Goélette Cardabela/Postface de Histoire d'une construction en amateur

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter les œuvres inspirées par ces navigations.


Sections

    1 Aquarelles de Marie Claude (2004)
    2 Poèmes chantés (Transmed 2004)
        2.1 CHANT I
    3 Les grands voiliers
        3.1 Michel Bravi
        3.2 Poème de Michel pour la goélette Cardabela au port des
            îles du Frioul
        3.3 Références

Pour le mode livret ou format A5, il est possible d'imprimer à 100 % les 8 aquarelles en mode paysage sur papier couché (papier photo). Largeur des images : 16 cm.



Aquarelle de Marie Claude Oristano



Aquarelle de Marie Claude Île de Pantelleria



Aquarelle de Marie Claude Saint Paul bay (Malte)



Aquarelle de Marie Claude Taormina (Sicile)



Aquarelle de Marie Claude Cetraro (Côte sud Italie)



Aquarelle de Marie Claude Cetrata (Côte sud Italie)



Aquarelle de Marie Claude Anzio (Côte sud Italie)



Aquarelle de Marie Claude Porto Azzuro (Île d'Elbe)

Chansonnette de la « Transmed 2004 »[modifier | modifier le wikicode]

Évidemment, J'ai oublié les notes. Ces chants ont été rédigés pendant la « Transmed de 2004 » Cela consistait à écrire un poème chanté, avec des jeux de mots, et citer les noms de tous les bateaux de la Trans-méditerranée des Passionnés, organisée par Annie et Jean-Marc Rutin.

D'une salade sans vinaigrette
Le chant II viendra ... " à plus " !
Le chant II n'est pas parvenu à mes oreilles

CHANT I[modifier | modifier le wikicode]

D'une salade sans vinaigrette 
Comment remercier ces pourvoyeurs de Sagas
Dont gentillesse et puissance méthodique
Pour tout dire moquant du hasard les éclats
Organisent l'exploit collectif mythique
Avec équanimité, mais gare aux sourires mutins
de
Annie et Jean Marc Rutin
Passez la pommade. À nous le butin
À nous qui raconterons, rieurs des remarques
Appliquant emphase et parfois une craque
L'épopée de la Transmed qui en est une vraie
N'est-ce pas OUTAETE qui affronte
Son premier coup de vent et conte
La « tempête » et ses ravages qui démontent
Mais ne sommes-nous tous passés par là ?
Nous tirant d'heureux cafouillages
Qui de nous font de nous des marins sages.
Les éléments enseignent ainsi aux passionnés
Ces navigateurs aux noms prédestinés
L'Aventure la vraie sans fioriture ni blabla
On en juge du parcours parfait de CARDABELA
Christian que ferait LA CROIX DU SUD Santa pau
Le genaquer absent de CARGALO déstabilise
Les concurents de Destaville et son esquisse
Gargalonte rit « à la cape », pas en dessous
Gérard, descends du perchoir, pour EOLE Théaud
Serait-ce divin pour un théosophe
Ouvrant la THORA et THETI pas pris Davin ?
Lespiaux FERNANDE s'énerve
Et t'offre pour soutenir tes pensées une minerve.
Carlo lui.ni entend rien il Huber la tête
Quel programme : AMARCORD, AMADEUS
C'est trop de poésie, mais quelle fête.
Tandis que TIBELO au début en rôdait
Sans même songer au pastis à siroter
André se refuse à mettre AD HOC sur Lacroix
Blasphème digne du capitaine Haddock
ANAHITA toute douceur féminine
S'obstine à mettre son Michel à la Diet
Jacques Marie et AUREGA s’arrêtent
Admiratifs, pensant à par soi, devant HOLOS
Si nous en avions un comme cela ... Quel colosse
Serions-nous et doublement s'il vous plaît !
Les éclectiques Rousseau ont d'heureux hobbies
Est-ce ainsi que Benkhamouche est pompé par JAPI ?
HEPTA virera sept fois au CABESTAN
Pour inspirer KHAMSIN pendant Katan Doumé
Philippe refuse de voir YEMANJA 'Salle'
Il veut qu'elle luise comme un SUNSHINE
Quel requin ST'PA'LA' qu'est Jean Louis !
JEAN-JEAN ! Jean, pourquoi laisser seul Pierre
Contre trois ... Pas facile la vie en mer,
Et cela ne restera pas Sandras
Par sa hurlante note WILLIWAW
Nous remonte le cœur : Sain tonique
MAYERO originalité de Moreau
Mais trouve-t-on autre que beau
Pour rimer avec ton bateau
Cela fit que Jean-Pierre kl'AXONA
Pour nous avertir du lever de CASSIOPEE
En l'honneur de l'anniversaire
Nautique de la charmante équipière Claire
KALEE-ne moi Gisèle
Je termine modeste ou presque le pélerinage
Dans la flotte gaillarde de la TRANSMED des Passionnés
Gratifiante de Beautés qu'effacent nos univers bétonnés !
Merci, je me joins à la gratitude des équipages.
Alain

