Goélette Cardabela/Croisières d'essai vers Collioure et Majorque

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Résumé[modifier | modifier le wikicode]

Ces récits sont volontairement recopiés tel quels avec juste quelques corrections pour wikilivres. Ils ont un intérêt mineur en tant que croisière d'essai. Cependant :

Ces croisières nous ont appris que 
  1. On ne peut pas toujours compter sur le service des ports pour nous aider.
  2. Les ports sont très chers en Catalogne.
  3. Lorsque nous étions à Porto Andraitx, dans le sud de l'île de Majorque, en plus des orages nous avons subi l'action d'un cyclone qui a dévasté le sud de l'île. L’œil du cyclone nous est passé dessus, le vent dans un sens, très violent, puis accalmie, puis le vent est passé dans l'autre sens, très violent.
    Une très bonne prise d'ancre avec de l'espace autour sont nécessaires pour rester vent debout et minimiser l'attaque.
    Il faut aussi penser à immobiliser ou freiner l'éolienne, sinon les pales risquent d'être éjectées à la mer !
Faux souvenir 
Le site Vésubien de référence fait état d'une croisière pendant les vacances de pâques or le livre de bord indique un départ de La Grande motte le dimanche 13 juillet 2003 à midi !

Sommaire[modifier | modifier le wikicode]

Petite croisière en famille pendant les vacances de Pâques
Sète
Cap Leucate (La Franqui, Henry de Monfreid)
Saint Cyprien
Collioure
Grau d'Agde
Croisière de fin de saison vers l'île de MAJORQUE avec un agréable séjour forcé à BARCELONE.
Porto Selva
Saint-Feliu-de-Guixol
Porto Soller
Porto Andraitx
Barcelone

Remarques[modifier | modifier le wikicode]

Nous avons acheté notre appareil photo numérique en juin; nous avons donc peu de photos précédant ce mois de juin 2003.

Je rédige ces lignes le 5 août 2005 et les souvenirs s'estompent ... Heureusement que des photos existent et m'aident à reconstituer les voyages. Ces pages peuvent être complétées à l'aide des notes de Marie Claude.

Petite croisière en famille pendant les vacances de Pâques[modifier | modifier le wikicode]

Équipage 
Léa, Gilles, Marie-Claude et Jean-Paul.

Départ de La Grande Motte pour Sète où nous avons passé la nuit contre un quai.(Quai du commerce)

Le lendemain départ vers Cap Leucate direct. Bien au large du grau d'Agde, les douanes nous ont contrôlés et les douaniers se sont excusés pour le désagrément. Nous avons mouillé au cap pour la nuit, avec une petite pensée pour Henry de Monfreid, le célèbre aventurier écrivain.

Le troisième jour nous sommes allés vers le sud par bonne brise d'Est jusqu'à port de Saint Cyprien où nous sommes restés deux jours car le vent soulevait une petite houle désagréable. Marie Claude a aimé la plage balayée par le vent et les embruns et nous en avons profité pour visiter le village qui est assez loin du port, avec une visite du musée comme il se doit.

Dès que le vent s'est calmé nous avons repris la route vers le sud afin d'admirer les renforts de Collioure; en début d'après-midi nous avons pris la route du retour avec un accostage dans le grau d'Agde, juste avant le grand pont, prés du terrain de camping où nous avons pu refaire notre provision d'eau.

Le lendemain nous sommes repartis vers La Grande Motte et, miracle nous avons pris notre premier poisson à la traîne et ce fût un loup de mer de belle taille.

Croisière de fin de saison vers l'île de MAJORQUE[modifier | modifier le wikicode]

... avec un agréable séjour forcé à BARCELONE.
La mer est chaude les orages et les tornades sont d'actualité. Au 17 août, la croisière fut précédée d'une tornade qui a fait des dégâts sur l'aire de carénage de La Grande Motte, et aussi parmi les bateaux neufs et d'occasion exposés pour la vente.
Marie Claude se désespère. Les nuits de navigation lui sont pénibles car elle y voit mal, elle doit se fier au radar et c'est insuffisant. Nous avons donc décidé de naviguer uniquement de jour afin de nous reposer d'étape en étape sauf bien sûr pendant les traversées ...

Équipage 
Marie-Claude et Jean-Paul.

Départ le 20 août pour Sète (comme d'hab.)

Dés 6 heures le lendemain, départ pour cap Leucate (comme d'hab.) Cette fois pas de contrôle des douanes !

Le 22 août, à 7 heures, le troisième jour, départ à 7 heures pour le joli mouillage de Porto Selva, où MC prendra beaucoup de photos avec son nouveau jouet ... Nous y resterons le lendemain, c'était trop beau pour repartir tout de suite.

