Ict@innovation: Free your IT Business in Africa/1-1

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Concepts Généraux du Logiciel Libre et Open Source[modifier | modifier le wikicode]

Ict-innovation-FBT-fr-Fig-1-1.png Durée

1heure 15minutes


Démarche pédagogique

Pour des raisons pédagogiques, il est recommandé aux formateurs d’utiliser principalement une approche participative (avec discussions et travaux de groupes) en plus des présentations et des exercices.


Note aux formateurs

  1. S'entretenir avec les apprenants au sujet de ce qu'ils savent déjà à propos de logiciels libres
  2. Evaluer le niveau de la connaissance des apprenants
  3. S'inspirer de l'historique ici.


Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Une histoire de perception

Malgré l’adoption et l’utilisation généralisées du Logiciel Libre et Open Source (FOSS) dans de nombreux domaines y compris ceux de l’éducation, l’ingénierie logicielle, les administrations publiques et au sein des milieux d’affaires, il reste encore des concepts ou des idées fausses largement répandues de ce qu’est le Logiciel Libre et Open Source et ce qui constitue le Logiciel Open Source. Les idées fausses, dans une large mesure, ont entravé l’adoption et ont fait que les entreprises ont du mal à expliquer aux clients que le logiciel et les services qu’ils “vendent” ou fournissent sont de bonne qualité et peuvent avoir la même qualité ou même être de meilleure qualité qu’un logiciel de marque déposée. Il y a aussi des confusions en ce qui concerne la terminologie lorsque des individus différents et chercheurs utilisent le même terme pour désigner le même concept. Ainsi, ce module s’appuie sur la littérature de recherche existante et les blogs ainsi que l’expérience des experts pour offrir aux entrepreneurs potentiels en matière de logiciel libre un aperçu sur ce qu’est le logiciel libre et également ce qu’il n’est pas. Il est crucial de démanteler les fausses idées reçues entourant les logiciels libres si l’on veut former des personnes sur la méthodologie de mise en place d’une entreprise basée sur les logiciels libres.

Qu’est-ce qu’un logiciel libre ?

Le concept général du Logiciel Libre et Open Source est celui de l’amélioration de la qualité d’accès aux programmes informatiques. Cela inclut l’octroi d’une licence qui réduit les limitations à l’égard du développeur ou de l’utilisateur et aussi rendre le code source (code lisible à l’œil humain) de logiciel accessible à quiconque veut l’acquérir. Binaires ou exécutables (code lisible par machine) sont également disponibles via Internet et peuvent être « librement » téléchargés et utilisés.

Cela veut dire que le Logiciel Libre et Open Source peut être partagé. Il peut être étudié, modifié et adapté par quiconque ayant les compétences appropriées. Toutefois, cela ne signifie pas que le Logiciel Libre et Open Source n’a pas de propriétaires. Le Logiciel Libre et Open Source est protégé exactement par la même législation régissant le droit d’auteur, laquelle limite les possibilités de l’utilisation de logiciel de marque déposée. Cependant, grâce à l’utilisation des licences le Logiciel Libre et Open Source, les droits d’utiliser, partager, étudier et modifier le logiciel sont accordés. Un exemple de licence de logiciel libre est le GNU General Public Licence (GPL) qui, en sus de l’octroi de ces libertés, oblige tous travaux dérivés produits à garder la même licence, et ainsi rester libre.

Concepts et Terminologie[modifier | modifier le wikicode]

Dans la littérature, de nombreux termes sont utilisés pour décrire le phénomène des Logiciels Libres. Notamment, le Logiciel Libre, un terme utilisé par la Free Software Foundation (FSF) et logiciel à code source ouvert (de l'anglais Open Source Software) utilisé par l’Open Source Initiative (OSI).

