Ict@innovation: Free your IT Business in Africa/1-2

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Modèles d'Entreprise du Logiciel Libre : Généralités[modifier | modifier le wikicode]

Ict-innovation-FBT-fr-Fig-1-1.png Durée

1heure 15minutes


Démarche pédagogique

Pour des raisons pédagogiques, il est recommandé aux formateurs d’utiliser principalement une approche participative (avec discussions et travaux de groupes) en plus des présentations et des exercices.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

La récession mondiale qui a commencé en 2008 a amené les individus à être plus prudents en formulant leurs stratégies TIC. Le Logiciel Libre et Open Source a souvent été une composante clé dans la mise en place de ces nouvelles stratégies. Il incite les organisations à se protéger, par exemple, contre les risques liés à la dépendance à l’égard des organisations qui peuvent être sur le point de s’effondrer. Ces défis sont plus urgents pour les pays émergents. Le Logiciel Libre et Open Source offre une opportunité pour aborder les défis avec plus de rapidité et d’agilité. La réponse au Tsunami de 2004 en Asie à travers la création du Système de Gestion de Catastrophe Sahana ou encore le célèbre outil de cartographie et de collecte de données Ushaidi développé au Kenya, sont deux exemples du type d’agilité visé ci-dessus.

Outre la récession mondiale, les pays émergents ont également un nombre de priorités auxquelles le Logiciel Libre et Open Source a déjà contribué positivement. Il s’agit notamment de la promotion de l’accès au savoir, en alignant la liberté de la société avec les diverses libertés ‘numériques’, l’augmentation de l’adoption des TIC pour les femmes, des expansions et de la pertinence des TIC scolaires, etc.

Le Logiciel Libre et Open Source, par sa nature, aide à réduire les restrictions à la liberté d’innover. Cependant, à la lumière des défis économiques, il est important d’aborder les opportunités autour des coûts. Ayant développé une compréhension de base des concepts, ce module se penche sur l’impact global du Logiciel Libre et Open Source en jetant un regard sur le statut de l’industrie des logiciels. Le module aborde également la manière dont le Logiciel Libre et Open Source a suscité l’émergence de ‘nouveaux’ modèles économiques et l’effet que ces-derniers auront sur le coût total de droit de propriété et le retour sur investissements. L’application de cette tendance mondiale dans les marchés émergeants des pays BRIC a également fait l’objet de discussions.

L’industrie du logiciel libre[modifier | modifier le wikicode]

Beaucoup d’idées fausses sur la nature de l’industrie du logiciel existent. Il est courant de penser que la plupart des logiciels écrits sont rémunérés par la vente d’un pack. Toutefois, la réalité est tout à fait différente. La plupart des logiciels sont écrits en interne, sous contrat, et ne sont jamais commercialisés ou vendus. D’autre part, la plupart des entreprises qui vendent des progiciels obtiennent également une proportion importante de leurs revenus de la prestation de services.

Les entreprises basées sur les logiciels libres et Open Source offrent, à cet égard, un avantage concurrentiel, étant en mesure d’offrir la prestation de services à moindres coûts, en raison de la suppression des frais de licence. Cela a amené les principaux acteurs comme Sun et IBM à adopter les stratégies d’affaires du logiciel libre. Mais le phénomène majeur est l’opportunité offerte par les FOSS pour la création de petites entreprises.

La réduction des coûts, ainsi que les possibilités d’accès libre au savoir et aux compétences issues des logiciels libres sont les aspects-clé en matière de création de petites entreprises. Ces dernières peuvent exploiter la pleine puissance de la technologie grâce à la disponibilité des outils, et la possibilité de développer les compétences nécessaires. A cet égard, la valeur ajoutée du Logiciel Libre et Open Source peut provenir de plusieurs domaines différents :

  • Sélection et Intégration : Choisir de la myriade d’applications possibles du Logiciel Libre et Open Source et les intégrer dans une plate-forme fonctionnelle.
  • Substitution de base/migration : l’utilisation fréquente du Logiciel Libre et Open Source dans l’infrastructure TIC et dans la substitution du logiciel propriétaire.
  • Nouveau déploiement: l’introduction du Logiciel Libre et Open Source pour un nouveau projet interne à l’entreprise (adoption).
  • Services vente basés sur un Projet de Logiciel Libre. Le service ici peut commencer à partir de soutien, la personnalisation, la localisation ou de la formation.
  • Vente de produits qui contiennent du logiciel libre et open source comme un composant important.

