Introduire la biodiversité dans la construction et l'urbanisme/Bonnes pratiques de gestion, fonctionnement, entretien/Valorisation in situ des déchets verts ; compost, BRF, mulch, chronoxyles

Un livre de Wikilivres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Attention : modification en cours !
link={{{link}}}

Un contributeur est en train de retravailler en profondeur cette page. Vous êtes prié(e) d'éviter de le modifier pour limiter les risques de conflit de versions jusqu'à disparition de cet avertissement. Merci.


Le principe[modifier | modifier le wikicode]

La vie urbaine, via les ménages et via la gestion des espaces verts et de certains délaissés (bords de route, de canaux, de voies ferrées, friches, etc) sont sources d'une grande quantité de déchets verts, biodégradables. Quand ils ne sont pas pollués, ils peuvent être valorisés sous forme de compost, BRF, mulch, chronoxyles. Quans ils sont pollués, il vaux mieux les éliminer via des filières spécialisées (éventuellement pour une valorisation par la méthanisation ou le chauffage, mais avec les précautions nécessaires).

Certains déchets d'aménagement et de construction ainsi que les déchets verts des ménages peuvent être utilisés pour le jardinage, les espaces verts, l'agriculture urbaine voire dans le but de favoriser le retour d'une certaine biodiversité dans l'espace urbain et périurbain.

Ce qui est par exemple réalisable[modifier | modifier le wikicode]

  1. Compostage :
    Le compostage consiste en la dégradation naturelle des déchets verts produits par les ménages (épluchures, restes alimentaire, herbe de tonte, branche, feuilles...) ou par les services publics (herbe, branches, feuilles ...). Le compostage permet la production d'une grande quantitée d'annélides, principalement des oligochètes ("Lumbricus terrestris"), de champignons, de bactéries, et indirectement à moyen ou long terme des oiseaux, des mammifères qui se développeront mieux grâce à cette ressource alimentaire.
  2. Chronoxyle et BRF
    Voir articles de wikipédia sur les chronoxyle et le BRF (Bois Raméal Fragmenté)
  3. En cas d’excédent ...
    La méthanisation reste une possibilité.

A noter : Les projets de construction nécessitent parfois des travaux au préalable : l'élimination d'arbres. Plutôt que de les déposer dans dans une déchetterie pour être brûler, il est plus intéressant pour la biodiversité de prévoir un dépôt (avant les travaux) afin de réutiliser ce bois pour en faire du Chronoxyle ou du Bois Raméal Fragmenté. Ces actions sont fortement utiles pour le développement de coprophages.