L’approche FSF met l’accent sur l’argument philosophique/Ethique/Politique au tour de la liberté. FSF l’exprime comme suit:

« Un logiciel libre est un logiciel qui vous accorde en tant qu’utilisateur la liberté de le partager, l’étudier et le modifier. Nous l’appelons logiciel libre parce que l’utilisateur est libre. »

L’idée est bien exprimée dans un article intitulé “l’alignement des idéaux de logiciel libre et des connaissances libres avec la Charte Sud-africaine pour la Liberté” (Jollife R.M. 2006). L’approche OSI est largement fondée sur le mérite technique et les arguments d’affaires autour du rythme du développement, marketing et de l’innovation. OSI l’exprime comme suit:

« L’Open Source est une méthode de développement de logiciel qui exploite la puissance de l’examen effectué et distribué par les pairs et le processus de transparence. Open source offre une meilleure qualité, une fiabilité plus élevée, une plus grande souplesse, faible coût, et met fin au lock-in de vendeurs prédateurs. »

En outre, d’autres termes couramment utilisés sont Logiciel Libre et Open Source qui tente d’unifier à la fois les points de vue de FSF et ceux d’OSI, et Libre Software (LS), qui essaie d’enlever l’ambiguïté du terme « libre ». Dorénavant, les termes Free/Libre/Open Source Software ou le Logiciel Libre et à code source ouvert (logiciel libre et open source ou FOSS) sont acceptés dans ce document pour faire référence à la liberté des utilisateurs à utiliser, modifier, distribuer, ou même vendre le logiciel avec peu d’obligations contrairement au logiciel de marque déposé ou fermé.

Parfois, proprietary-off-the-shelf (POTS) et commercial-off-the-shelf (COTS) sont utilisés pour décrire des accords en matière de logiciel qui restreignent l’utilisation, la modification, et la redistribution sans le consentement préalable du fournisseur.

Explorer la signification de «libre»[modifier | modifier le wikicode]

Est-ce que « libre » signifie que je ne dois pas payer pour le logiciel ?

Non. Le mot « libre » (penser free, de freesoftware) peut avoir deux significations .

  • Le “libre” dans “entrée libre”, qui se réfère à un coût nul.
  • Le “libre” dans “libre parole” et “marché libre”, qui se réfère à la liberté, la limitation ou l’absence de cadre légal ou autre.

Le libre dans logiciel libre fait référence aux libertés que les personnes ont et dont nous avons parlé ci-dessus. Il n’y a rien dans la définition de logiciel libre qui dit que vous ne pouvez pas le vendre à quelqu’un moyennant rétribution financière. En effet, il y a des sociétés dont la totalité de modèle d’entreprise est orientée vers la collecte, la compilation et la vente des logiciels libres. Cependant, puisqu’une personne à qui la licence de logiciel libre a été octroyée est libre de le vendre ou de le céder à son tour, vous pouvez facilement (et légalement) télécharger le logiciel sur des sites tels que www.sourceforge.net, www.telecharger.com ou www.framasoft.com. En d’autres termes, lorsque vous entendez parler de « logiciels libres », pensez à la liberté, à l’indépendance, ou même à « l’entreprise libre ».


Mais alors, qu’est-ce qui n’est pas “libre” chez les autres types de logiciels?

Actuellement dans le monde, beaucoup de logiciels “non-libres” sont vendus. Des systèmes d’exploitation complexes comme Windows aux applications minuscules, les utilisateurs finaux du logiciel traditionnel ont une licence pour l’utiliser dans des conditions définies dans un Contrat Licence Utilisateur Final (CLUF). Cet accord énumère les conditions dans lesquelles l’utilisateur peut utiliser le logiciel – souvent des restrictions sont imposées sur l’utilisation du logiciel. Dans presque tous les cas, il est explicitement interdit aux utilisateurs de « démonter le logiciel » en vue d’étudier son fonctionnement; de le modifier ou de l’améliorer; ils sont autorisés à faire une seule copie du logiciel (à des fins de sauvegarde) et il est strictement interdit de le partager avec d’autres personnes.


Ict-innovation-FBT-fr-Fig-1-1 2.png Astuces

Obtenez plus d'informations sur les logiciels libres avec :

Présenter le logiciel libre,

http://wiki.april.org/w/Présenter_le_logiciel_libre

La naissance du logiciel libre[modifier | modifier le wikicode]

C'est dans les années 1970 que l'idée de logiciel libre a commencé à naître dans l'esprit de plusieurs universitaires américains. Il faudra toutefois attendre 1984 pour qu'une action d'envergure, visant tout autant à définir qu'à promouvoir le logiciel libre, voit le jour.

