Histoire de Grand-Popo

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'histoire de Grand-Popo est liée à l'estuaire du Mono et aux environs du golfe du Bénin. L'actuel district de Grand-Popo s'étend à l'ouest en tant que voie fluviale jusqu'à la frontière togolaise. Juste de l'autre côté de la frontière se trouve également la ville historique du Togo, Aného, ​​anciennement connue sous le nom de Little Popo, Klein Popo ou Petit-Popo, selon la langue du locuteur. Situé à l'est de Grand-Popo, là où la rivière Mono rejoint le golfe du Bénin, on l'appelle la "Bouche du Roi". L'étroite péninsule du golfe du Bénin sépare la chaîne des affluents et des lagunes qui coule de la rivière Mono, qui s'étend vers l'ouest de Petit-Popo jusqu'à la ville historique de Ouidah. Selon la quantité d'eau, c'était une voie de transport importante dans la région. Au nord-est de "Bouche du Roi" se trouve une zone accidentée formée de marais, de rivières et de lacs qui protégeaient la zone contre les ennemis extérieurs.

Le Royaume de Grand-Pop n'était pas à l'origine un royaume-uni, mais une collection de plusieurs villages avec un ravin de sable qui séparait le lagon de la mer. Le centre de Grand-Popo, Gbebco, était autrefois situé à environ 6,4 kilomètres à l'ouest de Bouche du Roi. Carrefour, le carrefour autoroutier où se trouve maintenant le centre du village, se trouve à 27 km de l'embouchure de la rivière. De l'autre côté de la lagune était Hève, qui était à l'origine une zone portuaire. Agbanaken était la résidence et la capitale du roi. C'était sur la rive ouest de la rivière Mono, où la rivière se dilate en une lagune. Agbanaken est situé sur ce qui est aujourd'hui le Togo, à la frontière.

Carte de la région à partir de 1892. À gauche, Petit-Popo (Aného) et la frontière franco-allemande qui s'étendait initialement entièrement le long du méridien, ou méridien. Au centre de Grand-Popo, où il y avait un bureau de poste, des usines et des douanes. À l'est se trouvent Ouidah et Cotonou, dont le port a été construit de 1891 à 1899.[1]

 

Origine du nom[modifier | modifier le wikicode]

La partie ouest de la côte d'Ordan est à l'origine une zone culturelle et ethnique du peuple Hula. Les marchands européens ont utilisé le nom "Popo" de leur royaume, et à partir du 17ème siècle, il est devenu Grand Popo.

L'origine du nom Grand-Popo a été très discutée par les érudits. Silke Strickrodt (2015) pense qu'il ne s'agit pas d'un dérivé de la langue indigène ou portugaise. Selon Robert Law, qui a étudié l'histoire de la région, les premiers marchands européens, les Portugais, ont emprunté le mot aux peuples de langue yoruba qui vivaient à l'extrémité orientale de la côte orgyenne. Les Yoruba ont fait référence à leurs voisins occidentaux qui parlaient le mot gbe. Selon la loi, le mot yoruba peut provenir du nom et du titre du roi de Tadon, un royaume situé à environ 62 kilomètres à l'intérieur des terres, généralement considéré par les peuples de langue Hulk et Gbeta comme la maison de leurs ancêtres, qui gouvernaient jadis la région.[2]

Law pense que les noms 'Fulao' et 'Foulaen' signifient probablement 'Hula', ou une alternative à 'Pla', qui est un nom de groupe ethnique (prononcé comme phon et hueda, dans la famille Gbe) dérivé traditionnellement de Grand-Popo (dont le vrai nom indigène est en fait Hula) et qui s'est déplacé vers l'est à divers endroits le long de la côte.[3] En 1627, le missionnaire espagnol Alonso de Sandoval a utilisé le mot "el Popo" (Popo) et le roi, ainsi que la zone sous son contrôle. Un royaume intérieur fort avait également une ville balnéaire le long de la rivière Aguato, probablement sur la rivière Grand Popo Mono et la Bouche du Roi.

Bouche du Roi est l'endroit où la rivière Mono rejoint l'Atlantique.

À la fin du XVIe siècle, les documents portugais désignaient Mono et Bouche du Ro comme la «rivière des papes». Cependant, les Européens visitant la côte au XVIIIe siècle ont déclaré que Popo n'était pas ce que les indigènes appelaient l'endroit ou eux-mêmes, mais ils l'appelaient "Pla" ou "Fla". Le gouverneur danois de la Gold Coast y a fait référence dans les années 1720: «Afra, ou Popo, comme l'appellent les blancs». Dans les années 1780, Isert a souligné que Great Popo ... s'appelle désormais Afla dans ces régions. Au début du XIXe siècle, un marchand anglais l'appelait Grand Popo ou Iffla. Le nom Pla (également connu sous le nom de Plah ou Phla) est établi et selon un prêtre local qui a une tradition orale, Pla dérive du mot "pou" qui signifie mer. Les chercheurs de la région ont couramment utilisé le mot "Hula" (parfois aussi Xwla), qui est utilisé par les milieux de leur côté est. Ce mot fait également référence à la mer.[4]

Selon Jones et Sebald, le nom Popo (Papoues, Poupous) a été mentionné dans les documents portugais au milieu du XVIe siècle et a été utilisé à la fois comme nom de lieu et comme terme générique pour un groupe de personnes.[5]

L'histoire initiale[modifier | modifier le wikicode]

Terres cultivées à l'ouest du centre de l'actuel Grand-Popo. Selon l'histoire, ces régions d'Agoue étaient autrefois plantées de graines apportées par des marchands européens.

