Initiatives éco-citoyennes/Montain-Surf Riders

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mountain Riders[modifier | modifier le wikicode]

Créée en 2000 à Lyon, l'association Mountain Riders œuvre pour la promotion du tourisme durable en montagne et à la mise en place d'un développement durable. Afin de sensibiliser le grand public aux enjeux écologiques, elle organise des manifestations festives comme le ramassage de déchets en montagne. Travaillant auprès de professionnels, elle informe les scolaires et le grand public sur les gestes à adopter pour réduire leur impact environnemental en montagne.

Une journée éco-citoyenne[modifier | modifier le wikicode]

Chaque année, depuis 2000 Mountain Riders organise sur une journée au printemps le nettoyage de montagnes dans plusieurs stations de ski situées dans les Pyrénées, les Vosges, les Alpes, le Massif Central mais aussi à l’étranger. De plus en plus nombreux au fil des ans, plusieurs milliers de bénévoles enfilent gants et chaussures de marche afin de préserver la beauté de nos montagnes en ramassant les déchets abandonnés au pied des pistes.

mégots de cigarettes ramassés lors des nettoyages

Quelques chiffres[modifier | modifier le wikicode]

  • 3500 bénévoles
  • 55 stations participante
  • 30 tonnes de déchets collectés
  • 56% de déchets recyclables
  • 44% non recyclables
  • 57% de déchets d'origine touristique
  • 43% de déchets d'origine professionnelle

Des déchets en tout genre sont ramassés, on trouve des canettes, des bouteilles, des emballages plastiques, du papier, des fûts, des piles et enfin des mégots : 30 000 mégots ont été ramassés sous un télésiège! La récolte est de plus en plus fructueuse car en 2008, les déchets ramassés s'élevaient à 17 tonnes contre 30 tonnes pour l'année 2009.

L’impact des déchets[modifier | modifier le wikicode]

Ces déchets vont causer des impacts non négligeables sur l’environnement et vont faire naître une altération des éco systèmes. Tout d’abord, cette négligence humaine va entraîner une pollution des sols mais aussi une pollution de l’eau douce. Ensuite, un risque d’occlusion par la population animale et végétale lors de l’indigestion mais aussi des risques de blessures. L’occlusion de métaux lourds et d’hydrocarbures va occasionner une perturbation de la reproduction et amener des risques endocriniens importants(un modulateur endocrinien est une molécule chimique qui va agir sur l’équilibre hormonal des espèces vivantes animales et végétales).C’est donc toute la chaîne alimentaire dont dépend l’homme qui est affectée.

Les éco-gestes de base[modifier | modifier le wikicode]

  • En montagne garder ses déchets avec soi
  • Les apporter dans le centre de tri le plus proche

Les conséquences de ces ramassages[modifier | modifier le wikicode]

Ces ramassages ont de plus en plus de répercussions positives dans les stations de ski. Ces ramassages augmentent au fil des ans : en 2009, 55 stations ont répondus à l’appel contre 20 stations en 2006. Cette action attire de plus en plus en plus de médias. L’association est activement soutenue par une trentaine de partenaires dont l'ADEME, la Fondation Nicolas Hulot,ou encore l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne. Des actions concrètes en faveur de l’environnement se mettent en place à la suite de ces journées symboliques, comme la mise en place de poubelles sur les sites les plus exceptionnels, une sensibilisation du grand public sur les enjeux environnementaux et des réunions d’acteurs sur des problématiques locales.

Surfrider Foundation[modifier | modifier le wikicode]

Créée en 1990 à Biarritz à l’initiative de surfeurs Surfrider Foundation est une association à but non lucratif ayant pour but la protection et la gestion durable de l’océan. Aujourd’hui Surfrider Foundation c’est 1 000 bénévoles, 5 000 adhérents, une quarantaine d’antennes locales et plus de 15 000 sympathisants en Europe. Présente dans le monde entier grâce à un réseau constitué d’associations régionales et locales, cette association milite pour la sauvegarde de l’océan et agit également sur les zones de loisirs nautiques des lacs et rivières.