1984, c'est la date à laquelle Richard M. Stallman, alors chercheur au laboratoire d'intelligence artificielle du MIT, lance LE PROJET GNU : celui-ci consiste à créer un système d'exploitation libre et complet.

La petite histoire veut que ce soit les pilotes des imprimantes du MIT qui aient sensibilisé M. Stallman au problème inhérent aux logiciels propriétaires. En effet, pendant longtemps, les chercheurs du MIT auraient eu une imprimante qui tombait souvent en panne. Mais comme ils disposaient du code source du pilote, ils avaient pu modifier le programme de sorte que l'imprimante leur envoie un signal à chaque panne. Toutefois, un beau jour, cette imprimante fut remplacée par une machine Xerox beaucoup plus performante ... mais dont la source du pilote n'était pas fournie. Richard M. Stallman se rend alors dans un laboratoire qui était sensé disposer des sources du-dit pilote, mais on refusa de les lui donner, le laboratoire s'étant engagé à ne pas les diffuser. M. Stallman y vit une forme d'agression, et il décida alors de partir en croisade contre la logique "propriétaire" qui commençait à s'imposer.

En 1985, Richard M. Stallman crée une association à but non lucratif, la FREE SOFTWARE FOUNDATION afin de fournir la logistique et le support légal et financier au projet GNU. La FSF finance aussi des développeurs pour contribuer au projet GNU, la plus grosse partie du projet étant néanmoins réalisée par des volontaires.

En 1990, le système GNU est presque terminé ; il lui manque seulement le noyau. En 1991, le noyau libre Linux développé par Linus Torvalds voit le jour. Et, en 1992, le rapprochement entre Linux et le système GNU donne naissance à un système d'exploitation libre et complet qui constitue une bonne alternative au logiciel propriétaire UNIX. Etant donnés les circonstances, certains estiment que Linux devraient plutôt s'appeler GNU/Linux (Richard M. Stallman avait même proposé Lignux). Il faut dire que les querelles entre les partisans d'une ligne dure en faveur du logiciel libre et les adeptes de plus de flexibilité font rage.

C'est dans ce contexte qu'est née, en 1997-98, l'OPEN SOURCE INITIATIVE, association pour la promotion de l'Open Source. Elle en a clairement défini les conditions dans un texte qui impose huit critères pour qu'un logiciel soit Open Source. Les défenseurs de l'Open Source se veulent tolérants quant aux libertés qui doivent être laissées aux utilisateurs ; ils estiment ainsi que le développeur est en droit de garder un contrôle sur sa création.

L’histoire de Linux[modifier | modifier le wikicode]

Linux a énormément aidé à démocratiser et à rendre public l’usage des logiciels libres mais il est important de noter que le développement des Logiciels Libres et Open Source n’a pas commencé avec la création du système d’exploitation en 1991. Au contraire, le concept existait depuis la formation de SHARE – un groupe de travail mis en place pour coordonner le travail de programmation de l’IBM 701. Par ailleurs, des institutions de recherche et développement (R&D) telles que des établissements universitaires aiment toujours partager le savoir et les ressources avec des collègues. D’après les experts du domaine, le succès de Linux est du à 4 facteurs principaux :

