire normale, à adressage linéaire, dont chaque case mémoire est une ligne. Dit autrement une mémoire à tampon de ligne émule une mémoire de N bytes à partir d'une mémoire contenant B fois moins de bytes, mais dont chacun des bytes seront B fois plus gros. Chaque accès lit ou écrit un « super-byte » de la mémoire interne, et sélectionne le bon byte dans celui-ci. Sur le schéma du dessous, on voit bien que la mémoire est composée de deux grands morceaux : une mémoire à adressage linéaire, et un circuit de sélection d'un mot mémoire parmi B (souvent un multiplexeur).

Mémoire à row buffer - principe.

Le tampon de ligne s'intercale entre la mémoire à adressage linéaire et la sélection des colonnes.

Mémoire à tampon de ligne à registre.

Les avantages de cette organisation sont nombreux. Le plus simple à comprendre est que le rafraichissement est beaucoup plus rapide et plus simple. Rafraichir la mémoire se fait ligne par ligne, et non byte par byte. Autre avantage : en concevant correctement la mémoire, il est possible d'améliorer les performances lors de l'accès à des données proches en mémoire. Par contre, cette organisation consomme beaucoup d'énergie. Il faut dire que pour chaque lecture d'un byte dans notre mémoire, on doit charger une ligne complète dans le tampon de ligne.

L'avantage principal est que l'accès à des données proches, localisées sur la même ligne, est fortement accéléré sur ces mémoires. Quand une ligne est chargée dans le tampon de ligne, elle reste dans ce tampon durant plusieurs accès consécutifs. Et les accès ultérieurs peuvent utiliser cette possibilité. Nous allons supposer qu'une ligne a été copiée dans le tampon de ligne, lors d'un accès précédent. Deux cas sont alors possibles.

  • Premier cas : on accède à une donnée située dans une ligne différente : c'est un défaut de tampon de ligne. Dans ce cas, il faut vider le tampon de ligne, en plus de sélectionner la ligne adéquate et la colonne. L'accès mémoire n'est alors pas différent de ce qu'on aurait sur une mémoire sans tampon de ligne, avec cependant un temps d'accès un peu plus élevé.
  • Second cas : la donnée à lire/écrire est dans la ligne chargée dans le tampon de ligne. Ce genre de situation s'appelle un succès de tampon de ligne. Dans ce cas, la ligne entière a été recopiée dans le tampon de ligne et on n'a pas à la sélectionner : on doit juste changer de colonne. Le temps nécessaire pour accéder à notre donnée est donc égal au temps nécessaire pour sélectionner une colonne, auquel il faut parfois ajouter le temps nécessaire entre deux sélections de deux colonnes différentes.

Les accès consécutifs à une même ligne sont assez fréquents. Ils surviennent lorsque l'on doit accéder à des données proches les unes des autres en mémoire, ce qui est très fréquent. La majorité des programmes informatiques accèdent à des données proches en mémoire : c'est le principe de localité spatiale vu dans les chapitres précédents. Les mémoires à tampon de ligne profitent au maximum de cet effet de localité spatiale, ce qui leur donne un boost de performance assez important. Dans les faits, la mémoire RAM de votre ordinateur personnel est une mémoire à tampon de ligne. Toutes les mémoires RAM des ordinateurs grand public sont des mémoires à tampon de ligne, et ce depuis plusieurs décennies.

L'adressage par coïncidence[modifier | modifier le wikicode]

Avec l'adressage par coïncidence, la sélection de la ligne se fait comme pour toutes les autres mémoire : grâce à un signal row line qui est envoyé à toutes les cases mémoire d'une même ligne. Les mémoires à adressages par coïncidence font la même chose mais pour les colonnes. Toutes les cases mémoires d'une colonne sont reliées à un autre fil, le column line. Une case mémoire est sélectionnée quand ces row lines et la column line sont tous les deux mis à 1 : il suffit d'envoyer ces deux signaux aux entrées d'une porte ET pour obtenir le signal d'autorisation de lecture/écriture pour une cellule. On utilise donc deux décodeurs : un pour sélectionner la ligne et un autre pour sélectionner la colonne.

Adressage par coïncidence stricte - intérieur de la mémoire.

L'avantage de cette organisation est que l'on a pas à recopier une ligne complète dans un tampon de ligne pour faire un accès mémoire. Mais c'est aussi un défaut car cela ne permet pas de profiter des diverses optimisations pour des accès à une même ligne. Ce qui explique que ces mémoires ne sont presque pas utilisées de nos jours, du moins pas dans les ordinateurs personnels.

Les mémoires à adresse tridimensionnel : les mémoires par blocs[modifier | modifier le wikicode]

l'adressage par coïncidence peut être amélioré en rajoutant un troisième niveau de subdivision : chaque ligne est découpée en sous-lignes, qui contiennent plusieurs colonnes. On obtient alors des mémoires par blocs, ou divided word line structures. Chaque ligne est donc découpée en N lignes, numérotées de 0 à N-1. Les sous-lignes qui ont le même numéro sont en quelque sorte alignées verticalement, et sont reliées aux mêmes bitlines : celles-ci forment ce qu'on appelle un bloc. Chacun de ces blocs contient un plan mémoire, un multiplexeur, et éventuellement des amplificateurs de lecture et des circuits d'écriture.

Divided word line.

Tous les blocs de la mémoire sont reliés au décodeur d'adresse de ligne. Mais malgré tout, on ne peut pas accéder à plusieurs blocs à la fois : seul un bloc est actif lors d'une lecture ou d'une écriture. Pour cela, un circuit de sélection du bloc se charge d'activer ou de désactiver les blocs inutilisés lors d'une lecture ou écriture. L'adresse d'une sous-ligne bien précise se fait par coïncidence entre une ligne, et un bloc.

Adressage par bloc.

La ligne complète est activée par un signal wordline, généré par un décodeur de ligne. Les blocs sont activés individuellement par un signal nommé blocline, produit par un décodeur de bloc : ce décodeur prend en entrée l'adresse de bloc, et génère le signal blocline pour chaque bloc. Ensuite, une fois la sous-ligne activée, il faut encore sélectionner la colonne à l'intérieur de la sous-ligne sélectionnée, ce qui demande un troisième décodeur. L'adresse mémoire est évidemment coupée en trois : une adresse de ligne, une adresse de sous-ligne, et une adresse de colonne.