Les Hula et les peuples côtiers du Gbe venaient de la vieille ville de Tadon. Selon une histoire, l'ancêtre du peuple Hula était l'aîné des trois frères de la famille royale. Les frères ont fui leur ville après que l'un d'eux ait tué le coureur qui était son rival. Ils ont fondé une colonie appelée Adja-honoue, qui est maintenant à environ 25 kilomètres au sud-est de Tado. Après la révélation du projet, les réfugiés ont dû repartir. Les frères ont décidé de divorcer et Avlekpo, l'ancêtre de Hula, s'est enfui à Adamée sur la rivière Mono et ses frères ont fui à Dodomee et Allada. Ils sont devenus les ancêtres des phonies.

Les poursuivants de Tadon ont suivi les frères et le peuple d'Avlekpo a dû de nouveau fuir vers la rivière Agbanake.[6] En arrivant sur place, Avlekpon aurait entendu une voix étrange et forte. Il a demandé à son diseur de bonne aventure la raison de cela, et a reçu la réponse que le son provenait du liquide, de l'eau, et qu'il n'était pas nécessaire de le craindre. Avlekpon est allé à un endroit où le son est venu lorsque les fortes collines ont frappé la plage. Pour la première fois, il aperçut la mer et Grand-Popo s'y installa. Selon les instructions, le roi s'est lavé à l'eau de mer, ce qui, selon le diseur de bonne aventure, apporterait une grande richesse. A partir de cette époque, la mer était vénérée par les corbeaux.

Avlekpon a attendu en vain la prospérité promise. Pendant le règne de son petit-fils Kposs, les marchands européens sont arrivés et ont été bien reçus et ont promis de revenir. À leur retour, ils ont amené avec eux beaucoup de cadeaux, de tissus, de matériel agricole et de semences qu'ils ont demandé à planter. Kpassi a planté des graines pour Agoue, qui était à environ 12 kilomètres d'Agnabaken, et a été créée à cet effet. Les marchands européens sont revenus, apportant des moules perlières (qui étaient de l'argent) et du sel de cuisine pour payer les produits agricoles.[7]

Temps précolonial[modifier | modifier le wikicode]

Répartition du règlement[modifier | modifier le wikicode]

La colonie de Grand-Pop s'est étendue sur les rives de la lagune et de la rivière.

Les transactions portugaises sur les côtes de l'esclave et de l'or ont commencé vers 1470. Le premier accord commercial entre Grand-Popo et le Portugal avait déjà été conclu en 1533, mais ce n'est qu'en 1553 que leurs contacts avec les locuteurs du gbe ont été signalés dans la Papouée, ou région de Popo. Par la suite, les Portugais ont également communiqué avec le royaume d'Akkada (Ardra), au nord de Grand-Popo, qui avait une domination hégémonique dans la région. Des esclaves de cette région, connus sous le nom d'Aradas ou Aratas, ont été documentés au Pérou vers 1565.[8]

De temps en temps, les Portugais achetaient des esclaves des régions du Grand et du Petit Popo, tout comme les Néerlandais, qui ont acquis la première puissance commerciale européenne dans la région à partir des années 1630. Les documents européens commencent à faire la distinction entre 1659 et Grand Popo et Petit Popo, bien qu'il ne soit pas toujours clair de savoir ce que l'on veut dire. Selon Robin Law, l'apparition de deux ports au milieu du XVIIe siècle était principalement due à leur rôle clé dans le commerce des lagunes que faisaient les rameurs africains, plutôt qu'au commerce direct avec les navires européens. Le commerce a augmenté à mesure que la population se déplaçait vers l'est depuis la Gold Coast. L'un des groupes est venu de la région de Ga-Adangme à Glidji, qui est associé à la conquête d'Akwamuiden Accra. Un autre groupe est venu d'Elmina sur la côte de Little Popo.[9]

Depuis Grand-Popo, les Hulas s'étendent à l'est et à l'ouest à travers le lagon, créant de nouveaux villages. Finalement, leurs colonies ont été au large des côtes sur plus de 152 kilomètres. Au milieu du XVIIe siècle, cependant, la région était politiquement fragmentée lorsque les colonies de l'Est n'étaient plus sous le contrôle des rois Tadi et Grand-Popo, et Allada est devenu l'État le plus puissant de la côte d'Orland. En 1670, Grand Popo est également resté sous le contrôle d'Alladan, mais il a retrouvé son indépendance dans les années 1680.[10]

Temps instables[modifier | modifier le wikicode]

Femme traversant le lagon de Grand-Popo en collant des Africains piroque. Le fleuve et le lagon ont fourni à la région des moyens de subsistance, des moyens de transport et une protection contre les ennemis.