  • La GNU General Public License (GNU GPL) a permis à Linus Torvalds son fondateur de se servir d’une partie importante du code du système GNU et la modifier pour le faire fonctionner sur son ordinateur personnel à la maison comme un système d’exploitation fonctionnel complet. La GPL veut dire que d’autres personnes peuvent librement utiliser, copier, modifier et distribuer son système d’exploitation (Linux).
  • Torvalds avait accès à l'Internet afin de pouvoir communiquer et collaborer (via des systèmes de gestion de contenu open source (CMS) – CVS) avec d’autres personnes intéressées par son projet.
  • Ressources Minimales. Le système d’exploitation Linux était conçu pour fonctionner sur des ordinateurs dotés de faibles ressources ou puissance de calcul informatique. Cela veut dire que plusieurs autres personnes pouvaient faire fonctionner et tester le système. Si Linus OS avait exigé une puissance de super calcul informatique, seules quelques personnes auraient pu être impliquées dans les tests et l’amélioration du système.
  • Bonne gestion. Linus Torvalds est bien connu pour l’esprit de gestion de son projet, qui lui a valu le nom de dictateur bienveillant. Il a commencé à développer le système d’exploitation GNU Linux et a géré son travail dans un esprit d’ouverture et de collaboration qui a encouragé d’autres personnes à s’impliquer gratuitement dans l’effort. Des individus ont participé au développement sur les bases de méritocratie, jugés uniquement par la qualité de la contribution et l’engagement de faire avancer et évoluer le noyau de Linux pour tous les autres.

Par ailleurs, de nombreuses organisations à travers le monde ont été les avocats de Linux et ont joué un rôle prépondérant dans son succès. Dans le monde francophone, les organisations les plus actives ont été ou sont :

  • APRIL (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique libre) pionnière du logiciel libre en France. Il est depuis 1996 un acteur de la démocratisation et de la diffusion de logiciels libres et de standards ouverts.
  • Agence Universitaire de la Francophonie et le réseaux des campus numériques francophones. Association des universités ayant le français en partage et opérateurs de la Francophonie pour l’enseignement supérieure, elle a adopté une politique logicielle entièrement basée sur le libre, notamment Debian pour les serveurs et Ubuntu pour les postes de travail. L'AUF a devélopper le concept de Centre Linux et Logiciels Libres pour le Développement (C3LD) et est médiatrice d’une offre de sensibilisation, de formation, et de certification pour les logiciels libres sur tous les territoires où les partenaires de l’AUF souhaitent assurer un service de proximité.

Le Modèle de développement des Logiciels Libres : La Cathédrale contre la foire ou le Bazar[modifier | modifier le wikicode]

Le Logiciel Libre a fondamentalement changé la façon dont le logiciel est développé, distribué, vendu et soutenu (Sowe, et. al. 2007). Pour la première fois le modèle Bazar offre aux ingénieurs logiciels une alternative au modèle Cathédrale ou la façon traditionnelle de développer des logiciels à code source fermé. Le modèle Cathédrale par opposition au modèle Bazar (Raymond, 1999) caractérise le développement traditionnel de logiciels. Selon le modèle Cathédrale, le développement de logiciels a lieu de manière centralisée, avec des rôles bien définis pour chaque phase de développement de logiciel (de l’analyse des besoins, jusqu’au test et à la maintenance en passant par la conception).

Dans le modèle Bazar, les rôles ne sont pas clairement définis et les utilisateurs de logiciels sont souvent traités comme des co-développeurs. Quant au Logiciel Libre et Open Source (FOSS), le logiciel est rendu disponible rapidement et plus fréquemment que dans le cas des logiciels à code source fermé. La preuve de son efficacité, ou l’absence de celle-ci se manifeste par le grand nombre de projets Libres « Infructueux » jonchés dans de nombreuses dépôts (par exemple www.sourceforge.net). Le modèle Bazar a produit un certain nombre d’applications réussies dans le domaine des systèmes d’exploitation (GNU/Linux), parfois décrits comme des distributions ou distros (Ubuntu, Debian), courriel et services Web (Sendmail, Apache, Seamonkey), bases de données (MySQL, PostgreSQL), Messagerie Instantanée (Kopete, Pidgin), Environnement graphique de bureau (GNOME, KDE), Bureautique (KOffice, OpenOffice suite), etc. Le modèle Bazar utilisé dans développement des logiciels libres facilite la création, la diffusion, et la transformation de connaissances sur le logiciel à un taux sans précédent dans l’histoire du développement de logiciels.