Mais regardons de plus près comment les entreprises se servent de ces opportunités génératrices de revenus pour créer et mettre au point des modèles d’affaires spécifiques. Bien que la prestation de services fasse partie de tout modèle économique orienté vers le Logiciel Libre et Open Source, nous pouvons d’abord distinguer deux grandes catégories d’entreprises en fonction des services offerts : des sociétés de services horizontaux, et des spécialistes verticaux.

Les sociétés de services horizontaux[modifier | modifier le wikicode]

Les sociétés de services orientées vers les logiciels offriront souvent des services sur une large gamme de produits et d’applications, parfois se spécialisant sur un type de service particulier (comme la formation, par exemple). A cet égard, elles mettent en œuvre une stratégie horizontale comme indiqué dans le tableau ci-dessous.


Type de Service Produit 1 Produit 2 Produit 3 Produit n
Développement
Installation
X
X
X
X
Intégration
X
X
X
X
Maintenance et Soutien
X
X
X
X
Formation
Certification
Migration

Tableau 1: Stratégie horizontale : exemple de répartition des produits par rapport aux services


Les clients des PME sont toujours à la recherche de ce type de prestataire de services, pour prendre soin de toute leur infrastructure TIC. Ces types de modèles ne contribuent pas habituellement avec de fortes quantités de code aux projets du logiciel libre et open source, bien qu’ils puissent s’impliquer dans d’autres activités banales comme le rapport de bogue et de fixation, le développement de la documentation, etc.

La gamme de modèles d’entreprise dans cette catégorie est énorme, avec la possibilité de spécialisation sur certains services, des types particuliers d’application ou de technologie, sur le choix des marchés cibles et la localisation géographique, etc. Mais nous pouvons en citer deux pour leur pertinence particulière:

  • Distributeurs de Plate-forme : Des entreprises bien connues comme Red Hat Inc. ou Canonical Ltd. fondent leur modèle d’affaires sur le choix et l’intégration de progiciels libres et open source pour susciter des distributions pleinement fonctionnelles. Les recettes proviennent principalement de services liés aux plateformes.
  • PME basées sur l’Ethique : Certaines PME qui adoptent le logiciel libre et open source comme leur stratégie entrepreneuriale principale le font à cause des implications politiques et éthiques du Logiciel Libre et opens source, et pas seulement pour les affaires ou pour des raisons techniques. Cette approche souvent imprègne d’autres domaines de leur entreprise, comme la prise de décision et les relations patronat-syndicat. Cependant, cette approche peut également avoir des récompenses d’entreprise, servant de différentiateurs clés d’affaires, et aidant à acquérir des clients tels que les ONGet les organisations de base, pour qui cette approche peut être importante. Un bon exemple consolidé de ce modèle est la PME française Easter-Eggs. De plus amples informations à ce sujet sont disponibles sur le site Web de l’entreprise [en français]

Les entreprises Verticales ou des services spécialisés[modifier | modifier le wikicode]

Ce sont des entreprises qui développent des logiciels d’application (souvent pas plus de quelques progiciels apparentés), et les mettent en vente sous une licence gratuite. L’une de leurs sources de recettes provient habituellement de prestation de services liés à leurs produits, allant de l’installation, de l’intégration et du SAV à la formation et à la certification.