La position politique de Grand Popo était instable à la fin du XVIIe siècle. De l'ouest, la rive ouest de la Volta est devenue des pillards qui y ont incendié la base néerlandaise, forçant Grand-Popo à s'allier avec le royaume de Hueda (Ouidah). Ouidah a nommé un souverain à Grand-Popo, le soumettant au souverain fantoche du roi. Cependant, le nouveau roi s'est rebellé contre le commandant en chef de Hueda, qui a organisé une répression contre la région, à laquelle les Français ont également assisté. L'attaque a échoué, en partie à cause de la lagune de Grand-Popo et de l'environnement fluvial, qui ont soutenu la défense de la région. Les Français ont soutenu Hueda parce que les Anglais, avec lesquels la France était en guerre à l'époque en Europe, se sont alliés aux ennemis français, la tribu Ga à Petit-Popo à l'ouest. Le roi de Hueda essayait toujours de recruter des mercenaires contre Grand Popo sans succès. Cependant, la situation a provoqué un embargo et une pénurie alimentaire à Grand-Popo, même si les Hedans ont également fourni de la nourriture aux grands -polistes, alimentée par de gros profits.[11]

Les Ouidahites ont également cherché refuge dans la région de Grand Popo à la fin des années 1720 alors que le Royaume du Dahomey devenait plus fort et conquettait la ville, ainsi que Alladan. Les troupes dahomiennes ont suivi les Uouidahs, mais n'ont pas complètement maîtrisé les territoires de Grand Popo. Au centre du royaume de Hula se trouvait la population dahoméylienne, située au nord de la lagune à environ 400 mètres à l'est de la rivière Aho. C'était le poste de douane d'Ahodenu, où les douanes de ceux qui se rendaient à Ouidah étaient collectées.[12]

Grand-Popo était constamment confronté à la pression des intrus, en particulier dans la région orientale. Les voies navigables étaient un moyen naturel de défense contre les troupes du Dahomey qui cherchaient à prendre le contrôle de toute la côte.

Religions[modifier | modifier le wikicode]

"Un village où les Noirs ont un drapeau blanc."

L'une des premières représentations d'Européens disait de la colonisation de la région de Grand Popo: "Un village où les Noirs ont un drapeau blanc."[13]

Trois missionnaires capucins espagnols ont visité Grand Popo en 1660-61. Au 19e siècle, la radiodiffusion méthodiste est devenue active sur la côte des Esclaves et, dans les années 1840 et 50, des stations de radiodiffusion ont été établies à Petit-Popo, Glidji, Agouée et Grand-Popo. En même temps, des missionnaires catholiques sont également venus dans la région. À leur grande surprise, ils ont remarqué qu'il y avait déjà une importante communauté catholique sur la côte. Ils étaient connus comme des "Brésiliens", ou Agudas, qui étaient des Africains, souvent d'anciens esclaves, qui vivaient au Brésil. Environ 4 000 d'entre eux avaient émigré dans le golfe du Bénin au milieu du XIXe siècle. Ils parlaient portugais, pratiquaient la religion catholique et utilisaient des noms brésiliens.[14]

Moyens d'existence côtiers[modifier | modifier le wikicode]

Le commerce des esclaves[modifier | modifier le wikicode]

Grand-Popo a participé à la traite négrière afro-européenne à partir de la fin du XVIe siècle. Les esclaves étaient transportés par canoës vers le lagon et les fleuves jusqu'à Ouidah et de là par des navires négriers vers les Amériques. La région a également fourni de la nourriture aux commerçants européens et aux Africains réduits en esclavage sur la côte et en transit. Au 19e siècle, la région offrait aux marchands un débouché alternatif, car des marchés plus établis devenaient des points chauds pour la traite illégale des esclaves. La traite des esclaves a profité non seulement aux Européens, mais également aux communautés côtières qui faisaient du commerce en tant qu'intermédiaires qui vendaient des esclaves africains à l'intérieur des terres aux commerçants européens, mais aussi en tant que ravisseurs d'esclaves. Parfois, les esclaves vendus aux Européens étaient choisis parmi les communautés elles-mêmes, surtout si la victoire militaire sur les groupes voisins avait été obtenue.