Le 24 août, on reprend la mer pour le sud. Il n'y a pas de problème pour passer le cap de Creus. Pendant le trajet nous avons pêché quelques maquereaux dits "d'Espagne" car il ne ressemblent pas tout à fait aux maquereaux de notre région. On aurait voulu mouiller à Saint-Feliu-de-Guixol mais maintenant c'est interdit; la manne des estivants navigateurs, plus que la protection de la flore sous marine a changé la donne; 50 euros en négociant, car on a nous mis le long d'un quai où la borne ne donnait ni eau ni électricité. Sans négociation le tarif aurait été de l'ordre de 70 euros comme maintenant dans tous les ports d'Espagne. Nous avions heureusement nos panneaux solaires, et l'éolienne pour nous dépanner en électricité.

Le 25 août, traversée sans problème vers Porto Soller au nord de l'île de Majorque. Arrivés en vue de l'entrée de la rade je vais pour rentrer les lignes de traîne et l'une d'elle est arrachée. MC me dit qu'à un moment il y avait une prise sur cette ligne; c'est donc un plus gros carnassier qui s'est régalé à nos dépens; ce que l'on ignore c'est s'il a aussi digéré l'hameçon ....

Le port de Soller est un peu encombré, même en cette fin de saison, mais cela reste acceptable sauf toutes ces bouées inutilisées des "locaux" et qui empêchent les bateaux de tourner autour de leur ancre. Si le lest est assez lourd le plus simple est d'en faire usage plutôt que de couper méchamment le cordage qui retient la bouée au lest et qui s'est pris dans votre hélice, votre safran ou votre quille ... C'est ce qui nous a été conseillé, car les autochtones qui reviennent à leur mouillage laissent leur annexe amarrée à leur bouée; on ne peut donc pas se tromper.
À Soller Jean-Paul retrouve ses enfants et la famille ...

Le 31 août, nous quittons Soller pour Porto Andraitx au sud de l'île car le vent fort s'annonce de Nord-Est. Nous y resterons jusqu'au 12 septembre.

Pendant ce séjour nous avons eu des orages avec des vents tournants, des vents forts; de nombreux bateaux ne tenaient pas leur ancre CQR et remouillaient sans cesse, il était souvent nécessaire de veiller la nuit. Le devant du port où il est autorisé de mouiller est petit. (Pour combien de temps encore ? je ne doute pas que d'ici peu le mouillage sera interdit et on y trouvera une marina peut-être anglaise ou allemande).

Le site est plutôt beau mais les constructions ont gâché ce coin de Majorque. Majorque se vend aux étrangers qui en font n'importe quoi. Je n'en dirai pas plus. Heureusement il reste Minorque ...

Nous avons dû nous réfugier deux jours dans la marina. Cela nous a permis de visiter les alentours.

Le 12 septembre : traversée du retour.

Le vent s'est calmé avant d'être de nouveau annoncé assez fort dans deux jours, cependant la houle est encore présente. Plutôt que de rester à Andraitx nous décidons la traversée sur Barcelone. MC n'a pas supporté la houle de travers, elle a commencé à avoir le mal de mer. Elle n'a même pas vu l'entrée du port de Bacelone. Il a fallu 24 heures pour que ses vertiges se calment.
Arrivés à Barcelone j'ai tenté l'amarrage au port du club royal car il est plus près de la ville, mais il eut fallu téléphoner afin que nous y soyons attendus. Nous sommes donc allés au port Vell (ou Well ?) qui se trouve près du quartier populaire de Barcelonnette. Nous n'avons finalement pas regretté ce coin qui n'est pas si loin de la ville, et qui n'est pas un mauvais point de départ pour les visites des quartiers de Barcelone. Les Visites en ville sont très intéressantes, c'est une ville ouverte, gaie, il y a plein de choses à voir.
... C'est donc sans regret que nous y sommes restés en attendant l'accalmie du vent et de la mer.

Le 17 septembre nous avons quitté Barcelone pour le Nord ... Un peu au dessus de Saint-Feliu-de-Guixol nous avons trouvé un joli mouillage pour passer la nuit, et au petit matin nous avons repris la route vers le nord. On passe de nouveau le cap de Creus à la voile pour mouiller encore une fois à porto Selva où nous avons fait quelques courses avant le retour en France.

Le 19 septembre départ pour cap Leucate (comme d'hab.) Nous sommes pris dans le vent qui forcit et nous oblige à entrer dans port Leucate. Nous avons un faible tirant d'eau (80 cm) et nous aborderons un quai désaffecté à l'entrée du port. Cardabela sera 'collé' à ce quai par le fort vent d'Est. J'apprendrai à pécher le calamar et la seiche avec les vacanciers du coin qui s'y connaissent !

Le 21 nous quittons Port Leucate pour La Grande Motte.
Pendant ce trajet de retour nous avons péché des maquereaux et des bonites pour régaler amis et famille ... mais aujourd'hui 5 août 2005 je ne sais plus où exactement. Nous avons conservé nos pêches dans du sel, dans de la moutarde, et dans le réfrigérateur pour les pêches des derniers jours.

Dernière modification : 07 janvier 2006

Récupéré de http://vesubien.free.fr/mariposas/croisiere_2003.htm le 07/09/2017