Les grands voiliers[modifier | modifier le wikicode]

Michel Bravi[modifier | modifier le wikicode]

Poète Niçois et Saint-Martinois
Visitez « La Suisse niçoise » : Saint-Martin-Vésubie.

Poème de Michel pour la goélette Cardabela au port des îles du Frioul[modifier | modifier le wikicode]


LES GRANDS VOILIERS
I
Vois les grands voiliers au long cours,
Combien il est aisé de les amarrer !

Il suffît de descendre leurs voiles.
De plier leurs grandes ailes- blanches.
Et de livrer, leur corps de forçat,
à la chaîne des quais ou des ancres.

Livrés à la médiocrité des fausses sécurités
les ports tranquilles, leurs sont une prison !
Embastillés dans les blocs des digues et des moles
Captifs, ils dépérissent dans leur solitude.

Entends les gémir dans le vent libre
Immobiles, ils ne sont plus dans le ciel éteint,
que des maigres squelettes d'acier,
dans le grincements osseux, de leurs haubans.


II
Ils sont mes frères, ces proscrits.

Ceux dont on rabat la voilure
et dont on éteint la chanson du vent.
Ceux dont on brise les ailes
Et dont on scelle le firmament.
Ceux dont on vole la mer,
et tout ses vastes empires.
Ceux qui ne connaissent des îles dorées,
que la solitude salée des vagues.
Ceux dont on cale l' horizon , aux rivages
et dont on efface la joie des embruns éclatés.

Quelle brûlure a suffoqué leur corps,
Quelle tempête leur a noyé leur âme,
Quelle solitude a tourmenté leur voyage ?


III
Libères ces coursiers nerveux, qui ont la fièvre du large.
Libères ces nomades assoiffés, de gagner leur horizon.
Libères ces oiseaux élégants, qui épurent la mouvance cruelle
D'une mer et d'un ciel ,à jamais incertains.

Ils sont tes frères, ces proscrits

Largues, leurs cordages pour des noces marines.
Que sur les quais la foule en liesse
Fête a grands cris leur délivrance

Comme toi ils ont l’ âme inquiète de fraternité
et leurs désirs douloureux, sont aux longs cours.

Déploies, leurs pures ailes d'anges dans la clarté !
Qu 'au moins une fois ,dans la vaste étendue
Inflexible des flots, ils puissent sertir le soleil,
Comme un diadème à leur tête couronnée d'étoiles
Et voguer à marées hautes, vers les mondes infinis !


Michel Bravi



Michel Bravi Utilise ici le thème de la mer pour exprimer le malaise de l'être humain dans la société comme C. Baudelaire l'utilisait pour exprimer la nature de l'homme dans le poème connu sous le nom "l'homme et l'enfant".

Ce poème fait suite à une courte navigation en 2009 dans les eaux chaudes de septembre entre les îles de Frioul et La Ciotat. Le temps étant calme et propice à la discussion. Nous avons abordé les thèmes de l'existence de Dieu, de l'humanité, de cette société dans laquelle nous vivons, ...

A la fin de l'été Michel m'envoya ce poème qui m'était resté assez obscur. Michel m'expliqua alors que ce poème faisait suite à nos discussions.

Les grands voiliers représentent l'homme dans l'humanité, dans la société, l'abandon de soi avec toutes ces contraintes qui briment et emprisonnent au nom de la tranquillité.

Nous sommes tous frères dans ces carcans, pourquoi ? Que s'est-il passé ?

Espérance : libérons ces coursiers pour retrouver l'énergie, la Vie.

Références[modifier | modifier le wikicode]