À partir des années 1680, la zone située entre les fleuves Mono et Volta était directement impliquée dans la traite des esclaves lancée par Gat Petit-Popo et Adangmet Keto qui ont déménagé dans la région. Les conditions instables de la fin du XVIIe siècle ont rendu la tâche difficile, mais n'ont pas arrêté le commerce. Outre l'English Royal African Company, une entreprise allemande allemande de Brandebourg avec une usine à Petit-Popo a pénétré le marché des esclaves. La société commerciale West West Dutch a rétabli sa base à Grand Popo en 1688.[15]

À la fin du XVIIe siècle, il y avait près de 50 marchés européens le long de la côte. La German Germanenburg African Company avait des bases à Calabar, Ouidah, Aného (Petit-Popo) et Grand-Popo pour la cargaison d'esclaves.[16]

L'offre d'esclaves était incertaine et rendue plus difficile par la concurrence entre les entreprises néerlandaises et anglaises. Ouidah était le plus grand port d'esclaves, et on estimait qu'en 1688, le Grand et le Petit-Popo ne pouvaient fournir que 300 esclaves par an. D'autres esclaves ont été capturés dans le contexte des guerres locales. Les Portugais ont obtenu de mauvais résultats dans la traite des esclaves, mais leur position a changé au début du XVIIIe siècle, car de l'or a été trouvé au Brésil et la demande de tabac a augmenté. En 1698, le navire danois Københavns Børs est apparu sur la côte, transportant 506 esclaves. Avant 1690, la région n'attirait que de petits joueurs de la traite négrière, tels que les Portugais, Brandenburger et Danois, qui n'étaient pas en mesure de rivaliser avec les Anglais, les Français et les Néerlandais sur les principaux marchés d'esclaves comme Offra et Ouidah. L'offre d'esclaves était sporadique car il n'y avait pas de grand État expansionniste comme le Dahomey dans la région qui pouvait étendre les marchés à la suite des guerres. L'arrière-pays de Petit-Popo dans les montagnes Atakora du Togo était impossible à fusionner avec le commerce intérieur, contrairement à Oyo et Porto-Novo à l'est.[17]

Entre 1702 et 1772, Akawamu et Dahomey ont envahi la côte d'Ordan, obligeant les communautés à se déplacer ailleurs alors que la guerre et les pillages se propageaient dans la région. À cette époque, des rois militaires, comme Ashampo (vers 1737-1767), qui connut un grand succès, jouèrent un rôle central. Cependant, la relation entre Ashampo et les Européens était problématique et complexe.[18]

Pêche[modifier | modifier le wikicode]

L'économie de la communauté Hula était basée sur la pêche et la production de sel. En plus du poisson, des crabes, des crevettes et des huîtres ont également été obtenus. Les poissons ont été séchés et expédiés à l'intérieur des terres. Bien que le mot hula signifie mer, ils n'avaient aucun intérêt ni aucune technologie pour la pêche en mer. Le lagon et la rivière étaient riches en poissons. La pêche en mer n'a été introduite qu'au 19e siècle. À certaines saisons, l'eau de mer s'est également étendue aux lagunes, lorsque l'eau est devenue saline, offrant également des poissons de mer. Les engins de pêche comprenaient des filets de canoë, des filets de pêche en ficelle de coton et des paniers, et plus tard diverses lances, des chaluts et des cannes à pêche, ainsi que la pêche à la main.[19]

Pêche et transformation du poisson[modifier | modifier le wikicode]

Tourné au Grand Popo Avloh en décembre 2017.

Préparation du sel[modifier | modifier le wikicode]

La production de sel était une industrie importante et était vendue sur le marché intérieur. Le sel a été obtenu en séchant la lagune en frottant le sol à son fond avec des tas de tas. Au fur et à mesure que l'eau montait, ils ont été transférés dans des villages et des entrepôts. Le matériel collecté a été collecté dans des conteneurs d'environ 1,2 mètre de diamètre, où il a été arrosé et tamisé avec des paniers. L'eau a été bouillie sur des fours chauffés par des brindilles de mangrove et des amandes de palmier en feu.[20]

Préparation du sel[modifier | modifier le wikicode]

Tourné sur "Salt Island" à Grand-Popo, décembre 2017.

Agriculture et élevage[modifier | modifier le wikicode]

La nature de Grand-Popo était mal adaptée à l'agriculture et il y avait peu d'outils. Dans les années 1840, l'igname ou le manioc, le coton et l'indigo étaient cultivés dans la région. Le maïs était le plat principal des grands-peuples, avec le poisson. Des patates douces, des bananes, des bananes, du lablab-papouasie (Lablab purpureus) et des lentilles, de l'ocre, des échalotes, des noix de cajou, des arachides, des citrouilles, des ananas, des limes et du gingembre étaient également cultivés dans la région. Les poivrons et les palmiers à huile ont poussé dans la région et au 19e siècle, ils étaient cultivés. La plupart des récoltes provenaient de l'extérieur de l'Afrique et provenaient de la traite transatlantique des esclaves. La plupart d'entre eux venaient des Amériques.