Type de Service Produit 1 Produit 2 Produit 3 Produit n
Développement
X
Installation
X
Intégration
X
Certification
X
Formation
X
Maintenance et SAV
X
Migration
X

Tableau 2: Stratégie verticale : exemple de répartition des produits par rapport aux services


Le choix d’une licence gratuite pour un produit est une bonne stratégie pour promouvoir et encourager son adoption, mais il ouvre la porte aux concurrents d’offrir le même type de service. Cependant, étant le développeur, et donc possédant les meilleures connaissances sur le code, même si leur produit peut apporter un avantage concurrentiel vous avez le prestige et la fiabilité.


Les sociétés de logiciels dans cette catégorie peuvent être classifiées comme suit:

  • logiciels libres pure basé sur la générosité et des dons: beaucoup de projets du logiciel libre et open source obtiennent du financement par des dons. Si le produit est bon, et les utilisateurs peuvent apprécier l’effort derrière un projet particulier, ils pourraient être prêts à faire des petits dons pour son financement. Si le projet attire assez d’utilisateurs, ces dons peuvent atteindre des montants considérables. A l’aide de la générosité, la société développeur peut associer des prix à certaines fonctionnalités à développer. Les utilisateurs, ou les clients peuvent volontairement payer une certaine somme pour le développement de cette fonctionnalité particulière jusqu’à ce que le « prix » fixé initialement par la société soit atteint. Dans ce modèle, le logiciel libre et open source est développé de façon concertée, et se paie de manière collaborative aussi.
  • Logiciels libres mixte/propriétaire sans double licences: ce modèle peut également être décrit comme un noyau libre habillé d’accessoires propriétaires. Dans ce modèle, bien que le noyau du logiciel d’application d’entreprise soit libre, la société vend d’autres versions du produit, avec plus de fonctionnalités sous licence propriétaire. Pour mettre en œuvre ce modèle, la licence doit être permissive (par exemple : La Mozilla Public License (MPL), FreeBSD License), afin de permettre la création de logiciel dérivé fermé. La stratégie ici tente de combiner les avantages d’une stratégie open source (plus large, une adoption plus rapide ainsi que l’exploitation de collaboration externe), tout en obtenant des revenus directement avec un modèle exclusif. Toutefois, elle court le risque de créer un processus fils (discuté dans le Sous-module 1.1.5), avec la communauté développant la fonctionnalité manquante. Sur le chemin, la société peut également perdre la sympathie et subir le désengagement ultérieur d’autres développeurs de logiciel libre et open source et des utilisateurs du logiciel ou le projet. Des exemples de sociétés suivant ce modèle sont Sendmail, Sourcefire et XenSource/Citrix.

Plus d’exemples d’entreprises de chaque catégorie, et une analyse quantitative des modèles d'entreprise du logiciel libre peuvent être trouvés dans Daffara, C. (2007). Enfin, il est important de noter que d’une manière plus indirecte, le logiciel libre crée de nombreuses opportunités d’affaires dans d’autres domaines de la vente de matériel informatique avec des composants de logiciel libre installés, aux éditeurs spécialisés dans la documentation FOSS (tels qu’ O’Reilly Media), ou des compagnies de vente (comme ThinkGeek).

Les « Nouveaux » Modèles d'Entreprises du libre[modifier | modifier le wikicode]

Au fur et à mesure que la technologie évolue, nous assistons à de nouvelles formes de modèles économiques du logiciel libre. Quelques variantes d’opportunités nouvelles d’affaires comprennent : le Logiciel comme un Service, communément connu comme SaaS, Green IT, le logiciel libre comme catalyseur de l’Ecosystème d’Affaires et de l'informatique libre dématérialisé (de l'anglais open cloud computing). Il est affirmé que le logiciel libre et open source est moins cher à mettre en œuvre, avec moins de contrainte qu’un fournisseur traditionnel. Donc, cela peut aider à introduire des produits sur le marché dans un délai réduit. Ce sera un point de vue stratégique lorsqu’on considère la création de nouveaux marchés et l’adoption de nouveaux modèles économiques. Pour être durable, une société doit adopter un modèle d’affaires qui offre un moyen de transformer l’adoption du Logiciel Libre et Open Source en TCO inférieur ou des recettes accrues. Il doit également prendre en compte le fait qu’une partie de la communauté, au moins, peut être en dehors du contrôle de la société (comme cela arrive habituellement dans des projets FOSS de grande envergure, la plupart des contributeurs ne travaillent pas pour une seule entreprise). Le terme « Coût Total de droit de Propriété » (CTDP) est parfois utilisé pour nous aider à savoir le coût exact de toute solution appliquée de tous les points de vue y compris les coûts cachés, le déploiement, la formation, etc. Le Logiciel Libre et Open Source est l’un des meilleurs moyens d’avoir le (Retour sur Investissement) RSI comme le noyau du logiciel et la plupart des fonctionnalités sont déjà là et ont été mises en œuvre. Il vous faudra surtout quelques fonctionnalités supplémentaires ou la localisation à votre marché.

