Goélette Cardabela/Construction/Pose des cloisons

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cloisons de structure[modifier | modifier le wikicode]

Les cloisons de structure, avec le plancher sur les ballasts, forment la rigidité de la coque tout en préservant l'élasticité des bordés en cas de chocs latéraux.

Ces cloisons sont séparées de la coque par un léger espace, d'environ 1 centimètre, afin de limiter les dégâts en cas de choc latéral.

Avant de poser les cloisons, la stratification des ballasts doit être terminée. La porte de séparation entre les cabines doit être prête (sans les miroirs), les gonds ou charnières doivent être en place sur le cadre de porte.
  1. Positionner correctement les guides (demi chevrons) fixés avec des serre-joints sur le haut de la coque.
  2. Positionner et coller le support de l'épontille ; en iroko de 22 cm par 7 cm d'épaisseur, qui prend appui sur chaque côté de la coque. Vérifier la position du support d'épontille avec un niveau de maçon.
  3. Positionner l'épontille et la porte. Lors de la pose du cadre de porte il faut prévoir un espace suffisant (5 ou 6 mm) pour qu'elle ne reste pas coincée avec des déformations thermiques de la coque entre l'hiver et l'été.
  4. Dans les rainures du support d'épontille et dans le bois de l'encadrement de la cloison, insérer la cloison (10 mm en contre plaqué marine garanti sans défaut).
  5. Chaque cloison est double (Deux plaques). Entre les deux plaques de contreplaqué on peut coller des guides pour passer les fils électriques. L'espace entre les deux plaques est de 20 mm et les guides de fils électriques ne doivent pas toucher l'autre plaque afin d'éviter les bruits de vibrations.
ATTENTION : Les cadres des cloisons ne doivent pas être collés sur la coque. Il faut réserver un espace de 8 à 10 mm pour parer aux déformations par des chocs et les torsions. Dans cet espace on peut facilement injecter un élastomère qui confèrera une meilleure rigidité à la déformation sans risque de casse.
Procéder de la même manière avec les deux autres cloisons
Entre la cabine centrale et le carré, entre le carré et les aménagements arrière.

Préparation pour la pose des cloisons. Préparation en vue de la pose ultérieure de la cloison entre les cabines.

Photo de gauche: Préparation pour la pose des cloisons.
À droite: Préparation en vue de la pose ultérieure de la cloison entre les cabines.

Pose des cloisons de la cabine avant (n°1) vues de la cabine n°2. Pose de la cloison entre les cabines avec un pré-équipement pour le passage des câbles électriques.

Photo de gauche: Pose des cloisons de la cabine avant (n°1) vues de la cabine n°2.
À droite: Pose de la cloison entre les cabines avec un pré-équipement pour le passage des câbles électriques.


Pose de la cloison tribord entre les cabines. Pose du support de literie dans la cabine avant, côté tribord, avec équipet de rangement à tiroir.

Photo de gauche: Pose de la cloison tribord entre les cabines.
À droite: Pose du support de literie dans la cabine avant, côté tribord, avec équipet de rangement à tiroir.

Pose de la cloison entre le carré et la cabine N°2. (cabine centrale)


Pose de la cloison entre le carré et la cabine N°2. (cabine centrale)
Épontille du mât de misaine 
Goélette Cardabela. On voit le bloc de répartition de la charge supportée par l'épontille. Goélette Cardabela. Le pied de l'épontille du mât de misaine repose sur un bloc de bois iroko dans la cabine avant (N°1). Ce bloc repose sur l'espace réservé au lest en plomb, sous le ballast central de la cabine.

Photo de gauche: Bloc de répartition de la charge supportée par l'épontille.
À droite: Pied de l'épontille du mât de misaine.

L'épontille du mât de misaine est située juste avant le couple 4 (à 4 mètres de l'origine[1]), elle est constituée d'un bloc d'iroko[2] de 7 cm d'épaisseur par 22 cm de largeur ; elle doit résister à une compression de 28 tonnes [3]. Cette épontille repose sur un bloc d'Iroko horizontal de même épaisseur et même largeur, ce bloc repose lui-même sur l'espace réservé au lest en plomb et sur chaque côté de la coque. On ne peut poser cette épontille qu'après avoir stratifié le ballast avant.
L'épontille est verticale, alors que le mât est légèrement incliné (quête=1/13,5), ceci nécessite de prévoir un léger renfort vers l'avant, au niveau du pont, pour supporter l'effort de glissement de la structure vers l'avant.

Épontille du mât d'artimon 
Goélette Cardabela. Système de réglage du pied de mât d’artimon. L'endroit est difficile d'accès sans un démontage important

L'épontille du mât d'artimon est située à l'arrière du couple 8, à 8,40 m de l'origine. L'épontille est constituée d'un bloc de kotibé[4] de 5 cm d'épaisseur par 23 cm de largeur et doit résister à une compression de 22 tonnes (coefficient de sécurité = 3). Cette épontille repose directement sur le fond de la coque avec un système de réglage en hauteur constitué de coins. Cette épontille est longue et l'effet de flambage est limité par les aménagements : plancher, table à cartes, appareils de navigation.

Cloisons étanches[modifier | modifier le wikicode]

La Goélette a été conçue pour remonter les grands fleuves où il est fréquent de rencontrer divers objets flottants, branchages, arbres, etc. Il a fallu prévoir ces collisions afin d'éviter un naufrage.

Cloison étanche avant 

Elle doit être posée au tout début de la stratification de la coque. Entre l'étrave et cette cloison on insère le puits à chaîne.

Cette cloison étanche est constituée de deux cloisons en fibre de verre, situées à 1 mètre à l'arrière de l'étrave au niveau du couple 1 (1 mètre de l'étrave).

De l'étrave à cette cloison, 1,8 m3 de mousse de polyuréthane devrait offrir une sécurité suffisante en cas de collision. Un bulbe d'étrave renforcé peut éclater et limiter le risque de naufrage en cas de choc violent sous la flottaison.

Cloison étanche arrière 

Cette cloison, à l'arrière du cockpit est posée tout à la fin de la construction juste avant de fermer l'arrière, « le cul » qui deviendra « la poupe ».

Elle est constituée de deux cloisons situées au niveau du couple 12, entre lesquelles la mousse de polyuréthane expansée assure une flottaison arrière de 1,8 m3.

À l'arrière de cette cloison se trouvent les axes du gouvernail, les renvois et le vérin hydraulique qui commande l'ensemble des trois safrans.

Références
  1. L'origine est définie comme étant le couple 0, situé à l'extrême avant de la coque au niveau de la flottaison.
  2. iroko
  3. Coefficient de sécurité = 3; Les essais à la compression sur des échantillons d'iroko de 1 cm² sur une machine INSTRON ont donné une résistance de 450 kg/cm² avant effondrement de l'échantillon.
  4. kotibé