Un troupeau de bétail sur la rive du village de Heve.

Le millet était cultivé, mais au début du XXe siècle, il n'était utilisé qu'à des fins rituelles jusqu'à ce qu'il soit remplacé par du maïs. Le maïs est devenu une culture importante à partir des années 1780, produisant au moins deux récoltes en deux saisons des pluies.

De la fin du XVIIIe siècle aux années 1800, Petit-Popo et son voisin Ewe possédaient des poulets, des canards, des dindes, des chèvres, des moutons, des porcs et du bétail. L'élevage était à Petit-Popo dans les années 1840 dans le quartier familial Francisco Felix de Souza. Les Européens ont augmenté la demande de viande, mais seuls les Africains les plus riches pouvaient se permettre d'élever des vaches.[21]

Artisanat[modifier | modifier le wikicode]

Les visiteurs ont remarqué au XIXe siècle la fabrication de poteries, de sacs, de paniers, de tapis, de tissus de coton et de hamacs, ainsi que de forgerons, tanneurs et sculpteurs sur bois. La filature et le tissage des tissus de coton sont jugés élevés par les Européens. Il a été fabriqué à partir de coton local, qui a été teint en différentes couleurs puis tissé en bandes de 20 à 25 centimètres. Les tissus teints disponibles en Europe, en particulier les rouges, ont également été cousus avec eux.

Selon un visiteur, un tel tissu était très cher, mais beaucoup plus résistant et plus durable que ceux fabriqués en Angleterre. Ils ont été appelés tissus Popo et mentionnés lorsque, par exemple, le dirigeant de Petit-Popo, Ashampo, a envoyé des "pantalons noirs" au gouverneur danois d'Accra dans le cadre de ses échanges de cadeaux.[22]

Routes commerciales, marchés et marchandises[modifier | modifier le wikicode]

Marché Grand-Popo dans une illustration française publiée en 1895.

La zone se trouvait le long de routes commerciales bidirectionnelles. La route de transport Nord-Sud partait de Grand-Popo et se dirigeait vers Djougou, qui se trouve dans ce qui est maintenant le nord-ouest du Bénin. La route est-ouest en canoë allait de Lagos à Keta (région de la Volta, Ghana). Les routes étaient stratégiquement importantes car la route commerciale Est-Ouest reliait toutes les principales colonies côtières entre Accra et le Niger, et la route nord-sud reliait la côte à une route intérieure plus grande entre Kanana (nord du Ghana) et Salaga (centre nord du Nigéria).[23]

Le sel et le poisson séché fabriqués par le peuple Hula étaient échangés avec les peuples voisins, tels que les brebis et les Ajoa, contre des produits agricoles et d'autres produits de première nécessité.

Il y avait trois types de marchés au 19e siècle: les grands marchés, les marchés de village et les marchés routiers. Les grands marchés étaient importants pour le commerce interrégional. Ils ont été organisés par les villages voisins en formant une excursion d'une journée sur le marché, avec une journée de vente toujours organisée le lendemain sur une place du marché voisine. Il y avait plusieurs systèmes de recyclage de ce type dans la région, par exemple Petit-Popo a participé au recyclage de cinq marchés, à savoir Agbanaken, Beta, Anyogboe, Vogan et Eklen.[24]

Boutique nord-sud[modifier | modifier le wikicode]

Le commerce d'Ague et de Grand-Popo à Djougouu se concentrait sur le transport du sel vers la vallée du Niger (maintenant entre Mali Tombouctou et Bamako). À leur retour vers le sud, des courses ont été effectuées. Près de 90% des marchandises transportées vers le nord étaient constituées de sel. Au début du XXe siècle, environ 1 000 à 3 000 tonnes de sel étaient exportées chaque année vers le Dahomey, et les deux tiers environ provenaient de Grand Popo. Les textiles, qui étaient le principal produit d'exportation avec le sel, les colorants, les perles, les boissons alcoolisées, la poudre, les pistolets, les tapis et les paniers, ont également été exportés vers le Nord. Également de petites quantités de tabac, d'allumettes et de barres de cuivre.[25]

Entre 1905 et 1906, 6 565 personnes, 218 000 livres de sel, 3 217 pièces de textile, 2 096 paquets de colorants, 1 179 livres de poudre à canon, 140 perles, 1 839 perles, ont voyagé au nord de Cambol.

Au cours de la même période, 7 421 personnes ont été transportées de Cambol, de macaroni [26] 58 700 kg, de haricots 31 100 kg, de beurre de karité 30 650 kg, de poivre 250 kg, de cola 825 kg, de potasse 1 000 kg, ainsi que de dindes, moutons, bovins et chevaux. Le beurre de karité était utilisé pour la cuisson et le beurre de karité expédié vers le sud était également transformé en savon.[26]

Le transport du sel et d'autres marchandises se faisait par des moyens humains. Le transporteur transportait de 40 à 50 kilogrammes de sel. La charge a été transportée à 800-1000 mètres à la fois, puis reposée sur une branche d'arbre, en utilisant un bâton de transport comme support. La journée moyenne en caravane était de 25 kilomètres, avec un mois estimé de 400 kilomètres de Djougoo à la côte de Grand-Popo.[27]

Canots[modifier | modifier le wikicode]

Une piroque importante sur les rives de la rivière Mono.