Caractéristiques du processus de développement des Logiciels Libres[modifier | modifier le wikicode]

Lorsqu’un développeur modifie un logiciel libre et Open Source, il peut choisir soit de garder pour lui-même les modifications apportées soit de les retourner à la communauté du Logiciel Libre et Open Source afin que tout le monde puisse bénéficier de son travail dérivé. Et du point de vue des affaires, quand une société dépose sa modification sur un serveur cela pourrait être utilisé comme une expérience de référence et un marketing indirect non rémunéré pour une Compagnie, une entreprise ou un individu. Lorsque vous déposez la modification sur un serveur, elle peut être incluse dans les versions futures. Ce procédé réduit le coût de maintenance et d’innovation. La nature cyclique de l’acquisition du code source de logiciels, de la modification, de la distribution et de la ré-acquisition est un aspect important du processus de développement des logiciels libres et open source. La figure ci-dessous montre des activités de développement typiques des Logiciels Libres et open source (codage) avec de possibles sorties du cycle.

Ict-innovation-FBT-fr-Fig-1-1 3.png


Les développeurs ayant accès au code source au niveau du « dépôt » du projet peuvent démarrer l’activité de développement de logiciels. Certains acquièrent seulement le code source et ne participent plus aux activités du projet (Sortie 1). Beaucoup d’autres continuent le processus de développement en modifiant le code, à travers des programmes de raccommodage et en ajoutant d’autres fonctionnalités. Les développeurs mécontents du développement d’un projet, ou de la manière dont il est géré et coordonné peuvent quitter le cycle avec le code modifié pour lancer leur propre version « mutante » du projet dans ce qu’on appelle la création d’un « fork » (embranchement)(Sortie 2).

Un « fork » est un projet parallèle basé sur une version du code source existant du projet. En raison de l’accès ouverte et facile au code source, tout projet de logiciel libre et open source est susceptible à un « forking ». Aussi cynique que cela puisse paraître, la création des « forks »est une bonne chose dans le domaine du logiciel libre et open source, puisqu’elle peut favoriser la concurrence et donc la qualité. Elle donne d’ailleurs souvent naissance à la production d’un logiciel supérieur au précédent. Les perspectives pour les développeurs logiciels experts et les utilisateurs novices à comprendre le code, le processus de développement de logiciels et les communautés sont grandes à présent.

Le débat: Logiciels Libres contre logiciels Propriétaires[modifier | modifier le wikicode]

Logiciels propriétaires Logiciels libres
Acheter, ne pas développer ou coder Code d’accès, téléchargement “gratuit” et réutilisation
Dépendance totale vis-à-vis d’un fournisseur Liberté de modifier, de personnaliser le code (si vous le pouvez) ou de contracter quelqu’un d’autre
Manque de fonctionnalités personnalisées pour certains clients Tout le monde peut personnaliser des logiciels pour ses propres besoins
Déployé dans peu de langues Peut être localisé dans beaucoup de langues
Motivation: Les gains financiers extrinsèques Extrinsèques et intrinsèques
Générer et conserver les connaissances pour un avantage concurrentiel Générer et partager le savoir pour le bien commun
Appui accordé aux titulaires de licence et sur la base de premier arrivé, premier servi. Soutien au tiers, pilote de téléchargement, les mises à jour du logiciel sont également disponibles sur les sites Web. Le soutien peut être obtenu des forums de projet, des listes de diffusion etc., par quiconque. Il peut être acheté au près des fournisseurs commerciaux, distributeurs ou des cabinets-conseil.
Difficulté d'inter-opérer avec d’autres logiciels en raison des restrictions du droit d’auteur. Facilité d'inter-opéreravec d’autre communauté Logiciel Libre et Open Source régis par GNU-GPL (univers) et logiciel limité par les questions juridiques (multivers).

Tableau 1: Logiciels Libres contre logiciels Propriétaires

Quelques mythes au sujet du Logiciel Libre et Open Source[modifier | modifier le wikicode]

Comme les logiciels libres deviennent plus vulgarisés transcendant les barrières géographiques et technologiques, les mythes qui entourent le concept et la méthodologie du Logiciel Libre et Open Source le sont également. Pour beaucoup, il est incompréhensible que les individus géographiquement distribués peuvent collaborer et, à l’amiable, produire ou créer des biens et services sous forme de logiciel comparable, voire meilleur que les logiciels propriétaires auxquels ils sont si habituées.