De plus, la nature attractive de du logiciel libre et open source (par exemple, faible coût, accès facile, les conditions de licences bon marché, la liberté de dépendance totale vis-à-vis du fournisseur, etc.) a incité de nombreuses sociétés et institutions établies à envisager la migration vers le logiciel libre et open source. Un facteur très important que les entreprises doivent prendre en considération lors de la migration partielle ou totale vers le logiciel libre et open source est que la migration doit se faire progressivement et pas de façon brutale. Dans ce sens, la migration peut être considérée comme un processus quantitatif plutôt que qualitatif. Par exemple, une société peut utiliser le même vieux Système d’Exploitation exclusif mais utiliser une suite bureautique libre (solution Traitement de Texte, outil de Présentation, Tableur et une Base de Données). Lorsque cette étape de migration sera devenue assez autonome, la société ou l’entreprise pourrait commencer à migrer vers un autre bloc et ainsi de suite. Ce modèle est une sorte de meilleure pratique pour un client ou une entreprise déjà établie. Cependant, dans le cas d’une Entreprise qui vient d’être établie ou d’une Nouvelle Entreprise, la société peut déployer un type quelconque de solution logiciel, mesurer la réponse du marché en s’appuyant sur diverses autres communautés open source et des parties prenantes en cheminant.

Les politiques gouvernementales en faveur du libre pour les pays émergents et en voie de développement[modifier | modifier le wikicode]

La parabole de l’eau et de l’eau et de l’eau

Il y a quelques années, on a fait croire à un groupe de mères en Afrique de l’Est qu’il serait mieux pour elles d’utiliser du lait en poudre au lieu d’allaiter leurs enfants. Les échantillons de lait en poudre étaient distribués gratuitement. Malheureusement, ceux qui faisaient la promotion de cette pratique n’avaient pas pris en compte le fait que beaucoup de mères avaient un accès limité à l’eau potable. Peu de temps après, un nombre de mères était complètement dépendantes du lait en poudre et ne pouvaient plus produire de lait. Cela et l’utilisation continue de l’eau et du récipient d’eau insuffisamment stérile a abouti à un résultat tragique.

La parabole ci-dessus illustre l’importance de comprendre le contexte dans le monde en voie de développement. Pendant que l’allaitement peut être considéré comme une « meilleure pratique mondiale », sa promotion revêt une signification plus importante dans le monde en développement surtout pendant les périodes de difficultés économiques. La même chose peut être dite à propos de FOSS. Cette section souligne certains des facteurs ou des cas qui démontrent l’importance particulière de Logiciels Libres et Open Source dans le monde en développement.


Le Cas du Pérou

En 2002, le gouvernement péruvien a commencé à réfléchir sérieusement sur une législation favorable aux FOSS. Il y avait une résistance initiale à cette initiative de la part d’une société qui n’était pas prête à fournir des solutions sans opposer certains de ses obstacles de licence. Dans le débat qui s’est ensuivi, le gouvernement péruvien a indiqué clairement qu’il avait la responsabilité constitutionnelle d’assurer à ses citoyens un accès sans entrave à l’information. Il s’est passé beaucoup de choses depuis lors, y compris la signature en 2005 d’un projet de loi dans lequel le rôle explicite du logiciel libre et open source a été reconnu.