Les canoës étaient généralement des canots pour deux personnes, de 4 à 5 mètres de long, de 50 à 60 centimètres de large, qui pouvaient transporter et faire de courts trajets commerciaux, et pouvaient être utilisés dans le commerce du poisson.

Sur le lac Nokoué, les pirogues de commerce des femmes étaient utilisées comme des "pirogues à moustiques", souvent plus petites que les pirogues pour hommes.[28] Les plus grands, mesurant jusqu'à 12 mètres de long et 140 centimètres de large, pouvaient transporter 20 à 30 personnes ou 2 à 3 tonnes de marchandises.[29] Ils pouvaient parcourir de longues distances et transporter une variété de marchandises. Ils avaient un équipage de 4 à 6 personnes et étaient déplacés soit par pôle soit par pagaie, mais ils pouvaient aussi avoir mât et voile. Les plus grands bateaux lagunaires étaient plats, jusqu'à 20 mètres de long et 4 à 5 mètres de large. Le nombre de conducteurs était de 4 à 6 et la cargaison pouvait atteindre cinq tonnes ou jusqu'à 70 personnes. Ils étaient utilisés entre les principaux villages et les ports.

Routes commerciales Est - Ouest[modifier | modifier le wikicode]

Le système de lagune côtière a divisé le système de transport en deux parties. À l'Est, Godomey et Abomey-Calami ont fusionné avec Porto-Novo, Badgary et Lagos, à l'aide de grands canoës. Ils ont également descendu la rivière Ouéme jusqu'à Sagon et dans les années 1880, ils sont allés à Cotonou.[30] Dans l'Ouest, de grands canoës ont longé le lagon d'Avrékété et Ouidah à Grand-Popo, Agouée et Keta. Sur la rivière Mono, ils se rendirent à Tokpli et parfois le long de Couffo à Long Agomey.

Le trajet de 30 kilomètres de Porto-Novo à Cotonou a duré six heures et celui de 35 kilomètres de Ouidah à Grand-Popo a duré de 6 à 8 heures. Au cours de ce voyage, les canoéistes ont dû négocier une route à travers de nombreux obstacles maintenus par les pêcheurs.

Les portes douanières étant stratégiquement situées, les autorités ont perçu des redevances auprès des passagers et des marchandises. Dans les années 1880, les Européens passant par l'embouchure de la rivière Aho devaient payer une partie des moules et une bouteille de tafia (rhum),[31] les marchands locaux en payaient dix pour la valeur de leur cargaison et de la tafia.[32]

L'huile de palme remplace la traite négrière[modifier | modifier le wikicode]

L'huile de palme a été exportée d'Afrique de l'Ouest quelque temps avant le 19e siècle. Des exportations plus larges d'huile de palme dans les années 1830 ont été lancées par la société anglaise Messrs W.B. Hutton & Sons de Londres. Le capitaine John Marman a fondé l'usine de l'entreprise en 1836 à Petit-Popo, qui fournissait de l'huile de palme, du maïs et de l'ivoire. L'usine de Hutton s'est agrandie en 1838 à Ouidah et en 1842 à Badgary (une ville côtière dans l'état actuel de Lagos, au Nigeria). L'usine de Ouidah était fondée sur un accord conclu l'année précédente, dans lequel Francisco Félix de Souza avait promis de fournir de l'huile de palme à Marmann en raison du mauvais état de la traite négrière. L'usine d'Ouidah a été détruite en 1841 après avoir été détruite par un croiseur britannique.[33]

À Petit-Popo, les exportations d'huile de palme ont pris le pas sur la traite négrière. De Grand-Popo au navire de Messers Hutton, l'huile de palme a été achetée pour la première fois en 1845. À la fin des années 1840, cependant, le principal revenu de Grand-Popo ne consistait pas en huile de palme, mais en droits de douane sur les marchands, les marchandises et la plupart des esclaves traversant la lagune. Le chef du Grand-Popo a demandé comment il devait agir s'il voyait des esclaves envahir sa ville. T.G. Forbes, qui rend compte de la mise en œuvre du traité sur la traite des esclaves, a déclaré que le capitaine avait des centaines et des milliers d'acres de terres qui produiraient une grande quantité d'huile de palme et de coton avec peu ou pas de droits de douane. Forbes a déclaré que le capitaine en était très satisfait, mais plus tard, en 1860, la marine britannique a jugé nécessaire d'avertir le capitaine du traité sur la traite des esclaves.[34]

Le village de Heven est situé en face de la vieille lagune sur la lagune.