Plus ancré dans les mythes du Logiciel Libre et Open Source est la mannière de gagner de l’argent ou générer des recettes à partir de quelque chose qui est gratuit. En voici quelques mythes


Le Mythe Le Fait
C’est une question de Linux contre Windows Plus de 400,000 projets du Logiciel Libre et Open Source (18,000 matures) dans tous les domaines TIC
Le Logiciel Libre et Open Source n’est pas fiable ou soutenu La plupart des solutions du logiciel libre et open source sont plus fiables que leurs équivalentes propriétaires ; le SAV et des mises à jour sont de plus en plus mis en place par des entreprises telles que RedHat.
Les grandes sociétés n’utilisent pas les logiciels libres Environ 90% des 1000 plus grandes sociétés du monde utilisent le logiciel libre et open source ; IBM, Sun, HP, Oracle... font la promotion de Logiciel Libre et Open Source
Le libre est hostile à la « propriété intellectuelle » Les licences libres sont basées sur le droit d’auteur
Il n’y a pas d’argent à gagner sur le logiciel libre et open source HP: $2.5B en 2003; RedHat: $400M en 2006 pour les grandes et beaucoup de PME très compétitives existent également.
Le mouvement libre est injuste et non viable, du fait que les développeurs ne sont pas rémunérés pour leurs efforts > 50% de développeurs du libre sont rémunérés, les autres sont des volontaires et contribuent pour des motivations personnelle
Si je commence un projet libre, beaucoup de développeurs commenceront à travailler gratuitement pour moi La croissance communautaire exige un investissement considérable
Le libre est une affaire de développeurs, les utilisateurs et décideurs ne devraient pas s’en inquiéter Le libre est le fer de lance du modèle d’Open Innovation qui se développe de plus en plus à travers le monde et dans tous les secteurs.
Le Libre est toujours en train de se rattraper avec le monde commercial, d’où provient toute innovation Le pourcentage de projets innovants (12%) est à peu près le même dans le libre que dans lemonde propriétaire

Tableau 2: Logiciel Libre et Open Source, mythes et réalités

Exemples de Logiciels Libres et Open Source[modifier | modifier le wikicode]

Les tableaux ci-dessous fournissent une liste non-hexhaustive d’exemples courants des Logiciels Libres et Open Source

a) Liste de quelques logiciels libres qui fonctionnent sur Microsoft Windows, Gnu/Linux, Apple , Unix et les systèmes d’exploitation BSD[modifier | modifier le wikicode]

  • Applications basées sur la productivité


Traitement de texte Open Office http://www.openoffice.org/fr
Edition Scribus http://www.scribus.net
Créateur PDF Pdfcreator http://www.pdfforge.fr
Client de Messagerie Evolution http://projects.gnome.org/evolution
Systèmes de gestion de documents http://www.knowledgetree.com/community-download
Carte heuristique Freemind http://freemind.sourceforge.net
Compression 7Zip http://www.spiroo.be/7zip/
Texte Notepad++ http://notepad-plus-plus.org/fr/
Finance GnuCash http://www.gnucash.org
Gestion de projets OpenWorkBench http://open-workbench.softonic.fr/
  • Applications basées sur l’Internet


FTP FileZilla http://filezilla-project.org/
Connexion à distance Vinagre http://projects.gnome.org/vinagre/
  • Développement du site Web


Plateforme LAMP EasyPHP http://www.easyphp.org/fr/
Plateforme IDE à usages multiples Eclipse http://www.eclipse.org/
Développement application site Web IDE MonoDev http://monodevelop.com/Main_Page
  • Multimédia et autres


Edition d’Images GIMP http://www.gimp.org/
Audio Audacity http://audacity.sourceforge.net/?lang=fr
Création, gravure de CD Infra recorder http://infrarecorder.org/
Visionneuse d’Image IMGv http://imgv.sourceforge.net/
Video Kdenlive http://kdenlive.org
  • Systèmes


Ghost Ghost http://www.fogproject.org/
  • Soins aux Animaux


Gestionnaire refuge pour animaux Animal Shelter Manager http://sheltermanager.sourceforge.net

b) Liste des applications web logiciels libres[modifier | modifier le wikicode]