« Help us keep the ocean clean »[modifier | modifier le wikicode]

Tous les ans depuis quatorze ans, la Surfrider Foundation organise à travers le monde le premier weekend du printemps les Initiatives Océanes, il s’agit d’un grand weekend écocitoyen dédié à la protection du littoral, des lacs et des rivières. Depuis 2009, victimes de leur succès, les weekends end écocitoyens s’étendent sur 4 jours, ainsi les jeudi et vendredi, les scolaires peuvent participer aux opérations de nettoyage, et les samedi et dimanche sont plus propices à mobiliser le grand public.

Ce weekend écocitoyen à un triple objectif : Sensibiliser un maximum de citoyens à la protection du littoral, des lacs et rivières. Etudier l’impact des déchets sur le littoral mondial. Alerter les élus, les pouvoirs publics et les médias au problème du traitement des déchets, notamment le problème de macros déchets. En 2009, les Initiatives Océanes ont rassemblées 20 000 participants œuvrant sur 500 opérations de nettoyage à travers le monde. 2150 km de côtes ont été nettoyés, permettant ainsi de ramasser 2000 m3 de déchets.

L’organisation[modifier | modifier le wikicode]

Ces opérations de nettoyage se font à l’initiative de citoyens désirant agir pour la sauvegarde du milieu maritime auquel ils sont attachés. Tout d’abord, cet écocitoyen devra vérifier qu’aucun nettoyage n’est prévu le même jour sur le lieu choisi. Ensuite inscrire sur le site le lieu du nettoyage et contacter la mairie du site concerné pour enfin communiquer au niveau local. La Surfrider Foundation intervient dans la coordination des opérations, elle apporte un soutien logistique mais elle a également pour rôle de faire connaître les initiatives menées au niveau européen, national et régional.

L’année 2009 fut une année charnière pour la Surfrider Foundation. En effet, l’association met l’accent sur la non prise en compte par les gouvernements du problème des macros déchets et notamment de l'absence de traitement des pollutions qu'ils engendrent.

Les macros déchets, c’est quoi ?[modifier | modifier le wikicode]

Les macros déchets sont des déchets solides visibles à l’œil nu, issus de l’activité humaine. Ils sont transportés par les courants marins jusqu’au littoral pour s’échouer sur les plages. Les macros déchets sont essentiellement constituées de déchets plastiques comme les emballages (bouteilles, sachets plastiques…). On trouve également des objets en verre et en métal comme des canettes de boissons.



D’où proviennent ces déchets ?

  • Abandonnées sur le littoral par des touristes irresponsables.
  • Activités domestiques, agricoles et industrielles.
  • Abandonnés par des navires de passage et de plaisance.
  • Résidus de matériels de pêche (filets et lignes).

90% de la pollution marine est d’origine humaine.

Les conséquences[modifier | modifier le wikicode]

De manière générale les grands organismes marins ne font pas la différence entre les déchets et leurs proies habituelles. Ils sont donc victimes d’étouffement par occlusion intestinale entrainé par l’absorption de matériel de pêches ou d’emballages plastiques. Ces déchets d’origine humaine ne sont pas sans conséquences pour l’homme. Pour l’homme, la pollution est surtout d’ordre visuelle, elle est peu esthétique sur le littoral. Certains déchets peuvent entraîner des blessures corporelles. Et enfin, ces déchets représentent un risque par la décomposition du plastique et son introduction dans la chaîne alimentaire occasionnant donc un risque toxique pour l’homme qui consomment des espèces provenant de la mer.

Une pollution cachée[modifier | modifier le wikicode]

A l’heure actuelle, les macros déchets ne sont toujours pas considérées comme une pollution par les institutions européennes. Même si des données qualitatives et quantitatives sont quasi inexistantes, cette pollution est bien présente sur le littoral, rivières et côtes. Certes les Initiatives Océanes organisées par la Surfrider Foundation atténue cette pollution, mais elle représente cependant un coût non négligeable pour les communes et altère la biodiversité marine.

Des mesures d’urgence[modifier | modifier le wikicode]

Afin de prévenir le rejet en mer des déchets, la Convention Internationale pour la Prévention de la Pollution par les Navires de l'Organisation Maritime Internationale exige que les pays signataires acceptent de recevoir dans leur pays les déchets des navires faisant escale dans leurs ports. Cette convention va permettre de lutter contre la pollution marine et peut-être faire réfléchir chaque citoyen sur la fragilité de notre littoral mondial.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]



Retour au sommaire