La plupart de l'huile de palme expédiée de la côte est arrivée à l'intérieur des terres par voie terrestre et en partie par canoë jusqu'à la lagune et les rivières. Selon le capitaine d'un navire britannique, l'huile de palme a été apportée en transportant sur la tête des indigènes sur de longues distances, chacun portant un bécher de calebasse contenant peut-être deux gallons (neuf litres) d'huile. Des palmiers producteurs d'huile de palme ont également poussé le long de la côte. Les peaux de vache étaient importantes dans la transmission de l'huile de palme car elles permettaient la distribution de l'instrument de paiement en petits lots.[35]

Pionnier dans le commerce de l'huile de palme[modifier | modifier le wikicode]

La côte slave occidentale a été pionnière dans le commerce de l'huile de palme à bien des égards. Les produits agricoles avaient auparavant été exportés et son arrière-pays fertile était utilisé pour la culture, ce qui permettait d'utiliser le réseau de transport existant. Le transport de l'huile de palme était difficile en raison de sa nature lourde. Le baril de l'usine pesait plus de 300 kilos. La lagune était une voie de transport importante. Les ports orientaux[36] Ouidah et Lagos étaient encore consacrés à la traite négrière au milieu du XIXe siècle, où l'opposition au commerce légitime était la plus forte. À l'ouest, la transition vers les deux échanges s'est déroulée sans heurts. Dans les zones côtières d'Agoué, la situation politique était différente, mais la situation était sous contrôle alors que des croiseurs britanniques patrouillaient la côte. Les principaux négociants d'huile de palme avaient également de bonnes relations avec les marchands d'esclaves.[37]

La transition de la traite des esclaves à l'huile de palme n'a pas initialement causé de problèmes dans la région. Le commerce des esclaves s'est poursuivi alors que la production d'huile de palme à grande échelle a commencé dans les années 1830 et 1860. Lorsque la traite illégale des esclaves a finalement pris fin dans les années 1870, la guerre entre Agué et Petit-Popo a pris fin, même s'il était difficile de s'adapter à la nouvelle situation. Le commerce de Grand-Popo a commencé à prospérer en raison d'un bon accès aux voies navigables, et il y avait trois ou même quatre marchés importants à la fin des années 1870. L'un d'eux était Agbanaken, avec une bonne position le long de la rivière Mono dans le commerce des palmistes et de l'huile. A cette époque, il y avait quatre usines en Europe et quatre à Grand-Popo. Trois semaines sur quatre, les bateaux à vapeur ont visité le port de Hvé et sur la rive opposée de la lagune de Grand-Popo se trouvait une belle maison en briques construite par une société commerciale française. À l'est du centre de Grand-Popo se trouvait le village de Byll, qui était au sud d'Agnabaken et à l'est du village immédiatement sur la plage de Grand-Pop. Il comptait trois maisons construites par des Européens et trois instituts de commerce.[38]

Production traditionnelle d'huile de palme[modifier | modifier le wikicode]

Tourné à Grand-Popo Heve en janvier 2018.

Mise en œuvre de la colonisation[modifier | modifier le wikicode]

Avant le colonialisme, les relations internationales entre l'Afrique et les Africains, en particulier avec l'Europe, étaient principalement des relations commerciales. Au début du 20e siècle, les relations sont passées du commerce et du commerce au contrôle et à l'assujettissement. Les conflits d'intérêts de l'Europe sur les territoires africains et les affrontements qui s'ensuivirent entre les puissances européennes conduisirent à la Conférence de Berlin en 1884 et 1885. Il n'y avait pas de délégations d'Afrique, mais elle divisa l'Afrique entre les puissances européennes. Les participants ont recherché l'expansionnisme et les avantages économiques des territoires non européens.[39]

La situation économique et politique de la côte slave a été influencée par la situation dans les années 1870. Trois puissances coloniales, l'Angleterre, la France et l'Allemagne, ont concouru dans la division de l'Afrique. La Grande-Bretagne a étendu son influence dans l'ouest d'Orlando au milieu du 19e siècle. Sous le couvert de l'esclavage, le bombardement de Lagos en 1851 et son incorporation au protectorat anglais, dix ans plus tard, ont eu lieu. La Grande-Bretagne a fermé les ports de la côte d'Orlando en 1852. Les Britanniques ont annexé la zone Gold Coast Anlon (aujourd'hui le sud du Togo) en tant que colonie en 1872. Pour opprimer le roi Dahomey, les Britanniques ont mis en place la totalité de l'écluse de la côte d'Orian 1876-1877. En raison des droits élevés imposés aux spiritueux et autres marchandises importées dans la région d'Anlo, les marchands se sont déplacés vers l'est. La contrebande sur le territoire britannique est devenue plus courante. Pour l'arrêter, les Britanniques ont étendu leurs territoires vers l'est.[40]

Se précipiter pour l'Afrique[modifier | modifier le wikicode]