Catégorie Nom d’Application site Web
Blog WordPress http://www.wordpress-fr.net/
CMS (Système de Gestion de Contenu) Joomla http://www.joomla.fr/
Shopping Magento http://www.magentocommerce.co m/
Forum phpBB http://www.phpbb.com/
SMS Gateway Kannel http://www.kannel.org/overview.shtml
Photo Gallery Gallery http://gallery.menalto.com/
CRM (gestion de la relation client de l'anglais Customer Relationship Management) Vtiger http://www.vtiger.com/
Système de Gestion de Documents KnowledgeTree http://www.knowledgetree.com/
Flux de Travail CuteFlow http://www.cuteflow.org/
Contrôle Réseau NAGIOS http://www.nagios.org/
NAS (Périphériques de stockage connectés en réseau) FREENAS http://www.freenas.org/
Gestion des Ressources Humaines Orange HRM http://www.orangehrm.com/
Centre d’Appels SIT http://sitracker.org/
Gestion de Serveur Webmin http://webmin.com

Évaluation[modifier | modifier le wikicode]

Note aux formateurs: Choisir entre les options ci-dessous


Ict-innovation-FBT-fr-Fig-1-1 4.png * Discussion 1: Discutez et enregistrez autant de mots ou d’expressions que possibles qui décriront au mieux le concept du Logiciel Libre et Open Source dans votre langue locale.
  • Discussion 2: Discutez et enregistrez autant d’obstacles à l’utilisation des Logiciels Libres et Open Source dans votre entreprise.
  • Discussion 3: Discutez le concept de Création d’un « fork » dans le développement des Logiciels Libres et Open Source.
  • Pensez-vous que la création d’un fork est une bonne pratique ?
  • Demandez à ce qu’un participant raconte volontairement l’histoire de l’évolution et de l’organisation structurelle d’un projet ou d’une communauté Open Source (Par exemple, FreeBSD, MySQL, Apache, Ubuntu).
  • Débat: Formez 2 groupes pour débattre sur le thème “Le Logiciel Libre et Open Source contre Logiciel propriétaires, en mettant l’accent sur les implications commerciales.
  • Remue-méninge : Répartissez les participants en petits groupes de 3 à 5 individus. Chaque groupe doit convaincre l’autre de la façon dont le Logiciel Libre et Open Source leur pourrait être bénéfique et pourquoi ils doivent ou ne doivent pas utiliser Les Logiciels Libres et Open Source dans leurs affaires.
  • Story Telling : Demandez à un participant de raconteur une histoire de l’évolution et de l’organisation structurelle d’un projet ou d’une communauté Open Source (Par exemple, FreeBSD, MySQL, Apache, Ubuntu).
  • Activité 1: Rédiger un rapport de synthèse de 150-350 mots décrivant en détail un projet Open Source. Plus précisément, indiquer les succès et des domaines possibles où le projet pourrait échouer
  • Activité 2: Donner les noms de 3 organisations et 5 sociétés qui utilisent le logiciel libre et open source dans votre pays
  • Activité 3: Donner les noms de 5 logiciels commerciaux off-the-shelf (COTS) et leurs proches équivalents en Logiciel Libre et Open Source
  • Tâche 4: Rédiger un rapport de synthèse de 150-350 mots décrivant en détail l’histoire d’un projet Open Source. Plus précisément, indiquer les aspects réussis et indiquer des domaines possibles où le projet pourrait échouer.
  • Auto-évaluation pour étudiants: Indiquer si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses :
  1. Le Logiciel Libre et Open Source ne coûte rien (Vrai / Faux)
  2. OSI représente Ontario Swine Improvement (Vrai / Faux)
  3. Logiciels Libres et Linux sont la même chose (vrai / Faux)
  4. Les progiciels libres et open source peuvent être utilisés sur Windows (Vrai / Faux)
  5. Le Logiciel Libre et Open Source peut aider à réduire la dépendance totale vis-à-vis du fournisseur (Vrai / Faux)


Chapitre précédent | Chapitre prochain