Le Cas du Vietnam

Fait intéressant, dans la même période (2002), le gouvernement vietnamien avait été identifié comme étant parmi le 10 premiers pays avec des taux élevés de logiciel ‘obtenu illégalement’. Pour être légal, avec un paradigme exclusif, le Vietnam aurait dû dépenser deux fois son PIB. C’était l’un des facteurs qui ont poussé le gouvernement vietnamien à considérer le logiciel libre et open source.

Un certain nombre de pays en voie de développement ont entrepris des démarches vers les logiciels libres soit dans l’espace politique et/ou à travers la mise en œuvre de diverses solutions. Il s’agit notamment du Brésil, de l’Afrique du Sud, (www.oss.gov.za) et de la Malaisie sur le plan politique. En plus des démarches en matière de politique un certains nombre de pays en voie de développement ont également enregistré beaucoup de développement réel de progiciels et la création d’autres variantes de GNU/Linux par exemple. Ce sont les suivants:

  • http://translate.org qui a facilité la traduction rapide d’un certain nombre d’outils FOSS en diverses langues à travers le monde en développement.
  • la création de Chisimba, un cadre de développement dans l’une des Universités de l’Afrique du Sud, (Chishewa, un mot qui signifie cadre).
  • le développement de distributions Impi, Ubuntu, Kongoni (Afrique du Sud) diverses ; Mandriva (Brésil, basé sur Mandrake); Red Flag (PR China).
  • Le développement d'Ushahidi, qui facilite l'aggrégation des information des diverses origines, via plusieurs plateformes, les liant à un emplacement géographique donné. Ushahidi d'origine kenyane est déployé dans des milliers des cas pour faciliter la réponse rapide pendant les catastrophes naturelles, les éléctions, ainsi que dans le domain agircole.

Beaucoup de travail a été fait par divers chercheurs dans ce domaine et l'idée commence à se faire connaitre et reconnaitre. En voici des exemples : Yochai Benkler: Yochai Benkler (production par les pairs basée sur commons), Lawrence Lessig (Culture Libre), Ngugi Wa Thiongo (Décolonisant l’esprit).

Évaluation[modifier | modifier le wikicode]

Ict-innovation-FBT-fr-Fig-1-1 4.png * Débat: Les participants doivent former 2 ou plusieurs groupes pour débattre pour ou contre la motion : « Autonomisation du logiciel libre et open source de l’Entrepreneuriat TIC dans la récession mondiale »
  • Tâche: Citer et décrire 6 valeurs qui proviennent du logiciel libre et open source. Pour chaque valeur, décrire une société ou projet FOSS où ces valeurs sont en cours de réalisation.
  • Exercice: Donner les noms de deux entreprises dans votre pays qui peuvent être décrites comme (i) Sociétés prestataires de service (ii) Sociétés prestataires de services verticaux, (Sur la base des produits ou services de chaque entreprise, deviner la licence du logiciel libre et open source, dont la société serait détenteur et donner des raisons
  • Etudes de Cas: Rédiger une étude de cas, 300 mots décrivant un cas d’adoption du logiciel libre et open source en Afrique francophone
  • Etude Législative: Ecrire une lettre à votre parlement ou représentant public en faveur de l’adoption ou considération par le gouvernement d’une stratégie FOSS pour votre pays
  • Auto-Evaluation : Indiquer si les énoncés suivants sont vrais ou faux:
  1. Les logiciels libres et open source sont peu utilisés dans un contexte d’affaires (Vrai ou Faux)
  2. L’industrie pour le développement des logiciels est dominée par les modèles d’entreprise POTS et COTS (Vrai/Faux)
  3. Les logiciels libres et open source représentent une opportunité de responsabilisation pour les pays en développement (Vrai/Faux)
  4. TCO se réfère au prix d’achat d’un produit logiciel (Vrai/Faux)

Chapitre précédent | Chapitre prochain