À la suite de l'expansion de l'influence britannique, "Scramble for Africa", la course européenne pour les colonies sur la côte d'Orlando, a commencé. Les marchands allemands ont demandé à leur gouvernement de protéger Petit-Popo contre l'invasion britannique. Bismarck n'était initialement pas intéressé, mais la France a répondu aux plaintes de ses marchands. Il craignait que la Grande-Bretagne ne reprenne le Dahomey aux Français. La France a négocié le traité d'extradition de Cotonou en 1879 et est devenue un protectorat de Porto-Novo en 1883.[41]

La politique d'élargissement britannique a créé de l'incertitude à Petit-Popo. Les marchands et les fonctionnaires français de la région ont demandé de nouvelles aires protégées, mais le gouvernement français n'a retardé et accordé la protection de Grand-Popo qu'en 1883. La situation à Little Pop était déroutante et les marchands allemands ont demandé au ministère allemand des Affaires étrangères de visiter le navire de guerre. Le gouvernement allemand a répondu en nommant un agent impérial, Gustav Nachtigal, pour enquêter sur les plaintes et a envoyé la corvette de la Marine à Petit-Popo. Les dirigeants locaux ont été arrêtés lorsque l'Allemagne a exigé la protection de ses citoyens. À ce stade, l'Allemagne n'a pas cherché à faire du Petit-Popo un protectorat. L'Allemagne a profité de la situation turbulente et de l'amitié avec la France en Europe et a négocié le Petit-Popo lui-même. L'Allemagne et la France ont convenu de leurs intérêts respectifs en Europe, faisant de la partie orientale du Togo actuel le Protectorat togolais de l'Empire allemand (1884-1914). La capitale de la colonie était Sebe, une petite ville près d'Aného, ​​ou Petit-Popo, entre 1887 et 1897.[42]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Gibb, H. A. R. The Encyclopaedia of Islam, 1954
  2. Strickrodt, Silke: Afro-European Trade in the Atlantic World, The Western Slave coast c 1550 – c 1885. James Currey, 2015
  3. Law, Robin, Ouidah, The Social History of a West African Slaving ‘Port’ 1727–1892, 2004, Ohio University Press/James Currey
  4. Stridcroft, ibid, 40–42
  5. Jones, Adam et Sebald, Peter, An African Family Archive: The Lawsons of Little Popo/Aneho (Togo) 1841–1938, 2005
  6. Agbanake est près du pont actuel traversant Mono-Riverder, maintenant du côté togolais de la frontière
  7. Strickrodt, ibid, 43–44
  8. Parés, Luis, Nicolau, The Formation of Candomblé, Vodun History and Ritual in Brazil, 2013 The University of North Carolina Press
  9. Jones, Adam and Sebald Peter An African Family Archive: The Lawsons of Little Popo/Aneho (Togo) 1841–1938, 2005 OUP/British Academy
  10. Strickrodt, ibid, 89
  11. Strickrodt, ibid, 90
  12. Strickrodt, ibid, 48
  13. Le drapeau blanc est le signe d'une maison pratiquant la religion Vodoun. On peut aussi le voir dans la région aujourd'hui.
  14. Manning, Patrick, Slavery, Colonialism and Economic Growth in Dahomey, 1640–1960 2004Cambridge University Press
  15. Strickrodt, ibid, 65–68
  16. Konadu, Kwasi, The Akan Diaspora in the Americas 2010, Oxford University Press
  17. Strickrodt, ibid, 96–101
  18. Strickrodt, ibid, 102
  19. Strickrodt, ibid, 52–53
  20. Strickrodt, ibid, 53–55
  21. Strickrodt, ibid, 55–59
  22. Strickrodt, ibid, 59–60
  23. Manning, ibid, 51
  24. Strickrodt, ibid, 60–64
  25. Strickrodt, ibid, 60–64
  26. Manning, ibid, 57
  27. Manning, ibid, 56
  28. Manning, ibid, 58
  29. Manning, ibid 59
  30. Manning, ibid, 60
  31. Manning, ibid, 60
  32. Manning, ibid, 61
  33. Strickrodt, ibid, 210–212
  34. Strickrodt, ibid, 213–215
  35. Strickrodt, ibid, 215–206
  36. Dans la littérature, le mot "port" est souvent mentionné. Le port signifiait que les esclaves et les marchandises étaient transportés dans des bateaux africains par des bateliers qualifiés dans les navires qui étaient ancrés à environ 3-4 kilomètres du rivage.
  37. Strickrodt, ibid, 216–217
  38. Strickrodt, ibid, 222–224
  39. Shanguhyia, Martin S. et Falola, Toyin (editors), The Palgrave Handbook of African Colonial and Postcolonial History 2018 Palgrave, Macmillan.
  40. Strickrodt, ibid, 225–227
  41. Strickrodt, ibid, 227
  42. Strickrodt, ibid, 230–232